dimanche 12 juillet 2020

Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

Pologne artefact mini

Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.
Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

Pologne artefact

mardi 30 juin 2020

Pérou : Caral-Supe - Bandurria - Sechin - Kotosh - Chavin 2

Pérou : Caral-Supe - Bandurria - Sechin - Kotosh - Chavin 2


Le Dieu aux Batons-Caral-Supe 4250 ans

Le "Dieu aux Bâtons" trouvé à Caral-Supe


Suite de cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

Avant de continuer avec un autre site archéologique très ancien, Kotosh, voici d'autres données trouvées sur Caral-Supe, ou plutôt sur la culture dite Norte Chico, comme elle est appelée aussi. " Les travaux au radiocarbone de Jonathan Haas et al. ont révélé que 10 des 95 échantillons prélevés dans les régions de Pativilca et de Fortaleza dataient d'avant 3 500 avant notre ère ; la plus ancienne, datant de 9 210 avant notre ère (11 210 avant le Présent donc), fournit une "indication limitée" de l'établissement humain au cours de l'ère archaïque précolombienne. (Charles C. Mann. 2006 1491: Nouvelles révélations des Amériques avant Christophe Colomb)".

" Les sites de Norte Chico se distinguent par leur densité collective exceptionnelle ainsi que par leur taille individuelle. Haas fait valoir que la densité des sites dans une si petite zone est unique au monde pour une civilisation naissante et qu'au cours du troisième millénaire avant notre ère, Norte Chico a peut-être été la zone la plus densément peuplée du monde (à l'exception peut-être du nord de la Chine)." - (Jonathan Haas, Winifred Creamer et Alvaro Ruiz. 2005, «Le pouvoir et l'émergence de politiques complexes dans la précéramique péruvienne») " L'enquête sur les rivières du nord a trouvé des sites entre 10 et 100 hectares; entre un et sept grands monticules de plate-forme - pyramides rectangulaires en terrasses - ont été découverts, d'une taille variant de 3 000 à plus de 100 000 m³Shady note que la zone centrale de Caral, à l'architecture monumentale, couvre une superficie d'un peu plus de 65 ha. " - (Ruth Martha Shady Solis, Jonathan Haas et Winifred Creamer. 2001. "Rencontres Caral, un site précéramique dans la vallée de Supe sur la côte centrale du Pérou").

Caral quipu

Caralquipu2

" Si l'absence de céramique semble anormale, la présence de textiles intrigue. Des appareils d'enregistrement à base de cordes Quipu (ou Khipu) ont été trouvés à Caral, suggérant provisoirement un système d'écriture ou de «proto-écriture» à Norte Chico ". (La découverte a été rapportée par Mann dans Science en 2005.) - " L'utilisation exacte de Quipu dans cette culture andine et plus tard a été largement débattue. On pensait à l'origine qu'il s'agissait simplement d'un moyen mnémotechnique utilisé pour enregistrer des informations numériques, comme le nombre d'articles achetés et vendus. Il a été démontré que le Quipu peut également avoir enregistré des informations logographiques de la même manière que l'écriture. La recherche s'est concentrée sur l'échantillon beaucoup plus important de quelques centaines de Quipu datant de l'époque inca; la découverte de Norte Chico reste singulière et indéchiffrable. "  (Mann. 2006. annexe B.). À cette découverte singulière s'ajoutent six représentations picturales d'autres spécimens de quipus réalisés sur trois blocs lithiques qui faisaient partie de deux plates-formes dans le coin nord-est du bâtiment de la pyramide mineure à Caral. Celles-ci auraient été dessinées par des personnes liées, par relation ou service, aux responsables de ce petit bâtiment, qui connaissaient les instruments d'enregistrement, soit par manipulation, soit parce qu'ils les ont vus les utiliser auprès des responsables du monument.


Staff god peru

 " Les preuves concernant la religion Norte Chico sont limitées, mais fascinantes: une image du dieu aux bâtons, une figure semblable à un dessin animé, avec une cagoule et des crocs, a été trouvée sur une gourde datée de 2 250 avant notre ère. Le dieu aux bâtons est une divinité majeure des cultures andines ultérieures " (Hoag, 2003. Hecht, 2003). " Des archéologues fouillant des décombres dans une vallée fluviale aride qui déborde sur la côte centrale du Pérou ont découvert un fragment de calebasse vieux de plus de 4000 ans qui pourrait représenter le plus ancien objet religieux jamais trouvé dans l'hémisphère occidental. Il porte une image gravée ou brûlée de ce que l'on a appelé le "dieu aux bâtons" - une divinité dont le visage trapu, mi-humain mi-animal orne les urnes et les murs des temples des cultures andines s'étalant sur des milliers d'années. La découverte " repousse l'émergence de la plus ancienne religion andine connue de plus de 1 000 ans ", explique Winifred Creamer, anthropologue à la Northern Illinois University et membre de l'équipe qui a découvert l'objet. Les mythes de la région attribuent au dieu du personnel le rôle de créateur. Pourtant, la découverte peut également aider à raconter une histoire plus large, disent les archéologues - une qui pointe vers la région de Norte Chico comme le berceau des civilisations andines qui ont culminé dans l'empire Inca. À leur apogée au début des années 1500, les Incas dirigeaient le plus grand empire de la Terre. En revanche, au cours du troisième millénaire avant JC " vous avez de petites bandes de chasseurs-cueilleurs et des villages de pêcheurs " dans tout le Pérou d'aujourd'hui, explique Jonathan Haas, conservateur de l'anthropologie nord-américaine au Field Museum de Chicago et membre de l'équipe de recherche. " Ensuite, vous trouvez ce monstre géant à Norte Chico - des villes avec de grandes places circulaires, une architecture monumentale et maintenant une figure de divinité. C'est extraordinaire." Dans la figure qu'il appelle «notre petit homme», le Dr Haas dit « vous voyez la mythologie, l'archéologie et l'iconographie se réunir pour ouvrir une fenêtre sur l'émergence de la religion, qui va de pair avec l'émergence de sociétés centralisées

" Les chercheurs ont découvert le fragment en juillet dernier alors qu'ils étaient en train de trier un lieu de sépulture pillé dans la vallée de la rivière Pativilca. Si le fragment avait été de l'argile, l'état du site aurait rendu difficile d'associer le fragment à un moment particulier. Mais le fragment des équipes provenait d'une plante, en l'occurrence une gourde de la taille d'une balle molle, il a donc fourni sa propre référence temporelle pour la datation au radiocarbone. Le fragment, l'un des deux fragments calebasse décorée que l'équipe a trouvé, datant de 2.250 avant JC. L'image du dieu aux bâtons est un " motif avec une histoire longue et large à travers plusieurs cultures andines ", explique le Dr Ruiz. En règle générale, la divinité est représentée de face, avec des crocs dans la bouche et des pieds griffus. Les serpents apparaissent souvent comme partie intégrante du couvre-chef ou des vêtements de la divinité. " Le plus souvent, la divinité est représentée tenant un bâton dans une ou deux mains, d'où son nom." Le Dieu aux Bâtons existe toujours chez les Incas, quand les Espagnols viennent mettre fin à leur Empire.

Viracocha


Sur la Porte du Soleil, à Tiahuanaco (civilisation de Tiwanaku), on retrouve aussi le Dieu aux bâtons (assimilé à Viracocha, le dieu instructeur)... mais aussi à Chavin, comme nous allons le voir plus bas...


YH : Ce Dieu remonte aux chamans préhistoriques des chasseurs-cueilleurs, et il semble qu'on le retrouve d'ailleurs un peu partout dans le monde (ainsi que de réels bâtons de "pouvoir" en bois), preuve de plus d'une réelle culture mondiale chamanique qui a perduré des millénaires, s'est répandue dans le monde entier et a su préserver très longtemps ses traditions, de façon orale et probablement écrite (pétroglyphes)... et l'on retrouve d'ailleurs ce bâton de pouvoir dans les textes religieux comme la Bible et autres...

Caral oeildieu


Parmi les objets trouvés à Caral, celui-ci  a été surnommé "l’œil de Dieu". C'est l'un des objets les plus fascinants de tout le complexe Caral, il est composé de bâtons unis ou attachés avec plusieurs fils de coton avec de nombreuses couleurs et ayant une forme en spirale, la forme finale est un rectangle qui est formé par une forme en X. Il a également été trouvé dans de nombreuses entrées dans un complexe résidentiel.


Notons que les Caralos ne pratiquaient pas de sacrifices, mais des offrandes, trouvées en grand nombre : Ce sont des offrandes complexes, constituées d'axes floraux de cabochon attachés ensemble comme un lit superposé. Ils sont associés à de nombreux et divers composants: les minéraux, tels que le quartz, les légumes, les plumes, les fibres, le coton, ainsi que divers objets manufacturés. Ils révèlent un contenu symbolique profond.

Les plus anciennes flûtes de pan ont été trouvées à Caral, accompagnées de coquilles d'escargots servant d'instruments de percussion.

http://www.zonacaral.gob.pe/caralperu/civilizacion/civilizacionmusica.html


En novembre 2015, l’Union International des Architectes s’est retrouvé à Caral et a signé une lettre (simplement baptisé la Lettre de Caral), attestant que cette ancienne cité était un exemple parfait de planification urbaine durable et d’harmonie avec la nature. Cette lettre, signé par un groupe d’architecte représentant 124 nations, sera présenté à la COP21 qui se tiendra à Paris, dans le but de la recherche de solution concernant l’émission de gaz à effets de serre. « Nous nous tournons vers les anciennes civilisations, vieille de 5 000 ans, pensant à leur engagement envers la nature et leur vision cosmique« , explique Jose Arispe, l’un des architectes Péruvien et conseiller de l’Union International des Architectes. Jose se dit stupéfait de l’ingénierie derrière les canaux de Caral utilisés pour faire brûler leurs feux cérémoniels. Le système repose sur ce qu’un physicien appellerait aujourd’hui l’effet Venturi. " Nous redécouvrons le travail des architectes et ingénieurs de ce temps perdu, quand ils n’avaient aucun instrument comme le niveau ou la ligne de plomb. C’est de la haute ingénierie" , dit-il. La construction de cette cité, en pleine zone sismique, démontre aussi un système de fondations flexibles appelé « shicras », qui ressemble  à de large panier remplis de pierre, technique permettant de minimiser les dégâts d’un tremblement de terre. Leur éco-développement les a aussi poussé à construire leur ville sur un terrain aride (quitte à se retrouver en zone sismique et à devoir faire preuve d’ingéniosité pour s’y adapter), afin de conserver les zones fertiles pour l’agriculture. Tout les indices archéologiques indiquent que cette civilisation avait atteint la splendeur et le prestige, ayant donné naissance à une culture s’étant répandue sur tout le continent, et tel est le message que veux faire passer l’Union des Architectes : " Nous pouvons vivre en harmonie avec la nature pour protéger la planète et avoir des relations respectueuse et pacifique avec les autres cultures". - https://phys.org/news/2015-11-peru-ancient-city-caral-modern.html

YH : Et cette culture s'est développée en même temps que la Mésopotamie, l'Egypte, l'Indus, avec les mêmes savoirs mathématiques, astronomiques, architecturaux, spirituels et agricoles, peut-être même une écriture avec le quipu... avec certaines différences locales bien sûr, mais un résultat très similaire quant à sa durée et expansion au niveau continental dans le temps. Et une volonté subite à la même période (vers - 3500 ans. AV J.C) de bâtir des grandes structures durables (et anti-sismiques), du mégalithisme, des systèmes d'irrigation élaborés et de grands lieux de réunions et de fêtes... De quoi revoir l'Histoire du monde préhistorique, et d'en tirer des leçons sur notre civilisation actuelle, toujours divisée en nations-tribus, au profit de quelques-uns, au détriment de la majorité...

Lire la suite ci-dessous :

lundi 22 juin 2020

Pérou : Caral-Supe - Bandurria - Sechin - Kotosh - Chavin 1

Pérou : Caral-Supe - Bandurria - Sechin - Kotosh - Chavin 1

 

Ancient caral civilisation statuettes

Caral - des statuettes semblant présenter des ethnies très differentes...

 

Retour sur Caral-Supe au Pérou, la plus ancienne culture de l'Amérique Latine, avec celles de Kotosh et de Sechin au Pérou et celle de Valdivia en Equateur, puis ensuite celle de Chavin. Toutes ces " cultures archéologiques ", très semblables au fil du temps et évoluant pour certaines en parallèle localement étaient reliées entre elles et intégraient même temporellement et localement une autre " culture archéologique " nommée Cuspinique, qui s'étendait sur toutes les côtes du nord du Pérou jusque dans les vallées des contreforts de la chaîne andine. Toutes ces cultures, y compris Chavin, représentent la grande contradiction envers les postulats de la science du 19ème siècle et d'une bonne partie du 20ème siècle, supposant donc très longtemps qu'une civilisation ne se créée que grâce à la guerre, aux conflits, aux inventions liées et la volonté de se protéger. Tout comme l'invention de la poterie a longtemps été supposée être liée à l'agriculture, des découvertes de poteries datant d'au moins 20 000 ans en Asie, bien avant la notion d'agriculture, a remis cette théorie en question. Car Caral-Supe, que l'on peut considérer comme la plus ancienne réelle ville d'Amérique Latine à ce jour, démontre le contraire, et tout au long de son existence : pas de murs d'enceintes ou de protection, pas d'armes découvertes, et même son abandon n'est pas dû à un conflit guerrier, mais à une succession de catastrophes naturelles : gros séismes et changement climatique important, très bien documentés dans les diverses études récentes des lieux. J'ai déjà parlé de Caral-Supe dans cet article détaillé, je n'ajouterai donc ici que les dernières découvertes en ce qui la concerne : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

 

La culture de Caral-Sepe est l'une des plus anciennes et des plus mystérieuses : Alors que la grande culture qui lui est contemporaine au nord, en Equateur, la culture de Valdivia, utilise abondamment la céramique, on n'en a trouvé aucune trace à Caral. Et pourtant, on a trouvé dans une tombe des céramiques de Valdivia, preuve qu'ils avaient des relations. Alors que la ville est constituée de bâtiments monumentaux bâtis sur d'énormes plate-formes (6 pyramides, un amphithéâtre, un bâtiment central monumental, un temple, de grandes habitations, des places rondes et creuses et rues), il n'y a aucune fortification ni murailles. Il n'y a même aucune forme d'art en tant que tel... mais par contre, il y a des instruments de musique et même tout un système utilisant le son et l'eau. En effet, de nombreuses flûtes en os de condor y ont été découvertes, et l'étude de ces os prouvent que les condors venaient de la forêt amazonienne, à des centaines de kilomètres de là.

 

Caral amphitheatre pyramide centrale

Caral-Supe - l'amphithéatre et la pyramide centrale (UNESCO). La pyramide dite « Mayor » est reconnaissable entre toutes avec son impressionnante architecture de pierres et sa place ronde enterrée.  Cette dernière, située devant la pyramide, mesure 15 m de diamètre. Orientée au sud, la pyramide domine la vallée et la rivière Supe. Il s’agit sans doute de l’édifice le plus important de tout Caral. Elle est en tous cas la plus haute – avec ses presque 30 m. La pyramide semble ainsi présider la grande place centrale vers laquelle toute sa structure et son escalier principal sont tournés. Dans cette pyramide, on a découvert le corps d’un personnage jeune, qui devait avoir environ 19 / 20 ans. Il avait les doigts de la main et des pieds coupés. On ne peut s'empêcher de faire un lien avec les pratiques des égyptiens de la même période chronologique, puisqu'il est très connu qu'à l’époque pharaonique, la mutilation de cadavres, et donc de momie, était également monnaie courante afin d’obstruer le voyage vers une seconde vie...

 

Alors que le site, qui s’étend sur 626 ha, est maintenant situé sur un plateau désertique aride en surplomb de la verdoyante vallée de Supe, on s'est aperçu en fouyant qu'ils avaient transformé les lieux en véritable oasis. A cet endroit convergent beaucoup des rivières qui descendent des Andes, amenant les eaux des neiges fondues, et les créateurs ont installé un vaste système d'irrigation. Et il y cultivaient des légumes, (notamment les haricots, les courges et les patates douces) et des fruits, mais surtout massivement du coton, qui leur servait pour leurs vêtements et filets de pêche, mais aussi d'objet d'échange avec leurs voisins ou autres implantations. Leurs filets étaient échangés contre le poisson des habitants de la côte, car Caral n'était pas le seul lieu de cette culture : 21 autres sites ont été découverts les concernant et leur possible évolution en ce qui a été nommé la culture Chansay par les archéologues, dans la même vallée Supe. Un autre chose étonnante, c'est qu'ils ont aussi inventé le quipu, ce système d'archivage en noeuds de cordes, toujours utilisé par les Incas 4 500 ans plus tard !

146 datations au carbone 14, réalisées aux Etats-Unis, ont établi une assez bonne chronologie en ce qui concerne la ville principale :

  • Début des implantations (village) : vers 5000 avant Jésus-Christ (7000 ans avant le présent donc - un autre site près de la côté a été daté de -4900 ans).
  • Premières constructions de plus grande taille :  avant Jésus-Christ.
  • Remodelage général et annexion des places alentours :  avant Jésus-Christ.
  • Fin de la période d'agrandissement des bâtiments publics :  avant Jésus-Christ. - 
  • Déclin, en même temps qu'un autre établissement, appelé Era de Pando, plus grand que Caral se développe dans la basse vallée :  avant Jésus-Christ.
  • Caral est progressivement abandonné et ses bâtiments sont enterrés : 2100-1800 avant Jésus-Christ. Référence : BCRP, « Caral, patrimonio cultural de la civilización », Revista Moneda, Lima, www.bcrp.gob.pe,‎ 

 

Les dernières découvertes : Découverte éventuellement en 1905 par Max Uhle, visitée par Paul Kosok et l’archéologue Richard Schaedel, en 1949,  puis en 1975, par l’architecte péruvien Carlos Williams, une première fouille est faire en 1979 par l’archéologue suisse Frederic Engel, qui a creusé le site et dressé un plan de celui-ci. Les fouilles de la cité n'ont vraiment commencé que dans les années 1990 par Ruth Shady, qui procède enfin à des fouilles intensives plusieurs années et révèle sa grande ancienneté : le découvreur, comme le reste du monde, se désintéressent d'un lieu archaïque sans céramiques ni trésors. Caral est située dans la vallée de Supe, à 182 kilomètres au nord de Lima (Pérou actuel), à 23 km de la côte. Sur cette dernière, et en lien manifeste avec Caral, Áspero ou El Áspero, était situé sur la côte près de l’embouchure de la rivière Supe, qui, selon toutes les indications, était son port de pêche. D’autres sites situés dans la vallée de Supe et qui faisaient partie du noyau de la civilisation carale sont Miraya, Lurihuasi, Chupacigarro, Allpacoto, entre autres, ces centres principaux comportant tous des constructions monumentales.

Fouillé à partir de 2007, le site de Vichama, qui était une ville de la civilisation de Caral, a révélé en 2019 une fresque murale de plus de 3 800 ans, c'est à dire à la période de la disparition totale de cette culture (le grand site de Caral étant enterré volontairement et abandonné par ses habitants). La fresque représente un crapaud enroulant ses pattes autour de la tête d'un homme. Selon les archéologues, elle illustre " l'annonce de l'arrivée de l'eau ". " L'importance de cette fresque réside dans son ancienneté, puisqu'elle date de 3 800 ans, raconte Ruth Shady, la directrice des fouilles. Elle nous parle de l'importance de l'eau en temps de crise et nous amène à réfléchir sur ce thème."

Fait étonnant : Dans la mythologie inca (des milliers d'années plus tard donc), Vichaama est le dieu de la mort et le fils d'Inti. Sa mère a été assassinée par son demi-frère Pacha Kamaq, et il s'est vengé en transformant les humains créés par Pachacamac en roches et en îles. Ensuite, il a fait éclore trois œufs dont une nouvelle race humaine est née... La tradition orale (et l'aide des pétroglyphes comme l'a signalée une amazonienne dans une interview récente) ferait-elle remonter les origines des Incas aux Caralos ?...

 

La peinture murale pourrait donc représenter le crapaud apportant la pluie à l’homme. Les sculptures ont probablement été réalisées en période de pénurie et de famine, selon les chercheurs. Les explications sur la disparition de cette civilisation ont été trouvées par les fouilles : la région est soumise à beaucoup de séismes et plusieurs réparations, au fil du temps, ont été repérées. Mais il semble qu'un gros séisme, alors que survenait une longue période de sécheresse, aient achevé cette civilisation, convainquant probablement son peuple à migrer ailleurs. En effet, de grosses fissures dans les bâtiments, non réparées lors de son ensevelissement, ainsi que la rupture et destruction de ses systèmes d'irrigation ont été prouvés lors des fouilles. Une succession proche de catastrophes donc expliquent la disparition de cette civilisation... qui a pu éventuellement renaître ailleurs, et appellée différemment par l'archéologie moderne... peut-être à Bandurria, plus au sud ?

 

Lire la suite ci-dessous :

jeudi 18 juin 2020

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur


Albertminiature

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :
Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

Testamentducenghien

samedi 23 mai 2020

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique


Figure10 terceira


Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

Lire la suite ci-dessous :

samedi 16 mai 2020

Grece : fouilles du site néolithique Koutroulou Magoula

Grece : fouilles du site néolithique Koutroulou Magoula 2019


Koutroulou magoula in greece 1

Des bâtiments monumentaux, des fours à céramique fermés et d'impressionnantes tranchées périphériques ont été révélés à Koutroulou Magoula. Crédit: Yannis Hamilakis


" Signes de sophistication communautaire sur le site néolithique de Koutroulou Magoula en Grèce "

Un grand bâtiment du néolithique moyen a été découvert au sommet de la colonie néolithique de Koutroulou Magoula en Grèce centrale pendant la saison des fouilles de cette année, ont annoncé vendredi des archéologues, selon l'ANA.

Le bâtiment a des murs de pierre mesurant 9,5 m de long et presque 8,5 m de large, et est l’un des plus grands de cette période en Grèce. Il semble également avoir été soutenu par un énorme contrefort externeSa fonction reste incertaine, mais les résultats préliminaires indiquent qu'il a été utilisé pendant longtemps et qu'il a été reconstruit et modifié. À certaines périodes, il semble aussi avoir été partagé avec des animaux domestiques.

Une autre découverte importante est un complexe de fours de poterie fortement brûlés et fermés, trouvé près du bord de la colonieL'un des fours conserve extrêmement bien son sol en plâtre, une partie de ses murs et de son dôme en plâtre, ainsi que d'autres caractéristiques architecturales. Il a été construit sur une plate-forme grossièrement plâtrée.

 " C’est une découverte extrêmement importante et une indication de la sophistication technologique des habitants néolithiques du site ", a déclaré le Dr Nina Kyparissi-Apostolika, éphor honoraire de l’éphorat de la paléoanthropologie et de la spéléologie, et codirectrice des fouilles avec le professeur Yannis Hamilakis de l'Université Brown

vendredi 15 mai 2020

Canaan, Israel : découverte d'un scarabée et de tablettes gravés

Canaan, Israel : découverte d'un scarabée et de tablettes gravés


Tel rehov israel 3500ans astarte2

Une sculpture trouvée lors des fouilles à Tel Rehov montre une déesse de la fertilité. (Gabi Laron, fouilles de Tel Rehov / Université hébraïque de Jérusalem )


Des fouilles dans une ancienne ville de 3500 ans du pays de Canaan, Tel Reḥov, maintenant dans l'Israel moderne, révèlent que Rehob était l'une des plus grandes cités cananéennes du sud du Levant à la fin de l'âge du bronze (XVe-XIIIe siècles av. J.-C.) et a prospéré lorsque l'Égypte contrôlait une grande partie de la région.

Les archéologues ont déterré cinq tablettes en argile représentant des femmes égyptiennes à la poitrine nue et un scarabée sculpté et gravé.

Amihai Mazar et Uri Davidovich sont professeurs d'archéologie à l'Université hébraïque de Jérusalem. Ils ont détaillé leurs nouvelles découvertes dans un article récemment publié dans le Bulletin des écoles américaines en recherches orientales, que vous pouvez lire sur le site Web de l'Université de Chicago.

Mazar et Davidovich écrivent dans l'article « Réhob a été construit près de Beth Shéan, une ville protégée par une garnison égyptienne » et les sculptures des femmes nues « représentent probablement des déesses de fertilité anciennes, comme Asherah ou Astarté » . Et, essayant de donner une raison sur le but pratique expliquant à quoi les tablettes auraient pu servir, Mazar a expliqué qu’elles étaient " utilisées à la maison, dans le cadre de pratiques religieuses domestiques populaires, dans la sphère domestique, principalement liées à la fécondité des femmes. ”.

Les tablettes représentant les femmes nues ont été retrouvées dans une « grande structure publique complexe dont le but et la taille totale sont inconnus », et ses larges murs et ses contreforts sont encadrés par une cour spacieuse. Mazar et Davidovich ont écrit que le bâtiment avait « une grande salle au sud, des fondations profondes et des remplissages de construction massifs, qui témoignent tous de sa nature non domestique ».

Voir la suite ci-dessous :

jeudi 30 avril 2020

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019 MAJ avec vidéos


Sfh bannieresitesfh


Entretien le jeudi 26 septembre 2019 à 20h30

« Sciences – Faits – Histoires » avec Yves Herbo

Auteur indépendant, Yves Herbo anime le blog " Sciences-Faits-Histoires '' et rédige sur son site des articles dans lesquels il partage sa façon de voir le monde, sa propre expérience, ses recherches et nombreuses lectures en matière d'Histoire ancienne, de sciences diverses (archéologie, paléontologie, astronomie, astrophysique, …), phénomènes paranormaux, ufologie.

J'ai le plaisir de l'accueillir sur l'antenne de Nuréa TV pour échanger avec lui sur ces thématiques et faire un petit tour d'horizon de ses réflexions sur les sujets qu'il aborde sur la toile.


Merci pour vos partages et invitations !

Lorsque nous invitons un intervenant à s’exprimer sur Nuréa TV, c’est que nous estimons que celui-ci ou celle-ci est à même de partager avec nous des éléments cohérents, susceptibles de nous éclairer sur les mystères qui nous entourent et nous les remercions chaleureusement pour leur partage. Ceci étant dit, restez libre de vérifier et d’assembler les pièces du puzzle comme bon vous semble ! Nous ne vous rappellerons jamais assez que vous êtes les seuls maîtres à bord.

Bonne route à toutes et à tous ! Nora & Guillaume

Lien vers la vidéo du direct ci-dessous :

mercredi 29 avril 2020

Equateur : découverte de débris de poteries d'une culture inconnue

Equateur : découverte de débris de poteries d'une culture inconnue

Equateur realalto1

CRÉDIT: BUREAU DE PRESSE DE LA FEFU

Des archéologues de l'Université fédérale d'Extrême-Orient (FEFU), de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie SB ASR (Russie), de l'École supérieure polytechnique du littoral (ESPOL) (Équateur) et de l'Université de Tohoku (Japon) ont découvert des tessons de récipients en céramique évoquant les restes culturels des premières périodes du site Real Alto équatorien. Les découvertes datent de 4640 - 4460 av. J.-C.(6640 à 6460 ans av. maintenant), cette période est limitrophe de Valdivia, l'une des plus anciennes cultures de poteries de l'Amérique du Nord et du Sud. Un article connexe est publié dans la revue spécialisée L' Antiquité.

Equateur realalto7Equateur realalto8

La quête pour la naissance de la technologie de la poterie en Amérique du Sud a été initiée vers la fin des années 1950 avec la découverte de sites Formateurs Anciens à Iowland en Colombie et sur la côte de l'Equateur (Hoopes 1994). Dans les années 1960, la poterie provenant du site de Valdivia a été interprété par l'archéologue Estrada et ses collègues américains comme indiquant une influence directe en Equateur provenant de la culture Jõmon de l'archipel Japonais aux alentours de 3050 Av. JC. (Meggers et al. 1965). Des datations seulement confirmées durant les années 1970/1980 avec les fouilles à Real Alto et Loma Alta, suggérant une origine locale basée sur la découverte de poteries d'une ancienne période (Valdivia I : 3650-2650 Av. JC). (YH: Suggérant seulement car il faut se méfier des pillages, des réutilisations... ou de l'existence d'autres cultures ou même d'importations...). Les fouilles ont aussi prouvé l'existence d'une période différente (Valdivia II : 2650-2350 Av. JC).

Au cours des fouilles sur le site de Real Alto (Équateur), des scientifiques russes ont découvert des fragments de récipients en céramique à une profondeur de 75 cm à 1 mètre. Ils appartiennent au complexe archéologique de San Pedro insuffisamment étudié. L'analyse radiocarbone par spectromètre de masse a montré que la poterie remonte à 4640-4460 av. JC. Cette période est proche ou coïncide avec les premières étapes de la culture de Valdivia, selon le célèbre personnage en céramique, symbole de l’Équateur. Dans le même temps, des fragments de poterie de San Pedro se distinguent de ceux de la culture Valdivian par la composition décorative et le mode d'application. Les fragments de poterie de San Pedro sont en corrélation avec des fragments de Real Alto et d'autres lieux de fouilles archéologiques récupérées dans les années 70 et 80 mais attribués à aucune culture particulière. Ainsi, les chercheurs ont reçu des arguments supplémentaires pour parler d'une nouvelle culture archéologique liée à la période de formationCelle-ci existait et se développait simultanément avec celle de Valdivia sur la côte pacifique de l’Équateur.

Voir la  suite ci-dessous :

lundi 27 avril 2020

Grèce : Un monument en marbre au sommet d'un îlot pyramidal

Grèce : Un monument en marbre au sommet d'un îlot pyramidal


Dhaskalio grece1

L'îlot «mini-montagne» de Dhaskalio, au large de l'île cycladique de Keros (Projet Cambridge Keros)

Les archéologues ont découvert le plus ancien complexe monumental jamais découvert dans le monde grec. On parle bien de l'Ancienne Grèce, celle de la culture Cycladique.

C'est la preuve d'un riche paysage culturel et monumental datant plus tôt que la période minoenne sur un îlot isolé et inhabité en forme de pyramide.

L'îlot de Daskalio est situé juste au large de la côte de l'île de Keros, qui est l'une des îles des Cyclades dans la mer Égée. Elle faisait autrefois partie de Keros avant que le niveau de la mer ne monte.

La structure longtemps enfouie, datant d'au moins 4 600 ans, a été construite en marbre transporté depuis de petites îles égéennes à bord de minuscules navires en bois.


Dhaskalio grece2

Des tonnes de marbre importé au sommet de cet îlot cycladique

dimanche 26 avril 2020

Chine, découverte de squelettes aux cranes allongés datés de 12000 à 5000 ans

Chine, découverte de squelettes aux cranes allongés datés de 12000 à 5000 ans

Chine houtaomuga 6000ans

Sur un site appelé Houtaomuga, en Chine de l'Est, les scientifiques ont mis au jour 25 squelettes datant d'environ 12 000 à 5 000 ans. Parmi ceux-ci, onze comportaient des crânes artificiellement allongés et des os aplatis à l'avant et à l'arrière de la tête, a annoncé une équipe dirigée par le bioarchéologue Quanchao Zhang et le paléoanthropologue Qian Wang.

Les chercheurs rapportent en ligne le 25 juin dans l' American Journal of Physical Anthropology, que les modifications du crâne se sont produites sur ce site plus que sur toute autre fouille archéologique à ce jour.

Le remodelage permanent du crâne au début de la vie, lorsque les os crâniens sont mous, peut être obtenu en comprimant la tête du nourrisson avec les mains. Ou en reliant la tête avec des surfaces dures et plates telles que des planches ou bien en enveloppant la tête dans un tissu, ce qui remodèle de la même manière des os crâniens immatures. Ces modifications spécifiques de la tête peuvent avoir été utilisées en tant que signes de statut social.

Des crânes de forme étrange et intentionnellement modifiés ont été découverts dans de nombreuses régions du monde (YH : y compris en France). Les affirmations des années 1980 selon lesquelles deux crânes de Néandertal âgés d'environ 45 000 ans auraient été remodelés très tôt dans la vie ont été rejetées par de nombreux chercheurs (YH : à l'époque, néandertalien était encore sous-évalué par les scientifiques). Les premiers crânes présentant des signes généralement acceptés de modification du crâne datent d'environ 13 000 à 10 000 ans en Asie occidentale, dans le sud-est de l'Australie et, à présent, en Asie orientale. Dans les Amériques, cette pratique a débuté il y a plus de 8 000 ansSN Online: 2/13/18).

« Il est trop tôt pour dire si la modification crânienne intentionnelle est apparue pour la première fois en Asie de l’Est et s’est propagée ailleurs ou a eu lieu indépendamment à différents endroits », a déclaré Wang, de la Texas A & M University de Dallas.

Houtaomuga a été fouillé de 2011 à 2015. Le squelette d'un homme avec un crâne modifié a été retrouvé dans une tombe datant d'il y a 13 000 à 11 000 ans, selon les styles de poterie retrouvés dans la même couche de sédimentLa datation radiocarbone du squelette le situe à environ 12 000 ans. Deux couches de sédiments datant de 6 300 à 5 000 ans contenaient 10 squelettes avec des crânes remodelés.

Voir la suite ci-dessous :

samedi 25 avril 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2019

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2019 - MAJ 02-10-2019

Ovni dans le monde odhtv



JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche....)
L'édition de Juillet 2019 vous est présentée par Gilles.T :

vendredi 24 avril 2020

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

MAJ 21, 23-04-2020

Grottes mines baksan1 mini


Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotlyarov, dirigeant de la Société russe de géographie de Karardino-Balkarie. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

280px caucasus topo map blank svg

Il s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaîne de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

Lire la suite ci-dessous :

jeudi 23 avril 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2019

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2019 - MAJ 08-07-2019



Ovni dans le monde odhtv














Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

L'édition de Avril 2019 vous est présentée par Gilles.T: