L'homme en Amérique du nord entre 30000 et 24000 ans ? : nouvelles preuves

L'homme en Amérique du nord entre 30000 et 24000 ans ? : nouvelles preuves


Yukon bone mini


Entre 1977 et 1987, l'archéologue Jacques Cinq-Mars et son équipe avaient découvert et fouillé les Grottes de Bluefish au Yukon, Canada et avaient récolté une collection d'os et d'artefacts conservés depuis au Musée canadien d'Histoire de Gatineau au Québec. Les travaux de ces fouilles avaient conclu que ces grottes affichaient des preuves d'utilisations et de visites humaines occasionnelles à partir de 30000 ans avant maintenant, ce qui était à l'époque considéré comme impossible et avait été très contesté par la majorité des spécialistes. A tel point que ces trois petites grottes ont depuis lors été laissées à l'écart de toutes les discussions sur le peuplement des Amériques... il est facile d'arriver à un consensus historique, même si cela fausse la réalité, quand on écarte d'office certaines conclusions gênantes, émises ou non par de vrais scientifiques...

En fait, tout pourrait bien avoir été relancé et confirmé par la récente réapparition des notes et commentaires non publiés de Cinq-Marsdes outils de pierre ont été trouvés dans les gisements les plus profonds et les plus anciens de ces grottes de Bluefish. "Dès que j'ai vu l'information, j'ai réalisé qu'il y avait un cas assez solide ici, pour une ancienne occupation de ces grottes lors du maximal glaciaire, il y a 24 000 ans", annonce John Hoffecker, archéologue et paléoécologue de l'Université du Colorado et promoteur de l'hypothèse du micro-continent de Béringie, reconnaît que les ossements découpés constituent une forte preuve d'une occupation humaine précoce.






En fait, la majorité des archéologues, depuis longtemps, ont été d'accord pour enregistrer l'existence d'une sorte de "grand pont" entre la Russie sibérienne et l'Alaska, mais la même majorité avait toujours supposé que, si ce pont avait bien existé jusqu'à environ 11000 ans avant nos jours, les conditions climatiques étaient extrêmes et impropres à la vie, n'offrant que des passages ponctuels. Ce dernier postulat est de plus en plus remis en question, tant sur le point de vue climat que sur la possibilité de vie permanente.

Alors que le maximum glaciaire a été situé de 26500 et 19000 ans avant maintenant, entraînant la création de grandes barrières de glaciers faisant s'abaisser les eaux des océans de 120 mètres minimum, les traces climatiques indiquent que localement se produisaient des pointes de chaleur supérieures de + 8 degrés C par rapport aux températures que l'on connaît de nos jours dans ces mêmes régions ! Le monde était tout à fait différent d'aujourd'hui, non seulement il y avait une flore et une faune plutôt étrange, mais sa géographie serait très méconnaissable. Puisque beaucoup d'eau avait été enfermé dans la glace, les niveaux de la mer étaient donc environ 120 mètres plus bas que maintenant, dévoilant de vastes étendues du fond de l'océan le long des côtes. Les îles étaient devenues des péninsules, des plaines sous-marines étaient devenues des vallées intérieures et des prairies. Peu d'endroits ont été aussi transformés que le détroit de Béring. Comme les eaux se sont apaisées entre la Sibérie orientale et l'Alaska de l'ouest, une bande de terre sèche a émergé, que les mammouths laineux et d'autres animaux parcouraient. Pendant des milliers d'années, l'Asie et l'Amérique du Nord ont été réunis, jusqu'à ce que le monde continue à se réchauffer à nouveau, et les rivières et les cours d'eau contenant les eaux de fonte des calottes glaciaires ont amené au retour de l'océan.

Map beringia

Durant les profondeurs glacées de l'ère glaciaire, le niveau des océans a chuté, créant un immense pont de terre à travers le détroit de Béring qui était presque aussi grand que l'Australie. Ce vaste «pont» tendu du Mackenzie au Canada aux montagnes russes de Verkhoïansk ; aujourd'hui, les scientifiques l'appellent la Béringie. Illustration par Mark Garrison

Encore aujourd'hui, si nous pensons à cette terre oubliée, nous imaginons par erreur que c'était un couloir gelé étroit, que des petits groupes d'anciens migrants asiatiques ont empreinté alors qu'ils suivaient leur chemin en poursuivant peut-être quelques troupeaux de mammouths ou de bisons, vers l'est et le Nouveau Monde, où ils ont donné naissance aux premiers peuples des Amériques . Mais cette image se révèle de plus en plus trompeuse. Le «pont terrestre de Bering" n'était pas un pont du tout, par exemple, à son apogée, c'était une masse à peu près aussi grande que l'Australie, s'étirant sur 1.600 kilomètres du nord au sud et 4.800 kilomètres d'est en ouest, du fleuve Mackenzie au Canada aux Montagnes Verkhoyansk de la Russie. Les scientifiques l'appellent la Béringie. Et ce n'était pas un territoire stérile congelé, selon les fossiles et des preuves de pollen. Des fleurs sauvages et des arbustes y ont fleuri en été, et des animaux aussi divers que le bison des steppes, les chameaux occidentaux, les chevaux du Pléistocène, des antilopes et des rhinocéros laineux parcouraient ses terres de steppe et de toundra. A un moment où une grande partie de l'hémisphère nord gémissait sous la glace épaisse, la Béringie était en grande partie libre de glace, avec une gamme de climats qui peuvent ne pas avoir été trop différentes de celles vécues en Alaska aujourd'hui.

En fait, les preuves de migrations animales et humaines anciennes, pouvant remonter aux périodes où les glaces ont commencé à augmenter en épaisseur et où l'eau océanique a commencé à s'abaisser (dès - 30000 ans), se sont multipliées ces dernières années. Déjà, dans les années 1990, de grandes découvertes archéologiques ont repoussé la date de migration humaine vers le Nouveau Monde. Le long de la pointe sud des Amériques, sur un site chilien connu comme Monte Verde, les archéologues ont excavé un camp de chasseurs-cueilleurs qui s'abritaient dans des tentes et se sont régalés avec des algues il y a au moins 14.500 ans, et il y a peut-être jusqu'à 18.500 années. D'autres découvertes, y compris des fouilles archéologiques récentes datées de 14.500 ans sur des outils de pierre, sur un site se situant sur le fond de la rivière Aucilla de la Floride jettent un doute sur l'histoire de l'homme se précipitant sur le pont de terre de Bering pour coloniser les Amériques pendant la fonte des glaces...

Pour compliquer encore l'histoire, des archéologues travaillant dans le nord-est de la Sibérie en 2002 ont découvert que les humains se sont adaptés aux conditions arctiques beaucoup plus tôt qu'on ne le croyait autrefois. Il y a près de 32.000 ans, sur un groupe de sites situés à la latitude 71 ° nord (le long de la rivière Yana et bien au-dessus du cercle polaire arctique), des chasseurs de mammouths les ont massacré, ont sculpté des ustensiles d'ivoire, et ont cousu des vêtements chauds, des vêtements sur mesure avec des aiguilles percées. A la veille du dernier maximum glaciaire, ils avaient déjà maîtrisé la vie dans l'Arctique, une condition préalable pour survivre en Béringie....

Alors que le grand froid revenait avec puissance, et bien que les humains dans de nombreuses régions du monde ont abandonné leurs anciens terrains de chasse, se déplaçant vers des zones où la nourriture était encore assez abondante pour la survie, ceux qui vivaient le long de la rivière Yana se sont divisés en deux groupes, l'un fuyant vers la Sibérie du sud, et des recherches récentes suggérant  qu'un autre groupe a suivi une autre option: la direction de l'est par la Béringie... On parle alors des Dyuktai, qui seraient envisagés comme devenant ensuite la mystérieuse culture Okunev, des chasseur-cueilleurs déjà très évolués bien avant le néolithique.

Puis, en Béringie, des changements dans le jet stream ont créé un climat relativement accueillant, selon un modèle, sur les parties du sud-est de la Béringie, peut-être autant que +8 ° C plus chaud qu'aujourd'hui. Les températures hivernales ont chuté à -40 ° C dans certaines régions : froid, mais pour des gens adaptés à la vie dans la steppe sibérienne du nord, supportable. Le printemps a apporté le retour de la lumière, et un dégel du sol au-dessus du pergélisol. Les buissons ont commencé à déployer leurs feuilles. Les premières fleurs, des petites asters bleues aux trèfles couleur blanc, injectées dans la toundra brune. En été, des bisons, des mammouths et des chevaux s'engraissaient sur le terrain. La flore était aussi diverse que les saules arbustifs, les plantes à fleurs, des herbes et de la mousse de sphaigne ont prospéré, et des études de fossiles pointent sur une richesse de la faune, des coccinelles, des lemmings, de la perdrix ancienne à l'orignal et à l'ours grizzli. Si la Béringie était un refuge pour les plantes et les animaux, pourquoi pas pour des gens ?


Camp beringia

An artist imagines the camp of Beringian hunter-gatherers during the last ice age. To survive in the cold, Beringians would have needed tailored parkas and pants. Image credit: Beringia 15,000 Years Ago. Painting produced by Videoanthrop Inc., Montreal/M. François Girard. Canadian Museum of History, I-A-40, S95-23503

Pendant des années, ces questions ont troublé Hoffecker, comme une chanson qu'on ne peut pas sortir de sa tête. Mais parce que lui et d'autres archéologues n'avaient pas été en mesure de trouver des traces claires de l'homme dans la Béringie qui dateraient du dernier maximum glaciaire, il repoussa ces questions de côté. Il n'y avait tout simplement rien de plus convaincant pour remplacer l'ancien modèle.

En 2007, cela a changé. Le généticien Erika Tamm de l'Université de Tartu en Estonie et 20 de ses collègues ont analysé les données de l'ADN mitochondrial de 601 Américains autochtones et 3764 Asiatiques indigènes sur des indices sur le peuplement du Nouveau Monde. Leurs témoignages, publiés dans la revue PLoS One, ont suggéré que, quelque part durant  le long voyage vers le Nouveau Monde, les anciens migrants asiatiques avaient traîné assez longtemps pour développer les nouvelles lignées génétiques qui sont parvenues à caractériser les populations indigènes dans les Amériques. Une migration rapide il y a environ 12.000 à 13.000 ans ne pouvait pas tenir compte de ces nouvelles lignées: les migrants doivent avoir été isolés quelque part pendant des milliers d'années. L'endroit le plus probable, l'équipe a suggéré, était la Béringie.

Cependant, il y avait deux problèmes encore pour affiner les résultats et faire de réelles découvertes archéologiques : la Béringie était maintenant de nos jours complètement sous l'eau et, même génétiquement, si une ancienne population d'asiatiques migrant de la Sibérie à l'Alaska s'était retrouvée coincée (à cause de l'augmentation des barrières de glace par exemple) et isolée en Béringie, il y aurait un "goulot d'étranglement" décelable dans les gènes des descendants, ceux qui ont fini par passer à la fonte des glaces... En fait, une étude de 2007, menée par Sijia Wang, alors candidat au doctorat à l'University College de Londres, a montré l’existence d'une perte mineure de la variation génétique chez les Américains autochtones par rapport à la moyenne, de seulement six à sept pour cent dans le monde entier. Mais qui existe... Puis, une analyse récente des données génétiques montre que près de 8.000 à 10.000 personnes pourraient avoir migré en Béringie et devenir isolées. Et de nouvelles estimations de la productivité biologique suggèrent que la Béringie aurait pu en effet soutenir beaucoup de gens.

En Février 2016, avec un financement de la National Science Foundation des États-Unis, Hoffecker a invité les scientifiques spécialistes de la Béringie du monde au Colorado pour une réunion de deux jours de réflexions. Tout le monde des entomologistes aux experts dentaires ont partagé la recherche et ont discuté de la plausibilité du "modèle d'arrêt en Béringie".

Certains scientifiques se sont éloignés de l'atelier, non convaincu. Ben Potter, archéologue de l''Université de l'Alaska, a été le chercheur sur les premiers sites en Alaska pendant les 15 dernières années, en utilisant des relevés au sol et des hélicoptères de télédétection pour identifier les points susceptibles de recherches avant de creuser. En tout, lui et ses collègues ont maintenant trouvé 400 nouveaux sites en Alaska. Mais aucun ne date du dernier maximum glaciaire. "En ce qui concerne l'arrêt en Béringie, je me sens à l'aise de dire que nous n'avons probablement pas perdu 9.000 ans d'occupation humaine dans cette région", dit Potter. Lui et plusieurs autres archéologues pensent que les humains ont attendu durant les profondeurs de l'âge de glace quelque part en Asie du Nord et ne sont pas entrés en Alaska avant que la glace ait reculé.

Ripan Malhi, un généticien de l'université de l'Illinois et co-auteur du papier sur l'arrêt en Béringie original, recèle également des doutes. Après un retour en 2007, lorsque lui et ses collègues ont écrit le papier, ils avaient estimé que l'arrêt aurait pu durer au moins 15.000 ans, suffisamment de temps pour que de nouvelles mutations se produisent. Aujourd'hui, dit-il, deux études génétiques majeures indiquent une période d'isolement au plus de 8.000 ou 9.000 ans, et peut-être aussi peu que 2.400 ans: trop court en intervalle, selon toute vraisemblance, pour tenir compte des différences génétiques entre les Asiatiques de l'Est et les Américains autochtones. "Je pense que moins le temps de la période d'isolement dure, le moins important [l'arrêt] est dans une perspective évolutive," Malhi a expliqué plus tard par email. Son point de vue du modèle du statu quo de Béringie est maintenant «nuancé», dit-il, et il regarde d'autres facteurs qui peuvent aider à expliquer les modèles génétiques uniques observés dans les populations autochtones dans les Amériques.

Mais d'autres scientifiques sont de plus en plus convaincus que la Béringie abritait une population humaine florissante pendant les jours les plus froids de l'ère glaciaire. G. Richard Scott, anthropologue physique de l'Université du Nevada, à Reno, a présenté un document comparant les formes distinctives de couronnes dentaires et des racines chez les peuples autochtones en Asie, dans les Amériques et ailleurs. Ses conclusions dentaires ont fortement suggéré que les Américains autochtones descendent d'une population humaine longtemps isolée de l'Asie, le plus probablement en Béringie. Et Scott Elias, chercheur paléoenvironnemental de Royal Holloway, Université de Londres, a parlé de restes de dendroctones qu'il a récupéré à partir de carottes de sédiments prélevés dans différentes parties de la Béringie. En identifiant les espèces de coléoptères et les habitats qu'ils fréquentent aujourd'hui, Elias a aidé à confirmer les modèles climatiques montrant que le centre de la Béringie aurait été en grande partie de la toundra, capables de supporter une foule de vies végétales et animales.

La plus grande surprise, cependant, est venu de l'archéologue Vladimir Pitulko de l'Académie des sciences de Russie. En creusant les maintenant célèbres sites Yana de la Russie, situé dans ce qui était autrefois l'ouest de la Béringie, Pitulko et son équipe ont excavé un ivoire de mammouth, un artefact intrigant. Il a envoyé un échantillon de celui-ci aux États-Unis pour la datation au radiocarbone. Les résultats l'ont surpris, lui et son équipe: l'échantillon a été daté de il y a entre 21,126 et 21,738 ans. Cet artefact et d'autres découvertes connexes sur le site constituent la première preuve que les humains peuvent avoir occupé la Béringie pendant le dernier maximum glaciaire. Hoffecker prévient que d'autres dates seront nécessaires pour confirmer les résultats avant qu'il puisse être publié, mais il l'appelle «une révélation dramatique."

Hoffecker est convaincu que d'autres preuves de l'homme vivant dans la Béringie pendant le dernier maximum glaciaire existent, peut-être quelque part dans les vastes étendues inexplorées de l'ouest de l'Alaska, enfouis sous des milliers d'années de débris congelés. Mais il est aussi ouvert à d'autres modèles, des histoires que nous n'avons pas encore pris en compte. Chaque découverte ouvre de nouvelles possibilités, et l'arrêt en Béringie, en fin de compte, est juste l'une d'elles.

C'est avec tout cet historique que l'idée de la recherche d'un tel site controversé, datant du dernier maximum glaciaire, a interpelé l'archéologue Lauriane Bourgeon: «l'Alaska, le Yukon, les accumulations d'os, les grottes, le premier peuplement. … C'était ça. C'était le sort du Yukon! », Dit-elle par courriel.


Yukon bluefishcaves

Un os de cheval préhistorique disparu portant des marques d'outils, daté de 19650 ans (24000 ans C14 calibré).

Bourgeon a envoyé courant 2016 six morceaux d'os provenant des fouilles de Cinq-Mars dans les grottes de Bluefish, au Yukon Canadien, à un laboratoire à Oxford, en Angleterre, pour la datation par radiocarbone. Ces morceaux d'os montraient des preuves de coupures d'outil de pierre. Le plus récent, il s'est avéré, était un os de caribou de 12 000 ans. Le plus ancien: l'os d'une mâchoire de 24 000 ans. La découverte, publiée dans la revue PLoS One fin 2016, fait des grottes Bluefish le plus ancien site archéologique connu en Amérique du Nord avec une marge de près de 10.000 années, et confirme une grande partie de l'œuvre de Cinq-Mars. " Six of the cut-marked bones were selected for AMS dating. The results range from 10,490 ± 55 14C BP to 19,650 ± 130 14C BP, i.e., between 12,000 and 24,000 cal BP, and are consistent with previously reported dates for Bluefish Caves (Table 1) [23–27, 35]. An old date that was obtained by the RadioIsotope Direct Detection Laboratory on a cut-marked horse metatarsal from Cave I (17,440 ± 220 14C BP; RIDDL-278) is now strengthened by two new dates performed on the same specimen (Figure D in S1 Fig): 17,660 ± 100 14C BP (OxA-33774) and 17,610 ± 100 14C BP (OxA-33775). " (voir dans la publication scientifique, lien tout en bas : C14 simple = 14C et C14 calibré = CAL).


Yukon bone

Auparavant, les plus anciennes occupations humaines acceptées étaient sur trois sites en Alaska et un, proche de la frontière du Yukon, tous datant d'il y a environ 14.000 ans. « Nous avons eu des soupçons que la présence humaine pourrait être plus ancienne quand nous avons trouvé des marques sur des os coupés de cheval », dit Bourgeon. " Les chevaux préhistoriques sont censés avoir disparu de la région il y a environ 14.000 ans. "

Caribou yukon

Cut marks on a caribou coxal bone from Cave II. The specimen (# I5.6.5) is dated to 18,570 ± 110 14C BP (OxA-33777) and shows straight and parallel marks resulting from filleting activity. http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0169486.g002

Bourgeon dit que ses résultats ajoutent du poids à une autre idée controversée: l'hypothèse du statu quo en Béringie... "Ne pas trouver de matériel culturel ne signifie pas que les gens ne sont pas là", dit Bourgeon. " Plus probablement, de petits groupes très mobiles de chasseurs n'auraient pas laissé beaucoup de preuves derrière eux et une partie de la Béringie est maintenant sous l'eau."


Yukon bluefishcaves2

Hoffecker dit qu'il attend que l'argumentation sur les grottes de Bluefish se poursuive pendant un certain temps, mais les études des os et l'information surprenante d'outils de pierre profondément enfouis l'ont convaincu que les gens étaient là pendant le dernier maximum glaciaire. Bourgeon est convaincue que, peu importe la façon dont peu de traces subsistent des anciens chasseurs, plusieurs sites datant de cette époque finiront par se présenter.

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/decouverte-des-traces-d-une-calotte-glaciaire-arctique-prehistorique-a-l-est-de-la-siberie.html

Krista Langlois, Heather Pringle, “A Sunken Bridge the Size of a Continent,” Hakai Magazine, September 20, 2016, accessed January 20, 2017, http://bit.ly/2c9256L.
https://www.hakaimagazine.com/article-short/archaeological-find-puts-humans-north-america-10000-years-earlier-thought



Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 22-01-2017


Commentaires