jeudi 24 juin 2021

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère


Caral perou 02


Je ne sais pas si l'expression de "astronomie paysagère" existe ou si je l'invente ici, mais elle me semble la plus adéquate pour résumer la situation décrite par les scientifiques en conclusion de leur étude sur le façonnage de la plus ancienne ville des Amériques à ce jour, Caral. Caral, dont j'ai déjà parlé plusieurs fois tant son avancée par rapport aux autres cultures connues à la même époque (environ 3 000 ans Avant J.C) dans les Amériques surprend:

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html


Astronomie et paysage dans la ville de Caral, la plus ancienne ville des Amériques


Caral supe

L'un des principaux bâtiments pyramidaux de la place centrale de Caral, dont le grand axe est orienté parallèlement à la rivière Supe, et vers la grande lunastice sud. Crédit: A. César González-García (Incipit-CSIC).


Une équipe de chercheurs, dirigée par l'Instituto de Ciencias del Patrimonio (Incipit-CSIC) et l'Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC), en collaboration avec l'équipe de la Zone Arqueologique de Caral (Pérou) dirigée par le Dr Ruth Shady Solís, a établi la relation entre la position des monuments de la Culture Supe (Pérou), leurs orientations et certaines caractéristiques astronomiques et topographiques, ce qui ouvre la voie à l'analyse de la façon dont les habitants de cette vallée ont conçu l'espace et le temps il y a 5000 ans. Les résultats de l'étude viennent d'être publiés dans la revue Latin American Antiquity.

La vallée de la rivière Supe au Pérou contient la première preuve de la construction d'une ville dans les Amériques. Au cours des dernières décennies dans cette vallée et sur la côte voisine, de nombreux sites cérémoniels ont été découverts, avec des bâtiments pyramidaux élaborés et de grands espaces ouverts circulaires datant de 3000 avant JC. La société qui a construit ces bâtiments était basée sur l'agriculture par irrigation, notamment de le coton et la citrouille, et sur la pêche car la côte donne accès à l'une des pêcheries les plus riches du monde.

Vers la fin de 2016, une campagne de travaux de terrain a été menée dans la vallée de Supe, prenant des mesures des positions et orientations des bâtiments les plus importants de cette civilisation très ancienne sur les dix sites les plus importants de la vallée. « Les résultats des recherches sur la position et l'orientation des bâtiments principaux montrent que la présence de la rivière Supe est la principale influence déterminante sur l'orientation des bâtiments car bien qu'ils ne soient pas situés directement au bord de la rivière, ils sont systématiquement parallèles à cela dans un phénomène curieux, convergent avec ce qui se passait en même temps à des milliers de kilomètres dans la Vallée du Nil », explique Juan Antonio Belmonte, un chercheur de l'IAC expert en astronomie culturelle et co-auteur de l'article.

Cependant, l'analyse a révélé que la situation dans la vallée était également déterminée par des relations astronomiques très suggestives et novatrices.

Lire la suite ci-dessous :

vendredi 18 juin 2021

USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !

USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !


Copper points 700px


Ce mois-ci, dans Radiocarbone/Université de Cambridge, une équipe composée de David Pompeani, géologue à la Kansas State University, Manhattan qui étudie les choses depuis plusieurs années, Byron A SteinmanMark B Abbott, Katherine M Pompeani, William Reardon, Seth DePasqual et Robin H Mueller rapporte que les dates les plus fiables, combinées aux données sur les sédiments, indiquent que l'ancienne culture du cuivre a émergé il y a au moins 9500 ans et a culminé entre 7000 et 5000 ans. Cela le rend au moins aussi vieux, et peut-être plus ancien, que les cultures de travail du cuivre documentées au Moyen-Orient, où les archéologues ont documenté un pendentif en cuivre vieux de 8700 ans.

Il y a environ 8500 ans, des chasseurs-cueilleurs vivant près du lac Eagle dans le Wisconsin ont martelé une pointe de projectile conique de 10 centimètres de long en cuivre pur. La pointe finement travaillée, utilisée pour chasser le gros gibier, met en évidence un triomphe technologique du Nouveau Monde - et un puzzleUne nouvelle étude de cet artefact et d'autres traces d'exploitation minière préhistorique conclut que ce que l'on appelle l'ancienne culture du cuivre a émergé, puis s'est mystérieusement évanouie, bien plus tôt qu'on ne le pensait.

Les dates montrent que les premiers Amérindiens ont été parmi les premiers au monde à extraire le métal et à le transformer en outils. Ils suggèrent également qu'un changement climatique régional pourrait aider à expliquer pourquoi, après des milliers d'années, les métallurgistes pionniers ont brusquement cessé de fabriquer la plupart des outils en cuivre et sont en grande partie revenus aux outils en pierre et en os.

Les gisements de cuivre les plus grands et les plus purs de la planète se trouvent autour des Grands Lacs d'Amérique du Nord. À un moment donné, les Amérindiens ont appris à récolter le minerai et à le chauffer, à le marteler et à le transformer en outils. Ils ont laissé derrière eux des milliers de mines et d'innombrables artefacts en cuivre, y compris des pointes de projectiles mortelles, des couteaux et des haches lourdes, ainsi que des petits hameçons et alênes. Aujourd'hui, il n'est pas rare de rencontrer des habitants de la région « qui ont des seaux d'artefacts en cuivre [qu'ils ont trouvés] cachés dans leurs sous-sols », explique David Pompeani.


Copper tools 1280x720

L'archéologue Michelle Bebber de la Kent State University, Kent, a fabriqué ces répliques de pointes de flèches et de couteaux en cuivre fabriqués par des gens de l'ancienne culture du cuivre en Amérique du Nord. MICHELLE BEBBER / LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE EXPÉRIMENTALE DE LA KENT STATE UNIVERSITY


Lorsque les chercheurs ont commencé à dater les artefacts et les mines, ils avaient déjà vu un schéma perplexe: les dates suggéraient que les habitants de l'ancienne culture du cuivre ont commencé à produire des outils en métal il y a environ 6000 ans, puis, pour des raisons qui n'étaient pas claires, des instruments en cuivre abandonnés il y a environ 3000 ans. Après cela, les premiers Amérindiens utilisaient le cuivre principalement pour des articles plus petits et moins utilitaires associés à la parure, tels que les perles et les bracelets. « L'histoire est tellement particulière », en partie parce que de nombreuses autres cultures anciennes n'ont pas abandonné les outils en métal une fois qu'ils ont appris à les fabriquer, dit Pompeani.

Il y a environ 10 ans, Pompeani a commencé une recherche doctorale qui a jeté le doute sur la chronologie de Old CopperIl a extrait les carottes de sédiments des lacs adjacents aux mines préhistoriques de la péninsule de Keweenaw et de l'île Royale au Michigan et a mesuré les métaux traces dans les carottes, y compris le plomb et le titane, qui avaient été libérés par le traitement du mineraiLes analyses ont montré que l'extraction du cuivre avait commencé il y a environ 9500 ans dans certaines régions - quelque 3500 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Cela a également pris fin plus tôt, il y a environ 5400 ans, a rapporté Pompeani dans The Holocene en 2015.

Maintenant, une équipe dirigée par Pompeani présente de nouvelles preuves pour le calendrier révisé.

Lire la suite ci-dessous :

lundi 14 juin 2021

Mélusine: affinités avec les déesses-mères de l’Asie Mineure?

Mélusine : quelles ressemblances avec les déesses-mères de l’Asie Mineure ?


Melusine lusignan vienne

Le sentier de Mélusine vous conduit sur les lieux de la rencontre entre Mélusine et Raymondin. Mélusine-Lusignan-Vienne


A la suite de sa proposition, voici un texte de l'auteure Lousiné Terteryan, qui constitue sa première contribution à une collaboration entre écrivains partageant des passions proches. Auteure du livre "La Plume magique" aux Editions Edilivre, un conte pour enfants et adultes restés jeunes dans leur tête, je partage les messages de ce conte qui sont, comme elle le dit dans son interview : " Il y a trois messages dans cette histoire : le premier, l’écologie , la Mère Nature, il faut l’aimer, la respecter et la protéger, le deuxième ne pas couper les liens entre son enfance et sa vie d’adulte, donc rester toujours un peu un enfant et enfin le troisième croire à la magie de la vie. "

https://www.edilivre.com/rencontre-avec-lousine-terteryan-auteur-de-la-plume-magique/

Laplumemagique

Si vous voulez acheter cet ouvrage : https://www.edilivre.com/la-plume-magique-lousine-terteryan.html/


Mélusine, un personnage féminin légendaire très ancien, pour les mythologues est la “mater lucina" romaine qui présidait aux naissances, ou une divinité celte, protectrice de la Font-de-Sé (fontaine de la soif). Il pourrait également s’agir de la Lyké des Grecs, de la Mélugina des Ligures ou de la Milouziena des Scythes, dont le peuple serait issu d’Héraclès et d'Echidna, elle-même a une queue de serpent et des ailes de chauve-souris. Pour les Gaulois, elle serait plutôt une sorte de Parque du nom de Mélicine (la tisseuse), d’où le thème de la destinée, très présent dans le mythe de Mélusine. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Mais ce personnage semble être plus ancien car elle ressemble plutôt à celles de divinités mésopotamiennes telles qu’Ishtar (vénérée chez les Akkadiens, Babyloniens et Assyriens), Inanna (déesse sumérienne), Sémiramis (déesse assyrienne). Toutes ces déesses incarnaient la fécondité, l’amour et la beauté dans les panthéons respectifs.

Selon certains spécialistes Mélusine signifie “merveille" ou “brouillard de la mer”. Pour les Lusignan, on l’appelle “Mère Lusigne” (la mère des Lusignans), fondatrice de leur lignée. Dans le dictionnaire Littré, elle est appelée “Merlusigne”, ce qui pourrait faire penser à une connotation aquatique. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Enfin, Mélusine possède des traits qui la rendent encore plus ancienne : elle possède des caractères de la déesse-mère remontant à la période du matriarcat.

Pour quelqu’un qui connais le folklore et la mythologie arménienne, Mélusine rappelle la légende de Sémiramis la fameuse reine bâtisseuse assyrienne, transmise dans “L’histoire d’Arménie” de Moïse de Khorène (historien arménien du Ve siècle).

Pour révéler les ressemblances entre Sémiramis et Mélusine, il suffit de connaître la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis. Dans les légendes, issues de l’historiographie médiévale arménienne, Sémiramis est une reine assyrienne amoureuse d’Ara le Beau - le roi d’Arménie.


Jpg ara le beau et semiramis

couverture du livre (ARA AND SEMIRAMIS - Book 20 in the Baba Indaba Children's Stories – Anon E. Mouse)


Quelle est l’histoire de la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis ?


Ara était un roi arménien et très beau. La rumeur de sa beauté parvint aux oreilles de la reine Sémiramis, femme de Ninos qui se met alors à le désirer en secret. Celle-ci profite de la mort de son mari pour le courtiser (selon une autre version, elle demande de son mari le règne pour une seule journée. Ce jour-là, elle ordonne qu’on exécute le roi).

Alors, Sémiramis envoie des messagers chargés de cadeaux pour faire venir Ara à Ninive auprès d'elle et en faire son époux. Mais Ara était fidèle à sa femme. Sémiramis, folle de rage qu'il repousse ses avances, déclare la guerre à Ara le Beau, tout en enjoignant à ses généraux de l'épargner.

Au cours de la bataille, Ara trouve la mort. Quand elle découvre son cadavre, elle ordonne de le mettre sur la terrasse de son palais. La reine Sémiramis avait une réputation de magicienne, elle ordonne aux dieux nommés aralez (créatures mythiques - chiens-ailés) de lécher ses blessures pour le ramener à la vie. Le cadavre commence à se putréfier, alors elle le fait enterrer en secret et monte une supercherie en déguisant un autre homme qu'elle désigne au peuple en disant : « Les dieux ont léché Ara, l'ont ramené à la vie ».

Il faut souligner que l’historien chrétien du Moyen Âge, Moïse de Khorène présente cette légende en tant qu’histoire vraie. C’est-à-dire, il rédige tout ce qui lui semble invraisemblable. La légende ne nous est pas parvenue dans sa forme initiale où Ara le Beau devrait revenir de l’au-delà, c’est-à-dire, renaître. (YH : selon d'autres mythographes, la reine assyrienne Sémiramis plaça le cadavre d'Ara le Beau sur une haute montagne afin que les Aralez viennent lécher ses blessures de guerres pour le guérir. En attendant sa résurrection, Sémiramis déguisa un homme qui lui ressemblait et l'habilla comme Ara).


Lire la suite ci-dessous :

vendredi 4 juin 2021

Turquie: le mégalithe inachevé de Fas ılla des Hittites

Turquie: le mégalithe inachevé de Fas ılla des Hittites


Turquie monolithe2

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/


Le mégalithe inachevé de Fas ıllar est visible sur une colline près d'un petit village de Bey şehir. Il est appelé par les Turcs Kurt Be şi ği (c'est-à-dire le berceau des loups), bien que cela n'ait rien à voir avec les loups. YH : mais peut-être avec la langue louvite !


Turquie monolithe4

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

Il représente deux divinités du panthéon hittite, debout l'une au-dessus de l'autre. Une figure bien visible sur le sommet est le Dieu de la Tempête, représenté dans un temple montagneux. L'une de ses jambes repose sur la tête d'un lion, et la deuxième sur l'épaule d'une divinité debout en dessous. Le personnage inférieur est le Dieu de la Montagne, qui se dresse entre deux lions. Puisque le monument n'a pas été terminé, certaines portions sont gravées plus en détail, tandis que d'autres sont juste esquissées.


Turquie monolithe1

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/


Le monument de Fas ıllar a été taillé dans un bloc de roches basaltiques. Il pèse environ 70 tonnes, sa hauteur est de 8 mètres et sa largeur est de 2.75 mètres. Contrairement à de nombreux monuments hittites bien connus qui étaient gravés sur des murs de roches, le monolithe Fas ıllar l'a été fait dans un bloc de basaltes des carrières voisines, ce qui suggère que la statue ne s'est jamais rendue à sa destination finale. Le plus probable que ses créateurs voulaient le transporter vers un autre endroit (probablement à Eflatun Pinar à près de 37 km). Les similitudes avec les personnages visibles à Eflatunpınar et à Alacahöyük, les comparaisons indiquent l'époque de Tudhaliya IV dans la seconde moitié du 13ème siècle avant notre ère (environ 3 300 ans avant le présent).


Turquie monolithe9

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/


Le monolithe, en fonction de son poids, n'a jamais été déplacé, mais une copie en béton est visible au Anatolian Civilizations Museum à Ankara :


Fasillar03

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/


Approfondissements sur les Hittites, lire la suite ci-dessous:

jeudi 3 juin 2021

Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar

Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar


Espagne argar site

Le site de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne (environ 4 200 ans)


Les archéologues connaissent ce site - connu sous le nom de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne - depuis les années 1800, lorsque des ingénieurs miniers belges y ont découvert les ruines d'une société de l'âge du bronze. Cette société à plusieurs niveaux économiques, connue sous le nom d'El Argar (environ 2300/2200 avant JC à 1550/1450 avant JC), était complexe; le peuple argarique a construit des structures monumentales, cultivé et transformé des céréales telles que l'orge et le blé, gardé des animaux domestiques, échangé avec des cultures lointaines et pratiqué la métallurgie, selon une étude de 2020 publiée dans la revue PLOS One. J'avais eu l'occasion de parler de cette culture encore assez mystérieuse quant à son origine (éventuellement celle des Millares et l'évolution locale de la culture Campaniforme) et disparition, qui est pour l'instant être supposée la conséquence d'une révolution du peuple maltraité par son élite (plusieurs vidéos):

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-ville-d-une-civilisation-inconnue-de-4200-ans-minimum-deterree-en-espagne.html

Au cours des millénaires, des pilleurs de tombes ont volé d'innombrables sépultures d'El Argar. Les archéologues ont donc été stupéfaits en août 2014, lorsqu'ils ont déterré un enterrement dans une fosse contenant un grand pot en céramique contenant les restes de deux personnes - un homme décédé entre 35 et 40 ans et une femme décédée entre 25 et 30 ans - qui ont été enterrés dans la salle des gouverneurs d'un palais. La datation au radiocarbone a montré qu'ils sont tous les deux morts au milieu du 17e siècle avant JC, mais que l'homme est mort quelques années avant la femme; l'enterrement a été rouvert plus tard pour son inhumation à sa mort, a déclaré Roberto Risch.


Espagne argar diademejarre

La femme et l'homme de l'âge du bronze ont été enterrés dans un grand pot en céramique dans la salle des gouverneurs d'un palais. (Crédit d'image: avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd). YH : les enterrements dans des grandes jarres est une pratique mondiale très répandue remontant à la préhistoire et perdurant jusqu'aux temps historiques dans certaines régions du monde (voir par exemple les jarres du Laos).


Les tests de l'ADN ancien à l'Institut Max Planck en Allemagne ont montré que l'homme et la femme n'étaient pas biologiquement liés mais qu'ils avaient une fille de 12 à 18 mois enterrée dans un bâtiment voisinUne étude à venir sur l'enterrement de la fille examinera pourquoi elle n'a pas été enterrée avec ses parents, a déclaré la co-chercheuse Cristina Rihuete Herrada, professeur d'archéologie à l'Université autonome de Barcelone.

La femme a été enterrée portant le diadème en argent, des colliers de perles, des bagues en argent, des bracelets, des postiches en spirale et des bouchons d'oreille avec des spirales. L'inclusion d'un gobelet à rebord d'argent suggère qu' "apparemment, elle était si noble que ses lèvres ne sont pas autorisées à toucher le pot. Le pot est recouvert d'une feuille d'argent, donc ses lèvres ne touchent que l'argent ", mentionne Risch. Un poinçon à manche en argent pour faire des trous dans les textiles suggère qu'elle avait un pouvoir sur la production de lin, une industrie florissante basée sur les métiers trouvés à La Almoloya, a-t-il déclaré.


Espagne argar bouchonsoreilleenor

L'homme a été enterré avec des bouchons d'oreille en or entourés de spirales d'argent. (Crédit d'image: JA Soldevilla, avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd)


L'homme a été enterré avec un collier de perles, des bouchons d'oreille en or avec des spirales en argent, des bracelets en cuivre, des postiches en spirale en argent et un poignard à lame de cuivre. L'enterrement avait également un bol et des offrandes d'animaux.

Lire la suite ci-dessous:

mercredi 2 juin 2021

Les Jarres mégalithiques du Laos plus anciennes que supposé

Les Jarres mégalithiques du Laos plus anciennes que supposé


Laos site 2 disc and jars


Les Jarres mégalithiques du Laos constituent l'un des mystères scientifiques non résolu jusqu'à présent. Supposées dater d'environ 2000 ans pour les plus anciennes, une nouvelle recherche scientifique sur leur datation vient d'être publiée, repoussant les plus anciennes à environ 3 300 ans avant le présent. J'avais déjà mentionné de nouvelles découvertes de ce type de création ancienne au Laos ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/laos-de-nouvelles-mysterieuses-jarres-des-morts-decouvertes.html


Une nouvelle recherche menée à la " Plaine des Jarres '', classée au patrimoine mondial de l'UNESCO au Laos, a établi que les bocaux en pierre étaient probablement placés dans leur position de repos finale dès 1240 à 660 avant notre ère.

Des échantillons de sédiments provenant de bocaux en pierre provenant de deux des plus de 120 sites mégalithiques enregistrés ont été obtenus par une équipe dirigée par le Dr Louise Shewan de l'Université de Melbourne, le professeur agrégé Dougald O'Reilly de l'Université nationale australienne (ANU) et le Dr Thonglith Luangkoth du Département du patrimoine du Laos.

Les échantillons ont été analysés en utilisant une technique appelée Luminescence Optiquement Stimulée (OSL) pour déterminer quand les grains de sédiments ont été exposés pour la dernière fois à la lumière du soleil.

" Grâce à ces nouvelles données et dates au radiocarbone obtenues pour le matériel squelettique et le charbon de bois d'autres contextes funéraires, nous savons maintenant que ces sites ont conservé une signification rituelle durable de la période de leur placement initial dans les bocaux jusqu'aux temps historiques ", a déclaré le Dr Shewan.


Laos jarres disque gravures

Le Dr Shewan et ses collaborateurs présentent de nouveaux résultats de radiocarbone à utiliser sur le site et présentent également des données géochronologiques déterminant la source probable de la carrière pour l'un des plus grands sites mégalithiques. Image: Projet de recherche archéologique de la plaine des Jarres. Cliquer pour agrandir


Les sites de jarres mégalithiques du nord du Laos comprennent des jarres en pierre sculptée de un à trois mètres de haut, pesant jusqu'à 20 tonnes, parsemées à travers le paysage, apparaissant seules ou en groupes de plusieurs centaines.

Le Dr Shewan et son équipe ont achevé leurs fouilles les plus récentes en mars 2020, revisitant le site 1 (Ban Hai Hin) et revenant en Australie juste avant la fermeture des frontières internationales en cas de pandémie mondiale.

Le site 1 a révélé plus de sépultures placées autour des bocaux et a confirmé des observations antérieures selon lesquelles les rochers exotiques répartis sur le site sont des marqueurs pour les bocaux en céramique enterrés en-dessous.

Lire la suite ci-dessous :

lundi 17 mai 2021

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde


Elam coneavececriture

Cône en terre cuite comportant des inscriptions en élamite linéaire datées d'environ 2500-2300 avant J.-C. Crédit François Desset - Musée du Louvre


C'est une découverte qui est passée assez inaperçue, possiblement à cause de la forte tendance des médias à ne parler que de la crise sanitaire, mais un français a bel et bien réussi en fin d'année 2020 à "craquer" l'écriture élamite. Et cette écriture remonte exactement à 3 300 Avant notre ère, donc exactement à la même date que celle de Sumer, sans aucun lien entre les deux.

François Desset a réussi à déchiffrer l’élamite linéaire, un système d’écriture utilisé en Iran il y a 4.400 ans. Dans sa version archaïque proto-élamite (dès 3 300 avant J.-C.), celle-ci rejoint les deux systèmes d’écritures les plus anciens connus au monde, le proto-cunéiforme des Mésopotamiens et les hiéroglyphes égyptiens. De quoi modifier les connaissances que l’on avait jusque-là sur l’origine de l’écriture !

L’annonce a dû réjouir les mânes de l’abbé Barthélémy, de Sylvestre de Sacy ou encore de Champollion. L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, a annoncé le 27 novembre 2020 qu’il avait réussi à déchiffrer des inscriptions vieilles de 4.400 ans ! Toutes étaient rédigées en élamite linéaire, une écriture utilisée par les Elamites qui peuplaient alors l’Iran. Les érudits réunis en ligne pour prendre connaissance de cette découverte depuis le département des biens culturels de l’Universita degli Studi di Padova de Padoue (Italie), ont été enthousiastes. Voici en effet plus d'un siècle que ce système d’écriture, utilisé sur le plateau iranien dans l’ancien royaume d’Elam (actuel Iran) entre la fin du 3ème millénaire et le début du 2ème millénaire avant notre ère, échappait au déchiffrement, comme c’est encore le cas pour le linéaire A crétois ou l’écriture de la vallée de l’Indus (que les spécialistes locaux estiment comme étant plus ancienne encore). Entre marques d’admiration et félicitations des confrères, le Français, fraîchement débarqué de l’Université de Téhéran (Iran) où il enseigne depuis 2014, a expliqué en anglais que : " Cette écriture avait été découverte pour la première fois sur l’antique site de Suse (Iran) en 1901 et que depuis 120 ans nous n’étions pas parvenus à lire ce qui avait été inscrit il y a 4.400 ans faute d’avoir trouvé la clé ". Chose désormais faite cette année (grâce à l’opportunité offerte par la quarantaine dans son appartement à Téhéran et la collaboration de trois autres collègues, Kambiz Tabibzadeh, Matthieu Kervran et Gian-Pietro Basello).


Fdesset portrait

François Desset, archéologue au Laboratoire Archéorient (Lyon), professeur à l'Université de Téhéran (Iran), encadré par des colonnettes funéraires retrouvées dans des tombes du 3e millénaire avant J.-C, au Balouchistan iranien. Crédit François Desset

"Des systèmes d'écriture contemporains"

Les plus anciens exemples d'écriture connus à ce jour proviennent de Mésopotamie (Irak actuel) et remontent à l’Age du Bronze, vers 3300 ans avant J.-C. : il s’agit des tablettes proto-cunéiformes. Or le déchiffrement de l’élamite linéaire remet en question cette suprématie ! " Nous découvrons en effet que vers 2300 avant J.-C., un système d'écriture parallèle existait en Iran, et que sa version la plus ancienne - appelée l’écriture proto-élamite, (3300 avant J.C. - 2900 avant J.-C.) – remontait aussi loin dans le temps que les premiers textes cunéiformes mésopotamiens ! précise François Desset. Aussi, je peux aujourd’hui affirmer que l’écriture n’est pas d’abord apparue en Mésopotamie puis plus tard en Iran : ces deux systèmes, le proto-cunéiforme mésopotamien et le proto-élamite iranien, ont en fait été contemporains ! Il n’y a pas eu une écriture mère dont le proto-élamite serait la fille, il y a eu deux écritures sœurs. D’autre part, en Iran, il n’y a pas eu non plus deux systèmes d’écritures indépendantes comme les spécialistes le pensaient jusque-là, avec le proto-élamite d’un côté et l’élamite linéaire de l’autre, mais une même écriture qui a été soumise à évolution historique et a été transcrite avec des variations au cours de deux périodes distinctes."

Lire la suite ci-dessous :

samedi 15 mai 2021

Néandertalien avait très probablement un langage

Néandertalien avait très probablement un langage

Néandertalien : changement de paradigme scientifique


Neanderthal speech

Une reconstruction d'un homme et d'une femme de Néandertal - S. ENTRESSANGLE / E. DAYNES / BIBLIOTHÈQUE DE PHOTOS SCIENCES

 

Décidément, l'actualité scientifique sur l'Homme de Néandertal m'y fait revenir de plus en plus souvent. Deux publications sont sorties pratiquement en même temps, l'une concluant à un profond changement du consensus scientifique les concernant (surtout sur sa disparition) et l'autre concluant que néandertalien possédait tous les attributs physiques pour avoir un langage articulé et des oreilles tout aussi adéquates que les nôtres pour l'entendre.

La première a été publiée dans les Rapports Scientifiques (https://phys.org/journals/scientific-reports/) :

Changement du consensus scientifique sur la disparition des Néandertaliens


On ne sait toujours pas comment les Néandertaliens sont morts. Pendant longtemps, une théorie a semblé la plus probable: l'émergence des Homo sapiens hautement intelligents, ou humains modernes. Cette hypothèse de concurrence n'est plus la théorie dominante parmi les scientifiques, comme l'ont montré des recherches parmi les archéologues et les anthropologues.

Pensez aux Néandertaliens et vous êtes susceptible de penser à un groupe de sauvages, une sorte de demi-singe qui pâlit par rapport aux humains modernes avec leur intelligence illimitée et leurs manières raffinées. Cette image est souvent liée à la disparition des Néandertaliens: ils ont dû mourir lorsque leur cousin intelligent Homo sapiens est entré en scène.

Mais des recherches récentes à l'université de Leiden ont montré que la plupart des experts - en archéologie ou en anthropologie paléolithique - ne croient plus que cette théorie de la concurrence soit l'explication la plus plausible de la disparition des Néandertaliens. La plupart des scientifiques pensent maintenant qu'une explication démographique est plus probable. C'est ce que les auteurs ont découvert après avoir interrogé 216 collègues des Pays-Bas et de l'étranger.

" Les résultats nous ont surpris "

« Pour être honnête, les résultats nous ont surpris », déclare l'archéologue paléolithique Gerrit Dusseldorp, co-auteur de l'article. " L'hypothèse de la concurrence est profondément enracinée dans l'esprit des gens - les scientifiques aussi. Nous nous attendions à ce qu'il y ait un large soutien pour cette hypothèse, mais cela ne s'est pas avéré être le cas."

Dusseldorp attribue ce changement de paradigme à des découvertes récentes qui rendent l'hypothèse de la concurrence moins plausible. Des recherches antérieures à Leiden ont montré que les Néandertaliens " stupides '' (il a failli s'appeler Homo Stupidus ^^) fabriquaient du goudron à partir d'écorce de bouleau et l'utilisaient pour coller des fers de lance à une lance. Pas si stupide après tout. Et en février, il a été annoncé que les Néandertaliens avaient laissé des peintures rupestres en Espagne, alors que, pendant longtemps, l'art n'avait été attribué qu'aux humains modernes.

Les différences archéologiques disparaissent presque complètement

Cela signifie que les différences archéologiques entre les Néandertaliens et les Homo sapiens ont presque complètement disparu, a récemment déclaré le collègue de Dusseldorp, Wil Roebroeks, à la chaîne NOSDusseldorp ajoute: " Il semblerait que les Néandertaliens étaient à peu près aussi intelligents que les Homo sapiens, à condition que vous les compariez à la même période." Les Néandertaliens et les Homo sapiens ont parcouru la terre ensemble il y a 200 000 ans, et il semble que ces contemporains étaient plus ou moins également développés.

Mais quelle est alors une explication plausible à la disparition des Néandertaliens ? La plupart des répondants pensent que la cause principale est les facteurs démographiquesDusseldorp: " Les Néandertaliens vivaient en groupes plus petits que les Homo sapiens, par exemple. La consanguinité et un manque de variation génétique peuvent avoir joué un rôle." De plus, certains des Néandertaliens semblent avoir été subsumés dans les humains modernes : vous trouvez toujours de l'ADN de Néandertal dans le génome humain. Une sorte de dilution génétique donc.

Relativement peu de matière reste

Ainsi, la mort des Néandertaliens n'est en aucun cas une fatalité. C'est en partie parce qu'il y a relativement peu de matériaux restants, ce qui signifie que les pièces manquantes sont plus grandes que celles qui ont été trouvées. Mais jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté, Dusseldorp a ce qui suit à dire à ses collègues, attachés de presse et journalistes scientifiques: " Arrêtons de considérer la thèse du concours comme la norme. Je lis encore trop souvent comment les Néandertaliens étaient plus intelligents qu'on ne le pensait, alors que la plupart des experts n'ont pas considéré cette espèce humaine comme stupide depuis longtemps. "

Préférence politique sans importance

Les auteurs ont également cherché à savoir si la préférence politique avait une incidence sur l'explication qu'un scientifique estime être la plus probableDusseldorp: " Nous avions entendu dire que plus de collègues de droite étaient plus susceptibles de soutenir l'hypothèse de concurrence alors que les plus de gauche avaient tendance à préférer les explications démographiques. Mais ce n'était que anecdotique." Maintenant qu'elle a été étudiée, cette théorie peut être mise au rebut: les scientifiques n'ont trouvé aucune preuve significative à ce sujet.

Krist Vaesen et al. Un consensus émergent en paléoanthropologie: la démographie a été le principal facteur responsable de la disparition des Néandertaliens, rapports scientifiques (2021). DOI: 10.1038 / s41598-021-84410-7


La seconde publication est plus technique et a été publiée dans Nature Ecology and Evolution , DOI: 10.1038 / s41559-021-01391-6

Les oreilles de Néandertal étaient réglées pour entendre la parole comme les humains modernes

Les reconstructions virtuelles des oreilles de Néandertal montrent que nos cousins ​​éteints avaient la même capacité physique d'entendre que les humains modernes, et par déduction pourraient également émettre les mêmes sons que nous le pouvons - bien qu'il est encore inconnu de savoir si ils parlaient réellement une langue.

« Nous ne savons pas s'ils avaient une langue, mais au moins ils avaient toutes les parties anatomiques nécessaires pour avoir le genre de discours que nous avons », explique Mercedes Conde-Valverde de l'Université d'Alcalá en Espagne. " Ce n'est pas qu'ils parlaient la même langue (que nous), ni l'anglais, ni l'espagnol, rien de tout cela. Mais si nous pouvions les entendre, nous reconnaîtrions que c'étaient des humains."

Lire la suite ci-dessous :

jeudi 13 mai 2021

Pologne : découverte de 150 sites datés de 5500 ans environ

Pologne : découverte de 150 sites datés de 5500 ans environ


Pologne 5500ans

TVP BYDGOSZCZ


Des villages où vivaient il y a 5 500 ans les constructeurs des tombes kuyaviennes ont été découverts par des archéologues grâce à l'utilisation de drones. Les colonies à cette époque étaient petites, habitées par jusqu'à 10 familles qui vivaient dans des structures légères en bois.

Les tombes mégalithiques de type Kuyavian (ce terme vient de la région de Kuyavia dans le nord de la Pologne, où la majorité de ces structures ont été découvertes) sont considérées comme parmi les plus grandes structures sépulcrales érigées dans la Pologne préhistorique.

Les tombes kuyaviennes ont été érigées au 4ème millénaire avant notre ère. Elles ont été construites sous la forme d'un triangle allongé et entourés de gros blocs de pierre. Leur base mesurait de 6 à 15 mètres de large, jusqu'à 150 mètres de long et 3 mètres de haut. L'élite était généralement enterrée individuellement sous les monticules allongés.

« Nous avons examiné un total de 160 kilomètres carrés de la zone autour des tombes. Nous avons réussi à découvrir plus de 150 sites de l'époque où ces structures monumentales ont été créées », a déclaré le Dr Piotr Papiernik, chef de projet de recherche au Musée archéologique et ethnographique de Łódź.


Pologne 5500ans1

TVP BYDGOSZCZ


Les archéologues ont utilisé un large éventail de méthodes non invasives, notamment des études de surface et des photos aériennes prises à l'aide d'un drone. Parallèlement, des études pédologiques, géologiques et géomorphologiques ont été menées. Cela leur a permis de trouver des maisons individuelles ainsi que des réseaux d'implantation plus importants.

Lire la suite ci-dessous :

mardi 11 mai 2021

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?


Noat blue lakenps 1025

Lac bleu et toundra rouge dans la réserve nationale de Noatak / NPS


Les données convergent de plus en plus vers une entrée de l'homme moderne en Amérique du nord bien plus tôt que supposé jusqu'à présent. Il s'agit de plus du double que les datations reconnues officiellement jusqu'à présent.

Un groupe de chercheurs de l'Université Brown, financé par le Shared Beringian Heritage Program, recherche des preuves qui soutiennent une théorie nouvelle mais controversée sur le moment et la manière dont les êtres humains sont arrivés pour la première fois sur le continent américain. Le professeur Brown Yongsong Huang et son équipe de chercheurs pensent avoir trouvé des traces de matières fécales humaines et d'activité du feu dans le nord de l'Alaska remontant à plus de 30 000 ans - des milliers d'années avant que les archives archéologiques n'indiquent que des humains se trouvaient en Alaska. Bien que les résultats des derniers travaux de son laboratoire - une analyse des sédiments datant d'il y a 200 000 ans - n'aient pas encore été publiés, les recherches du Dr Huang au cours des cinq dernières années ont apporté de nouvelles données importantes au débat controversé sur le peuplement des Amériques via la Béringie, une masse continentale qui a existé entre la Sibérie et l'Alaska au cours de la dernière période glaciaire (YH : et aussi les précédentes, l'arrivée du mammouth - devenant américain - il y a 100 000 ans le prouve).

Pendant plusieurs décennies, les archéologues et les scientifiques ont supposé que les humains sont arrivés pour la première fois en Amérique du Nord en provenance d'Asie il y a près de 15000 ans, à la fin de la plus récente période glaciaire de la Terre. La théorie conventionnelle soutient que d'anciens chasseurs humains ont traversé le pont terrestre de Béring, suivant un mammouth à travers une steppe herbeuse maintenant submergée sous le détroit de BéringUne fois sur le pont terrestre, la plupart des archéologues croient que les premiers Américains se sont déplacés régulièrement vers le sud et, au fil du temps, ont divergé dans les nombreuses communautés autochtones de l'Arctique canadien à la pointe sud du Chili. YH : tout comme pour l'Europe et le monde, les humains, avec le temps et leur dispersion en divers endroits colonisés, ont fini par oublier leur origine identique, et ont fini par considérer comme ennemis ou intrus leurs propres frères et sœurs, puisque issus des mêmes ancêtres à l'origine.

Mais les chercheurs ne savent pas exactement quand une migration, ou une série de migrations, a eu lieu et pendant combien de temps. Les découvertes archéologiques en Sibérie indiquent une présence humaine il y a environ 45 000 ans. Mais la seule preuve matérielle incontestée en Amérique du Nord marque l'habitation humaine beaucoup plus tard, il y a environ 14 500 ans. YH : la contestation systématique de données remettant en cause les études, récompenses, livres et notoriété de scientifiques reconnus n'est pas étonnante en soit, les scientifiques sont des humains et personne n'aime voir son travail et sa carrière, voir certitudes, remises en question profondément. Par contre, quand un site est découvert et a les "bonnes datations", la publication est aussitôt acceptée et validée, même si il peut y avoir des erreurs...

Pourtant, certains chercheurs pensent que les humains pourraient avoir habité la Béringie orientale pendant la dernière période glaciaire, isolés du reste de l'Amérique du Nord par une énorme calotte glaciaire. Selon des analyses récentes, des os de chevaux et de mammouths marqués coupés trouvés dans les années 1980 et 1990 aux grottes de Bluefish, dans le territoire du Yukon, remontent probablement à environ 25 000 ans, contredisant directement la théorie conventionnelle d'un «peuplement rapide» de l'Amérique du Nord, bien que d'autres chercheurs remettent en question l'âge des preuves de la grotte Bluefish et si les os ont en fait été modifiés par les humains. Les analyses ADN soutiennent l'idée que la constitution génétique des Amérindiens modernes a évolué à partir d'une population béringienne longtemps isolée, et les données climatologiques suggèrent que l'ancienne Béringie était plus hospitalière pour la vie humaine que de nombreuses parties de la Sibérie.

Au cours des dernières décennies, une nouvelle théorie s'est formée, appelée l'hypothèse du statu quo beringien (BSH). Selon le BSH, le Bering Land Bridge n'était pas seulement un pont, mais faisait partie d'un paysage que les humains ont longtemps habité. Peut-être que les humains ont peuplé la Béringie, du nord-est de la Sibérie au nord-ouest du Canada, pendant des milliers d'années, pendant le dernier maximum glaciaire (environ 25 000 avant notre ère) et avant de se déplacer vers le sud dans les Amériques. Plutôt que, ou en plus, un mouvement rapide en Amérique du Nord, une population humaine isolée aurait pu s'installer en Béringie, divergeant génétiquement et culturellement de leurs ancêtres eurasiens.


Seward peninsula 800x598

péninsule de Seward, Alaska - Wikimedia


En 2018, le Shared Beringian Heritage Program a financé les chercheurs de Brown pour tracer l'hypothèse d'immobilisation béringienne en utilisant la géochimie organique. Le groupe a analysé les carottes de sédiments lacustres, à la recherche de preuves chimiques de matières fécales humaines et d'incendies pendant et même avant la dernière période glaciaire.  

Les chercheurs, dirigés par le Dr Huang, ont récupéré des échantillons de trois lacs formés dans des cratères volcaniques, jusqu'à 200 000 ans - sur la péninsule de Seward, dans le nord-ouest de l'Alaska. Leur objectif est de voir jusqu'où ils peuvent trouver des preuves d'excréments humains et d'activité du feu.

Lire la suite ci-dessous :

dimanche 9 mai 2021

L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque

L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque


Humansorigines

Les crânes d'Homo erectus, Homo heidelbergensis, un Néandertalien et un humain moderne. 


Une équipe de scientifiques européens a publié dans Nature son étude et réflexions liées ce mois, concluant que :

" L'origine des humains modernes ne peut être retracée à aucun point unique dans le temps ou dans l'espace ".


Les Homo sapiens sont aujourd'hui très différents de nos origines évolutives, c'est-à-dire des microbes se tortillant dans une boue primordiale. Mais notre émergence en tant qu'espèce distincte ne peut, sur la base des preuves actuelles, être attribuée de manière concluante à un seul endroit à un moment donné.

En fait, selon une équipe de scientifiques, qui ont effectué un examen approfondi de notre compréhension actuelle de l'ascendance humaine, il se pourrait même qu'il n'y ait jamais eu un tel momentAu lieu de cela, les premières apparitions connues de traits et de comportements Homo sapiens sont cohérentes avec une gamme d'histoires évolutives.

Nous n'avons tout simplement pas un registre fossile assez grand pour statuer définitivement sur un moment et un lieu spécifiques dans lesquels les humains modernes ont émergé.

« Certains de nos ancêtres auront vécu dans des groupes ou des populations qui peuvent être identifiés dans les archives fossiles, alors que très peu de choses seront connues des autres », a déclaré l'anthropologue Chris Stringer du Natural History Museum de Londres au Royaume-Uni.

« Au cours de la prochaine décennie, la reconnaissance croissante de nos origines complexes devrait étendre la portée géographique du travail de terrain paléoanthropologique à des régions auparavant considérées comme périphériques à notre évolution, telles que l'Afrique centrale et occidentale, le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est. Nous avons quelques idées générales sur notre histoire. L'homo sapiens a divergé des ancêtres archaïques il y a quelque temps entre un million et 300 000 ans (à ce moment-là, neuf espèces humaines distinctes peuplaient la planète). "

Lire la suite ci-dessous :

vendredi 7 mai 2021

Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans

Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans


Magnetosphere rendition

Notre bouclier magnétique nous protège des vents solaires et rayons cosmiques, sauf s'il diminue trop. Domaine publique.


Connue sous le nom d'excursion de Laschamp - d'après le nom du village français dans lequel elle a été mise au jour, une importante tentative d'inversion magnétique est survenue. Elle s'est produite il y a entre 41.000 et 42.000 ans avant le présent. Les pôles magnétiques terrestres se sont alors déplacés pendant environ 800 ans avant de reprendre finalement leur place initiale.

C'est en étudiant les cernes d'un kauri, un arbre endémique de la Nouvelle-Zélande, que les chercheurs ont pu estimer les changements dans les niveaux de radiocarbone pendant cette demi-inversion géomagnétique. Ils ont pu ainsi établir une échelle de temps détaillée de la façon dont l'atmosphère a évolué au cours de l'événement d'Adams. Une sorte de pierre de rosette qui leur a permis de relier entre eux diverses observations passées et parfois géographiquement éloignées.

Jusque à présent, les scientifiques s'étaient concentrés sur les changements survenus au moment de l'inversion. Le champ magnétique de la Terre s'est alors trouvé affaibli d'environ 28 % en moyenne par rapport à ce qu'il est aujourd'hui. Mais les chercheurs de l'université de Nouvelle-Galles du Sud nous apprennent que la période la plus sensible s'est déroulée au moment de la préparation de l'excursion. « L'intensité du champ magnétique terrestre était alors inférieure à 6 % de ce qu'elle est aujourd'hui», remarque Chris Turney. Une boussole à l'époque, si elle existait, n'aurait plus du tout trouvé le nord, s'affolant sans arrêt.

Le bouclier qui protège notre Planète des rayonnements cosmiques avait-il presque entièrement disparu à cette période ? Par chance, notre Soleil connaissait alors une phase d'activité moins intense que celle que nous expérimentons aujourd'hui. Moins intense, mais plus instable aussi. Ainsi, selon les scientifiques, « le rayonnement solaire non filtré a ionisé l'atmosphère de notre Terre et "frit" la couche d’ozone stratosphérique, déclenchant une vague de changements climatiques à travers le monde. »

Lire la suite ci-dessous :

mercredi 5 mai 2021

Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle

Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle


Homme neandertal mammouth 5

reconstitution de structures en ossements de mammouths


Les données étant plus nombreuses, il est temps de parler des mystérieuses structures bâties par les Néandertaliens en forme de cercle, à base d'ossements de mammouths. Pour rappel, j'ai déjà parlé et relayé la découverte du CNRS, en France, d'une étrange structure en cercle, découverte dans la grotte de Bruniquel, mais faite en stalagmites, et datée d'environ 180 000 ans. Une structure pouvant d'ailleurs rappeler celles faites en ossements de mammouths ailleurs, les stalagmites rappelant éventuellement des défenses de mammouthhttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-constructions-en-cercle-de-presque-180-000-ans-en-france.html


En fin d'article, je ferai aussi mention de la découverte récente, en Russie du sud, au-dessus de la Mer Noire et face à l'Ukraine, d'une structure identique en os de mammouth, mais à priori bâtie par Homo Sapiens (Homme moderne) il y a environ 26 000 à 19 000 ans, une éventuelle réutilisation ou imitation donc, par une culture encore mal connue, qui a utilisé parfois des techniques uniques au monde, mais aussi d'autres plus répandues, comme des statuettes du type "Venus", dont environ 250 exemplaires ont été trouvées dans de nombreux pays, et datées de 40 000 à 15 000 ans environ pour les fourchettes hautes et basses (c'est dire la longueur temporelle de cette pratique !). Voir liens en bas. Cette pratique traverserait donc l'aurignacien jusqu'au magdalénien en passant par le gravettien, se moquant bien des différentes "cultures" créées par la science moderne...


En raison de son nomadisme, Néandertal a adopté des modes d’habitat variés, du campement en plein air pour quelques jours de chasse au camp de base dans un abri-sous-roche. Néanmoins, ces lieux de vie, sensibles à l’érosion, n’ont souvent laissé que des traces ténues et difficiles à interpréter. Les Néandertaliens choisissaient leur lieux d’habitat en fonction des ressources disponibles à proximité : eau, gibier, bois, gîtes de roche, ainsi qu’en fonction des avantages offerts par le site : vue, protection, ensoleillement… Les campements répondaient, en outre, à des nécessités diverses : camps de base pour une saison (ou plusieurs), campements temporaires pour acquérir des ressources, haltes où était découpé le gibier d’une journée de chasse…

Quand Néandertal habitait une grotte, il en occupait de préférence l’entrée, pour bénéficier de la lumière naturelle. Il privilégiait également les abris-sous-roche (cavités naturelles d’une paroi rocheuse). Les campements en plein air devaient certainement être plus nombreux que ne le laissent supposer les traces archéologiques. Ils prenaient des aspects variés : tente (structure démontable et transportable, formée d’une armature en bois recouverte de peaux, de nattes…) ; hutte (abri simple constitué avec les matériaux trouvés dans l’environnement immédiat et abandonné ensuite) ; écran de protection (en pierre, en bois, en végétaux…) ; habitation en os de pachydermes (telle la célèbre cabane du site de Molodova I, en Ukraine).

 

Neandertal habitat

Reconstitutions d’habitats en plein air de l’époque néandertalienne : de gauche à droite, une tente conique composée de perches en bois couvertes de peaux, une hutte conique en branchages, la cabane de Molodova construite en ossements de mammouths. © Pascale Galibert, Inrap


Les habitats néandertaliens livrent parfois des traces d’aménagements intérieurs. Les sols ont pu être pavés de pierres ou de galets, voire couverts de litières végétales. Des aires d’activité semblaient clairement délimitées : aires de taille de la pierre, de boucherie, de couchage, de préparation culinaire… Mais peu de traces de combustion (foyers, aires de chauffe) ont été découvertes.

Le site de la Folie, au nord de Poitiers, en France, a été fouillé avant la construction d'une station d'épuration. Les archéologues ont mis au jour les vestiges d'une structure circulaire de type coupe-vent. Cet aménagement aurait servi de campement provisoire à un groupe de Néandertaliens à la recherche de gibier, il y a 55 000 à 60 000 ans.


Neandertal montmaurin france

Structure néandertalienne trouvée en France (INRAP)


Sur les 180 m² du site fouillé, les archéologues ont ainsi repéré la chambre à coucher près du foyer, presque vierge de vestiges ; l'atelier de façonnage des outils et ses nombreuses pointes racloirs, couteaux de pierre et enfin la « déchetterie », qui a livré une accumulation très importante de restes animaux. Une fosse a également été retrouvée qui servait à faire bouillir de l’eau, certainement pour la cuisson des aliments et peut-être pour la toilette.


LA PRATIQUE OU NON DE LA CHASSE AUX MAMMOUTHS PAR LES NÉANDERTALIENS POUR SE PROCURER DE LA NOURRITURE EST PARTICULIÈREMENT DISCUTÉE. UNE ÉTUDE RÉALISÉE DANS LE CADRE D’UN PROJET FRANCO-UKRAINIEN IMPLIQUANT LE CNRS, LE MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE ET L’ACADÉMIE NATIONALE DES SCIENCES D’UKRAINE, VIENT DE PROPOSER L’HYPOTHÈSE QUE L’HOMME DE NÉANDERTAL UTILISAIT ÉGALEMENT LES OS DES MAMMOUTHS COMME MATÉRIAU DE CONSTRUCTION POUR LEURS HABITATIONS, ET CE BIEN AVANT L’HOMME ANATOMIQUEMENT MODERNE. LES RÉSULTATS DE CETTE ÉTUDE, RÉALISÉE PAR LAËTITIA DEMAY ET STÉPHANE PÉAN, ET COORDONNÉE PAR MARYLÈNE PATOU-MATHIS ET LARISSA KOULAKOVSKA VIENNENT D’ÊTRE PUBLIÉS DANS LA REVUE QUATERNARY INTERNATIONAL (2013).


Homme neandertal mammouth 4

Couche 4 de Molodova I. Vue sur l’accumulation circulaire en ossements de mammouths © I. K. Ivanova


L’hypothèse selon laquelle l’Homme de Néandertal aurait utilisé des mammouths comme matériau de construction est basée sur l’analyse du matériel faunique du site de Moldova I situé dans la vallée du Dniestr en Ukraine, en particulier du niveau 4 riche en vestiges archéologiques du Paléolithique moyen. Datant de l’époque inter-pléniglaciaire du Dernier Glaciaire (MIS 3) 2, elle a livré 40 000 artefacts lithiques attribués à la culture moustérienne 3 et environ 3 000 ossements de mammifères, essentiellement de mammouth laineux (Mammuthus primigenius).

Plusieurs zones ont été dégagées : une fosse remplie d’ossements, différentes zones d’activités (de boucherie, de production d’outils), 25 foyers et une accumulation circulaire composée d’ossements de mammouths décrite initialement comme étant une structure d’habitat confectionnée par les Néandertaliens. Les structures d’habitat en ossements de mammouth avérées au Paléolithique supérieur, en Ukraine et en Russie, ont été (aussi) réalisées par les Hommes anatomiquement modernes (Homo sapiens) en particulier de culture épigravettienne 4.

Lire la suite ci-dessous :

mardi 4 mai 2021

ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés

ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés - des surprises

Le passage de Béring présent il y a environ 1,5 million d'années, et à nouveau présent il y a environ 100 000 ans.

 

Mammouthsteppes

Vue d'artiste fournie par la revue Nature, le 17 février 2021, représentant des mammouths de steppes, qui ont précédé les mammouths laineux  - Beth Zaiken/Centre for Palaeogenetics./AFP - Handout


Des scientifiques extraient de l'ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés. Premier choc de l'analyse génétique de trois mammouths anciens: la Sibérie avait deux lignées de mammouths des steppes. Deuxième surprise: le mammouth nord-américain était un hybride.

Les scientifiques ont récupéré l'ADN de mammouths qui se trouvaient dans le pergélisol sibérien depuis plus d'un million d'années, dans un bond en avant éléphantin pour l'étude de l'ADN ancien.

Le record précédent était détenu par un cheval qui vivait il y a trois quarts à un demi-million d'années, dont le génome a été récupéré et analysé en 2013.

L'analyse de l'ensemble des génomes de deux mammouths datant de plus de 1,2 million d'années, et d'un qui est mort «seulement» il y a 900 000 ans, a montré qu'il y avait eu deux lignées de mammouths distinctes dans le nord de la Sibérie il y a plus d'un million d'années, Tom van der Valk et Love Dalén du Centre suédois de paléogénétique avec des collègues a rapporté mercredi dans NatureLes deux lignées de mammouths peuvent même ne pas avoir été la même espèce.

C'était un choc. La science avait pensé qu'il n'y avait qu'une seule lignée de mammouths des steppes en Sibérie à cette époque, explique van der Valk.

L'âge des mammouths a été estimé à l'aide de données géologiques et de «l'horloge moléculaire» génétique. Certaines données indiquent que le mammouth surnommé Krestovka a vécu il y a aussi longtemps que 1,65 million d'années, mais la date la plus fiable semble être d'environ 1,2 million d'années, selon les scientifiques.

Le corps de Krestovka peut s'être déplacé dans les sédiments pendant ses éons dans la glace, au cours desquels les périodes glaciaires allaient et venaient. Cela pourrait être la raison de la divergence entre les résultats de l'horloge géologique et moléculaire, suggèrent les scientifiques.

La lignée de mammouths surnommée Adycha a également vécu il y a plus d'un million d'années, et la lignée Tchoukochya a parcouru la planète il y a environ 900 000 à 700 000 ans.

Le plus ancien, Krestovka, était une lignée inconnue de mammouths des steppes, qui a divergé des autres mammouths il y a plus de 2 millions d'années. La lignée Krestovka n'était pas ancestrale des mammouths laineux.

Le n ° 2, Adycha, était aussi un type de mammouth des steppes - quoique différent - et était ancestral des mammouths laineux.

N ° 3, Tchoukochya, était soit un précurseur laineux, soit un véritable mammouth laineux précoce. Nous notons que les proboscides à poils longs ont commencé à apparaître dans les archives fossiles il y a environ 700 000 ans.

Krestovka et Adycha / Chukochya étaient-ils non seulement des lignées différentes mais des espèces différentes ? Nous ne sommes pas sûrs, dit van der Valk. Mais il est maintenant plus clair que le mammouth des steppes - pas la lignée Krestovka mais la lignée Adycha - a engendré le mammouth laineux.

Ce ne sont pas les premiers génomes mammouths à être publiés, mais ils sont de loin les plus anciens. Il convient d'ajouter que la réalisation est extraordinaire. Les mammifères ont dû rester congelés partout, et même ainsi, leur ADN s'était dégradé. La glace ralentit la décomposition, mais ne l'arrête pas complètement.

Une question que la nouvelle étude a résolue est de savoir quand les espèces de mammouths se sont adaptées aux conditions de l'Arctique, et la réponse est: tôt. « Nous voulions savoir à quel moment les adaptations ont eu lieu Jusqu'à présent, c'était spéculatif », dit van der Valk: Cela s'est-il produit avec le mammouth ancestral des steppes, ou plus tard avec le mammouth laineux ?

Maintenant nous savons. « Nous avons découvert que de nombreuses adaptations étaient présentes dans le mammouth des steppes vieux d'un million d'années », dit-il. « Nous ne pensons pas qu'il y ait eu une brève et rapide vague d'adaptations, mais plutôt un processus graduel d'adaptation à l'environnement froid de l'Arctique. Une autre grande surprise a été que le mammouth qui a colonisé l'Amérique du Nord il y a environ 1,5 million d'années, le mammouth colombien ( Mammuthus columbi ), était un hybride

YH : Le passage de Béring existait donc, pour permettre cette colonisation, lors de la période glaciaire (il y en a eu beaucoup) de cette période.

Lire la suite ci-dessous :