samedi 15 mars 2014

Des tumulus préhistoriques de 5000 ans étudiés en Nouvelle Angleterre, USA

Des tumulus préhistoriques de 5000 ans étudiés en Nouvelle Angleterre, USA

Newengland jimvieira3

Le Tailleur de pierre James Vieira étudie l'ancienne maçonnerie des Constructeurs de Tumulus

Newenglandmap

ASHFIELD - De nombreuses collectivités de la région de la Nouvelle Angleterre ont parmi elles des "buttes" en pierres couvertes de terre, creusées dans la terre et méticuleusement tapissées et recouvertes de pierres ; certaines des pierres qui couvrent les sommets pèsent des tonnes. Certains diront qu'elles sont les restes de grottes profondes, mais un homme à Ashfield, qui a étudié l'ancienne maçonnerie pendant 15 ans, pense autrement.

James E. Vieira, un tailleur de pierre, écrivain et membre de Northeast Antiquities Research Association, croit qu'il y a suffisamment de preuves que l'Amérique antique était un mélange de races venant d'autres pays, notant que d'autres régions du pays ont des ruines antiques de pierre. Il dit que les constructeurs de monticule peuvent être derrière les constructions en pierre dans le Nord (USA-Canada), parce que leurs ossements présentant des anomalies anatomiques qui sont disponibles ici sont tout simplement comme les restes de squelettes dans d'autres monticules de terre.

Les Constructeurs de tumulus sont soupçonnés avoir été les habitants préhistoriques de l'Amérique du Nord qui, au cours d'une période de 5000 ans, ont construit différents styles de monticules de terre pour la religion, les cérémonies, les inhumations et à des fins résidentielles pour élite.

" C'est le terrassement le plus énigmatique de la planète ", a déclaré Vieira à un public qui s'était rassemblé à Buckland au Mohawk Trail Regional High School pour sa présentation, " A la recherche des mystérieux constructeurs de pierre de la Nouvelle-Angleterre " une partie de l'année de célébration du 25e anniversaire du Franklin Land Trust.

Newengland jimvieira2
The interior of the Goshen Stone Chamber in Goshen

Vieira a passé des milliers d'heures de recherches  des tumulus à travers le monde, des constructions en terre géométriques de 50 acres (20 hectares env.) et plus grandes, et il a été surpris par la sophistication mathématique et l'ingénierie utilisée pour les construire. Certains monticules sont en forme de serpents ondulants, l'un dans l'Ohio est d'un quart de mile de longueur (env. 400 m).
Archaeology madonnachild monksmound
Cahokia site

" La Butte des Monks est une pyramide de terre à Cahokia, Illinois, elle a une base de 14 acres (un acre plus grand que la grande pyramide) est de 100 pieds de haut (env. 30 m) et se compose de 22 millions de mètres cubes de terres apportées de plus d'un mile (1,6 km) de là, " a-t-il expliqué. " Vous trouvez les mêmes mathématiques et géométrie dans les travaux de terrassement américains, comme l'angle à 51,84 de la pente de la grande pyramide et la grille de 187 pieds trouvée à Teotihuacan au Mexique. "

Certains monticules ont été ouverts et des objets trouvés de l'Antiquité : des outils, des tuyaux, des sculptures, des tablettes et des bijoux.

" Les constructeurs de monticules avaient une culture très sophistiquée, nous savons très peu de choses dessus ", a déclaré Vieira. " Mais ce n'était pas un peuple nomade dispersé, et ils avaient une bonne compréhension de l'astronomie comme en témoigne leurs pierres qui marquent les équinoxes et les solstices ".

Vieira utilise des données de la ville, des récits historiques, la datation au carbone, les résultats astro-archéologiques, des orientations astronomiques et les histoires orales dans ses recherches sur les civilisations perdues de l'Amérique ancienne et le paysage de pierres mystérieuses de cérémonies du Nord-Est.

Img satelliteviewcahokia site usa
April 7, 1988 - vue Satellite des monts Cahokia, Illinois

Sa présentation comprenait un point sur les sites locaux, y compris des chambres de pierre, des effigies de tortues, des murs de serpents et des champs de cairns dans les comtés de Franklin et Hampshire.

Bien qu'il soit dit par de nombreux archéologues que les pierres sont des " ruines coloniales ", Vieira conteste. Pour une raison, ces structures ne sont pas reliées à une fondation coloniale, a-t-il dit.

En outre, certaines des chambres construites dans les monticules sont trop étroites ou inaccessibles pour avoir été utilisées comme des caves profondes, et elles ont des ouvertures de toit qui ne permettent pas de stocker de la nourriture.

À Montville, Connecticut, se trouve une chambre de pierre de 38 pieds (12 m). " Je ne sais pas ce que c'est, mais je peux vous dire ce que ce n'est pas, " a-t-il dit, ajoutant que l'autre chambre à Upton, Massachusetts, dispose d'un tunnel de 14 pieds (4 m). Un monticule de 25 par 25 pieds (8 m) dans Putney, VT, a une datation au carbone de 492 Après JC. " A la chambre Putney, vous devez entrer par le toit à une hauteur de sept pieds (2 m) ", a déclaré Vieira.

Newengland jimvieira4
The Goshen Stone Chamber in Goshen

Un cairn à Andover contenait des objets comme une hache, un javelot et un marteau qui ont été datés au carbone de 2000 ans avant JC, a-t-il dit.

Vieira est prompt à nommer d'autres endroits de la Nouvelle Angleterre avec un ancien travail de la pierre, parmi eux Goshen, Southwick, New Salem, Shutesbury et Belchertown dans le Massachusetts, South Woodstock, au Vermont, et Ledyard, Connecticut Putnam County, New York, compte plus de 150 salles, a-t-il dit.

Certaines pierres - y compris des cairns, des dolmens, des roches équilibrées, des murs et des pierres à effigies de tortue - ont été détruites, les agriculteurs les ont effacés des champs ou des pierres ont été réutilisées à d'autres fins.

En recherchant qui étaient ces « bâtisseurs de tumulus », Vieira a trouvé une affirmation d'Abraham Lincoln de 1848 dans " méditation sur Niagara Falls " : " Les yeux de cette espèce éteinte de géants, dont les os remplissent les monticules d'Amérique, ont contemplé le Niagara que nos yeux ne voient que maintenant ".

Ces « géants » avaient sept à 12 pieds de hauteur (2,14 m à 3,66 m), et Vieira en a découvert plus de 2.000 exemples d'entre eux, ce qu'il appelle « une race oubliée. " Certaines données - de rapports de Smithsonian, de magazines, de journaux et histoires des villes - révèlent que les restes squelettiques ont eu une doubles rangée de dents ou d'autres anomalies anatomiques.

Ces exemples sont venus de Gill, Montague, Northfield, Hadley, Chelmsford, Middleboro, du Vignoble de Martha et de Rockingham, Vermont, Concord, NH, Hartford et Trumbull, dans le Connecticut, entre autres.

Vieira soutient qu'il y avait des races en Nouvelle-Angleterre, ainsi que des Amérindiens, qui ont créé ces vieilles pierres. " L'Histoire orale amérindienne dans tout le pays parle clairement d'une race de géants qui existait dans les terres où leurs tribus sont arrivées ", dit-il.

Ses plans pour l'avenir sont de faire un film documentaire et de l'envoyer à PBS ou à History Channel. Il travaille aussi sur un livre.

Pour plus d'informations, e -mail Vieira jv1022jv@yahoo.com.



" Janvier 27 2014 : Richard J. Dewhurst est le gagnant d'un Emmy Award, auteur du long métrage documentaire pour HBO : Dear America : Letters Home from Vietnam. Diplômé de l' Université de New York avec des diplômes en journalisme, le cinéma et la télévision, il a écrit et édité pour la chaîne History Channel, les Arts & Entertainment Channel, PBS, Fox Television et Fox Films, ABC News, TNT, Paramount Pictures, et le Miami Herald. Il vit dans le Vermont (région de la Nouvelle Angleterre). Nous allons discuter de son livre, Les Géants antiques qui ont régné en Amérique. S'appuyant sur 400 ans articles de journaux et des photos, des témoignages à la première personne, des documents historiques de l'Etat, et des rapports de terrain illustrés, Richard J. Dewhurst révèle non seulement que l'Amérique du Nord était autrefois gouverné par une race avancée de géants, mais aussi que le Smithsonian a travaillé activement à la suppression de preuves matérielles pendant près de 150 ans. Il va discuter comment des milliers de squelettes géants ont été découverts sur les sites des Mound Builders (Constructeurs de Tumulus) à travers le continent, pour disparaître du dossier historique. Nous entendons parler de découvertes de géants dans des endroits tels que le Nevada, la Floride, la Californie et des ruines des villes des géants avec une population de plus de 100 000 en Arizona, Oklahoma, en Alabama et en Louisiane.

Dans la deuxième heure, Dewhurst parle plus sur la suppression de ces éléments de preuves et leur couverture. Aujourd'hui, les monticules antiques n'ont pas de protection officielle et sont rasés pour des stationnements. Les Indiens d'Amérique empêchent la recherche de monticules, bien qu'ils admettent qu'ils ne les ont pas construits. Nous entendons parler où certains des os de géants se trouvent aujourd'hui. Richard parle aussi d'une ancienne culture marine de pointe et d'une ancienne migration européenne aux Etats-Unis. Plus tard, nous discutons de l'image déformée de ce que l'Amérique était en dépeignant les preuves d'une structure sociale coordonnée qui a été célébrée en faisant de la région un paysage sacré, bien avant notre arrivée. Liens pertinents (liens réels peuvent être trouvés ici ) + + http://www.redicecreations.com/radio/2014/01/RIR-140127.php. Le cuivre du Michigan en Méditerranée - Lénape -  Smithsonian Institution Building - Charles_Hapgood - megalithic.co.uk/index.php. - Spirit Cave mummy -  Poverty Point - Portland cement - Native American Graves Protection and Repatriation Act - Pyramid Mound - The Ancient Giants Who Ruled America: The Missing Skeletons and the Great Smithsonian Cover-Up. http://www.disclose.tv/action/viewvideo/168535
/The_Ancient_Giants_Who_Ruled_America_Richard_J_Dewhurst__Red_Ice_Radio/


YH : attention tout de même à ne pas se fier à toutes les images : les commentaires (vo) parlent bien d'images truquées volontairement par certaines institutions (et via médias, publicistes) pour convaincre que le peu de restes de géants anciens admis soient considérés comme des géants identiques aux nôtres : des malades génétiques ou inexistants... après il s'agit surtout d'infos et de données, et c'est toujours à vous d'avoir votre avis...

Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoire, 14-03-2014

Cycles d'extinctions sur Terre : la théorie Matière Noire

Cycles d'extinctions sur Terre : la théorie Matière Noire

Schema mw mini

Une étude publiée récemment sur http://arxiv.org/abs/1403.0576 annonce une nouvelle théorie sur un probable cycle de cataclysmes/extinctions dans le système solaire. Cette nouvelle théorie est une suite logique aux précédentes études des intéressés, deux physiciens théoriciens de l’université Harvard, Lisa Randall et Matthew Reece, qui avaient proposé qu’une petite partie de la matière noire était constituée de particules issues d’une physique encore plus exotique que celle des neutrinos stériles. Contrairement aux autres particules de matière noire qui ne peuvent pas interagir entre elles, ou très peu, autrement que par la force de gravité, elles ne formeraient pas un halo autour des galaxies, mais un second disque à l’intérieur de celui constitué de matière normale. Certaines théories des cordes prédisent par exemple l’existence d’une sorte de monde miroir du nôtre, constitué d’équivalents de nos atomes, mais qui ne peuvent interagir avec eux que par la force de gravité. La matière noire de ce monde pouvant se refroidir en s’effondrant gravitationnellement, elle pourrait donc former des disques comme la matière normale de notre univers.

" Bien que la preuve statistique ne soit pas écrasante, une contribution possible du dossier des cratères sur Terre pour une périodicité d'environ 35 millions d'années pourrait indiquer une augmentation à intervalles réguliers non aléatoire des impacts de météorites. Une explication proposée en termes d'effets de marée sur le nuage de Oort, qui perturbent les comètes lorsque le système solaire passe à travers le plan du disque galactique, est entravée par le manque d'une cause sous-jacente d'effets gravitationnels qui augmenteraient suffisamment sur un intervalle suffisamment court de temps et avec un laps de temps possible entre ces augmentations. Nous montrons qu'un disque de matière noire dans le plan médian galactique pourrait répondre à ces deux questions et créer une augmentation périodique, de la façon dont cela a potentiellement été observé. Un tel disque est motivé par une composante de matière noire exotique avec dissipation par refroidissement, que nous avons considéré dans des travaux antérieurs.

Nous montrons comment évaluer la preuve statistique de la périodicité par l'entrée de mesures primaires appropriées du modèle galactique, justifiant ou excluant des cratères périodiques avec plus de confiance que par l'évaluation de données sans un modèle sous-jacent. Nous constatons que, au-dessus de la marginalisation des incertitudes astrophysiques, le ratio de vraisemblance pour un tel modèle par rapport à un avec une vitesse constante de formation de cratères est de 3.0, ce qui favorise modérément le modèle du disque noir.

Notre analyse donne en outre une distribution a posteriori, selon les données actuelles sur les cratères, de singularités sur une densité de surface d'un disque de matière noire d'environ 10 masses solaires par parsec carré. L'histoire géologique motive ainsi un modèle particulier de la matière noire qui sera sondé dans un proche avenir. "

Schema mw
Position et vitesse du Soleil dans la Galaxie. - Si ce disque de matière noire existe, il est en quelques sorte visualisé ici par la ligne plus sombre au milieu du disque, plus épaisse là où les bras spiraux passent. - Crédit : Montage utilisant un schéma NASA

Les théories sur les raisons des extinctions, surtout sur celle des dinosaures, l'une des plus spectaculaires, sont foison, même si celle de la fameuse comète ou météorite géante des Alvarez gagnait largement de la crédibilité pendant les années 1980, elle a amené de nombreux astronomes et physiciens, dont Richard A. Muller, à proposer plusieurs théories pour rendre compte d’une apparente périodicité dans les extinctions importantes ayant frappé la biosphère au cours des derniers 250 millions d’années. En effet, en 1984, les paléontologues David Raup et Jack Sepkoski ont publié un article dans lequel ils affirmaient avoir identifié une telle périodicité, dont la valeur était d’environ 26 millions d’années.

Muller avait rapidement réagi à l’époque en proposant l’existence d’un corps céleste massif qui se rapprocherait périodiquement du nuage de Oort. En perturbant gravitationnellement ce nuage, ce corps, baptisé Némésis (du nom de la déesse de la juste colère des dieux dans la mythologie grecque), précipiterait un nombre important de comètes vers le Système solaire interne, augmentant le taux d’impact. La nature de ce corps céleste restait indéterminée : il pouvait s’agir d’une compagne lointaine du Soleil, comme une naine rouge très peu lumineuse, une naine brune ou peut-être une planète géante autrefois expulsé du Système solaire lors de sa formation (comme l’hypothétique Tyché).

À l'occasion du passage de la comète Hyakutake en 1996, Jean-Pierre Luminet a donné une présentation générale du phénomène des comètes. Documentaire extrait du magazine Cassiopée, émission 8 intitulée « Les comètes ». Texte et voix off : Jean-Pierre Luminet, France Supervision (1996). © Jean-Pierre Luminet, YouTube

De Némésis à un disque de matière noire

Aujourd’hui, Wise n’a pas permis de découvrir la Némésis de Muller. Néanmoins, l’idée d’une périodicité dans les extinctions, bien que ne faisant pas encore l’unanimité parmi les paléontologues, continue de susciter de nouveaux scénarios issus de l’astrophysique. L’idée de base est toujours d’obtenir une augmentation périodique du taux d’impact des comètes sur les planètes internes du Système solaire à partir de perturbations du nuage de Oort.

L'orbite oscillante du Soleil à travers la Voie lactée.

Voie lactee soleil orbite esa c carreau
Une vue d'artiste de la Voie lactée. La trajectoire du Soleil sur son orbite galactique n'y est qu'approximativement celle du cercle en pointillé jaune. Il s'agit en fait de mouvements plus complexes avec notamment des oscillations périodiques de part et d'autre du plan galactique. Elles sont représentées, avec une amplitude exagérée, par la courbe verte. © Esa, C. Carreau

Selon Randall et Reece, le disque de matière noire exotique de notre Voie lactée aurait une épaisseur de 35 années-lumière environ, et contiendrait donc l’équivalent d’une masse solaire par année-lumière cube. La raison pour laquelle sa présence conduirait à des perturbations périodiques du nuage de Oort n’a, elle, rien de mystérieux. Les forces gravitationnelles que ressent une étoile comme le Soleil dans le gaz autogravitant d’étoiles formant le disque et le bulbe de la Voie lactée ne sont pas identiques à celles que le Soleil exerce sur une planète dans le Système solaire. Il en résulte que les étoiles ont des orbites ressemblant aux épicycles des planètes dans le modèle de Ptolémée, et, de plus, qu’elles effectuent aussi un mouvement d’oscillation périodique de part et d’autre du plan du disque galactique. Dans l’hypothèse où se placent Randall et Reece, le Soleil traverse donc périodiquement le disque de matière noire exotique qui serait présent dans notre Galaxie, et c’est à ce moment-là que le bombardement cométaire augmenterait. Les perturbations que ce disque engendrerait seraient en effet plus importantes avec de la matière noire, assez pour rendre compte des extinctions selon une périodicité de 35 millions d’années.

L’hypothèse est ingénieuse, mais les deux chercheurs ne cachent pas qu’ils n’ont aucune certitude à son sujet. En effet, il faut garder à l’esprit que la périodicité des extinctions fait encore débat du fait des incertitudes de datation par exemple. Enfin, il est facile de produire un modèle de matière noire exotique précisément défini pour coller à une périodicité donnée. Pour avancer sur toutes ces questions, il faudra probablement démontrer l’existence du disque de matière noire et ensuite en tirer une prédiction précise sur une périodicité des perturbations qu’il engendrerait. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’on pourra comparer cette prédiction à des observations plus convaincantes concernant la périodicité des extinctions dans la biosphère. À cet égard, on attend beaucoup des mesures de Gaia.


Matiere noire courbe g bertone 12
Les observations des courbes de révolution des étoiles autour du centre de leur galaxie montrent qu'elles tournent trop vite (vitesse v, en ordonnée, en fonction de la distance r au centre de la galaxie), si l'on se base sur la loi de la gravitation de Newton ou sur la masse déduite de la luminosité des galaxies. © Gianfranco Bertone

video
Centre de notre galaxie : Animation basée sur des images infra-rouges du centre de la Galaxie. Elle a été réalisée à partir d'observations obtenues de 1992 à 2007. Sur ces quinze années, il devient possible d'observer les mouvements individuels des étoiles, grâce à un système d'amélioration de la qualité d'image, dite "optique adaptative". Observez plus précisement la trajectoire d'une de ces étoiles, appelée S2, au voisinage de la croix. Ces images ont été obtenues par le "Very Large Telescope (VLT)" avec l'instrument NACO dont les performances en optique adaptative ont été réalisées par une équipe de l'Observatoire de Paris. - Crédit : ESO

Je profite pour répondre à une question par mail sur la position de la Terre par rapport au soleil, et sur les mauvaises interprétations du public sur la stabilité de la Terre sur son orbite autour du soleil. Peu de rapport avec cet article, bien que cela parle aussi de cycles déjà prouvés eux :


La position de la Terre par rapport au Soleil change en permanence en fonction de trois paramètres :

- l’excentricité de l’orbite terrestre qui varie entre 0,005 et 0,05 sur une période de 100 000 ans. Actuellement elle est d’environ 0,016 ; (fausse idée donc : l'orbite de la Terre n'est pas ronde...)
- l’inclinaison de la Terre qui varie entre 22° et 25°, par rapport au plan de l’écliptique, sur une période de 41 000 ans. Actuellement l’inclinaison de la Terre est de l’ordre de 23,5° ; (l'orbite de la planète n'est donc pas "droite" et plane à l'horizontale mais légèrement penchée- la plupart des schémas du système solaire ne montrent pas ces différences d'orbites entre planètes et les placent toutes sur le même plan... ce qui est faux sur le fond).
- la précession des équinoxes qui entraîne un mouvement de l’axe de rotation de la Terre sur un cône de révolution au cours d’une période de 21 000 ans. (la Terre tourne donc en plus comme une toupie un peu déséquilibrée : son pôle nord ne tourne pas sur lui-même mais dessine un cercle).

La variation de ces paramètres orbitaux modifie sans cesse la position et l’exposition de la Terre par rapport au Soleil. Ces variations sont faibles. Elles sont pourtant suffisantes pour modifier la part de l’énergie solaire qui arrive sur Terre. Ces changements sont à l’origine de la théorie qui permet d’expliquer les grands changements climatiques que l’on observe depuis deux millions d’années sur notre planète. C’est la théorie astronomique de Milankovitch. Les petites variations orbitales entraînent de grands cycles climatiques sur des périodes de 100 000 ans. On observe une série de longues périodes glaciaires, suivies par des périodes interglaciaires plus courtes (durée de 10 000 à 20 000 ans), mais aussi plus chaudes. La différence de température moyenne entre ces périodes est de l’ordre de 5°C sur la planète. La période interglaciaire dans laquelle nous vivons a débuté il y a 11 000 ans. Elle pourrait durer encore plusieurs dizaines de milliers d’années... ou s'inverser rapidement comme déjà observé (période interglaciaire de 10.000 ans).



On comprend pourquoi les scientifiques tentent à tout prix de mieux dater les dates des extinctions et événements catastrophiques recensés sur la Terre (nous ne connaissons pas probablement tous ces événements car leur intensité peuvent être différentes : un gros événement à pu effacer toute trace d'un précédent moins important, les traces sont englouties sous les océans, la bioversité n'a pu être atteinte que localement, etc...), car les derniers gros événements connus (extinction des dinosaures il y a environ 70 millions d'années et Grande Coupure Éocène-Oligocène il y a 33,9 ± 0,1 Millions d' années) correspondent assez bien à ces intervalles de passages du Soleil dans le plan médian galactique. Ce qui veut dire que nous sommes à l'intérieur d'une période où un tel événement devrait se produire (depuis combien de temps et pour combien de temps est ce qui reste à déterminer)...
Extinction intensity svg
Intensités des extinctions de masses survenues dans les océans. Celle du Permien-Trias, notée End P, est la plus importante. Wikipedia

On voit en regardant la courbe des extinctions de masses survenues dans les océans que leur intensité va en décroissant (avec une forte baisse vers 200 ma) et que l'on trouve des pointes d'intensités difficilement comparables question cycles : il peut y avoir en effet une pointe tous les 35 millions d'années mais elle ne se discerne pas obligatoirement d'autres événements survenus pour les océans. Première remarque (toujours avec la théorie ci-dessus de disque de matière noire) : cette décroissance en intensité serait-elle liée à la dissipation progressive mentionnée de ce disque de matière noire, expliquant la baisse de puissance ? 2ème remarque : une datation très précise de tous les cratères terrestres (et si possible des gros cratères lunaires et martiens pour comparer les événements !) doit être faite, on voit que les premières données semblent correspondre statistiquement... et n'oublions pas que les extinctions océaniques peuvent être décalées par rapport à un événement entraînant un changement climatique...

Yves Herbo, Sciences-F-H, 13-03-2014

vendredi 14 mars 2014

Le premier cas documenté d’une personne pratiquant des expériences du hors-corps

Le premier cas documenté d’une personne pratiquant, à volonté, des expériences du hors-corps

Hors corps
Image d’entête, qui n’a évidemment rien à voir avec l’expérience menée ici…

Certaines personnes prétendent qu’elles ont connu des expériences du hors-corps, des sorties hors du corps ou, plus “ésotériquement”, des voyages astraux, flottant dans l’air, libre de leur enveloppe charnelle et se regardant de l’extérieur. Une équipe de scientifiques a trouvé quelqu’un qui dit pouvoir le faire à volonté et, comme tout bon chercheur, ils l’ont placé dans un IRM pour scruter l’activité de son cerveau.

Andra M. Smith et Claude Messierwere de l’Université d’Ottawa (Canada) décrivent la capacité de leur sujet, une de leur étudiante en psychologie qui leur a révélé ses expèriences HC qu’elle développe depuis qu’elle est enfant. Selon l’étude, elle a pu se voir tourner dans l’air au-dessus de son corps, à plat, et se retourner le long du plan horizontal. Elle a signalé parfois regarder se déplacer au-dessus, mais elle est restée consciente de l’immobilité de son corps "réel". La participante n’a signalé aucune émotion particulière liée à l’expérience.

Les chercheurs ont constaté que quelque chose d’étrange, conformément à son expérience, se passait dans son cerveau : L’IRMf a montré une forte désactivation du cortex visuel, et “l’activation du côté gauche de plusieurs aires liés à l’imagerie kinesthésique”, qui comprend l’image mentale des mouvements corporels (Proprioception). C’est la partie du cerveau qui nous permet d’interagir avec le monde, de vous faire “ressentir” où votre corps est en relation avec celui-ci.

Irmf hors corps
Tirée de l’étude : les régions du cerveau significativement activées alors que la participante avait des expèriences extracorporelle. Les régions les plus activées sont latéralisées du côté gauche et inclues l’aire moteur (F), le cervelet (B, D, E), le gyrus supramarginal (D, F), le gyrus temporal inférieur (B, D, F) et le gyri orbitofrontal moyen et supérieure (A, C, D, E).

C’est la première fois que ce type d’expérience a été analysé et documenté scientifiquement. Les chercheurs savent que les expériences de décorporation peuvent être induites par, entre autres, un traumatisme du cerveau, une privation sensorielle, une expérience de mort imminente, des médicaments dissociatifs et psychédéliques, la déshydratation, le sommeil et la stimulation électrique du cerveau. Elle peut être également délibérément expérimentée par certains. Mais c’est peut-être le premier cas documenté d’une personne qui peut entrer dans cet état à volonté.

En ce qui concerne la véracité de l’expérience/ hallucination, il est d’abord important de noter que le document de recherche (lien plus bas) n’est pas une expérience en soi, avec une hypothèse. Les chercheurs ont juste placé leur sujet dans un IRMf pour observer l’activité de son cerveau lors de ses expériences hors-corps, rien de plus. Les scans du cerveau montrent bien qu’elle a ressenti ce qu’elle prétend vivre, mais cela ne signifie pas que son “âme” s’est fait la malle durant un court moment. Ce n’est pas un voyage astral, comme ceux décrits par les mystiques. Il n’y a aucune sorte d’activité paranormale.

Le fait est que, même s’il y a peu d’expériences solides sur ce sujet, sauf ce document de recherche et quelques autres, les scientifiques pensent que ces expériences hors du corps sont un type d’hallucinations provoquées par un mécanisme neurologique. Cette étude estime que ce mécanisme neurologique peut être présent chez d’autres personnes et que certaines, comme cette femme, peuvent se former/ s’entrainer à l’activer. Elle leur a dit qu’elle a d’abord remarqué ce phénomène quand elle était petite fille, lors des siestes et qu’ensuite, elle s’efforçait de rentrer dans le même état.

Peut-être que ce type de visualisations, effectuées de manière répétée, peut aboutir à une forme de synesthésie, un phénomène neurologique qui a été largement ignoré pendant la moitié du 20e siècle et que votre Guru a largement décrit dans deux de ses articles, ici : Synesthésie : et si l’on pouvait apprendre à donner de la couleur aux mots et Pourquoi l’évolution a t’elle permis à certaines personnes de gouter les mots ?

L’étude publiée dans Frontiers in Human Neuroscience : Voluntary out-of-body experience: an fMRI study.

Sourcehttp://www.gurumed.org/2014/03/12/le-premier-cas-document-dune-personne-pratiquant-volont-des-expriences-de-hors-corps/

Yves Herbo, Siences-F-H, 12-03-2014

Le cristal le plus ancien de la Terre analysé

Le cristal le plus ancien de la Terre analysé

Old crystal mini

Ce minuscule cristal est le plus ancien materiau connu de la Terre, disent les scientifiques.

Les scientifiques ont pu déterminer à l'aide de deux techniques de datation différentes qu'un cristal de zircon minuscule trouvé sur un ranch de moutons en Australie occidentale est la plus ancienne pièce connue de notre planète et remonte à il y a 4,4 milliards d'années.

Le rapport dans la revue Nature Geoscience dit que selon les chercheurs, la découverte indique que la croûte terrestre s'est formée relativement peu de temps après que la planète se soit formée et que le petit bijou était un vestige d'elle.

John Valley, professeur de géosciences à l'Université de Wisconsin qui a dirigé la recherche, a déclaré que les résultats suggèrent que la Terre primitive n'était pas un endroit aussi agressif que de nombreux scientifiques l'ont pensé.

Old crystal
Le cristal de zircon de 4,4 milliards d'années de la région de Jack Hills en Australie a été confirmé pour être le plus vieux peu de la croûte de la Terre. Handout/REUTERS

Pour déterminer l'âge du fragment de zircon, les scientifiques ont utilisé d'abord une technique de datation largement acceptée sur la base de la détermination de la désintégration de l'uranium en plomb dans un échantillon du minéral.

Mais parce que certains scientifiques ont émis l'hypothèse que cette technique pourrait donner une fausse date d'échéance à cause d'une éventuelle circulation des atomes de plomb dans le cristal au fil du temps, les chercheurs se sont tournés vers une deuxième méthode sophistiquée pour vérifier le résultat.

Ils ont utilisé une technique appelée tomographie par sonde atomique qui a été en mesure d'identifier des atomes individuels de plomb dans le cristal et de déterminer leur masse, et a confirmé que le zircon était bien vieux 4.400.000.000 années.

Pour mettre cet âge en perspective, la Terre s'est formée il y a 4,5 milliards d'années en une boule de roche en fusion, ce qui signifie que sa croûte s'est formée assez rapidement par la suite, environ 100 millions d'années après. L'âge de cristal signifie également que la croûte est apparue seulement 160 millions d'années après la formation même du système solaire.

La constatation appuie l'idée d'une " Terre primitive calme", où les températures étaient assez faibles pour soutenir les océans, et peut-être la vie, bien plus tôt qu'on ne le pensait, dit Valley.

Le zircon a été extrait en 2001 à partir d'un affleurement rocheux dans la région Jack Hills de l'Australie. Pour un rocher d'une telle importance, il est plutôt petit. Il ne mesure que 200 x 400 microns, soit environ deux fois le diamètre d'un cheveu humain.

Source : Reuters http://www.nbcnews.com/science/science-news/tiny-crystal-oldest-known-piece-earth-scientists-say-n36916

Yves Herbo Traductions-Sciences-F-Histoires, 12-03-2014

jeudi 13 mars 2014

Des industriels de l'Hémisphère nord rejettent des CFC encore plus dangereux

Des industriels de l'Hémisphère nord rejettent des CFC encore plus dangereux qu'avant...
Coucheozone avril13gauche sept2006droite noaa knmi esa mini
Une équipe de chercheurs britanniques de l’université d’East Anglia (Norwich) vient d'annoncer dans un article de Nature Geosciencequ’elle avait détecté l’apparition récente et en quantités potentiellement alarmantes de trois nouveaux CFC et d'un nouveau HCFC dans l’atmosphère. Les analyses montrent que les quatre produits chimiques découverts dans l'atmosphère pour la première fois, CFC-112, CFC-112a, CFC-113a et HCFC-133a, sont émis dans l'hémisphère nord, mais pas précisément où et par qui. Il pourrait s’agir de conséquences de la production d’insecticides ou de solvants pour le nettoyage des composants électroniques. (l'Asie, principal fabriquant de composants électronique mondial, pourrait donc être l'un des principal émetteur de ces nouveaux gaz interdits).
74.000 tonnes de CFC et HCFC interdits
Les scientifiques se révèlent particulièrement inquiets avec les émissions de CFC-113a qui, bien qu’encore relativement peu importantes, ont doublé entre 2010 et 2012. Au total, CFC et HCFC inclus, c’est plus de 74.000 tonnes de gaz pourtant interdits par le protocole de Montréal qui se retrouvent dans l’atmosphère. C’est en analysant des échantillons d’air collectés entre 1978 et 2012 en Tasmanie, ainsi que ceux présents dans des neiges en provenance du Groenland que leur existence a été prouvée.
Johannes Laube, l’un des chimistes coauteurs de cette découverte, pense qu’il s’agit malheureusement de la pointe émergée d’un iceberg : « Nous n'avons pas encore quantifié les volumes, mais nous avons trouvé des dizaines d'autres gaz destructeurs d'ozone non détectés auparavant. » Et le chercheur ajoute : « Qui plus est, les trois CFC sont détruits très lentement dans l'atmosphère. Même si les émissions cessaient immédiatement, ils seront encore là pendant de nombreuses décennies à venir. »
Coucheozone avril13gauche sept2006droite noaa knmi esa

Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique s'ouvre et se ferme au gré des saisons (avril 2006 à gauche et septembre 2006 à droite). Dans cette région, la quasi-totalité de l’ozone entre 15 et 20 km d'altitude se trouve détruite chaque année au printemps. L’épaisseur totale d’ozone est alors diminuée de moitié. Une diminution de l’ozone se produit également, mais avec une moindre amplitude, au printemps au-dessus de l’Arctique. © NOAA, KNMI, Esa
Il fallait s'en douter de toute façon : dans une civilisation esclave de son outil argent qui ne peut plus rien envisager ou créer sans son système trompeur, la catastrophe est irrémédiable et probablement de plus en plus irréversible... l'homme va devoir apprendre à faire les choses urgentes et impératives sans blocages dus à l'argent ou va devoir arrêter la fabrication des produits les plus Hi-Techs (qui nécessitent donc des traitements très pollueurs !) en attendant de trouver une chimie non destructrice d'ozone... chose qu'il serait assez étonnant de voir arriver dans le monde assez décadent et toujours soumis à son passé religieux que nous connaissons toujours...
Sources : http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo2109.html + http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/environnement-mysterieux-cfc-hcfc-menacent-couche-ozone-52703/#xtor=RSS-8
Yves Herbo-Sciences-F-H, 11-03-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer du 01-03 au 07-03-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer semaine du 01-03 au 07-03-2014
logo-2.png
Vous trouverez ici les liens de toutes les News, Articles et Podcasts du Site de l'Association à but non lucratif (pas de transmissions de données personnelles ou non à des entreprises commerciales) SerieViewer, dont je suis membre-fondateur actif. Ces liens seront diffusés par semaine ou par pair de semaines et nous aideront, ainsi que les visiteurs ou chercheurs d'infos à retrouver une news ou autre, sur ce blog, qui vous amènera directement dans le bon article sur le site de l'association. Un petit ajout à la fonction Recherche du site SerieViewer (et de son Forum) qui fonctionne très bien de part ailleurs...
SerieViewer organise régulièrement des Jeux Concours gratuits pour permettre de gagner des coffrets DVD de séries TV. Pareillement, l'Association ne revend pas de liens à l'extérieur et n'enregistre pas vos adresses ou Emails et aucune inscription au site ou forum n'est obligatoire (mais je vous y incite : en plus la partie Fiches Séries a été ajoutée avec plein de données). Tous les Tests DVD se trouvent LA.
Note : Les liens sont classés par les plus récents en haut, par rubrique. Les liens menant à des articles mis à jour depuis ces dates ne sont plus valables (aller voir la mise à jour sur le site ci-dessus).


ARTICLES : (voir les commentaires sur le site pour les MAJ des Projets Nouveaux)


Yves Herbo-S-Fictions-Histoires-SerieViewer-12-03-2014

mercredi 12 mars 2014

Nouvelles archéologiques 11-03-2014 : vestiges pré-incas découverts, etc

Nouvelles archéologiques 11-03-2014 : vestiges pré-incas découverts, etc
Cuzco 3000ans marcavalle1
Lima, Mar. 08. 14 : Un lieu de sépulture datant d'environ 3000 années a été trouvé au Pérou, contenant des restes censées être d'une culture pré-inca.
ANDINA / Percy Hurtado Santillán
Cuzco 3000ans marcavalle1ANDINA/Percy Hurtado Santillán

La découverte faite à Cusco a été annoncée vendredi. Le site contenait les restes d'un enfant, d'un adolescent et deux adultes.
Les archéologues croient que les restes trouvés sont de la culture pré-inca Marcavalle, a signalé le site Presstv.ir.
Également trouvés sur le site et datés d'environ 1000 avant JC, se trouvaient des artéfacts anciens, y compris des outils en obsidienne et en os de camélidés, des fragments de céramique portant des motifs artistiques connus pour être associés avec la culture Marcavalle, et des colliers de perles.
Cuzco 3000ans marcavalle2
ANDINA/Percy Hurtado Santillán
Les archéologues disent que l'importance prêtée à la découverte est qu'aucune demeure datant de la culture Marcavalle n'a jamais été trouvée avant.
Le site d'enfouissement, qui contenait deux tombes doubles et une simple tombe, a été retrouvé sur un terrain appartenant à un centre de réadaptation pour mineurs à Cusco.
(FIN) INT / EEP


La sépulture de Dartmoor de 4000 ans découverte réécrit l'histoire de l'âge du bronze britannique.
Dartmoor site 011

The site of the find on White Horse hill
La boîte en pierre contient les premiers exemples de tournage sur bois et du travail des métaux, avec de l'ambre de la Baltique et ce qui pourrait être de la peau d'ours.
Il y a quelques 4000 années ont été incinérés les os d'une jeune femme - des restes carbonisés de son linceul et le bois de son bûcher sont encore s'accrochés à eux - qui ont été soigneusement enveloppés dans une fourrure avec ses biens les plus précieux, entassés dans un panier, et amenés sur un des points les plus élevés et les plus exposés de Dartmoor, où ils ont été enterrés dans une petite boîte de pierre couverte par un monticule de tourbe.
La découverte de ces restes est en train de réécrire l'histoire de l'âge de la médaille de bronze de la lande. Le paquet contient un trésor d'objets uniques : une perle d'étain et 34 boutons d'étain, qui sont les premières preuves d'une métallurgie dans le sud-ouest, des textiles, y compris une courroie en fibre d'ortie unique avec une frange de cuir ; des bijoux, y compris de l'ambre de la Baltique et du schiste de Whitby, et des boucles d'oreille en bois, qui sont les premiers exemples de tournage sur bois jamais trouvés en Grande-Bretagne.
Le site choisi pour sa tombe n'était pas un accidentA 600 mètres d'altitude, la colline du Cheval Blanc est si éloignée que pour y arriver, aujourd'hui encore, c'est à 45 minutes de marche à travers la bruyère et les tourbières, après une demi-heure en voiture jusqu'à une piste militaire de la route la plus proche. Le site d'habitation préhistorique connu le plus proche est loin dans la vallée, près de la tombe de l'ancien poète Ted Hughes.
Dartmoor discovery 009
Parts of a necklace and wooden ear studs found on Dartmoor
Analyser et interpréter l'une des sépultures les plus fascinantes jamais trouvées en Grande-Bretagne occupe maintenant les scientifiques à travers plusieurs continents. Un documentaire de la BBC, Mystère de la Lande, a été conçu uniquement pour diffusion locale, mais comme l'ampleur de la découverte est devenu clair, il a été représenté à l'échelle nationale sur BBC2 le 9 Mars 2014.
Des scientifiques en Grande-Bretagne, au Danemark et au Smithsonian aux États-Unis ont travaillé sur la fourrure. Ce n'est pas un chien, un loup, un cerf, un cheval ou un mouton, mais peut être une peau d'ours, d'une espèce qui a disparu en Grande-Bretagne il y a au moins 1000 ans.
Il n'a pas encore été possible d'identifier définitivement le sexe des os calcinés fragmentés, mais ils suggèrent un jeune individu âgé entre 15 et 25 ans.
" Je ne devrais pas le dire - mais compte tenu de la nature des objets, et le fait qu'il n'y a pas de poignard ou une autre arme de toute sorte, comme nous savons avoir été trouvés dans d'autres sépultures de l'époque, je n'ai personnellement aucun doute qu'il s'agissait d'une jeune femme ", a dit Jane Marchand, chief archaeologist at the Dartmoor National Park Authority.
Bien que Dartmoor soit parsemé de monuments préhistoriques, y compris des pierres dressées, des lignes de pierre, et des centaines de sites de huttes circulaires, très peu de sépultures préhistoriques de toute nature ont été trouvées. Ce qui donne de l'importance internationale à la colline du Cheval Blanc est la survie de tant de matière organique, qui se désintègre habituellement sans laisser de traces dans le sol acide.
Outre le panier, cette sépulture avait une ceinture, des boucles d'oreille - identiques à ceux en vente dans de nombreux magasins goths - fabriqués à partir de bois broche, un bois à grain fin dur souvent utilisé pour les aiguilles à tricoter, des arbres qui poussent encore sur le bas des pentes du Dartmoor, et une bande de bras uniques, tressée de poils de vaches et à l'origine cloutée avec 34 billes d'étain qui ont brillé comme de l'argent. Il y avait des restes carbonisés du même textile qui pourraient être les restes d'un linceul, et des fragments de charbon de bois du bûcher.
Bien que l'étain - essentiel pour faire du bronze - de Cornouailles et du Devon est devenu célèbre dans le monde antique, il n'y avait pas de preuve précédente d'une fusion si tôt. Le collier, qui comprenait l'ambre de la Baltique, a eu une grande goutte d'étain fabriquée à partir d'une partie d'un lingot battu à plat et roulé. Bien que la recherche continue, les archéologues sont convaincus qu'il a été fabriqué localement.
Le ciste, une boîte de pierre, a été repéré il y a plus d'une décennie par un promeneur sur la lande du Duché de Cornouailles, quand une fine dalle s'est effondrée lorsque le monticule de tourbe qui l'avait abrité pendant 4000 années a été progressivement emporté. Cependant, il n'a été fouillé qu'il y a trois ans, lorsque les archéologues ont réalisé que le site était en péril si vite que tout contenu possibles seraient inévitablement bientôt perdus. C'est seulement quand ils ont soulevé la dalle supérieure que l'ampleur de la découverte est devenu évidente. La fourrure et le panier étaient un gâchis boueux noirci humide, mais à travers ça, ils pouvaient voir des perles et d'autres objets. " Comme nous avons soulevé attentivement l'ensemble, une perle est tombée - et je savais immédiatement que nous avions quelque chose d'extraordinaire ", a déclaré Marchand. " Auparavant, nous avions huit perles de Dartmoor, nous avons maintenant 200."
Dartmoor woven bag 011
A woven bag found at the site
Le contenu a été pris pour le laboratoire de conservation de Wiltshire, où le panier a pris à lui seul le travail d'un an pour le nettoyer, congeler à sec, et avoir ses contenus retirés. La ciste vide a été reconstruite sur le site. Cependant, les tempêtes de cet hiver ont fait tant de dégâts que les archéologues discutent actuellement s'ils devront déplacer les pierres ou les laisser à la désintégration inévitable.
Les bijoux et autres objets conservés seront dotées d'une exposition plus tard cette année au musée de la ville de Plymouth, mais bien que le travail se poursuit sur ​​ses os, il est peu probable de répondre au mystère de qui elle était, comment elle est morte, et pourquoi à un si jeune âge, elle méritait l'honneur de l'enterrement d'une reine.


Un rare pictographe sur roche découvert au Pays de Galles
Alanbowring pierre balise
Brecon Beacons, Pays de Galles " En se promenant dans les Brecon Beacons, le géologue Alan Bowring a repéré de l'art rupestre préhistorique sur une longue pierre de 4-pied 9 pouces gisant sur ​​le sol. La pierre, décorée avec 12 cupules reliées par des lignes de connexion, pouvait être debout et immobilisée pendant l'âge du bronze, comme un marqueur de moyen pour les communautés agricoles. « Nous aurions pu prédire une découverte de ce genre, compte tenu de la grande quantité de lieux de culte préhistoriques dans les Brecon Beacons, mais c'est la première preuve de l'art rupestre préhistorique jamais enregistrée [dans les Beacons] », a commenté George Nash de l'Université de Bristol à la BBC News.

Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoires, 11-03-2014