samedi 18 janvier 2014

Découverte de la tombe d'un pharaon égyptien mythique

Découverte de la tombe d'un pharaon égyptien mythique

Egypte newpharao mini
© © Ministère égyptien des Antiquités

Des archéologues américains ont découvert la tombe d’un pharaon ayant régné sur l’Egypte il y a près de 3.700 ans, dont le nom était jusqu’ici inconnu, a indiqué mercredi le ministère des Antiquités.

Abydos 2 
© © Ministère égyptien des Antiquités

L’équipe américaine de l’Université de Pennsylvanie a découvert la tombe du pharaon Senebkay sur le site archéologique d’Abydos dans la province de Sohag, dans le sud du pays, a indiqué le ministre Mohamed Ibrahim dans un communiqué. Le chef du département des Antiquités pharaoniques au sein du ministère, Ali el-Asfar, a précisé à l’AFP que des cartouches royales révélant le nom complet du pharaon avaient été découvertes sur son sarcophage et sur un mur de la tombe dont le plafond était en bois, une découverte inédite.

Abydos 3 
© © Ministère égyptien des Antiquités

Quelques hiéroglyphes de son nom figuraient sur le "Papyrus de Turin", un document vieux de plus de 3.000 ans recensant quelque 300 noms de Pharaons, a-t-il expliqué.

Les archéologues ont également découvert le squelette du pharaon, qui semble indiquer qu’il mesurait 1m85, ajoute le communiqué. En outre, des vases funéraires destinés à recevoir les organes des corps momifiés ont été mis au jour, mais aucun élément du mobilier funéraire, ce qui indique que la tombe a été pillée durant l’ère pharaonique.

Abydos 4
© © Ministère égyptien des Antiquités

Selon M. Asfar, l’étude de la tombe de Senebkay pourrait également révéler que les Hyksôs — un peuple sémite venu du sud de la Syrie actuelle qui a envahi puis dirigé l’Egypte au 18ème siècle avant Jésus-Christ– n’ont pas régné sur la totalité de l’Egypte.

Abydos 6 
© © Ministère égyptien des Antiquités

(Sources : Belga - http://jack35.wordpress.com/2014/01/16/decouverte-de-la-tombe-dun-pharaon-egyptien-inconnu/ - http://www.france24.com/fr/20140115-egypte-archeologie-tombe-pharaon-inconnu-archeologie-senebkay-abydos/)

Le papyrus de Turin, appelé également Canon royal de Turin, est écrit en hiératique. La face avant du papyrus, donne des listes de nom de personnes et d'institutions avec ce qui semble être une taxe ou un impôt pour chaque évaluation. Le verso contient une liste des Dieux, des demi-Dieux, des esprits et les noms et années de règne de plus de 300 Rois, souvent précises au jour près, depuis le règne des Dieux jusqu'aux débuts de la XVIIIe dynastie (1549-1295). Presque toutes les dynasties y sont énumérées, y compris la dynastie des Hyksôs (XVe dynastie, v.1663-1530), mais le nom de ses Rois ne sont pas dans un cartouche et un signe hiéroglyphique a été ajouté pour indiquer qu'ils étaient des étrangers. Onze colonnes de texte subsistent, chaque ligne donne le nom d'un Roi dans son cartouche, suivi par le nombre d'année de son règne. Des erreurs manifestes ont été commises sur les durées de règne les plus anciennes, avec des périodes énormément élevées.

Papyrus turin01 
Vue d'une partie du Papyrus

On constate également d'autres anomalies comme le fait que les Rois de la III e dynastie (2647-2575) possèdent leur nom dans un cartouche, alors que celui-ci n'est utilisé qu'à la fin de cette dynastie, ou encore des imprécisions concernant les noms. Parfois ce sont les noms d'Horus qui sont utilisé parfois non. Il faut encore souligner que le texte ne divise pas les groupes en dynasties. Les Rois sont rassemblés selon leur capitale, de ce fait, ces regroupements ne correspondent pas tout à fait aux dynasties telles que nous les connaissons d'après Manéthon.

Lorsqu'il fut découvert dans la nécropole Thébaine en 1820 par Bernardino Drovetti, il semble que le papyrus était en grande partie intact et devait comporter près de 300 noms entiers. Malheureusement de mauvaises conditions de conservation au Musée de Turin, qui l'a acquis en 1823/1824, l'ont beaucoup détérioré. Le papyrus est aujourd'hui très endommagé et est maintenant composé d'environs 160 morceaux. Il faisait 1,07 m long et 0,41 m de hauteur. Il est actuellement exposé au Museo Egizio de Turin (musée Égyptien).

Source : Listes Royales égyptiennes

Yves Herbo-SFH-01-2014

Équateur : les artéfacts de Padre Crespi

Équateur : les artéfacts de Padre Crespi

crespi-equateur5.jpg

L'apparition de nouvelles vidéos montrant un peu plus longuement certains artéfacts découverts et collectés par le Padre Crespi, dont l'histoire et le sujet a déjà été traité dans ces articles ci-dessous :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur-part-2.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-complexe-reseau-souterrain-de-los-tayos-equateur.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/equateur-un-mur-cyclopeen-decouvert-relance-les-mysteres-equatoriens-sur-les-geants.html

Voici les vidéos en question, elles sont en langue espagnole ou sans son, elles complètent un peu celles visibles dans le premier lien ci-dessus :



Yves Herbo-Sciences-F-Histoires-01-2014

vendredi 17 janvier 2014

Histoires de Secrets et Trésors 2

Histoires de Secrets et Trésors 2


Des histoires de Trésors matériels ou spirituels à travers le monde :

 
Le secret caché des pyramides d'Egypte :



Le code secret de Mallarmé - Quentin Meillassoux - Semaine de la pop philosophie Saison III :


Dans le cadre de la Semaine de la pop philosophie, Quentin Meillassoux revient sur le code secret du poème "le nombre et la sirène". Cette rencontre-débat s'est tenue au Centre Internationale de la Poésie Marseille, avec la participation d'Eric Aeschimann, journaliste au Nouvel Observateur.


Des endroits secrets dévouverts avec GOOGLE EARTH!!!

Voici une compilation d'endroits et de formes trouvés sur terre avec le logiciel GOOGLE EARTH et son satellite.
Messages géant, smiley, animaux etc....


Chasseurs de légendes [ L'île au trésor ]


Depuis plus de 300 ans, la légende du trésor de William Kidd hante l'esprit d'intrépides aventuriers aux quatre coins du globe. Avant d'être pendu le 23 mai 1701, le célèbre pirate a révélé avoir enterré un trésor de 100 000 livres (environ 14 millions d'euros) sans en donner la localisation. Depuis, ce fabuleux butin a inspiré de nombreuses aventures, fictives pour la plupart (Stevenson en parle dans " L'Ile au trésor "), mais aussi bien réelles pour d'autres. Aujourd'hui, l'historien George Edmunds compte bien déterrer le fabuleux trésor de William Kidd.


Chasseurs de tresors les codes des rois mayas




Pecheurs de tresors tunisiens


En 1908, Alfred Merlin lance une expédition archéologique au large de la Tunisie. Avec son équipe, muni d'un équipement très sommaire, il fouille les fonds marins de Mahdia au mépris des dangers encourus. L'expédition pêche d'innombrables pièces d'art, sans pour autant réussir à savoir avec certitude d'où elles proviennent. Cent ans plus tard, Michel L'Hour, directeur du département des recherches subaquatiques et sous-marines, affirme que les œuvres découvertes proviennent d'une épave vieille de plus de 2000 ans, probablement un navire romain qui voyageait entre Athènes et Rome. Des scènes reconstituées permettent d'en savoir plus sur cette traversée


émission decouverte 2013 egypte les tresors enfouis



Yves Herbo-SFH-01-2014

Équateur : un mur cyclopéen découvert relance les mystères équatoriens sur les géants

Équateur : un mur cyclopéen découvert relance les mystères équatoriens sur les géants

Stone

Dans une aventure tout droit sorti d'un film d'Indiana Jones, une structure à 2.590 m au dessus du niveau de la mer a été mis au jour, dans une forêt dense, humide et souvent nuageuse, sur les flancs orientaux des Andes.

Les explorateurs ont découvert des ruines au fond d'une jungle d'Amérique du Sud, sur une montagne périlleuse, qui pourrait démêler des mystères archéologiques centenaires - et révéler une partie du fabuleux Trésor Royal de l'Inca.

C'est une large structure de 260ft par 260ft (80 m par 80 m) à 8500 pieds (2.590 m) au dessus du niveau de la mer, qui a été mise au jour par le groupe multinational, constituée de blocs de pierre de 200 tonnes en moyenne.

Jan 4 ecuador pr wall of ruins

Leur théorie initiale suggère qu'il pourrait contenir le trésor des Llanganatis, une énorme quantité d'or et d'autres richesses prétendument cachés au début du 16ème siècle par le général Inca Ruminahui pour le protéger des forces des conquistadors espagnols.

Selon la légende, le général a emmené le trésor dans les montagnes Llanganatis et l'a caché dans une grotte ou jeté dans un lac. Il a été capturé et torturé par les conquistadores, mais n'a jamais révélé l'emplacement.

Les explorateurs ont déjà trouvé divers objets sur le toit plat de la structure - peut-être le mausolée d'Atahualpa, le dernier empereur des Incas qui a été exécuté par les Espagnols - où les sacrifices ont peut-être eu lieu .

Situé dans le parc national de Llanganates en Equateur, le site est à seulement 20 miles (32 km) de la ville de Banos de Agua Santa, un centre populaire de tourisme d'aventure et une passerelle pour les visites dans le bassin de l'Amazone.

Mais il ne peut actuellement être atteint que par un trek de 8 à 10heures à travers les nœuds de la jungle montagneuse (désolé, Dr Jones, il y a quelques serpents !). Et la structure est difficile à examiner en détail puisqu'une une grande partie est ensevelie dans le sous-bois et par de la mousse épaisse.

Le gouvernement d’équateur soutient maintenant une expédition archéologique officielle pour explorer le site et espère un jour être en mesure de l'ouvrir aux vacanciers aventureux.

Un porte-parole du ministère du tourisme a déclaré : " Nous espérons être en mesure de partager cette découverte avec les visiteurs locaux et étrangers, en leur offrant une perspective unique sur le riche patrimoine et la culture de nos ancêtres. « C'est une perspective très excitante pour nous. "

- http://www.mirror.co.uk/lifestyle/travel/ecuador-inca-ruins-temple-ruins-2982077 - ecuador.travel/en

Inca guatemala mur

Le site, dans le parc national Llanganates, est étudié par une équipe de la Colombie, de France, d'Amérique et des explorateurs équatoriens.

Parmi eux, Bruce Fenton, un Britannique de l'Équateur et chercheur dans les cultures autochtones de la région, qui a été impliqué dans le projet pendant environ trois mois, après avoir entendu des récentes découvertes faites par des randonneurs locaux. Il prévoit deux visites sur le site avant la fin du mois. Également impliqué est Benoit Duverneuil, un archéologue franco - américain, qui a entrepris une expédition ici plus tôt cette année.

Le gouvernement équatorien a été prévenu de la découverte et une expédition officielle avec des archéologues et paléontologues devrait avoir lieu. Le site attire déjà des groupes intéressés pour récupérer des objets.

Il est à seulement 20 miles (32 km) de la ville de Baños, mais il faut environ huit heures de trek à travers la jungle marécageuse et montagneuse. Le site se trouve à environ 8500 pieds (2.59 km) au-dessus du niveau de la mer et dans la forêt de nuages​​, où il pleut la plupart du temps. Une voie qui lui est connue pour les risques posés par les attaques des abeilles tueuses africanisées.

One of the biggest archaeological discoveries3

La mesure précise de la structure et son développement possible plus profondément n'a pas encore été faite. La grande structure est un mur, en pente à un angle de 60 degrés, avec une surface plane au sommet où la plupart des objets ont été trouvés.

L'équipe estime que le sommet a été utilisé pour une certaine forme d'activité humaine  peut-être des sacrifices. Certains ont suggéré que cela aurait pu être le lieu de sacrifices humains, avec l'inclinaison délibérément conçue pour permettre à une tête de rouler sur le côté.

La région est affectée par des glissements de terrain réguliers et beaucoup de la structure est recouverte par la boue et la végétation, ce qui rend les enquêtes difficiles.

Il y a plusieurs autres grands monticules - également recouverts par la boue et la végétation - dans un mile carré, et les explorateurs pensent qu'ils pourraient être plusieurs structures artificielles, ainsi que ce qui semble être une route.

L'équipe estime que la structure déjà découverte pourrait contenir des chambres et M. Duverneuil, qui entreprit une expédition sur le site en Avril et Mai 2013, estime qu'il pourrait être le mausolée d'Atahualpa.

Inca empereur

" Cela pourrait être l'une des plus grandes découvertes archéologiques que jamais, " a-t-il dit. « Ce serait énorme. Nous n'avons tout simplement pas des structures de ce type et de cette taille dans cette partie du monde. Mais nous sommes d'une certaine façon en train de déclarer que c'est fait.

" Cela ressemble à un mur pavé, à une ancienne rue ou une place avec un angle de 60 degrés, peut-être le toit d'une structure plus large. Beaucoup de pierres ont été parfaitement alignées, ont des bords tranchants et semble avoir été sculptées par des mains humaines. Mais il y a encore une chance que cela pourrait être une formation très inhabituelle de roche naturelle ".
Il n'a pas non plus exclu une connexion soit avec la culture Panzaleo, qui a été créée vers 600 avant J.-C. et a vu la construction de grands temples dédiés à ses dieux, ou le peuple Canari, qui étaient rivaux des Incas et ont uni leurs forces avec les Espagnols pendant la conquête.

One of the biggest archaeological discoveries2

Mais M. Fenton soupçonne qu'il pourrait remonter plus tôt dans le temps que l'un de ces groupes. Il croit que le site est autrefois devenu une ville, construite ici pour capitaliser sur l'or trouvé dans les rivières de la région, et pourrait être de la taille de Machu Picchu, la cité inca dans le sud du Pérou.
" Il s'agit d'une zone très inhospitalière et est toujours considérée comme très dangereuse à cause du paysage ", dit-il. " La seule chose dans les environs de beaucoup de valeur aurait été de l'or. Il semble que les objets sont répartis sur une vaste zone de jungle inhospitalière et ce n'a de sens que si une raison à long terme est présente. "

One of the biggest archaeological discoveries4

Contrairement au Pérou, où beaucoup d'attention va aux sites incas telles que Machu Picchu, les ruines archéologiques de l'Équateur attirent un nombre limité de touristes et les dépenses du gouvernement sont limitées.

Certains de ceux qui sont impliqués croient que cela pourrait être le mausolée d'Atahualpa, le dernier empereur inca qui a été capturé par les Espagnols conquérants, ou détenir le trésor des Llanganates, un grand trésor d'or et d'autres richesses amassées par ses partisans pour payer sa libération.

En échange de sa liberté, Atahualpa aurait offert de remplir une salle avec de l'or. Mais l'offre a été rejetée et il a été exécuté en 1533.

Son corps aurait été exhumé, momifié, puis caché par ses partisans dans la région dans laquelle le nouveau site a été trouvé. Selon la légende, de grands trésors - qui avaient été amassés pour la rançon - ont été enterrés avec lui, ou séparément...

La recherche de la tombe et sa richesse a été l'un des plus grands jeux de piste historique du monde, inspirant beaucoup d'expéditions, jusqu'à présent sans succès.

D'autres estiment que le site nouvellement découvert remonte à beaucoup plus tôt, à des inconnus, des cultures pré-Incas de 500 avant JC, en citant ce qui semble être des outils rudimentaires qui s'y trouvent.

Stone 

La légende locale veut que la zone était autrefois peuplée par une civilisation d'un peuple exceptionnellement de grande taille et le caractère apparemment hors normes de certains des quelques 30 objets trouvés ont conduit certains à décrire la zone comme la cité perdue des géants.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/southamerica/ecuador/10517904/Explorers-hot-on-the-trail-of-Atahualpa-and-the-Treasure-of-the-Llanganates.html

http://www.prweb.com/releases/dronearchaeology/llanganates/prweb11437760.htm +
http://www.flushnews.com/one-of-the-biggest-archaeological-discoveries/ + http://forgottenorigin.com/lost-ancient-city-of-giants-discovered + http://ecomingafoundation.wordpress.com/2014/01/13/archaeology-or-geology/

un artefact équatorien intéressant, parmi tant d'autres : http://www.arqueo-ecuatoriana.ec/fr/home/incognita




Stone

EcoMinga’s Juan Pablo Reyes examines a cross-section of the wall. The stones are very thick. Photo : Lou Jost/EcoMinga.
Yves Herbo Traductions-Sciences-F-Histoires, 01-2014

mercredi 15 janvier 2014

OVNIs : Emission Matin OVNI du 14-01-2014

OVNIs : Emission Matin OVNI du 14-01-2014

odhtv.jpg

L'Emission Matin OVNI du 14-01-14 vous est présentée par Gilles Thomas.


Actualité récente Ovni en france et dans le monde.

Rappel Le 22 Janvier 2014, O.D.H-A  :


http://odhtv-replay.kazeo.com/

Yves Herbo Relai-Sciences-FH-01-2014

Une dent humaine de 2 millions d'années à l'ouest du Rift africain annule des théories

Une dent humaine de 2 millions d'années à l'ouest du Rift africain annule des théories

© Isabelle Crevecoeur / IRSNB

En examinant la centaine de fossiles d'Homo Sapiens trouvés à Ishango, en République démocratique du Congo, Les archéologues ont fait une découverte très inattendue : une molaire identifiée parmi tous ces fossiles appartient en réalité à un humain archaïque ayant vécu entre 2.5 et 2 millions d'années avant maintenant. C'est la première fois que la preuve de l'existence d'un hominidé aussi ancien a été trouvée en Afrique Centrale.

Les analyses par imagerie (en bas) le confirment :
la molaire de la collection d'Ishango présente les caractéristiques morphométriques
d'une dent appartenant à un Homininé de la période de transition Plio-Pléistocène
(entre 2,5 millions et 2 millions d'années). © Isabelle Crevecoeur / IRSNB

Jusqu'à présent, les spécialistes favorisaient la théorie selon laquelle les premiers hommes se seraient mis en position debout dans la savane, à l'est du rift africain. Mais cette molaire invalide en grande partie cette théorie dans la mesure où cet hominidé ancien vivait bien en Afrique centrale, sur le bord ouest du rift et en lisière de la jungle. La découverte bouleverse un peu la communauté scientifique, surtout quand l'on sait que ce site a été exploré dès les années 1950 et encore dans les années 1980, en République démocratique du Congo donc, a précisé Isabelle Crèvecoeur, paléo-anthropoloque du CNRS, qui est à l'origine de la découverte publiée dans PLOS ONE.

Cette découverte a donc été faite en Belgique, à l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique, où la chercheuse s'était attelée à établir un rapport détaillé sur la collection de fossiles des Homo Sapiens trouvés à Ishango et datés de entre -25.000 à - 20.000 ans avant maintenant. Cette unique molaire ne correspondait à aucune dent d'Homo Sapiens, mais plutôt éventuellement à un Australopithèque. " La conformation des dents est un marqueur génétique fort dans la lignée humaine ", explique Isabelle Crèvecoeur, qui décide alors de mener avec les meilleurs spécialistes une étude de morphométrie géométrique de la molaire.

Aucun doute sur les résultats d'analyses, l'imagerie de la jonction émail-dentine (la zone de contact entre l'émail qui recouvre la dent et les tissus internes) et sa comparaison avec 68 dents d'hominidés, des plus anciens à l'homme moderne, confirment que cette molaire a appartenu à un hominidé de type inconnu ayant vécu il y a entre 2.5 et 2 millions d'années.


" La présence du fossile dans la couche de 25 000 ans serait liée au remaniement géologique d'une couche plus ancienne sous-jacente ", pense la chercheuse. Impossible, en revanche, d'attribuer la dent plus précisément : " ni vraiment Australopithèque, ni Paranthrope (un Homininé ayant vécu en Afrique entre 2,7 millions et 1 million d'années), ni clairement attribuable aux premiers représentants du genre Homo, ce fossile suggère que la diversité des premiers représentants de la lignée humaine était probablement plus complexe que celle imaginée jusqu'à présent ", conclut Isabelle Crevecoeur.

Références :

First early hominin from Central Africa (Ishango, Democratic Republic of Congo), publié dans PLOS ONE le 10 janvier 2014 par I. Crevecoeur, M. M. Skinner, S. E. Bailey, P. Gunz, S. Bortoluzzi, A. S. Brooks, C. Burlet, E. Cornelissen, N. De Clerck, B. Maureille, P. Semal, Y. Vanbrabant et B. Wood

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=12379

Yves Herbo-Sciences-FHistoires, 01-2014

mardi 14 janvier 2014

Gary McKinnon, le Hacker Britannique gagne

Gary McKinnon, le Hacker Britannique gagne

Gary McKinnon - The guardian.co

Suite de ces articles : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovni-gary-mckinnon-persiste-et-signe.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/londres-bloque-l-extradition-de-gary-mckinnon-vers-les-usa.html

Information Georges Filer via sa Lettre d’information du 4 Janvier 2014 – Traduction Française Era

Gary McKinnon, le hacker anglais risque 70 ans de prison aus Etats Unis pour avoir fouillé les sites du Pentagone à la recherche de preuves sur les OVNIs, son extradition a été bloquée le 19 Novembre 2013 et il ne sera donc pas emprisonné au Royaume Uni.

McKinnon a déclaré qu’il a réussi a accéder au réseau Américain ’ Space Command où il a trouvé les preuves d’une mission Extraterrestre. “J’ai trouvé une liste de noms d’officiers" déclare-t-il, sous le titre "Officiers Non-TerrestresJe pense que cela signifie qui ne sont pas basés sur Terre. J’ai trouvé une liste de  "transferts flotte-à-flotte» et une liste de noms de vaisseaux. Je les ai regardés. Ce n’étaient pas les navires de la Marine Américaine. Ce que j’ai vu m’a fait croire qu’ils ont une sorte de vaisseau spatial, hors de la planète ".

Le pirate affirmé qu’il y avait des pirates du Danemark, de l’Italie, la Chine, l’Allemagne, la Turquie, la Thaïlande … tous les soirs pendant l’ensemble des cinq à sept ans où il a fait cela.

McKinnon dit que la chose la plus étrange qu’il ait trouvé était une liste d’ " Officiers non-terrestres» et des transferts de la flotte entre les navires qui n’existent pas dans la marine américaine ".

Le Premier ministre David Cameron a déclaré: « Je reconnais la gravité de cette affaire, et le vice-premier ministre et moi avons  effectivement soulevé la question avec le président Obama lors de sa visite. Je pense que le point est que ce n’est pas tellement au sujet de l’infraction présumée, dont chacun sait que c’est une infraction très grave, et nous pouvons comprendre pourquoi les Américains ont un si fort ressenti à ce sujet.

Remarque – Si les donnée de M. McKinnon sont correctes, cela valide l’hypothèse selon laquelle l’US Navy pourrait très bien opérer hors de la planète via une technologie Extraterrestre inversée (rétro-ingénierie) . Ses informations indiquent que la Marine et probablement l’Armée de l’Air maneuvrent une flotte de vaisseaux spatiaux.  Gary McKinnon déclare, " Ce que j’ai vu me porte à croire qu’ils ont une sorte de vaisseau spatial, hors de la planète. ”

 Dans son interview à la  BBC, Gary a déclaré, "Le projet Divulgation" avait des gens très crédibles qui disaient tous qu’il y a une technologie ovnienne, qu’il y a l’antigravité, qu’il y a l’énergie libre, et que c’est d’origine extraterrestre et qu’ils ont capturé des vaisseaux et ont fait de la rétro ingénierie avec. "


Il déclare avoir vu une image détaillée de "quelque-chose  pas fait de la main de l’homme et en forme de cigare flottant au dessus de l’hémisphère nord".  McKinnon dit que la taille de l’image était de 256 mégabits, et que pourtant les détails de l’engin étaient toujours distincts en couleur 4-bit et en basse  résolution.

The guardian.co  + Era via Area51

Yves Herbo-Sciences-FH- 01-2014

lundi 13 janvier 2014

Série Docu-Drama - The UFO Incident

Série Docu-Drama " The UFO Incident " - MAJ Ep. 8 à 10/10 - FIN


Ce téléfilm, réalisé en 1975 par Dick A. Colla, reconstitue avec précision un des cas majeurs de l’ufologie : l’enlèvement à bord d’un OVNI du couple Betty et Barney Hill, en 1961.

Pour ce faire, les scénaristes se sont basés sur les notes de Benjamin Simon, le psychiatre ayant suivi les Hill, et l’ouvrage documentaire écrit par John G. Fuller, « Le voyage interrompu » (« The interrupted Journey »), sur cette affaire.


L’acteur James Earl Jones, qui interprète ici le rôle de Barney Hill, souhaitait à l’origine faire un film cinéma sur la mésaventure des Hill. Constatant le refus ou le désintérêt d’Hollywood, il concrétisa finalement ce projet à la télévision. Estelle Parsons (Bonnie & Clyde 67, Roseanne...) lui donne la réplique. Pour la petite histoire, James Earl Jones deviendra mondialement célèbre deux ans après, en devenant la voix de Dark Vador dans la saga « Star Wars » de Georges Lucas.


En France, il n’a été diffusé (à ma connaissance) qu’une seule et unique fois à la télévision :
le dimanche 2 août 1987, à 20 h 30, sur M6, sous le titre « La nuit des extra-terrestres » (à ne surtout pas confondre avec la soirée thématique de Canal + diffusée en juin 1997).

Sciences-Fictions-Histoires (SFH) publiera les 10 parties en 3 fois, tous les 2-3 jours.


Partie 1 :


Partie 2 :


Partie 3 :
 

Partie 4 :
 

Partie 5 :



Partie 6 :



Partie 7 :


Partie 8 :
 

 
Partie 9 :
 

 
Partie 10 :
 


FIN

Yves Herbo-SFH-01-2014

dimanche 12 janvier 2014

Des chercheurs japonais aident à démêler les mystères de la civilisation de l'Indus

Des chercheurs japonais aident à démêler les mystères de la civilisation de l'Indus

Source image: http://asia.nikkei.com/

L'étude a révélé qu'il y a des milliers d'années, dans plusieurs villes de la vallée de l'Indus, dans ce qui est aujourd'hui le Pakistan et l'Inde, a été créé un réseau commercial qui est devenu une civilisation multiculturelle et multilingue, et non une société fondée sur un régime autoritaire centralisé, comme on le croyait auparavant. De nombreuses caractéristiques de cette civilisation antique peut être vu aujourd'hui dans les sociétés d'Asie du Sud, et ces liens entre l'ancien et le moderne suscitent l'intérêt des chercheurs.

La nouvelle image de la civilisation de l'Indus est peinte par une équipe de chercheurs dirigée par le professeur émérite Toshiki Osada de l'Institut de recherche pour l'humanité et la nature, qui est basé à Kyoto. Les résultats de cinq années de recherches, connu sous le nom de projet de l'Indus, ont été publiés en Octobre par l'Université de Kyoto de la presse comme "l'Indus: Explorer le monde fondamental de l'Asie du Sud" et "L'énigme de la civilisation de l'Indus", (Kyoto University Press as “Indus: Exploring the Fundamental World of South Asia” and “The Riddle of the Indus Civilization), les deux compilés par Osada.
L'équipe de chercheurs menée par les japonais est composée de près de 40 chercheurs provenant de divers pays. Deux sites de la civilisation de l'Indus en Inde ont été excavés pour la première fois par une expédition japonaise. L'équipe s'est concentrée sur les changements par rapport à l'environnement ancien. La conclusion de Osada sur la recherche a été que " les différentes communautés régionales ont créé un réseau lié par le commerce. "


Le Désert est venu en premier ?

Deux des ruines les plus connues de la civilisation de l'Indus sont Harappa et Mohenjo-Daro, situées au Pakistan. Actuellement, la plupart des chercheurs se concentrent sur les ruines de cinq grands centres urbains : les deux sites célèbres ; Ganeriwala, qui est dans un désert du Pakistan ; en Inde, Dholavira, qui est sur ​​une île dans un marais, et Rakhigari, également en Inde.

La vision commune est que les sites du désert avaient l'habitude d'avoir d'autres rivières que l'Indus qui coulaient à proximité. Les chercheurs, dirigés par Hideaki Maemoku, un expert de la géographie physique et professeur à l'Université Hosei du Japon, a examiné la zone autour des ruines du désert avec une méthode de datation basée sur des cristaux de minéraux. Ils ont appris que les dunes de sable de la région ont été façonnées par une grande rivière bien avant la civilisation de l'Indus. La conclusion est que les villes ont été construites sur ces dunes après que la rivière soit partie depuis longtemps.

 
Jarre-Harappa

Au Dholavira, des artefacts ont été trouvés qui suggèrent un commerce maritime prospère. Les candidats les plus probables pour ce commerce sont les sociétés anciennes de la Mésopotamie, qui aurait pu être atteintes par la mer d'Arabie. Le projet de l'Indus a utilisé des ordinateurs pour tracer l'évolution de la côte au cours des siècles pour savoir où les littoraux anciens se trouvaient. Les caractéristiques géologiques ont également été étudiées et les modifications de terrain ont été estimées. Tout cela a constaté que les niveaux de la mer étaient d'environ 2 mètres plus élevés et le littoral était beaucoup plus profond à l'intérieur. Cela donne à penser que beaucoup de ruines dans la région étaient le long de l'ancien rivage et que cette partie de la civilisation de l'Indus était dépendante de l'océan.


Des passeports anciens

Des fouilles ont également été faites dans les ruines de Kanmer non loin de Dholavira. La découverte la plus notable a été trois pendentifs ronds de terre cuite. Chacun a un trou en son centre et l'image d'un animal ressemblant à une licorne. Les versos ont une écriture de l'Indus différente sur eux. Parce que le même dessin d'animal a été pressé sur chacun d'eux, Osada spécule que " ils ont peut-être servi de passeport pour des voyages entre les différentes régions. "

La recherche a également cherché à savoir quand et pourquoi la civilisation de l'Indus a décliné. Lorsque les changements dans la distribution des ruines ont été tracés, en utilisant ce qu'on appelle un système d'information géographique, les ruines commencent à se concentrer dans le nord de l'Inde au déclin de la civilisation. Le Professeur à l'Université Tezukayama Takao Uno, un expert dans les systèmes d'information géographiques archéologiques, souligne : « Peut-être qu'ils ont abandonné les villes et ont migré afin d'éviter des changements dans l'environnement. Par conséquent, le rôle des différents éléments des villes qui avaient soutenu leur réseau peut avoir diminué, entraînant la baisse des villes » .

D'autres chercheurs prennent note du projet de l'Indus. " Ces résultats ont été obtenus en utilisant la dernière technologie dans le domaine des sciences naturelles », a déclaré Yoshihiro Nishiaki, professeur à l'Université de Musée de l'Université de Tokyo et un expert en archéologie de l'Asie occidentale. « Il est très intéressant de noter que la civilisation de l'Indus pourrait avoir des liens vers les sociétés contemporaines d'Asie du Sud. Cela façonne la manière dont nous voyons cette civilisation. "

Les chercheurs européens et américains sont également désireux d'en apprendre plus sur la civilisation de l'Indus. L'Écriture de l'Indus n'a pas encore été déchiffrée, ce qui signifie qu'il y a beaucoup plus à apprendre.


Hindus, de nos jours

source : http://mysticalfiles.com/?p=125 +  http://www.extremetech.com


Yves Herbo Traductions-SFHistoires-01-2014

Surprises de l'ADN : les Irlandais ont une origine commune aux Basques !

Surprises de l'ADN : les Irlandais ont une origine commune aux Basques !


Le gène des cheveux rouges est le plus courant dans le sang irlandais.

Le sang dans les veines irlandaises est celtique, non ? Eh bien, pas exactement. Bien que l'histoire que de nombreux Irlandais ont appris à l'école présente l'histoire de l'Irlande comme provenant d'une race celtique, la vérité est beaucoup plus complexe, et beaucoup plus intéressante que ça ...

Les recherches menées dans l'ADN des hommes irlandais a montré que les anciens tentatives anthropologiques pour définir l'«irlandais» ont été désavouées. Dans les années 1950, les chercheurs étaient occupés à recueillir des données chez les personnes irlandaises, telles que la couleur des cheveux et leur hauteur, afin de les classer comme une «race» et les définir comme différent de la Britannique. En fait, les peuples britanniques et irlandais sont étroitement liés dans leur ascendance.

La recherche sur l'ADN et l'ascendance irlandaise a révélé des liens étroits avec l’Écosse, remontant à avant la création de l'Ulster du début des années 1600. Mais les parents les plus proches de l'Irlande en matière d'ADN sont en fait tout à fait d'ailleurs !

 
Medieval map of Ireland, showing Irish tribes. Irish origin myths confirmed by modern scientific evidence

Le Sang irlandais : les origines de l'ADN

Les premiers colons sont arrivés en Irlande il y a environ 10.000 ans, à l'époque l'âge de pierre. Il y a encore des restes de leur présence dispersés à travers l'île. Mountsandel à Coleraine, dans le Nord de l'Irlande, est le plus ancien site connu implanté en Irlande (à ce jour) - des restes de huttes tissées, des outils de pierre et des aliments tels que des baies et noisettes ont été découverts sur le site en 1972. (YH : -11.000 ans en fait, dans le comté de Waterford).

Mais d'où les premiers irlandais venaient-ils ? Pendant longtemps, le mythe de l'histoire irlandaise a été que les Irlandais étaient les Celtes. Beaucoup de gens se réfèrent toujours à irlandais, écossais et gallois en tant que culture celtique - et la supposition a été qu'ils étaient Celtes, qui ont émigré d'Europe centrale autour de 500 avant JC. Keltoi était le nom donné par les Anciens Grecs à un peuple «barbare» ( à leurs yeux ), qui vivait au nord d'eux, en Europe centrale. Alors que l'art primaire irlandais montre certaines similitudes avec le style d'art de l'Europe centrale des Keltoi, les historiens ont également reconnu beaucoup de différences significatives entre les deux cultures.

Les dernières recherches en ADN irlandaise ont confirmé que les premiers habitants de l'Irlande ne sont pas été directement descendus des Keltoi de l'Europe centrale. En fait, les plus proches parents génétiques de l'Irlande en Europe se trouvent dans le nord de l'Espagne dans la région connue comme le Pays Basque. Ces mêmes ancêtres sont partagés dans une certaine mesure avec les gens de la Grande-Bretagne - en particulier les écossais.

Des tests d'ADN à travers le chromosome Y mâle a montré que les hommes irlandais ont l'incidence la plus élevée du gène haplogroupe 1 en Europe. Alors que d'autres parties de l'Europe ont intégré les vagues continues des nouveaux colons en provenance d'Asie, la position géographique éloignée de l'Irlande a fait que le patrimoine génétique irlandais a été moins susceptible de changer. Les mêmes gènes ont été transmis des parents aux enfants pendant des milliers d'années.

Cela se reflète dans les études génétiques qui ont comparé l'analyse de l'ADN avec les noms de famille irlandais. Beaucoup de noms en irlandais sont des noms de famille en gaélique, ce qui suggère que le titulaire du nom de famille est un descendant de personnes qui vivaient en Irlande bien avant les conquêtes anglaises du Moyen Age. Les hommes avec des noms gaéliques, ont montré les incidences les plus élevées du gène de l'haplogroupe 1 ( ou Rb1 ). Cela signifie que ceux dont les ancêtres irlandais datent d'avant la conquête anglaise de l'île, sont les descendants directs des premiers colons de l'âge de pierre qui ont migré de l'Espagne.

The Kingdom of Dalriada c 500 AD is marked in green. Pictish areas marked yellow. Irish and British DNA : a comparison

Les Mythes d'origine irlandaise confirmés par des preuves scientifiques modernes

L'un des plus anciens textes composés en Irlande est le Leabhar Gabhla, le Livre des Invasions. Il raconte une histoire semi- mythique d'invasion de gens qui se sont installés en Irlande plus tôt. Il dit que les premiers colons à arriver en Irlande étaient une petite race foncée appelée Fir Bolg (vers -11.000 ans donc ?), suivie d'une super-race magique appelé les Tuatha de Danann (le peuple de la déesse Dana).
YH : archéologiquement, on note une deuxième vague d'immigration en Irlande à la période mésolithique, vers - 6.600 ans avant JC : s'agit-il des Tuatha de Danann ? il semble qu’il s’agisse de peuples venus d’Europe du nord, passés par l’Écosse...

La 3ième vague archéologiquement prouvée arrive vers - 2.000 avant JC, construit des mégalithes et apporte l'âge de bronze : pareil, s'agit-il des Tuatha de Danann ? ou des Celtes espagnols ? ou autres ? C’est de cette époque que date l’exploitation de mines de cuivre dans les régions de Cork et Kerry et d’or dans le Wicklow.

Le plus intéressant, le livre dit que le groupe qui est alors venu en Irlande (la troisième vague donc) et s'est imposé entièrement comme dirigeant de l'île a été les Milésiens - les fils de Mil, le soldat de l'Espagne. La recherche de l'ADN moderne a même confirmé que les Irlandais sont des parents génétiques proches de la population du nord de l'Espagne.

" Archéologiquement parlant, c’est vers -500 avant JC que les Celtes font leur apparition en Irlande, leur civilisation sur l’île va durer près de mille ans. Leur arrivée s’est faite par deux routes différentes, par l’actuelle Grande Bretagne et par l’Espagne. La mythologie celtique a d’ailleurs conservé le souvenir de cette origine espagnole puisque, selon le Lebor Gabála Érenn (Livre des Conquêtes d’Irlande), les Milesiens (c’est-à-dire les Gaèls) sont dits fils de Míl Espáine. Avant l’introduction de la civilisation de La Tène (second Âge du Fer), l’histoire d’Erin est largement mythique. "

Bien qu'il puisse sembler étrange que l'Irlande soit peuplée par l'Espagne plutôt que par la Grande-Bretagne ou la France, il convient de rappeler que dans les temps anciens, la mer était l'un des moyens les plus rapides et les plus faciles pour voyager. Lorsque la terre était couverte de forêts épaisses, les villages côtiers étaient courants et les gens se déplaçaient le long de la côte de l'Europe en toute liberté.

Je vis en Irlande du Nord et dans ce petit pays, les différences entre les Irlandais et les Britanniques semblent encore très importantes. Le Sang a été versé sur la question de l'identité nationale.

Cependant, la recherche récente, à la fois sur l'ADN britannique et irlandaise, suggère que les gens sur les deux îles ont beaucoup en commun génétiquement. Les Hommes dans les deux îles ont une forte prédominance du gène de l'haplogroupe 1, ce qui signifie que la plupart d'entre nous dans les îles britanniques sont les descendants des mêmes colons espagnols de l'âge de pierre.

La principale différence est le degré des migrations ultérieures des personnes vers les îles qui ont affectées l'ADN de la population. Des parties de l'Irlande (notamment la côte ouest) ont été gardées presque intactes d'une influence génétique extérieure depuis l'époque des chasseurs-cueilleurs. Les Hommes là-bas, avec les noms de famille irlandais traditionnels, ont la plus forte incidence du gène haplogroupe 1 , plus de 99%.

Dans le même temps à Londres, par exemple, c'était une ville mutli-ethnique pendant des centaines d'années. Par ailleurs, l'Angleterre a vu plus d'arrivées de nouvelles personnes de l'Europe - les Anglo-Saxons et Normands - que l'Irlande. Par conséquent, tandis que les premiers ancêtres anglais étaient très similaires dans l'ADN et dans la culture aux tribus de l'Irlande, les arrivées tardives en Angleterre ont créé plus de diversité entre les deux groupes.

Les Peuples irlandais et écossais partagent un ADN très similaire. Les similitudes évidentes de la culture, la peau pâle, la tendance aux cheveux rouge, ont toujours été prescrits aux deux peuples comme partageant une ascendance celtique commune. En fait, il semble maintenant beaucoup plus probable que les résultats de cette similarité provienne de la circulation des personnes du nord de l'Irlande en Écosse dans les années 400 à 800 après JC. A cette époque, le royaume de Dalriada, basé près de Ballymoney dans le comté d'Antrim s'est étendu loin sur l'Ecosse. Les envahisseurs irlandais ont apporté la langue et la culture gaélique, et ils ont également apporté leurs gènes.

Caractéristiques irlandaises et l'ADN

Le gène MC1R a été identifié par les chercheurs comme le gène responsable des cheveux rouge, ainsi que de la peau claire d'accompagnement et la tendance à des taches de rousseur. Selon une étude récente, les gènes des cheveux rouges sont apparus chez des êtres humains il y a environ 40.000 à 50.000 ans.
Ces gènes ont ensuite été amenés dans les îles britanniques par les colons, hommes et femmes qui étaient relativement grands, avec peu de graisse corporelle, athlétiques, au teint clair et qui aurait eu les cheveux rouges. Donc tous les roux peuvent bien être les descendants des premiers ancêtres des irlandais et britanniques.

Une parodie ( et très drôle ) d'exploration sur les caractéristiques du sang de tous les hommes irlandais peut être lue sur ce lien : www.irishtimes.com / journal / week-end. Les Gènes identifiés comprennent le IMG ou le Gène Mère irlandais et le GK ( MF ) S Gene Kelly-Michael-Flately - syndrome qui explique l'incapacité de l'homme irlandais à bouger ses hanches tout en dansant !

Marie McKeown pour http://www.sott.net/article/263587-DNA-shows-Irish-people-have-more-complex-origins-than-previously-thought

Yves Herbo : Bon, on a déterminé qu'une grosse base de l'ADN irlandaise avait une même origine que celle existant au pays basque... mais on ignore d'où vient l'ADN des Basques, justement très atypique par rapport aux Espagnols et Français ! Et si, beaucoup plus simplement, un peuple X (de marins à priori) avait envahi à la fois le pays Basque, la Bretagne(où beaucoup de roux se rencontrent aussi) ,l'Irlande , (et probablement Scandinavie), à l'âge de pierre ? Et si ce peuple X était celui qui possédait cette caractéristique des "cheveux rouges" avait débarqué en même temps (-11.000 ans ?) dans tous ces pays (victime d'une catastrophe marine) ? Ne retrouveraient-on pas également la même chose : une forte caractéristique (renforcée par la suite par l'arrivée d'une vague provenant d'Espagne, avec le même sang, en fait que les tous premiers arrivants...) ? En effet, où serait la trace des premiers irlandais dans leur ADN, puisque cette étude semble démontrer que les plus anciens irlandais descendent tous d'arrivants de 500 Avant JC ? Quid de ceux de -11.000, -6.600 et -2.000 ans ? ADN totalement disparu chez l'Irlandais ? Peu probable... On constate donc que quelque chose "ne colle pas" entre cette étude génétique et la "réalité" archélogique actuelle... et au sujet de la race noire inconnue des Fir Bolg citée dans le manuscrit (arrivée en premier vers - 11.000 ans ?), je signale qu'il existe de nombreux cas (dans les îles surtout mais aussi en Asie), de noirs avec des cheveux roux... quelle est la principale race, avec des caractéristiques d'ADN des cheveux roux, née il y a 50.000 ans environ (d'après la génétique), et où est-elle née, pourquoi ne s'est-elle répandue et a subsistée que sur les côtes ouest et nord de l'Europe ? Finalement, les irlandais sont plus proches des basques question génétique, mais ne serait-ce pas plutôt parce que l'irlande a reçu deux fois la même invasion par le même gène, vers -11.000 ans, comme le pays basque envahi aussi, puis - 500 (par des descendants espagnols ayant le même sang sans le savoir) ?...


Algérie-Kabylie - Selon une étude génétique réalisée en 2010, les populations d'Afrique du Nord descendent en partie, du coté maternel, de migrants de la péninsule ibérique arrivés il y a environ 8 000-9 000 ans. - Ottoni C, Primativo G, Hooshiar Kashani B, Achilli A, Martínez-Labarga C, et al. 2010, Mitochondrial Haplogroup H1 in North Africa: An Early Holocene Arrival from Iberia [archive]. PLoS ONE 5(10): e13378. doi:10.1371/journal.pone.0013378

" L'origine des cheveux roux (à ne pas confondre avec le blond vénitien, qui est un blond à reflets roux) fut seulement révélée en 1997. Elle est liée au gène MC1R (melanocortin-1 receptor) qui se trouve sur le chromosome 16 et dont l'allèle (version d'un même gène) normal ne conduit pas à la rousseur contrairement à cinq autres qui donnent des cheveux roux, une peau pâle et des taches de rousseur. L'âge du gène MC1R a été estimé entre 50 000 et 100 000 ans mais les recherches ont mis en évidence que les cinq mutations sont apparues dès - 80 000 ans et jusqu'à - 30 000 ans selon les cas (J. Rees). Or, pour pouvoir muter il y a 80 000 ans, il fallait que le gène initial existât déjà. Cela veut dire aussi qu'il y a au moins cinq origines différentes pour la rousseur et qu'une étude basée seulement sur le phénotype (la manifestation du gène, ici la rousseur) peut être fausse si elle est généralisée à tous les allèles roux sans distinction. 

Malgré ce lien privilégié de la rousseur avec le Royaume-Uni (Écosse), il existe une proportion non négligeable de roux en Afrique du Nord, parmi les Berbères : on peut en trouver une occurrence très importante en Kabylie et dans les massifs de l'Aurès (Algérie orientale), et du Rif (Maroc septentrional). On range d'ailleurs parfois certaines populations d'Afrique du Nord dans le groupe des atlanto-méditerranéens, qui comprend les Irlandais de l'Ouest, les Gallois, les Bretons du Sud, les Basques et les Espagnols de la côte Sud-Est. Une recherche récente sur le chromosome Y a mis en évidence la parenté génétique de ces populations. Les atlanto-méditerranéens seraient issus d'un mélange de peuplades paléolithiques qui auraient quitté le Proche-Orient et l'Europe orientale il y a 8 000 ans et auraient couvert une grande partie de l'Afrique du Nord et de l'Europe, se mêlant aux peuples cro-magnoïdes déjà présents.
 
Les Néandertaliens seraient roux le gêne MC1R étant présent chez eux. Cependant, la rousseur des Néandertaliens et celle des Cro-Magnons (homme moderne) ne serait pas due à une transmission, mais à une évolution convergente : « le gène rencontré sur les deux fossiles comporte une mutation qu'on ne retrouve pas chez l'humain moderne […] Confrontés à des climats semblables, les deux espèces ont donc évolué de la même façon. ». " Wikipedia

Les blonds et blondes à peau noire des îles Salomon, dans le Pacifique, possèdent un gène propre, différent de ceux des Européens.


Et notons tout de même un détail qui ne correspond pas du tout au scénario celte en ce qui concerne les Basques (ou alors très tardif) : leur langue, le Basque, est considéré comme l'une des 4 langues en provenance directe de... l'Oural, dans le Caucase Russe. Et le peuple basque est en même temps considéré comme l'un des plus anciens présent en France et Espagne...

Yves Herbo Traductions-SFH-01-2014