mardi 20 février 2018

Découverte génétique d'une population amérindienne inconnue

Découverte génétique d'une population amérindienne inconnue


Map beringia

Retour sur une découverte et publication de ce début d'année, car elle est d'une grande importance en ce qui concerne l'Histoire de l'Humanité. Cette découverte bouleverse en effet certaines données faussement établies de la science moderne, mais fait aussi apparaître l'existence d'une population "Atlante" (en référence à la légendaire île engloutie) qui est demeurée des milliers d'années sur une terre maintenant engloutie, la Béringie, entre la Sibérie et l'Amérique du Nord....

L'analyse génétique de l'ADN d'un nourrisson trouvé sur le site archéologique d'Upward Sun River, en Alaska, a révélé une population amérindienne jusqu'alors inconnue, que les scientifiques ont baptisée «Anciens Beringiens». La recherche apparaît dans la revue Nature.
Il est largement admis que les premiers colons en Amérique du Nord (le Sud paraissant plus compliqué) ont traversé de l'Eurasie en Alaska via un ancien pont terrestre enjambant le détroit de Béring, qui a été submergé à la fin de la dernière période glaciaire.

Des questions telles que l'existence ou non d'un ou de plusieurs groupes fondateurs (les tout premiers), leur arrivée et les événements suivants font l'objet de débats. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont séquencé le génome complet d'un bébé - une fille nommée Xach'itee'aanenh T'eede Gaay (Sunrise Child-girl) par la communauté autochtone locale - dont les restes ont été trouvés sur le site de Upward Sun River d'Alaska en 2013.

À leur grande surprise, les scientifiques ont découvert que bien que Xach'itee'aanenh T'eede Gaay ait vécu il y a environ 11 500 ans, longtemps après l'arrivée des premiers habitants dans la région, ses informations génétiques ne correspondaient à aucune des deux branches reconnues des premiers Amérindiens, qui sont désignés comme "au Nord et au Sud".

Au lieu de cela, elles semblaient avoir appartenues à une population amérindienne entièrement distincte, qu'ils ont appelé Anciens Beringiens.

" Nous ne savions pas que cette population existait ", a déclaré le professeur Ben Potter, co-auteur de l'Université de l'Alaska Fairbanks.


Ancient beringians

Une illustration scientifique du camp Upward Sun River dans ce qui est maintenant l'Alaska intérieur. Crédit d'image: Eric S. Carlson / Ben A. Potter.


" Ces données fournissent également la première preuve directe de la population autochtone initiale, ce qui jette un nouvel éclairage sur la migration et l'établissement de ces populations précoces en Amérique du Nord. "L'ADN de Xach'itee'aanenh T'eede Gaay a fourni une fenêtre sans précédent sur l'histoire de son peuple ", a-t-il dit.

" Elle et une nourrisson plus jeune, trouvée sur le site Upward Sun River en 2013 vivaient il y a environ 11 500 ans et étaient étroitement apparentées, de vrais cousins ​​germains. Le jeune nourrisson a été nommé Yekaanenh T'eede Gaay (Dawn Twilight Girl-enfant). "

" Il serait difficile de surestimer l'importance de ce peuple nouvellement révélé à notre compréhension sur la façon dont les populations anciennes sont venues habiter les Amériques. Cette nouvelle information nous permettra d'avoir une image plus précise de la préhistoire amérindienne. C'est nettement plus complexe qu'on ne le pensait. "


Camp beringia

" Les anciens Béringiens se sont diversifiés par rapport aux autres Amérindiens, avant toute population autochtone ancienne ou vivante séquencée à ce jour. C'est une population relique d'un groupe ancestral qui était commun à tous les Amérindiens, donc les données génétiques séquencées nous ont donné un énorme potentiel pour répondre aux questions concernant le peuplement précoce des Amériques ", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le professeur Eske Willerslev du St John's College à l'Université de Cambridge, Royaume-Uni, et de l'Université de Copenhague, Danemark.


Deuxroutes


" Nous avons pu montrer que ces gens sont probablement entrés en Alaska il y a 20 000 ansC'est la première fois que nous avons des preuves génomiques directes que tous les Amérindiens (actuels) peuvent être ramenés à une seule population source, via un seul événement migratoire fondateur . "

Les chercheurs ont comparé les données des restes de la rivière Upward Sun avec les génomes anciens et ceux de nombreuses populations actuelles. Cela a permis à l'équipe d'établir que le groupe béringien ancien était plus proche des premiers Amérindiens que de leurs ancêtres asiatiques et eurasiens, puis de déterminer la nature précise de cette relation et comment, avec le temps, ils se scindaient en populations distinctes.

Jusqu'à présent, l'existence de deux branches distinctes du Nord et du Sud a divisé l'opinion académique sur la manière dont le continent (nord américain) était peuplé. Les chercheurs sont en désaccord sur la question de savoir si ces deux branches se divisent après l'entrée des humains en Alaska, ou si elles représentent des migrations séparées.


Map beringia

Le génome de Xach'itee'aanenh T'eede Gaay montre que les Béringiens anciens ont été isolés de la population amérindienne commune, ancestrale, avant la division Nord et Sud, et après que la population source ancestrale fut elle-même isolée des autres groupes en Asie (la population sibérienne s'est donc retrouvée isolée elle-même du reste de l'Asie).

" Cela signifie qu'il y a probablement eu une vague de migration vers les Amériques, avec toutes les subdivisions qui ont eu lieu par la suite ", expliquent les auteurs. Selon la chronologie de l'équipe, la population ancestrale est apparue comme un groupe séparé il y a environ 36 000 ans, probablement quelque part en Asie du Nord-Est (Sibérie orientale). Le contact constant avec les populations asiatiques s'est poursuivi jusqu'à il y a environ 25 000 ans, lorsque le flux génétique entre les deux groupes a cessé. Cette cessation a probablement été causée par des changements brutaux du climat, qui ont isolé les ancêtres amérindiens.

" Cela indique donc probablement le moment où les gens ont commencé à s'installer en Alaska ", a déclaré le professeur Willerslev

À peu près à la même époque, il y avait un niveau d'échange génétique avec une ancienne population de l'Eurasie du Nord. Des recherches antérieures ont montré qu'un niveau de contact relativement spécifique et localisé entre ce groupe et les Asiatiques de l'Est a conduit à l'émergence d'une population autochtone ancestrale distincte.

Les anciens Béringiens eux-mêmes se sont séparés du groupe ancestral plus tôt que les branches du Nord ou du Sud, il y a environ 20 000 ans. Cependant, le contact génétique s'est poursuivi avec leurs cousins ​​amérindiens, au moins jusqu'à ce que Xach'itee'aanenh T'eede Gaay soit né en Alaska environ 8 500 ans plus tard. YH : On peut donc considérer que la grosse "passerelle" nommée Béringie (large et longue tout de même de plusieurs milliers de kilomètres au moins pendant une longue période) a commencé d'abord à se disloquer du côté de la Sibérie, coupant les relations avec les populations ancestrales sibériennes entre -25000 et -20000 ans, puis l'engloutissement du reste de l'île ou presqu'île créée alors a obligé les survivants de cette "Atlantide ou Mu" à s'installer en Alaska définitivement entre -20000 et -11500 ans, tout en conservant jusqu'à cette dernière date sa distinction de peuple génétiquement séparé des autres migrants amérindiens...

La proximité géographique requise pour un contact continu de ce type a conduit les scientifiques à conclure que la migration initiale vers les Amériques avait probablement déjà eu lieu lorsque les anciens Béringiens se sont détachés de la ligne ancestrale principale. " Il semble que cette population de l'ancienne Béringie était là-bas, en Alaska, il y a 20 000 ans jusqu'à il y a 11 500 ans, mais ils étaient déjà distincts du groupe amérindien ", a déclaré le premier auteur, le Dr Jos Victor Moreno-Mayar de l'Université de Copenhague.

Finalement, l'équipe a établi que les branches des Amérindiens du Nord et du Sud ne se divisaient qu'entre 17 000 et 14 000 ans, ce qui, selon les preuves plus générales, indique qu'elles avaient déjà été sur le continent américain au sud de la glace du dernier âge de glace...

La fracture (Nord-Sud) s'est probablement produite après que leurs ancêtres aient traversé, ou contourné, les calottes glaciaires Laurentide et Cordillérienne - deux vastes glaciers qui couvraient ce qui est maintenant le Canada et certaines parties du nord des États-Unis, mais qui ont commencé à dégeler vers cette époque.

L'existence continue de cette calotte glaciaire dans une grande partie du nord du continent aurait isolé les voyageurs sudistes des Béringiens anciens en Alaska, qui furent éventuellement remplacés ou absorbés par d'autres populations amérindiennes par la suite.

Bien que les populations modernes de l'Alaska et du nord du Canada appartiennent à la branche Amérindienne du Nord, l'analyse montre qu'elles proviennent d'une migration vers le nord plus tardive, bien après les migrations initiales.

" Un aspect important de cette recherche est que certaines personnes ont affirmé que la présence des humains dans les Amériques remonte plus tôt - à 30 000 ans, 40 000 ans, voire plus (YH : surtout d'après les analyses au Brésil et en Amazonie) ", a déclaré le professeur Willerslev. " Nous ne pouvons pas prouver que ces affirmations ne sont pas vraies, mais ce que nous disons, c'est que, si elles sont correctes, ils ne pourraient pas avoir été les ancêtres directs des Amérindiens contemporains ". YH : Autrement dit, cette ancienne population de 30 000 à 40 000 ans d'ancienneté, que de plus en plus de preuves confirment, se serait éteinte avant l'arrivée des ancêtres des amérindiens actuels, proviendrait d'une plus ancienne migration (possiblement une continuité de la migration de - 65 000 ans vers l'Australie ?) et d'un autre endroit que la Béringie puisqu'apparaissant directement en Amérique Latine...


Sources :

J. Victor Moreno-Mayar et al . Le génome terminal du Pléistocène d'Alaska révèle la première population fondatrice d'Amérindiens. Nature, publié en ligne le 3 janvier 2018; doi: 10.1038 / nature25173

http://www.sci-news.com/othersciences/anthropology/ancient-beringians-05599.html







Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.fr/, 15, 20-02-2018







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ne pas hésiter à commenter, donner votre avis, faire part de votre propre expérience...