jeudi 8 avril 2021

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya


Chachapoya sarcophages


Retour sur cette culture précolombienne du Pérou très mal connue, dont j'ai déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

Il en est aussi question ici, vers la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/choquequirao-la-deuxieme-mysterieuse-machu-picchu.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html


Des découvertes archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l'histoire du peuple Chachapoya du PérouJusque dans les années 1990, la plupart de ce que nous savions de cette culture précolombienne - appelée les «guerriers des nuages» par les Incas - était basée sur des histoires de tiers-mains de chroniqueurs espagnols peu fiables. Même aujourd'hui, le puzzle Chachapoya a plus de lacunes que de pièces. Pourtant, l'intérêt et les connaissances pour la civilisation d'autrefois grandissent. En 2017, les ruines de Chachapoya au sommet d'une colline de Kuélap ont été équipées d'un téléphérique et commercialisées par le gouvernement péruvien comme un rival nordique du Machu Picchu. Deux ans plus tard, l'Unesco a inscrit les «sites Chachapoyas de la vallée d'Utcubamba» sur sa liste provisoire des sites du patrimoine mondial envisagés pour proposition d'inscription. 

Antérieure à l'Inca de plus de six siècles, la culture Chachapoya s'est épanouie à partir d'environ 800 après JC dans les hautes terres reculées du nord du Pérou, une zone de montagnes froissées, de profonds canyons et de chutes d'eau élevées où les pentes orientales des Andes se dissolvent dans le bassin humide de l'Amazone. Ici, une société vaguement unifiée de cacicazgos (petits royaumes) a progressivement pris racine, cultivant des champs en terrasse et agissant comme intermédiaires commerciaux entre les Andes et l'Amazonie. La population, qui comptait peut-être 500 000 âmes à son apogée, a produit un chaman puissant et a engendré un esprit de combat difficile. Elle a évolué avec peu de traumatismes extérieurs jusqu'à l'invasion des Incas dans les années 1470

Sans langage écrit, une grande partie de ce que l'on sait sur le Chachapoya provient de vestiges archéologiques trouvés sur des sites funéraires sur des falaises calcaires difficiles d'accès dans les forêts de nuages ​​du Pérou. Caractérisés par des sarcophages avec des visages humanoïdes et des mausolées ressemblant à des chalets qui ont été construits dans la paroi rocheuse et ornés d'images rouge rouille, ces tombes en pierre ou chullpas, qui regardent toujours de manière imposante des collines isolées, suggèrent une culture indépendante vigoureuse qui était nettement différente de ses voisins andinsContrairement aux autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya semblaient éviter les hiérarchies. Leurs méthodes d'inhumation, bien que élaborées, semblent avoir été relativement égalitaires et l'architecture qui a survécu manifeste peu de symboles de statut et de pouvoir.


Ruines de kuelap2

ruines de Kuélap - Crédit Yolka


Compliquant les enquêtes, de nombreux chullpas ont été pillés; d'autres, comme ceux découverts sur une falaise surplombant la Laguna de los Cóndores en 1996, ont été repris et réutilisés par les Incas. La découverte des Cóndores a changé la donne dans la recherche archéologique péruvienne, qui a laissé deviner la sophistication des Chachapoya au moment où les Incas sont arrivés à la fin du XVe siècle. Un musée spécial a été construit en 2000 dans la ville voisine de Leimebamba pour abriter les objets. À l'intérieur des tombes, les archéologues ont trouvé plus de 200 momies de l'époque inca, ainsi que de simples céramiques, des objets en argent, des sculptures sur bois et des textiles uniques aux teintes rouges. Les Chachapoya étaient réputés pour leur tissage; leurs tissus brillants aux motifs animaliers étaient les vêtements préférés des Incas. 

Les rapports coloniaux espagnols décrivant le Chachapoya comme ayant la peau blanche et les cheveux blonds étaient probablement faux, alimentant des histoires fantastiques sur leurs origines sur des explorateurs mythiques d'outre-mer. Les recherches archéologiques ultérieures de la Laguna de los Cóndores et d'autres sites ont dissipé le mythe selon lequel les guerriers des nuages ​​étaient des Vikings déplacés. Ils étaient cependant réputés pour posséder un esprit guerrier robuste.

Lire la suite ci-dessous:

Refusant de s'incliner devant les Incas en expansion rapide au 15ème siècle, ils se sont battus férocement depuis les forts de la colline avant leur éventuelle défaite vers 1475. Après avoir accepté quelque peu à contrecœur la paix, de nombreux peuples subjugués ont été déplacés de force dans des régions éloignées de l'empire Inca pour éviter les rébellions futures. Ceux qui sont restés sont passés du côté opportuniste des Espagnols à leur arrivée dans les années 1530.


Chachapoya sarcophages

Sarcophages Chachapoya - Crédit : Alamy


La plus grande manifestation survivante de la civilisation Chachapoya réside dans les magnifiques ruines de Kuélap, un site urbain, politique et religieux qui se trouve à 3000 m au-dessus de la vallée de la rivière Utcubamba sur une crête de montagne brumeuse défendue par des murs de 20 m de haut. Kuélap est antérieure à la citadelle de Machu Picchu d'au moins 700 ans et présente des compétences de maçonnerie en pierre aussi remarquables que celles affichées plus tard par les Incas. Cependant, plutôt que de construire les habitations rectangulaires communes à d'autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya ont construit des structures circulaires en calcaire qui auraient été recouvertes de toits de chaume coniques. Tout aussi caractéristiques sont les frises rhomboïdes simples et les serpents sculptés qui ornent les façades en pierre, symboles reproduits dans au moins une demi-douzaine d'autres ruines de la région. 


Ruines de kuelap

ruines de Kuélap - Crédit Yolka


Occupée dès l'an 500 après JC, Kuélap fut l'aboutissement d'un effort collectif de groupes de personnes coopérants qui dura des siècles. Il fournit la preuve sans équivoque d'une société hautement développée et bien organisée existant dans le nord du Pérou bien avant l'émergence de l'Inca. Les murs extérieurs massifs contiennent des restes humains et ont probablement été utilisés comme sites de sépulture rituelle. À l'intérieur des formidables défenses, 420 autres bâtiments ont été identifiés et cartographiés - des habitations familiales à une structure cylindrique inversée considérée comme le centre cérémoniel du complexe. Elle se caractérise notamment par des murs linéaires de 20 mètres de hauteur avec seulement trois entrées se rapetissant au fur et à mesure pour ne laisser entrer qu'une seule personne à la fois dans l'enceinte de la forteresse. A l'intérieur, on ne retrouve pas moins de 420 édifices circulaires répartis sur 2 niveaux, le Pueblo Alto et le Pueblo Bajo.


Kuelap chachapoya

Entrée de la forteresse de Kuélap - Par Martin St-Amant (S23678) — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3945286


Kuélap a été abandonnée à la fin des années 1500, peut-être après un massacre et un incendie. Il a été redécouvert par un juge péruvien en 1843 mais, en raison de son éloignement et de la renommée touristique du Machu Picchu, il n'a été sérieusement fouillé qu'à la fin des années 1990. Les fouilles en cours sur le site continuent de soulever autant de questions que de conclusions. Bien que le monumentalisme soit impressionnant, les questions sur la fonction quotidienne de la citadelle, son statut spirituel et sa signification dans la culture Chachapoya au sens large laissent perplexe. 

D'autres sites Chachapoya de la région sont également enveloppés de mystère. Les ruines de Gran Pajatén, à 300 km au sud de Kuélap, ont été trouvées par les villageois locaux dans les années 1960, mais restent fermées au public en raison de leur état fragile. Une ruine jusqu'alors inconnue à La Penitenciaría de la Meseta a été découverte aussi récemment qu'en 2006.


Derriere entree aux ruines de kuelap

Derrière l'entrée de la forteresse de Kuélap - Crédit Yolca


Ce qui se trouve dans ces endroits et dans d'autres sites encore à découvrir est extrêmement insaisissable. L'histoire est traditionnellement écrite par les gagnants et les gagnants de l'histoire de Chachapoya - les Incas puis les Espagnols - étaient des narrateurs notoirement peu fiables. Peut-être que, dans les décennies à venir, de nouvelles recherches combleront certaines des lacunes. Dans quelle mesure les Chachapoya étaient-ils unifiés ? Dans quelle mesure étaient-ils isolés des autres cultures péruviennes ? Étaient-ils aussi illustres que les Incas ? L'histoire est encore à peine à moitié écrite.

Source : https://www.historytoday.com/archive/history-matters/story-perus-cloud-warriors


En ce qui concerne les Chachapoya et leur système apparemment très égalitaire et un pouvoir peu marqué, ainsi que la région nord péruvienne, peu laisser soupçonner qu'ils pourraient être des descendants des cultures plus anciennes régionalement parlant, qui semblaient posséder plus ou moins de mêmes systèmes égalitaires (voir pacifistes pour certaines), provenant de Chavin pour les dernières (murs d'enceintes ou forteresses) mais issues plus logiquement de la culture de Caral à l'origine. Le mythe de Chachapoya blonds à la peau blanche répandu par les Espagnols au 16ème siècle revêt probablement plus que de simples mensonges ou erreurs, quand on examine les statuettes des habitants de Caral, comportant effectivement des gens blancs, blonds et aux yeux bleus. Mais Caral, ça date de 5000 ans minimum alors que les Chachapoya de 1500 à 400 ans. Les Espagnols ont-ils découvert des choses dans le même sens à leur époque, qui ont disparu, fondu ou perdu dans les monceaux de trésors ramenés (ou perdus en mer parfois !) en Espagne ? A la vision des découvertes récentes en Asie (de nombreuses momies de Caucasiens blancs dans le désert du Gobi par exemple, et en Chine, Mongolie), sans compter la mixité des sibériens d'avec les Caucasiens, l'absence de présence du Caucasien, accompagnant comme en Eurasie les populations asiatiques, aux Amériques dès les premières migrations (et les migrations entre l'Eurasie et les Amériques ont été continuelles en fait (et dans les deux sens et n'ont plus jamais cessées, y compris après la fonte du pont de Béring) pose question : on sait maintenant que la navigation y existait déjà, et qu'il n'y aurait aucun renoncement à cet énorme territoire de leur part. Certains chercheurs commencent en effet à ce demander si l'absence des anciens caucasiens dans les Amériques n'est pas une anomalie en soit. Même si ils étaient probablement très minoritaires (mais plus nombreux chez les sibériens), les caucasiens auraient du laisser plus de traces, bien que nous les ayons peut-être bien trouvés chez les Carals via leur art ? Nous devons aussi nous questionner sur la présence du dieu baton aux Amériques, un dieu dont on pourrait trouver l'équivalent en Eurasie...


Ancient caral civilisation statuettes

Les étonnantes statuettes de Caral au Pérou, montrant des individus blonds, roux et bruns : une population mélangée assez typique de la Sibérie en final...


Pour aller plus loin : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-l-acoustique-des-ruines-de-chavin-de-huantar-perou.html


Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 06-02-2021, 04-2021

mercredi 7 avril 2021

Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?

Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?


Levant osgrave

Une découverte récente par des archéologues de l'Université hébraïque et de l'Université de Haïfa aux côtés d'une équipe du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France a mis au jour des preuves de ce qui pourrait être la première utilisation connue de symboles. Les symboles ont été trouvés sur un fragment d'os dans la région de Ramle dans le centre d'Israël et seraient vieux d'environ 120 000 ans.

Alors que les scientifiques et les historiens ont longtemps supposé que les gravures sur des pierres et des os ont été utilisées comme une forme de symbolisme datant dès le Paléolithique moyen (250 000-45 000 avant notre ère), les découvertes à l'appui de cette théorie sont extrêmement rares.

Remarquablement, le fragment est resté largement intact et les chercheurs ont pu détecter six gravures similaires sur un côté de l'os, ce qui les a amenés à croire qu'ils étaient en possession de quelque chose qui avait une signification symbolique ou spirituelle. La découverte, qui a été récemment publiée dans la revue scientifique Quaternary International, a été découverte avec un trésor d'outils en silex et d'ossements d'animaux trouvés sur un site lors de fouilles archéologiques.


Levant osgraveadroite

Photo des os. Celui qui est gravé se trouve en haut à droite. Crédit Dr. Yossi Zaidner


Le Dr Yossi Zaidner de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque a déclaré que le site était probablement utilisé comme camp ou lieu de rencontre pour les chasseurs du Paléolithique qui abattaient ensuite les animaux qu'ils ont capturés à cet endroit. L'os identifié proviendrait d'un gros bétail sauvage éteint, une espèce très commune au Moyen-Orient à cette époque (l'auroch).

Grâce à l'imagerie tridimensionnelle, à des méthodes d'analyse microscopiques et à la reproduction expérimentale de gravures en laboratoire, l'équipe a pu identifier six gravures différentes allant de 38 à 42 millimètres de longueur. Le Dr Iris Groman-Yaroslavski de l'Université de Haïfa a expliqué: " Sur la base de notre analyse en laboratoire et de la découverte d'éléments microscopiques, nous avons pu supposer que les gens à l'époque préhistorique utilisaient un outil pointu fabriqué à partir de roche de silex pour faire les gravures."

Résumé de l'étude parue dans Quaternary International : Au Paléolithique moyen en Eurasie, la production de gravures délibérées et abstraites sur des matériaux en os ou en pierre est un phénomène rare. Il est maintenant largement admis que les humains anatomiquement modernes et les hominidés qui les ont précédés ont produit des gravures délibérées associées à un comportement symbolique. Dans le contexte du Paléolithique moyen levantin, seuls cinq exemples de gravures intentionnelles sont connus à ce jour. Dans cet article, nous présentons un fragment d'os aurochs qui porte six incisions sous-parallèles profondes, récupérées sur le site du Paléolithique moyen en plein air de Nesher Ramla en IsraëlL'objet, trouvé dans une accumulation anthropique d'artefacts dans l'unité III du site, était daté du stade 5 des isotopes marins (environ 120 ka). L'unité III est une couche stratigraphiquement bien définie qui se caractérise par des activités de taille intenses sur place avec prédominance de la méthode de réduction centripète Levallois et par une exploitation intense des aurochs et des tortuesCet article présente une étude multidisciplinaire de l'os et des incisions, y compris des analyses zooarchéologiques, macro et microscopiques, une analyse au microscope électronique à balayage et des réplications expérimentalesLes attributs macroscopiques et microscopiques des incisions, et les comparaisons avec le matériel expérimental excluent une origine taphonomique ou utilitaire des incisions. L'étude indique que les gravures ont très probablement été réalisées par un droitier en une seule séance de travail. La morphologie et les caractéristiques des incisions, en particulier la présence de polissage longitudinal et de stries dans l'une des incisions, suggèrent qu'elles ont été faites par un artefact en silex, probablement retouché. L'os gravé de l'unité III à Nesher Ramla est l'une des plus anciennes manifestations abstraites délibérées produites par les hominins du Paléolithique moyen et de l'âge de pierre moyen et la plus ancienne connue à ce jour au Levant. En tant que tel, il a des implications majeures pour notre compréhension de l'émergence et des premiers stades du développement du comportement symbolique humain."

Lire la suite ci-dessous :

mardi 6 avril 2021

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles


Egypte taposirismagna20210

Ministry of Tourism and Antiquities Egypt


Voici une mise à jour de mon précédent article sur les recherches en cours de la tombe de Cléopâtre et Marc-Antoine : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/egypte-cleopatre-et-antoine-deux-momies-couvertes-d-or-decouvertes.html


Après l'assassinat de César, et la déclaration de guerre du Sénat romain à CléopâtreAntoine, son amant et allié, trahit Rome et rejoint le camp de Cléopâtre. Après la victoire décisive d'Octave, l'héritier de César, à Actium, Cléopâtre et Antoine se retirent à Alexandrie, où Octave assiège la cité jusqu'au suicide d'Antoine et de Cléopâtre.

L'historien romain Dion Cassius rapporte que le corps de Cléopâtre a été embaumé comme celui d'Antoine, et Plutarque note que, sur les ordres d'Octave, la dernière reine d'Egypte a été enterrée aux côtés de son époux romain, vaincu. Or aujourd'hui encore, nul ne sait où peut bien se trouver ce tombeau. On sait peu de choses en somme de l'antique Alexandrie : tremblements de terre, raz-de-marée, montée du niveau des eaux, affaissement de terrain, conflits...  l'ancienne Alexandrie se trouve maintenant à environ six mètres en dessous du niveau de la mer...

Au cours des dernières décennies, les archéologues ont finalement découvert la localisation approximative où le tombeau de Cléopâtre avait pu se trouver et sont à sa recherche. Les fouilles sous-marines commencées en 1992 par l'explorateur français Franck Goddio et l'Institut européen d'archéologie sous-marine ont permis aux chercheurs de cartographier les parties sous-marines de l'ancienne Alexandrie, ses colonnes et ses esplanades, le sol des palais royaux aujourd'hui submergés. Des sphinx en pierre, des pavés géants de calcaire, des colonnes de granit et des chapiteaux ont été rapportés à la surface, attisant la curiosité des historiens et des archéologues pour le monde de Cléopâtre.

« Mon rêve est de mettre au jour une statue de Cléopâtre », explique GoddioJusqu'à présent, les recherches sous-marines n'ont pas permis de mettre au jour le tombeau. 

Plus récemment, un temple du désert à l'extérieur d'Alexandrie est devenu le centre de toutes les attentions. Un monarque de l'intelligence et de la clairvoyance de Cléopâtre n'aurait-il pas choisi d'ensevelir une reine de son rang dans un lieu spirituellement plus important que le centre-ville d'Alexandrie ? Ses restes pourraient reposer aux côtés de ceux de son bien-aimé Marc-Antoine.


Taposiris magna temple 01

Taposiris Magna https://fr.wikipedia.org/wiki/Taposiris_Magna


En octobre 2005, de nouvelles fouilles y ont été décidées. Les deux mois d'excavation que Kathleen Martinez, avocate, archéologue et diplomate de la République dominicaineavait demandé se sont étendues à  trois mois, puis à cinq ans, puis jusqu'à nos jours...

Kathleen Martinez espérait démontrer que le temple comptait parmi les plus sacrés de son temps, qu'il était dédié au culte d'Osiris et d'Isis, et que des tunnels avaient été creusés sous les murs de l'enceinte. Au cours de la première année d'excavation, elle a été récompensée par la découverte d'un puits et de plusieurs chambres souterraines et tunnels. « L'une de nos plus grandes questions est "pourquoi ont-ils creusé des tunnels de cette ampleur", » dit-elle. « Ce devait être pour une raison très significative. »

Taposiris Magna est depuis devenu l'un des sites archéologiques les plus actifs d'Égypte. Plus d'un millier d'objets y ont été retrouvés, dont 200 considérés comme significatifs : poteries, pièces de monnaie, bijoux en or, têtes cassées de statues (probablement brisées par les premiers chrétiens). Sur le site de l'autel du temple, où des prêtres auraient fait des offrandes aux dieux, 200 artefacts portant le nom de Cléopâtre et son visage ont été découvertes.

De nos jours, une série de nouvelles découvertes remarquables ont été révélées par la mission égypto-dominicaine de l'Université de Saint-Domingue, dirigée par le Dr Kathleen Martinez, lors de fouilles archéologiques au temple Tabosiris Magna dans l'ouest d'Alexandrie, en Égypte, selon les responsables de la mission et l'administration de la zone des antiquités d'Alexandrie, le 29-01-2021https://twitter.com/TourismandAntiq/status/1355212095676174342?s=20

16 sépultures sculptées dans la pierre, dans le style des ouvertures murales, ont été découvertes au cours du processus, et malgré plusieurs momies dans un mauvais état de conservation, les objets découverts témoignent tous des caractéristiques typiques de la momification lors de l'Antiquité gréco-romaine. Le grand temple, dont seuls les murs extérieurs impressionnants subsistent aujourd'hui, était autrefois un centre de culte clé des dieux Osiris et Isis.

Les découvertes archéologiques découvertes sur place ont montré que le temple de Taposiris Magna avait une combinaison unique d'architecture de temple égyptienne et grecque.

Des amulettes en feuille d'or en forme de langue avaient été placées dans la bouche des momies découvertes, dans un rituel censé garantir que le défunt puisse parler dans l'autre monde. Deux momies ont également conservé les restes de rouleaux et des parties de la couche de cartonnage. Une momie, selon les archéologues, a des restes de dorure qui représentent Osiris, l'ancien dieu égyptien des morts.


Egypte taposirismagna2021a

Ministry of Tourism and Antiquities Egypt


Lire la suite ci-dessous :

lundi 5 avril 2021

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans (rois David et Salomon)


Tissusteintes violetroyal1

Pour la première fois, des preuves rares ont été trouvées de tissus teints avec du violet royal datant de l'époque du roi David et du roi Salomon.


En examinant les textiles colorés de la vallée de Timna - un ancien district de production de cuivre dans le sud d'Israël - dans une étude qui a duré plusieurs années, les chercheurs ont été surpris de trouver des restes de tissu tissé, un gland et des fibres de laine teintes en violet royal. La datation directe au radiocarbone confirme que les découvertes datent d'environ 1000 avant notre ère, correspondant aux monarchies bibliques de David et Salomon à JérusalemLe colorant, produit à partir d'espèces de mollusques trouvées en Méditerranée, à plus de 300 km de Timna, est souvent mentionné dans la Bible et apparaît dans divers contextes juifs et chrétiens.

C'est la première fois que des textiles de l'âge du fer teints en violet sont découverts en Israël, voire dans tout le Levant méridional. La recherche a été menée par le Dr Naama Sukenik de l'Autorité des Antiquités d'Israël et le professeur Erez Ben-Yosef, du Département d'archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient Jacob M. Alkow à l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec le professeur Zohar Amar, le Dr David Iluz et le Dr Alexander Varvak de l'Université Bar-Ilan et le Dr Orit Shamir de l'Autorité des Antiquités d'Israël. Les découvertes inattendues sont publiées aujourd'hui dans PLOS ONE.

" Le roi Salomon a fait lui-même le palanquin; il l'a fabriqué en bois du Liban. Il a fait ses poteaux en argent, sa base en or. Son siège était tapissé de pourpre, son intérieur incrusté d'amour ". (Cantique des Cantiques 3: 9-10).


Tissusteintes violetroyal1

Fragment de textile en laine décoré de fils teints en violet royal, ~ 1000 avant notre ère, vallée de Timna, Israël Crédit: Dafna Gazit, l'Autorité des antiquités d'Israël


" C'est une découverte très passionnante et importante ", explique le Dr Naama Sukenik, conservateur des découvertes organiques à l'Autorité des Antiquités d'Israël. " C'est le premier morceau de textile jamais trouvé de l'époque de David et Salomon qui est teint avec le prestigieux colorant pourpre. Dans l'antiquité, la tenue violette était associée à la noblesse, aux prêtres et bien sûr à la royauté. Le violet, le fait qu'il ne se décolore pas et la difficulté à produire le colorant, qui se trouve en infimes quantités dans le corps des mollusques, en ont tous fait le plus précieux des colorants, qui coûtent souvent plus que l'or. Pour la découverte actuelle, nous n'avions rencontré que des déchets de coquilles de mollusques et des tessons de poterie avec des taches de colorant, qui témoignaient de l'industrie pourpre à l'âge du fer. Maintenant, pour la première fois, les ouvriers étaient des métallurgistes hautement qualifiés. Timna était un centre de production de cuivre, l'équivalent de l'âge du fer du pétrole moderne. La fusion du cuivre nécessitait une connaissance métallurgique avancée qui était un secret gardé, et ceux qui détenaient ces connaissances étaient les experts "Hi-Tech" de l'époque. Slaves 'Hill est le plus grand site de fusion de cuivre de la vallée et il est rempli de tas de déchets industriels tels que les scories des fours de fusion. L'un de ces tas a donné trois morceaux de tissu coloré. La couleur a immédiatement attiré notre attention, mais nous avons eu du mal à croire que nous avions trouvé le vrai violet d'une période aussi ancienne. "

Selon les chercheurs, le vrai violet [argaman] a été produit à partir de trois espèces de mollusques indigènes de la mer Méditerranée: le Banded Dye-Murex (Hexaplex trunculus), le Spiny Dye-Murex (Bolinus brandaris) et le Red-Mouthed Rock-Shell (Hémastome de Stramonita).

Lire la suite ci-dessous :

dimanche 4 avril 2021

Canada : découverte d'une mystérieuse sculpture en pierre

Canada : découverte d'une mystérieuse sculpture en pierre


Pilierpierre canadacb


Cette sculpture en pierre gravée a peut-être été mentionnée par les anciens de Lekwungen à l'anthropologue germano-américain Franz Boas à la fin des années 1800, qui a recueilli les témoignages des anciens autochtones à cette époque, parlant de personnages de pierre près de Finlayson Point, là où cette chose a été trouvée. " L'emplacement de la découverte correspond à la description de Boas de cette figure comme étant «non loin» des batteries d'armes à feu militaires trouvées à proximité ", a déclaré Grant Keddie.

Appelé "pilier de pierre sculpté" par les archéologues, l'artefact a été trouvé à marée basse sur une plage de Victoria l'été dernier, et est un trésor culturel autochtone, a confirmé le Royal BC Museum.

Le musée travaille avec les Premières Nations Songhees et Esquimalt pour déterminer la maison la plus appropriée pour le pilier sculpté avec les traits d'un visage, a déclaré le chef Songhees Ron Sam dans une interview mercredi. Au fil des ans, de nombreux artefacts ont été mis au jour dans la région, a-t-il déclaré, mais rien n'a égalé le pilier de pierre de 100 kilogrammes.

« J'ai hâte de trouver plus d'informations auprès de nos aînés », a déclaré Sam, notant que les interactions avec les aînés sont maintenant limitées en raison de la pandémie du COVID-19.

Il a déclaré que les anciens Songhees et Esquimalt guideront la prise de décision quant à savoir si et comment le pilier de pierre peut être affiché publiquement.


Pilierpierre canadacb2

Le pilier affiché verticalement. YH : La configuration générale fait penser à un totem, composé non pas d'une seule tête, mais de plusieurs personnages, y compris zoomorphes... photo : GRANT KEDDIE / LA PRESSE CANADIENNE


Un résident local, Bernhard Spalteholz, a reçu un avertissement sur la pierre sculptée trouvée le long de la plage sous le parc Beacon Hill de Victoria, Colombie Britannique, en juillet dernier et a partagé des photos avec le musée, a déclaré le conservateur de l'archéologie du musée Grant Keddie.

« J'ai tout de suite réalisé, mon Dieu, c'est excitant », a déclaré Keddie à propos de la découverte.

Spalteholz a fait ce qu'il fallait en contactant le musée pour s'assurer qu'il serait correctement entretenu, ont déclaré Keddie et Sam.

Les écologistes ont travaillé pour protéger l'intégrité de la pierre, qui était recouverte d'algues après avoir été submergée par l'eau de mer, a déclaré Keddie.

Il spécule que le pilier se trouvait autrefois près du bord d'une falaise au-dessus de la plage où il a été trouvé, jusqu'à ce que des parties de la falaise soient tombées dans un glissement de terrain.

Lire la suite ci-dessous :

dimanche 28 mars 2021

Açores : des morceaux de continent englouti ?

Açores : des morceaux de continent englouti ?

 

Carte du plateau des acores et des principales structures tectoniques dapres vogt 2004


Attention, il s'agit ici d'une compilation de données, mais qui repose sur les dernières données scientifiques concernant les Açores, donc des études géologiques, des carottages de sédiments en divers endroits des îles et de l'Océan, de la dorsale Atlantique, d'études des sédiments et de thèses publiées depuis 2014. Et ces données remettent en question en partie les précédentes, axées principalement sur la probabilité d'un point chaud pur classique pour expliquer l'endroit, dont la position exacte n'est pas connue et toujours en discussion. En fait, les choses sont beaucoup plus compliquées que ça et même uniques au niveau mondial, bien qu'on y retrouve certaines caractéristiques de l'Islande par exemple (qui vient de faire l'objet d'une nouvelle publication au sujet de la possible présence de masses de taille continentale profondes, liées à Théia !https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/formation-systeme-solaire-restes-theia-sont-ils-enfouis-sous-surface-terre-86480/. J'en profite pour rappeler qu'il y a seulement quelques années, la science estimait que l'enfoncement et engloutissement d'une masse continentale était impossible, ce qui a été démenti finalement avec le nouveau continent en parti englouti officiellement reconnu, Zealandia.

Comme chacun le sait, la science n'admettait pas la possibilité qu'un continent ait pu disparaître sous les eaux, tout simplement parce que les croutes continentales, épaisses de 30 km en moyenne, sont censées flotter directement sur le magma, ce qui les distinguent de la croûte océanique, dont la moyenne en épaisseur n'est que de 7 kilomètres. Zealandia a été reconnu comme un continent, englouti certes à 94 %, parce qu'il a bien une épaisseur moyenne de 20 à 30 km, de toute façon plus élevé que les 7 km d'une croûte océanique, ainsi que d'autres paramètres que nous verrons. Mais le vaste plateau des Açores possède exactement cette même caractéristique, avec une épaisseur estimée entre 20 et 30 km, selon les dernières estimations. La question à l'étude est donc la possibilité d'une croûte océanique gonflée par un point chaud ou un possible bloc (ou plusieurs) continental, possiblement arraché à un talus continental, lors de la dérive tectonique engendré par la dorsale Atlantique et la division de la Pangée à cet endroit. Nous avons donc potentiellement également un morceau de continent englouti à cet endroit, puisque ce plateau est maintenant à environ 2000 mètres sous l'eau (alors que certaines études postulent qu'il a du être émergé à un moment donné), et est surmonté par quelques îles volcaniques, engendrées elles éventuellement par un panache fixe de chaleur magmatique qui contournerait ce plateau, ou la présence d'un rift actif et donc d'une tectonique locale, influencée par la tectonique de la dorsale à proximité et du point de jonction des trois plaques. Les dernières recherches prouvent également que ces îles ont été crées, détruites et recrées plusieurs fois au cours du temps. En fait, les scientifiques parlent bien de situations catastrophiques, y compris récemment (puisque la majorité de ces îles ont moins de 1 million d'années), avec l'effondrement complet de pans de ces îles, qui sont des îles volcaniques et donc facilement fragilisées par des séismes, éruptions et érosions (tsunamis et ouragans).


Commençons pas les données sur Zealandia et son acceptation officielle en 2018, après un premier soupçon dans les années 1970 (rejeté juste par des "à priori") et ensuite plus de 20 ans de discussions scientifiques et d'attente de données fermes. J'en ai parlé deux fois précédemment, dans un article de 2018 puis en 2020 avec les dernières confirmations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/zealandia-un-continent-disparu-retrouve.html


Zealandia2 1

Zealandia continent englouti exact1024x768 p


Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles. On sait aussi qu'il est nettement sous le niveau de l'océan depuis des dizaines de millions d'années et on ne peut donc logiquement le rattacher aux théories de l'Atlantide ou du continent Mu, car aucun représentant du genre Homo n'existait alors.

Un bilan des connaissances acquises ont été publiés en février 2020 dans un article du journal Geology.

Il est le fruit d'une équipe internationale de chercheurs qui comprenait plus de 30 scientifiques de Nouvelle-Zélande, des États-Unis, d'Italie, d'Espagne, de Nouvelle-Calédonie, de Chine, des Pays-Bas, d'Allemagne, du Brésil, du Japon, du Royaume-Uni et de Corée du Sud. Elle était dirigée conjointement par le professeur Rupert Sutherland de la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande) et le professeur Gerald Dickens de la Rice University au Texas (États-Unis). Les deux hommes ont de plus écrit un article de vulgarisation à ce sujet dans The Conversation et on peut les voir donner des explications dans la vidéo, ci-dessous, extraite d'un documentaire complet sur l'expédition 371 plus bas.

Ces nouvelles études révéleraient en fait un processus tectonique inédit avec la formation de la ceinture de feu (YH : comme quoi la principale théorie sur la tectonique des plaques n'est pas figée non plus et pourrait être incomplète, sans parler de l'autre théorie connue, celle de la tectonique hydraulique des plaques...).

En effet, pour résumer, les continents sont formés de roches moins denses que le basalte des plaques océaniques et c'est pour cette raison que l'on dit souvent que les continents sont insubmersibles (YH : ce qui ne serait donc pas si exact). Ils flottent sur les roches du manteau, peuvent être déchirés puis recollés par les mouvements des plaques tectoniques, voire s'enfoncer un peu dans ce manteau sous l'effet d'une couverture glaciaire importante, un inlandsis, mais jamais vraiment couler ou disparaître (à priori). C'est pour cette raison que l'on peut trouver sur les continents des roches datant de plusieurs milliards d'années (qui sont tout de même assez rares).

D'après ces chercheurs donc, ce serait l'occurrence de processus tectoniques jusqu'ici inconnus, et qui ont accompagné la formation de la ceinture de feu, lors de sa naissance toujours mal comprise il y a 50 millions d'années environ, qui aurait fortement contribué à l'enfoncement de Zealandia sous la surface de l'océan Pacifique. Ces processus se seraient ajoutés aux forces qui auraient étiré donc aminci la croûte continentale de Zealandia lorsque la dérive des continents a commencé à l'arracher à l'ancien supercontinent du Gondwana (qui comprenait l'Australie et l'Antarctique) il y a environ 85 millions d'années. Julien Collot dans son interview avait expliqué à cet égard que « la croûte continentale de Zealandia est plus fine que dans le cas des autres continents. En l'occurrence, son épaisseur est généralement comprise entre 10 et 25 kilomètres, ce qui fait que la majeure partie de ce continent se trouve entre 1.000 et 3.000 mètres sous la surface du Pacifique. C'est parce qu'il flotte sur les roches du manteau plus dense que cette plus faible épaisseur l'a conduit à s'enfoncer par rapport aux autres continents ». (YH : ce processus pourrait donc ne pas être unique)

Les professeurs Rupert Sutherland et Gerald Dickens précisent ce qu'eux et leurs collègues ont en tête sur ce qui se serait produit il y a 50 millions d'années dans la déclaration suivante extraite de l'article de The Conversation : « Nous proposons qu'un événement de "rupture de subduction" se soit propagé dans l'ensemble du Pacifique occidental à cette époque. Nous suggérons que le processus était similaire à un énorme tremblement de terre ultra lent qui a ressuscité d'anciennes failles de subduction qui étaient restées en sommeil pendant plusieurs millions d'années. Ce concept de "résurrection de subduction" est une idée nouvelle et peut aider à expliquer une gamme d'observations géologiques différentes. » (YH : car il existe plusieurs autres "anomalies tectoniques" dans le monde).

Les chercheurs sont arrivés à émettre cette hypothèse à partir des analyses des carottes prélevées sur six lieux de forages profonds. Il y avait parfois plus de 900 mètres d'épaisseur de sédiments accumulés depuis 50 millions d'années à traverser avant d'atteindre le continent proprement dit.

Voici la publication officielle de 2020ZealandiaZealandia (1.4 Mo)

Julien Collot : " Nous pensons que Zealandia est passé sous l'eau à la fin du rifting, il y a environ 80 millions d'années mais peut-être pas dans sa totalité et peut-être que d'autres événements plus tardifs l'ont réémergé puis resubmergé. La Grande Terre, qui est l'île principale de la Nouvelle-Calédonie, est largement le produit d'une obduction d'une plaque océanique sur la croûte continentale de Zealandia, il y a de 40 à 30 millions d'années environ. Ceci a conduit localement à un épaississement de la croûte ce qui a engendré l'émersion de la Nouvelle-Calédonie. Quant à la Nouvelle-Zélande, elle est le produit d'une collision similaire à celle en cours entre la plaque océanique du Pacifique et celle, continentale, de l'Amérique du Sud. Il y a donc subduction d'une portion de croûte océanique sous une croûte continentale, ce qui donne naissance à des montagnes par plissement et volcanisme. C'est d'ailleurs de cette façon que les Andes ont pris naissance."

Pour finir avec Zealandia, rappelons les critères qui l'ont fait retenir comme nouveau continent (des scientifiques réclament que ce nouveau continent apparaisse sur les cartes du monde) :


Zealandia3


1. Élévation

Les continents et leurs plateaux continentaux sont toujours élevés au-dessus de la croûte océanique, tout comme Zealandia. Contrairement à d'autres continents, cependant, il a des plateaux continentaux beaucoup plus larges et plus profonds et est submergé à 94% sous le niveau actuel de la mer. Le point culminant de Zealandia est Aoraki – Mount Cook à 3724 m. (c'est aussi le cas du plateau des Açores, de plus la Nouvelle Zélande fait partie de la « ceinture de feu » du Pacifique et toutes ses montagnes sont soit volcaniques, soit dûes à la tectonique, comme le plateau des Açores).

2. Géologie

Les continents sont composés de nombreux types divers de roches, comme le granite, le calcaire, le quartzite et le schiste. Les données géologiques collectées au cours des 20 dernières années fournissent suffisamment de preuves que Zealandia possède la structure nécessaire pour se qualifier en tant que continent. (Le Plateau des Açores est moins connu et étudié, mais les études des différences de magma lors des éruptions et la détection de roches plutoniques (dont du granit, du calcaire, du quartzite) ne diffèrent guère, bien que du granit dans une croûte océanique soit possible, même si c'est rare).

3. Structure crustale

La croûte continentale varie en épaisseur avec une moyenne de 30 à 46 km, contrairement à la croûte océanique, qui a généralement une épaisseur de 7 km. Zealandia est le continent avec la croûte la plus fine allant de 10 à 30 km mais l'analyse montre qu'il est partout plus épais que 7 km. (C'est le cas du Plateau des Açores, avec une épaisseur maintenant estimée à 20-30km comme indiqué ci-dessous, de toute façon supérieur aux 7 km. Un bombement thermique d'une telle dimension serait exceptionnel).

4. Limites et superficie

Les six continents géologiques communément reconnus (Afrique, Eurasie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Antarctique et Australie) sont isolés spatialement par des caractéristiques géologiques. La croûte continentale de Zealandia est spatialement séparée de l'Australie par le Cato Trough - 3600 m de profondeur et recouvert par la croûte océanique. (Cela semble être aussi le cas d'au moins une partie du plateau des Açores, puisque qu'une micro-plaque (futur micro-continent donc) y est détectée maintenant, ainsi que des blocs tectoniques précédents (débris de la Pangée ?), mais sa superficie ne pourrait en faire un continent "normatif" bien sûr).

Voyons maintenant la situation du plateau des Açores et son environnement, voir la suite ci-dessous :

mercredi 24 mars 2021

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?


Noat blue lakenps 1025

Lac bleu et toundra rouge dans la réserve nationale de Noatak / NPS


Les données convergent de plus en plus vers une entrée de l'homme moderne en Amérique du nord bien plus tôt que supposé jusqu'à présent. Il s'agit de plus du double que les datations reconnues officiellement jusqu'à présent.

Un groupe de chercheurs de l'Université Brown, financé par le Shared Beringian Heritage Program, recherche des preuves qui soutiennent une théorie nouvelle mais controversée sur le moment et la manière dont les êtres humains sont arrivés pour la première fois sur le continent américain. Le professeur Brown Yongsong Huang et son équipe de chercheurs pensent avoir trouvé des traces de matières fécales humaines et d'activité du feu dans le nord de l'Alaska remontant à plus de 30 000 ans - des milliers d'années avant que les archives archéologiques n'indiquent que des humains se trouvaient en Alaska. Bien que les résultats des derniers travaux de son laboratoire - une analyse des sédiments datant d'il y a 200 000 ans - n'aient pas encore été publiés, les recherches du Dr Huang au cours des cinq dernières années ont apporté de nouvelles données importantes au débat controversé sur le peuplement des Amériques via la Béringie, une masse continentale qui a existé entre la Sibérie et l'Alaska au cours de la dernière période glaciaire (YH : et aussi les précédentes, l'arrivée du mammouth - devenant américain - il y a 100 000 ans le prouve).

Pendant plusieurs décennies, les archéologues et les scientifiques ont supposé que les humains sont arrivés pour la première fois en Amérique du Nord en provenance d'Asie il y a près de 15000 ans, à la fin de la plus récente période glaciaire de la Terre. La théorie conventionnelle soutient que d'anciens chasseurs humains ont traversé le pont terrestre de Béring, suivant un mammouth à travers une steppe herbeuse maintenant submergée sous le détroit de BéringUne fois sur le pont terrestre, la plupart des archéologues croient que les premiers Américains se sont déplacés régulièrement vers le sud et, au fil du temps, ont divergé dans les nombreuses communautés autochtones de l'Arctique canadien à la pointe sud du Chili. YH : tout comme pour l'Europe et le monde, les humains, avec le temps et leur dispersion en divers endroits colonisés, ont fini par oublier leur origine identique, et ont fini par considérer comme ennemis ou intrus leurs propres frères et sœurs, puisque issus des mêmes ancêtres à l'origine.

Mais les chercheurs ne savent pas exactement quand une migration, ou une série de migrations, a eu lieu et pendant combien de temps. Les découvertes archéologiques en Sibérie indiquent une présence humaine il y a environ 45 000 ans. Mais la seule preuve matérielle incontestée en Amérique du Nord marque l'habitation humaine beaucoup plus tard, il y a environ 14 500 ans. YH : la contestation systématique de données remettant en cause les études, récompenses, livres et notoriété de scientifiques reconnus n'est pas étonnante en soit, les scientifiques sont des humains et personne n'aime voir son travail et sa carrière, voir certitudes, remises en question profondément. Par contre, quand un site est découvert et a les "bonnes datations", la publication est aussitôt acceptée et validée, même si il peut y avoir des erreurs...

Pourtant, certains chercheurs pensent que les humains pourraient avoir habité la Béringie orientale pendant la dernière période glaciaire, isolés du reste de l'Amérique du Nord par une énorme calotte glaciaire. Selon des analyses récentes, des os de chevaux et de mammouths marqués coupés trouvés dans les années 1980 et 1990 aux grottes de Bluefish, dans le territoire du Yukon, remontent probablement à environ 25 000 ans, contredisant directement la théorie conventionnelle d'un «peuplement rapide» de l'Amérique du Nord, bien que d'autres chercheurs remettent en question l'âge des preuves de la grotte Bluefish et si les os ont en fait été modifiés par les humains. Les analyses ADN soutiennent l'idée que la constitution génétique des Amérindiens modernes a évolué à partir d'une population béringienne longtemps isolée, et les données climatologiques suggèrent que l'ancienne Béringie était plus hospitalière pour la vie humaine que de nombreuses parties de la Sibérie.

Au cours des dernières décennies, une nouvelle théorie s'est formée, appelée l'hypothèse du statu quo beringien (BSH). Selon le BSH, le Bering Land Bridge n'était pas seulement un pont, mais faisait partie d'un paysage que les humains ont longtemps habité. Peut-être que les humains ont peuplé la Béringie, du nord-est de la Sibérie au nord-ouest du Canada, pendant des milliers d'années, pendant le dernier maximum glaciaire (environ 25 000 avant notre ère) et avant de se déplacer vers le sud dans les Amériques. Plutôt que, ou en plus, un mouvement rapide en Amérique du Nord, une population humaine isolée aurait pu s'installer en Béringie, divergeant génétiquement et culturellement de leurs ancêtres eurasiens.


Seward peninsula 800x598

péninsule de Seward, Alaska - Wikimedia


En 2018, le Shared Beringian Heritage Program a financé les chercheurs de Brown pour tracer l'hypothèse d'immobilisation béringienne en utilisant la géochimie organique. Le groupe a analysé les carottes de sédiments lacustres, à la recherche de preuves chimiques de matières fécales humaines et d'incendies pendant et même avant la dernière période glaciaire.  

Les chercheurs, dirigés par le Dr Huang, ont récupéré des échantillons de trois lacs formés dans des cratères volcaniques, jusqu'à 200 000 ans - sur la péninsule de Seward, dans le nord-ouest de l'Alaska. Leur objectif est de voir jusqu'où ils peuvent trouver des preuves d'excréments humains et d'activité du feu.

Lire la suite ci-dessous :

mardi 16 mars 2021

LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook

LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook le 16-03-2021


Acores livefacebook

Affiche du film, Yves Herbo en haut, Loïc Occhipenti en bas


Demain 16-03-2021, Loïc Occhipenti sera en direct accompagné de Yves Herbo.

Demain a partir de 19h45. Facebook Live

La première partie du direct concernera, l'association ECD et ses objectifs 2021.

Dans la Deuxième partie, nous parlerons de notre documentaire:

Les Açores, Débris de L'Atlantide ?

Nous apporterons des éléments supplémentaires concernant la première partie du documentaire.

Nous répondrons aux questions posées.

Nous partagerons des éléments qui viendrons appuyer notre théorie.

Loïc Occhipenti


https://www.facebook.com/101070322053017/posts/112420254251357

Facebook live

https://www.facebook.com/asso.civilisationsdisparues/?ref=page_internal

https://www.helloasso.com/associations/association-etude-des-civilisations-disparues/formulaires/


Acores terceiraa

Açores-Terceira - © Yves Herbo (cliquer pour agrandir)


La première partie du documentaire sur youtube (seconde partie en juin 2021) :



Le Bonus 1 sur la première partie du documentaire (sous-titres en plusieurs langues ajoutés) :



https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html


Venez nombreux demain soir à partir de 19h45, pour poser vos questions et avoir de nouvelles informations sur le sujet !


Plusieurs problèmes techniques lors de ce direct, avec deux coupures pendant et l'impossibilité pour un grand nombre de le rejoindre, y compris moi. Les trois parties de l'intervention en direct vont être encodées et réunies en une ou deux parties, qui seront visibles gratuitement sur Youtube. Merci de votre patience.


Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 16-03-2021, 18-03-2021

vendredi 5 mars 2021

L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque

L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque


Humansorigines

Les crânes d'Homo erectus, Homo heidelbergensis, un Néandertalien et un humain moderne. 


Une équipe de scientifiques européens a publié dans Nature son étude et réflexions liées ce mois, concluant que :

" L'origine des humains modernes ne peut être retracée à aucun point unique dans le temps ou dans l'espace ".


Les Homo sapiens sont aujourd'hui très différents de nos origines évolutives, c'est-à-dire des microbes se tortillant dans une boue primordiale. Mais notre émergence en tant qu'espèce distincte ne peut, sur la base des preuves actuelles, être attribuée de manière concluante à un seul endroit à un moment donné.

En fait, selon une équipe de scientifiques, qui ont effectué un examen approfondi de notre compréhension actuelle de l'ascendance humaine, il se pourrait même qu'il n'y ait jamais eu un tel momentAu lieu de cela, les premières apparitions connues de traits et de comportements Homo sapiens sont cohérentes avec une gamme d'histoires évolutives.

Nous n'avons tout simplement pas un registre fossile assez grand pour statuer définitivement sur un moment et un lieu spécifiques dans lesquels les humains modernes ont émergé.

« Certains de nos ancêtres auront vécu dans des groupes ou des populations qui peuvent être identifiés dans les archives fossiles, alors que très peu de choses seront connues des autres », a déclaré l'anthropologue Chris Stringer du Natural History Museum de Londres au Royaume-Uni.

« Au cours de la prochaine décennie, la reconnaissance croissante de nos origines complexes devrait étendre la portée géographique du travail de terrain paléoanthropologique à des régions auparavant considérées comme périphériques à notre évolution, telles que l'Afrique centrale et occidentale, le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est. Nous avons quelques idées générales sur notre histoire. L'homo sapiens a divergé des ancêtres archaïques il y a quelque temps entre un million et 300 000 ans (à ce moment-là, neuf espèces humaines distinctes peuplaient la planète). "

Lire la suite ci-dessous :

vendredi 19 février 2021

Espagne : une dague préhistorique en cristal de 5000 ans

Espagne : une dague préhistorique et des outils en cristal de 5000 ans découverts


Poignardcristalmancheivoire 5000ans espagne

 

Le superbe poignard a été conçu pour s'adapter à une poignée en ivoire (photo). Les experts disent qu'il appartenait probablement à une personne riche, car les matériaux étaient disponibles dans des endroits éloignés de cette partie de l'Espagne

 

Découverte rare en Espagne, de non seulement un poignard en cristal, mais aussi 10 pointes de flèches, quatre lames et un noyau pour fabriquer des armes, qui étaient toutes en cristal de roche.

Une équipe qui a fouillé la tombe mégalithique de Montelirio Tholos de 2007 à 2010 a découvert un poignard formé de cristal de roche qui, selon les experts, est le `` plus techniquement sophistiqué '' jamais découvert dans la péninsule ibérique et aurait demandé une énorme habileté à sculpter. L'artefact, qui a environ 5000 ans, mesure près de 8,5 pouces de long (21,59 cm).

Le lieu de repos final de l'arme est loin des mines de cristal, ce qui suggère qu'elles appartenaient autrefois à un individu d'élite qui a payé un prix élevé pour obtenir et façonner les matériaux.

Les chercheurs pensent également que le cristal de roche à cette époque peut avoir eu une signification symbolique et que de telles sociétés l'ont utilisé pour la vitalité, les pouvoirs magiques et les liens avec les ancêtres. « Ils représentent probablement un attirail funéraire accessible uniquement à l'élite de cette période », lit-on dans l'étude publiée dans la revue Quaternary International.

«  L'association de la lame de poignard à un manche en ivoire, également une matière première non locale qui a dû être d'une grande valeur, suggère fortement le statut de haut rang des personnes utilisant de tels objets ». L'excavation dans le sud-ouest de l'Espagne était une collaboration de chercheurs de l'Université de Grenade, de l'Université de Séville et du Conseil supérieur de la recherche espagnol.

Le tombeau est situé dans la basse vallée du Guadalquivir qui se trouve dans la zone métropolitaine de Séville - la colonie est appelée «Valencina de la Concepcion Castilleja de Guzman». Valencina est vénérée comme le site le plus important de la péninsule ibérique de l'âge du cuivre et est également le plus grand. (Voir carte en bas).

Les chercheurs ont découvert des cristaux de roche dans huit secteurs différents de la structure massive de 143 pieds de long qui comprend un couloir de 128 pieds de long menant à une chambre principale de plus de 15 pieds de diamètre.

Bien que des cristaux de roche aient été trouvés sur tout le site, les objets les plus sophistiqués - têtes de flèches et lames de poignard - ont été découverts dans le secteur sud.


Poignardcristal 5000ans espagne

L'étonnante lame de poignard a été découverte dans la région sud de la chambre intérieure et est rarement trouvée parmi les sépultures du néolithique tardif et de l'âge du cuivre.

" La fabrication de la dague en cristal de roche doit avoir été basée sur une accumulation de connaissances empiriques transmises et de compétences tirées de la production de lames de poignard en silex ainsi que du savoir-faire d'objets bifaciaux foliacés plus petits en cristal de roche ".

Lire la suite ci-dessous :