mardi 5 mars 2019

Arctique : la culture de Zhokhov plus évoluée que supposé

 Arctique : la culture de Zhokhov plus évoluée que supposé

Siberie ilezhokhov1

l'île de Zhokhov (ou Jokhov)

Cette culture de l'île de Zhokhov (ou Jokhov), île découverte seulement en 1914, est la plus ancienne preuve connue à ce jour de l'existence d'un peuple humain dans cette région du haut Arctique (une station polaire y a été installée dans les années 1950), au mésolithique. Les études qu'y s'y enchainent révèlent un tableau très différent que celui supposé pour une culture de ces dates très éloignées (nous sommes au minimum aux environs de 9300 ans avant maintenant question datations...). En effet, ces études sur le site ancien découvert sur cette île amènent à des conclusions qui remettent en question certains "postulats hypothétiques" concernant non seulement l'isolement des diverses cultures sibériennes à l'âge glaciaire et post-glaciaire, mais aussi les capacités de déplacement et d'échanges entre groupes humains éloignés. Cette étonnante culture est aussi celle qui aurait la première domestiqué, élevé et créé une race canine, du type huski. Cette implantation permanente (pendant au moins 300 ans) remet aussi en question la notion de "nomades chasseurs-cueilleurs de l'époque", orientant plutôt sur une culture déjà en partie sédentaire en ce qui concerne une population demeurant sur un "centre culturel" (lieu de réunion et de stockage d'outils et de denrées, d'élevage) en permanence, pendant que d'autres chassaient, cueillaient et pêchaient, allaient chercher des matières premières (pierres et bois). :

L’Île Jokhov fait partie de l'archipel de Nouvelle-Sibérie et est située en mer de Sibérie orientale, au nord de l'Extrême-Orient russe. Elle se situe à 103 kilomètres à l'est-sud-est de l'île Bennett. Sur le plan administratif elle est rattachée à la République de Sakha (Yakoutie) en Russie. L'île fait partie du groupement des Îles De Long. Elle a une surface de 58 km2 et culmine à 123 mètres.

En 2017, les scientifiques russes ont retrouvé des traces des plus anciens élevages de chiens d’un type précis, sur l’île de Zhokhov, située dans la mer de Sibérie orientale. Ainsi, les premières races de chiens existaient il y a 9.000 ans.

La recherche effectuée par l'archéologue russe Vladimir Pitulko et le zoologue russe Alexeï Kasparov, dont les résultats sont publiés dans le Journal of Archaeological Science : Reports, montre que les anciens habitants de l'île de Zhokhov, située dans la mer de la Sibérie orientale, étaient les premiers à avoir créé des races de chiens pour leurs besoins.

Un des sites les plus septentrionaux jamais occupé par l'homme a été découvert sur l'île de Zhokhov. Alors que les fouilles menées sur le site ont permis de prouver l'existence d'une population humaine il y a entre 8 000 et 9 000 ans (amenés à 9300 ans depuis 2017), la recherche récente fournit des preuves que ses habitants étaient des éleveurs de chiens.

Les os de 11 chiens ressemblant aux huskys contemporains par les dimensions et la forme de leur crâne y ont été découverts. Les scientifiques ont prouvé que dix de ces chiens avaient des proportions identiques et pesaient entre 16 et 25 kilogrammes. C'est le poids des chiens contemporains utilisés comme animaux de transport.

Siberian islands zhokhov

En 2018, des scientifiques russes ont étudié le site des anciens de Jokhov, situé dans l'Arctique, à 76º de latitude nord, et ont décrit en détail le mode de vie des anciens peuples qui y avaient vécu. Il s’est avéré que, malgré la faible densité de population, ce peuple ancien avait communiqué avec des représentants d’autres territoires et avait même échangé divers objets lors de foires.

L'Arctique est la partie la plus froide de notre planète, où il n'y a pas de conditions favorables à la vie. Les régions arctiques de la Terre ne sont guère peuplées d’êtres humains, bien que dans certains pays, notamment la Russie, les États-Unis et la Norvège, il existe des zones industrielles. Ces zones augmentent la densité moyenne de la population à 0,35 habitant / km2 mais ne dépassent pas, en principe, 0,03 à 0,04 habitants / km2. Ici, le site de Jokhov a été découvert, considéré comme la plus ancienne preuve d’habitation humaine dans le Haut-Arctique.

La colonie a été détruite il y a entre 9300-8600 ans, 25 à 50 personnes y vivaient en permanenceDans le passé lointain, l'île de Jokhov faisait partie d'une vaste plaine formée en raison de la baisse importante du niveau de la mer au cours du dernier maximum glaciaire. En raison de l'élévation du niveau de la mer post-glaciaire, cette plaine a été inondée et érodée (il n'est pas improbable que d'autres sites de cette culture soient engloutis de nos jours dans ces eaux peu profondes).

Figure 2. On the left, the location of Zhokhov Island is marked (circle) on an NSIDC sea ice extent map for Jun 27, 2012 – by the end of July that year (not shown), the ice was largely gone. The ice map on the right shows that the ice had reformed by the end of October, which means that Zhokhov Island was ice-free for a little over 2 months in 2012. However, in the past, due to natural variation , this ice-free period would have been either much longer in some years or much shorter, or even nonexistent (by which I mean, some years there was no ice-free period at all).

Figure 2. On the left, the location of Zhokhov Island is marked (circle) on an NSIDC sea ice extent map for Jun 27, 2012 – by the end of July that year (not shown), the ice was largely gone. The ice map on the right shows that the ice had reformed by the end of October, which means that Zhokhov Island was ice-free for a little over 2 months in 2012. However, in the past, due to natural variation , this ice-free period would have been either much longer in some years or much shorter – or even nonexistent (by which I mean, some years there was no ice-free period at all). À gauche, l'emplacement de l'île Zhokhov est marqué (cercle) sur une carte de l'étendue de la glace de mer du NSIDC du 27 juin 2012 - à la fin de juillet de cette année (non représentée), la glace avait en grande partie disparu. La carte des glaces à droite montre que les glaces se sont reformées à la fin du mois d'octobre, ce qui signifie que l'île de Zhokhov était libre de glace pendant un peu plus de 2 mois en 2012. Toutefois, dans le passé, en raison de la variation naturelle, la période libre de glace aurait été soit beaucoup plus longue certaines années, soit beaucoup plus courte - voire même inexistante (certaines années, il n’y avait pas de période libre de glace).

Actuellement, le site de Jokhov est situé dans la partie sud-ouest de l’île moderne de Jokhov, près du pied d’une colline basse (environ 120 m) qui le protège du vent violent du nord-ouest. Cet endroit était très pratique pour les anciens peuples. La colline a servi de point d'observation :


Les scientifiques ont effectué des fouilles dans le pergélisol et ont déjà enquêté sur une partie importante du site - 571 mètres carrés. Au cours des travaux, de nombreux outils en pierre, os, cornes, défenses et bois ont été trouvés. Ce sont différents outils, des armes de chasse, des détails de traîneaux et divers ustensiles domestiques.



Siberie pitulko and kasparov 1996 fig 10 wooden artifacts 

Wooden objects like these don’t normally survive 8,000 years in open sites like these – we have the permafrost to thank for their preservation.


Parmi les artefacts lithiques, il y a de nombreuses lames microprismatiques, qui ont servi de lames à des outils composites servant de pointes de lance / fléchette / flèche et de couteaux. La plupart d'entre eux avaient été fabriqués à partir de diverses roches siliceuses d'origine locale, tandis que d'autres étaient constitués de matières premières exotiques inhabituelles pour cette partie du monde, telles que le verre d'obsidienne ou volcanique. Les chercheurs ont trouvé 79 articles de ce type. Les peuples anciens ont apprécié ce matériau pour la meilleure capacité de scission parmi d'autres roches et les ont appréciés pour leurs arêtes de coupe extrêmement fines et tranchantes. Les chercheurs apprécient également beaucoup ce matériau, car chaque dépôt d'obsidienne possède sa propre signature géochimique, ce qui facilite la localisation de la source du matériau. Avec cela, il est possible de déterminer comment il s'est déplacé spatialement et ainsi nous pouvons en apprendre plus sur la vie des peuples anciens.

Siberie zokhov2

Products from obsidian found at the Zhokhov site. Vladimir V. Pitulko et al


Cependant, il n'y a pas de source d'obsidienne à proximité de l'île de Jokhov. La zone la plus proche avec une telle source se trouve près du lac Krasnoye, dans la partie inférieure de la rivière Anadyr, dans la Tchoukotka, qui se trouve à environ 1 500 km en ligne droite. Le trajet effectif pourrait facilement dépasser 2 000 km. Il semblerait que les anciens peuples ne pourraient pas parcourir une telle distance physiquement.

Les auteurs ont étudié les objets d'obsidienne mis au jour par la méthode de fluorescence X. Il s’agit d’une méthode d’examen non destructif qui permet de déterminer les propriétés géochimiques des échantillons et de déterminer ainsi les emplacements source à l’aide des signatures uniques.

« Nous avons découvert qu'un type d'obsidienne en particulier venait de la région du lac Krasnoye sur l'île de Zhokhov. Il s’agit d’une distance considérable et il est difficile d’imaginer que les anciens peuples auraient pu faire de tels voyages il y a environ 9 000 ans. Très probablement, ils ont rencontré d'autres personnes aux points intermédiaires et ont échangé des produits en obsidienne ou pratiqué un commerce primitif », a déclaré l'un des auteurs de l'article, Vladimir Pitulko, chercheur principal du projet RSF, Ph.D. chercheur principal au département de paléolithique de l’Institut d’histoire de la culture matérielle de la Fondation de la science russe.








Les chercheurs ont également analysé plus de 54 000 vestiges de chasse de la faune et reconstitué le cycle économique annuel des habitants du site de Jokhov. Les occupants du site étaient des chasseurs terrestres classiques pratiquant la chasse au renne. Cependant, en hiver, ils chassaient les ours polaires dormant dans des nids à ours. Pour eux, il s’agissait là d’un moyen fiable et stable de se procurer de la nourriture, car les tanières d’ours étaient nombreuses dans cette région. 

Siberie zokhov4

Skull of a dog found at the Zhokhov site. Vladimir V. Pitulko et al.


Auparavant, les scientifiques ont étudié les os de canidés de taille moyenne. ces os indiquent la présence d'un chien bien formé qui vivait avec les habitants du site de Zhokhov. En outre, leur taille et leur poids sont similaires à ceux de la race moderne des chiens de traîneau. La découverte de pièces de traîneaux sous forme de coureurs prouve que les habitants de ces territoires disposaient d'un système de transport bien développé. Grâce à ce système, les habitants du site de Jokhov se sont rendus dans les territoires voisins, qui faisaient encore partie du continent à cette époque, et ont maintenu des relations avec leurs habitants.

Siberie zokhov6

Vladimir Pitulko a également noté que les sites situés à l'embouchure des rivières Kolyma et Indigirka pourraient servir d'intermédiaires dans ce commerce. Dans ce cas, la distance entre les points d'échange était d'environ 700 km, et il est tout à fait possible de voyager au début du printemps avec des chiens de traîneau.

De telles «réunions» se sont transformées en foires plus tard, car les habitants du nord de la Sibérie orientale les organisaient toujours aux XVIIIe et XIXe siècles, mais pas seulement pour l'échange de marchandises. L'échange d'informations a été jugé beaucoup plus important. En tout état de cause, les preuves matérielles en ce sens sur l'île de Jokhov sont présentées avec un minimum de constatations. Les contacts conjugaux nécessaires pour assurer la stabilité biologique de petits groupes de personnes qui mènent une vie plutôt isolée sont probablement un résultat important de ces réunions.

« Les résultats de notre recherche * indiquent un niveau élevé de relations socioculturelles entre l'ancienne population arctique de Sibérie orientale il y a 9 000 ans et concernant l'engagement des habitants du site de Zhokhov. Ces personnes qui vivaient au bord de la terre n'étaient pas isolées. Au contraire, les contacts au sein de ces sociétés ont été beaucoup plus développés qu'on ne le pensait auparavant », a conclu Vladimir Pitulko.

Source de l'article 2019 : Publié dans le communiqué de presse de l' ASSOCIATION DES COMMUNICATIONS DE LA SCIENCE RUSSE AKSON

* L'étude publiée:  https://doi.org/10.15184/aqy.2019.2



Siberie zokhov5


Des preuves archéologiques donnent à penser que les anciens chasseurs de l'Arctique prenaient rarement des ours polaires - il existe quelques os d'ours polaires, mais pas beaucoup, dans la plupart des sites archéologiques de l'Arctique occupés au cours des 10 000 dernières années.

Il n’y a qu’une exception à cette tendance: l’île de Jokhov dans la mer de Sibérie orientale, en Russie. Près de quatre cent os d'ours polaires ont été retrouvés dans deux des 13 maisons semi-souterraines découvertes sur l'île, bien préservées par le pergélisol depuis plus de 8 200 ans. Il s'agit de loin de la plus grande et de la plus ancienne collection d'ossements d'ours polaires laissés par des chasseurs humains dans le monde entier. Elle est décrite dans un fascinant article publié en 1996 par Vladimir Pitul'ko et Aleksey Kasparov... (les datations ont été recalibrées depuis).

https://polarbearscience.com/2013/02/18/the-ancient-polar-bear-hunters-of-zhokhov-island-siberia/




Autres sources :






Autres articles concernés :






Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 02-03-2019



1 commentaire:

Ne pas hésiter à commenter, donner votre avis, faire part de votre propre expérience...