samedi 1 mars 2014

La guérison au toucher et à distance

La guérison au toucher et à distance - L'Homme Spirituel Page 3

Testslabot

Voici la suite du dossier "L'Homme Spirituel" dont vous trouvez les débuts dans les liens ci-dessous. Il est possible que d'autres articles ayant des connexions avec ce thème soient ajoutés par la suite dans ce nouveau dossier/répertoire :



Le sens du toucher est à l'évidence l'un des sens primordiaux, sans lequel nous aurions bien des difficultés à comprendre le monde extérieur et même tout simplement à y vivre. Inutile de décrire toutes les implications amenées par ce sens, la plupart vont de soi, mais ce qui nous intéresse dans ce sens au niveau de cet article, ce sont bien ses implications internes au niveau de l'être humain. L'une des plus importantes contributions à l'être humain de ce sens (en dehors de tout ce qu'il a fabriqué ou manipulé, inventé avec succès) est bien sûr liée aux soins et à la guérison. A ce titre, on peut déjà considérer que le sens très aigu du toucher des chirurgiens (surtout de leurs instruments) est le premier concerné car il est reconnu que les meilleurs chirurgiens se révèlent dès leurs débuts d'études : leur don concentré sur le sens du toucher fait rapidement la distance par rapport à des chirurgiens "classiques" qui n'atteignent un niveau acceptable que plus tardivement. On peut d'ailleurs de même découvrir d'autres spécialistes médicaux "exceptionnels" de part leur réussite et notoriété transmises par leurs clients, des dentistes aux kinésithérapeutes qui prodiguent leurs soins avec un pourcentage de succès et de satisfaction remarquables.

Nous savons que les métiers liés à la rééducation, comme la kinésithérapie, utilisent assez souvent les ondes comme systèmes accompagnateurs à leurs soins. Le masseur-kinésithérapeute intervient souvent à la suite d'une entorse, d'une scoliose, de difficultés respiratoires... D'abord, il étudie le dossier médical (radiographies, ordonnances du médecin référent...) du patient et pratique un examen clinique pour définir les méthodes et les moyens à mettre en œuvre. Le kiné fait ensuite appel à de nombreuses techniques : massages répétés sur une zone douloureuse, mouvements de gymnastique à l'aide d'appareils, de poids... Il peut aussi utiliser l'eau (les séances se déroulent alors dans une piscine), la chaleur, la ionisation ou les ultrasons.  Sur prescription médicale, le kiné peut réaliser des bilans de capacité. Il intervient parfois, sans prescription médicale, dans le domaine sportif (remise en forme, relaxation, massage...) ou esthétique (exercices de relaxation pour le visage, par exemple).

Bien que créée dès 1874 à la suite de résultats fabuleux lors d'une épidémie de dysenterie, l'ostéopathie n'a été officiellement reconnue en France que très récemment, puisque ce n'est qu'en 2002, en même temps que le métier de chiropracteur, qu'elle a été officialisée. L'ostéopathie est une approche thérapeutique qui repose sur l'idée que des manipulations manuelles du système musculo-squelettique et maxillofacial permettent de soulager certains troubles fonctionnels. La palpation recherche les dysfonctions somatiques au sein de tous les tissus du corps. En dehors de l'interrogatoire, la main et le toucher représentent l'outil primordial, tant du diagnostic que du traitement. Ici aussi, les concepts s'opposent. Pour certains ostéopathes, la main n'est rien ; c'est le système nerveux central du thérapeute qui est l'outil de traitement. L'ostéopathie s'adresse au corps entier. L'action sur ces différents systèmes passerait par un lien physiologique majeur : le système nerveux. En effet, toutes les techniques auraient comme point commun d'émettre des informations aux éléments afférents du système nerveux périphérique et du système nerveux végétatif (sympathique et parasympathique). Ceci expliquerait pourquoi l'action de l'ostéopathie sur le corps n'est pas locale, mais toucherait l'ensemble de l'organisme. On retrouve ici, vous le remarquez, une bonne connexion avec l'acupuncture citée dans une page précédente, avec la forte implication du système nerveux. Encore une fois, on peut constater que certains ostéopathes ont choisi ce métier ou cette pratique parce qu'ils avaient démontré des dons particuliers, individuels et innés, renforcés bien sûr par une éducation choisie et la pratique. On peut dire la même chose de la Chiropratique, une autre spécialité du même type, plus axée sur la colonne vertébrale, l'appareil locomoteur et les membres. Ce n'est pas une surprise si on reconnaît dans ces praticiens souvent doués pour leur "toucher" les anciens guérisseurs, ceux qui apposaient les mains et soulageaient les douleurs, depuis des millénaires.

Tout ceci nous amène naturellement aux encore plus rares praticiens de guérisons à distance. Des techniques classiques et millénaires de concentration, de magnétisme et de probable utilisation de transmission naturelle par ondes concernent ces soins, techniques qui ne sont pas reconnues officiellement bien sûr, tant les différents gouvernements (quels qu'ils soient...) préfèrent mettre le frein sur l'évolution humaine plutôt que d'étudier la carte des chemins possibles, voir la lenteur de la bureaucratie française à ce sujet avec comme exemple l'ostéopathie sur... wikipedia.

La notion de soin à distance, avec réflexions, est plus vaste qu'on ne le suppose habituellement. Ainsi, le manque de contact physique entre un hypnotiseur médical et son patient pourrait être considéré comme du soin à distance (d'autant plus que l'influence des suggestions a été prouvée même sans contact visuel entre les intervenants - draps, cloisons, etc) quand la personne s'avère réellement soulagée (même provisoirement). On assiste maintenant, et depuis plusieurs années déjà, à la pratique de la chirurgie légère sous hypnose, avec succès...

On arrive ensuite à des soins sur de longues distances, à l'aide d'autres supports soupçonnés pour certains, démontrés pour d'autres (la télépathie et la vision à distance ont été expérimentées avec succès par différentes armées du monde).

Voici des références qu'il manque à Wikipedia sur le sujet et leur article :

Les livres de Gus Russo, journaliste d’investigation pour PBS’s Frontline et ABC News : "Live by the Sword : The Secret War Against Castro", et "the Death of JFK" sur la transmission du programme Star Gate en 1995 entre autres.

Le Colonel John B. Alexander, retraité et célèbre défenseur des armes non létales, a dit à l’émission Coast to Coast AM de George Noory qu’il doutait que le gouvernement était actuellement impliqué dans la vision à distance. Mais il a ajouté, confirmant leur existence : « Les gens doués sont vraiment relativement peu nombreux. et ils se connaissent tous. ». Russo a dit à Starstream Research que les remote viewers de la NSA avaient reçu une formation spéciale de niveau universitaire.

Une brèche de sécurité majeure s’est produite en 1973 quand, selon de nombreux récits, les remote viewers du SRI Pat Price et Ingo Swann ont espionné l’installation Sugar Grove de la NSA en Virginie occidentale. Le récit de cet incident a été raconté par Ken Kress de la CIA dans une version révisée en 1999 d’un ancien article secret écrit pour les « Etudes du renseignement » internes de la CIA et est consigné en détail dans le Rapport Final Stargate du SRI (Institut de recherche de Stanford) de janvier 1974 à février 1975.



Dans la prochaine page, nous examinerons de plus près des témoignages concernant des soins à distance avérés.

Ce que peut créer l'esprit afin de Guérir notre Corps.


Yves Herbo-Sciences-F-H-28-02-2014

vendredi 28 février 2014

Une salle cachée avec 130 statues antiques dort depuis 25 ans

Une salle cachée avec 130 statues antiques dort depuis 25 ans


Statue Poseidon-Phidias

Une chambre souterraine contenant 130 statues grecques antiques a été découvert à Athènes il y a 25 ans. Mais personne, à part les moteurs de recherche, n'a tenté de combattre la bureaucratie qui a empêché la trappe d'être ouverte et que les remarquables trésors soient récupérés. Alors, pourquoi le ministère de la Culture n'a rien fait pour récupérer ces précieuses reliques du passé ? Apparemment, l'obstacle est aussi simple que le fait que la chambre souterraine mystérieuse se trouve sur une propriété privée et que personne ne veut s'impliquer.

La chambre secrète a été découverte à Athènes quand deux amis ont trouvé un trou dans le sol, dans une zone qui a été creusée pour jeter les fondations d'un nouveau bâtiment. Après avoir jeté un papier enflammé dans l'ouverture, ils ont vu qu'il y avait des escaliers menant plus loin sous la surface. Et ils descendirent à l'aide de deux bougies allumées. Voici la description de Constantinos Kyparissis, l'un des deux amis qui ont fait la découverte :

" ... Nous avons jeté le journal enflammé et les rayons de lumière nous ont montré les escaliers. A la fin de l'escalier et à une profondeur de 3 mètres ou plus, il y avait une salle et à la droite de la salle il y avait la statue d'une déesse d'une hauteur d'environ 1,80 mètres, une magnifique statue. Le côté gauche de son visage était inachevé. A sa droite, il y avait la statue d'un lion et à côté de lui Diogène nu et à côté était la déesse Athéna. Parallèlement au tunnel, sur les côtés gauche et droit, il y avait plusieurs statues au corps entier. Après 20 mètres, il n'y avait plus d'oxygène, mais le tunnel continue à continuer .... "

Au total, plus de 130 statues intactes ont été comptées par Constantinos et son ami.

Underground chamber athens greece 
Phidias Showing the Frieze of the Parthenon to his Friends (1868) by Sir Lawrence Alma-Tadema - Wikipedia

Il y a une spéculation selon laquelle la pièce qui a été trouvé au début du couloir, large de 4 mètres, a été l'un des ateliers du grand sculpteur grec , peintre et architecte Phidias, car la plupart des sculptures étaient similaires à celles trouvées autrefois dans le Parthénon. Phidias a été le créateur de l'une des Sept Merveilles du monde antique - la statue de Zeus à Olympie - ainsi que d'autres statues et portes monumentales au Parthénon en Grèce. D'autres ont émis l'hypothèse que, avec un tel grand nombre de statues, il est possible que le couloir mène à un Temple.

Vous pourriez vous attendre qu'avec une telle grande découverte, le Ministère de la Culture et le service archéologique se précipiteraient pour y aller et rechercher plus loin. Cependant, cela n'a pas été le cas.


Phidias - Athéna

Constantinos a parlé à un avocat qui lui a conseillé ainsi qu'à son ami, de ne pas parler à personne de la découverte mais d'écrire une lettre au ministère de la Culture et de leur faire connaître la découverte, ce qu'ils ont fait. La première lettre a été envoyée le 1er Mars 1988, et il y a eu plusieurs lettres depuis. Malheureusement, il semble que l'importance de la découverte a été perdue à chaque changement de ministre et chaque changement de gouvernement.

Le 20 Août 2003 Constantinos a envoyé une autre lettre, et il a envoyé de nouvelles lettres chaque fois que le ministre de la Culture a changé. En 2004, il a envoyé une lettre directement au Premier ministre. Il a répété le processus en 2006 et à nouveau en 2007.

Après près de 20 ans, Constantinos a reçu sa première réponse. Le 12 Mars 2007, le ministère a répondu en le remerciant pour son intérêt et lui demander de déclarer ce qu'il avait trouvé. Ils ont écrit que si cela était vérifié, il recevra une récompense et de la reconnaissance. Le même jour, ils lui ont envoyé une deuxième lettre lui demandant de les rejoindre à l'emplacement pour voir.

Une équipe de 17 personnes, dont des archéologues, des responsables gouvernementaux et des avocats est allée sur le site où la découverte a été faite. L' endroit exact a depuis été recouvert d' asphalte, mais un simple processus de forage à travers la mince couche d'asphalte aurait révélé l'entrée en marbre et aucune autre excavation n'était nécessaire.

Le lendemain, les représentants gouvernementaux ont envoyé une lettre à Constantinos, lui disant que, parce que l'endroit est sur ​​une propriété privée et recouverte avec de l'asphalte, ils n'étaient pas autorisés à percer et ne pouvaient donc pas vérifier si ce que Constantinos a dit était vrai ou pas. (Bien sûr, il existe des dispositifs qui peuvent facilement mesurer s'il existe un espace vide en dessous du niveau du sol, ce qui ne nécessiterait pas de forage).

Quelques jours plus tard, l'avocat de Constantinos est allé sur le site et a constaté que l'asphalte au-dessus de l'entrée était frais - montrant que quelqu'un avait enlevé, puis remis les scellés . Rien n'a été entendu à nouveau par le ministère de la Culture ou le service archéologique. Donc, l'avocat de Constantinos a contacté le Conseil archéologique et leur a donné tous les papiers, lettres, et des détails sur le lieu et la situation. Le Conseil archéologique a été surpris car ils n'avaient jamais été informés. Ils semblaient très enthousiastes au sujet de l'information et ont promis d'enquêter et de revenir vers lui. Ce n'est jamais arrivé...

Comment pourrait-on expliquer l'échec du gouvernement à intervenir sur une question d'une telle importance nationale ? Ont-ils jamais enquêté sur la chambre ? Si oui, pourquoi l'ont-ils fait si secrètement ? Ont-ils trouvé quelque chose qu'ils ne veulent pas annoncer, ou est-ce simplement un exemple extrême de l'incompétence bureaucratique ? Nous ne savons pas, mais nous avons l'intention de le découvrir. Restez à l'écoute !

Pour ceux qui parlent grec, voici une vidéo d'une émission de télévision grecque dans laquelle l'avocat de Constantinos, et un certain nombre d'autres personnes qui ont été impliquées, parlent de l'affaire.


YH : Je ne voudrais pas être pessimiste mais, en voyant la corruption manifeste de 100% des hommes politiques professionnels et des financiers grecs, je crains que ces statues extraordinaires n'aient déjà été revendues à de riches collectionneurs ou distribuées aux banquiers en échange de crédits ! Il y a aussi la possibilité que le propriétaire se soit déclaré premier découvreur (avec photos) auprès de l’État (puisque l'avocat a prouvé que le trou a été débouché et recomblé après la visite des 17 officiels) et que tout se soit passé en effet très discrètement, pour le bonheur du propriétaire et de quelques hommes sans scrupules bien placés... On peut aussi bien sûr miser, pour être plus optimistes, sur l'inertie et le manque de volonté de la bureaucratie grecque (qui n'est pas unique malheureusement) pour espérer que la salle et le tunnel, voir plus, soient encore intacts depuis 1988...

Source : http://www.ancient-origins.net/news-history-archaeology/incredible-underground-chamber-130-ancient-greek-statues-092837

Louvre reconst pathenonetstatuezeus 
Louvre, Paris, reconstitution Parthenon et Statue de Zeus de Phidias

Yves Herbo Traductions et texte,Sciences-F-Histoires, 27-02-2014

Des sphérules carbonées de Mars contiennent des traces de vie extra-terrestre ?

Des sphérules carbonées ramenées de Mars par une météorite contiennent des traces de vie extra-terrestre ?



Une récente publication visible sur le site Astrobiology présente des analyses approfondies de la météorite Yamato 000593, un gros rocher de plus de 13 kg qui serait tombé en Antarctique il y a environ 50.000 ans. La météorite avait déjà été classifiée comme de provenance martienne grâce à la composition chimique des microscopiques bulles de gaz contenues dans la roche, confirmant la même composition chimique que l'atmosphère de la planète rouge.

D'après ces analyses, la roche se serait formée il y a 1.3 milliard d'années sur un site riche en eau de Mars. Un impact de météorite aura délogé un fragment de cette croûte martienne qui aurait voyagé un certain temps avant de se retrouver au Pôle Sud terrestre. Mais ce qui a le plus intrigué les scientifiques américains co-auteurs de la publication, c'est qu'ils ont identifié des tunnels microscopiques et des sphérules microscopiques riches en carbone.



Mais d'où viennent ces sphérules ? Certainement pas de la surface gelée de l'Antarctique. Les chercheurs ont examiné l'hypothèse d'une forme de vie martienne pouvant être à l'origine de ces sphérules en constatant la similarité de forme et d'environnement géologique d'activité biologique, du vivant. " Des formations similaires sur Terre sont issues de l’activité biogénique... " ajoutent-ils.


Une similarité de vie bactérienne sur la Terre comme sur Mars est bien sûr possible, mais il faudra certainement d'autres confirmations pour affirmer que la vie extra-terrestre existe ou a existé pas très loin, sur notre petite voisine rouge... (à moins que nos visiteurs ne finissent par s'impatienter et viennent nous amener leurs microbes sous le nez, bien sûr !)



Sources : http://online.liebertpub.com/doi/full/10.1089/ast.2011.0733 + http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20140226.OBS7727/une-roche-relance-le-debat-sur-l-existence-de-vie-extraterrestre.html

Yves Herbo, Sciences-F-H, 27-02-2014

jeudi 27 février 2014

Naxos en Grèce et la sculpture dans les temps archaïques

Naxos en Grèce et la sculpture dans les temps archaïques

Kouros naxos

La grande sculpture affiche sur Naxos pour la première fois tous les éléments du monumental nés en Grèce durant les temps archaïques. Ce fait, couplé avec le développement de figurines sculptées au cours du 3ème millénaire avant JC, a amené à croire que c'est dans l'île de Naxos qu'est " née " la sculpture. L'abondance de marbre sur l'île sans aucun doute a contribué à cette évolution. L'emeri, un produit exclusif de Naxos, a été utilisé pour des projets de ponçage final. (YH : Cette gigantesque sculpture était-elle sœur du fameux Colosse de Rhodes ?)

Les artisans de Naxos à l'apparence si riche ont cherché à se consacrer aux grands dieux et ont certainement fait de très coûteux projets. Des enregistrements antiques sont rapportés par les familles pionnières du marbre de Naxos, comme la famille de Vyzi, dont la signature existe sur les carreaux de marbre de l'Acropole.

Décisive a été la contribution de Naxos dans la création de la forme monumentale de l'architecture grecque et en particulier le marbre ionique. Dans le sanctuaire de Irion nous pouvons suivre, étape par étape, dans la même zone, une couche après l'autre, le chemin d'une chambre d'un temple (environ 800 Avant JC) de bois et de briques, jusqu'au Temple Hekatompedon archaïque, ionique, comportant un sanctuaire (espace pour le culte sacramentel), un porche de marbre (colonnade monumentale de l'entrée), un autel en marbre et des colonnades de marbre internes.

Grece naxos kouros

A Giroula Sagkri, dans le temple de marbre d'Apollon et de Déméter se trouve le Temple archaïque de Telestirio, probablement consacré à des rituels. C'est le seul exemple bien préservé d'un Telestirio. Il appartient à Lygdami Era (environ 530 Avant JC), tyran de Naxos, comme le grand temple d'Apollon sur l'îlot des Palais dans le port de Chora.

Templedimitrios2

Il y a, cependant, l'agitation politique. A l'occasion de l'infraction de nobles Telestagora sur d'autres semblables, éclatent des émeutes qui sont exploitées par un autre noble, Ligdamis, qui impose la tyrannie et l'emporte avec l'aide de son ami Pisistrate aux environs de 540 Avant JC. Après avoir renversé le tyran de Lacédémone (524 BC) et après une brève oligarchie, la démocratie de Naxos a repoussé vers 506 avant JC, le siège de quatre mois du tyran de Milet, Aristagoras.

Portara 3

Portara est l'énorme porte de marbre d'un temple Ekatompedou commencé au 6e siècle Avant JC, probablement en l'honneur du dieu Apollon sur l'île de Naxos, sur un îlot en face de l'île. Selon la légende, sur cet îlot, Thésée abandonna Ariane, et c'est d'ici que Dionysos fut enlevé avec son entourage. L'îlôt n'a pas été associé à Naxos jusqu'en 1919, année ou a été construit le pont qui le relie avec le reste de l'île.

La construction du temple a commencé sous le tyran Ligdamis qui aspirait à créer un temple ressemblant au temple du Zeus Olympien à Athènes. Le Temple a été fondé vers 530 avant JC comme une construction extrêmement ambitieuse, mais qui ne sera pas terminée finalement. En 524 avant JC, avec la perte du pouvoir de Ligdamis par les Spartiates, les projets sont arrêtés et le Temple reste inachevé. Une raison possible pour laquelle on n'a jamais achevé la construction de ce temple est peut-être la guerre qui a éclaté entre Samos et Naxos. Beaucoup plus tard, une église chrétienne a été construite sur les ruines du temple antique tandis que pendant la période vénitienne, de nombreuses parties du Temple ont été utilisées pour construire le château de Naxos.

Αναρτήθηκε από Ευαγγελία Αξαοπούλου : Publié par Evangelia Axaopoulou

" Le " Portara » est construit à partir de 4 blocs ; chacun a une longueur de plus de 6 mètres et poids 20 tonnes ".

YH : On comprend pourquoi il n'y a que cette porte monumentale qui reste en place...

Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoires, 26-02-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer du 15-02 au 21-02-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer semaine du 15-02 au 21-02-2014

logo-2.png

Vous trouverez ici les liens de toutes les News, Articles et Podcasts du Site de l'Association à but non lucratif (pas de transmissions de données personnelles ou non à des entreprises commerciales) SerieViewer, dont je suis membre-fondateur actif. Ces liens seront diffusés par semaine ou par pair de semaines et nous aideront, ainsi que les visiteurs ou chercheurs d'infos à retrouver une news ou autre, sur ce blog, qui vous amènera directement dans le bon article sur le site de l'association. Un petit ajout à la fonction Recherche du site SerieViewer (et de son Forum) qui fonctionne très bien de part ailleurs...

SerieViewer organise régulièrement des Jeux Concours gratuits pour permettre de gagner des coffrets DVD de séries TV. Pareillement, l'Association ne revend pas de liens à l'extérieur et n'enregistre pas vos adresses ou Emails et aucune inscription au site ou forum n'est obligatoire (mais je vous y incite : en plus la partie Fiches Séries a été ajoutée avec plein de données). Tous les Tests DVD se trouvent LA.

Note : Les liens sont classés par les plus récents en haut, par rubrique. Les liens menant à des articles mis à jour depuis ces dates ne sont plus valables (aller voir la mise à jour sur le site ci-dessus).


NEWS :

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-networks-us/jeudi/audiences-usa-rake-toujours-stable-face-aux-jo par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-francaises/audiences-francaises-du-8-au-14-fevrier-2014 par Sandra Bellisardi

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-networks-us/mercredi/audiences-usa-super-fun-night-se-termine-au-plus-bas par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/news-diffusion/anglophones/calendrier-des-dates-de-la-mi-saison-americaine-et-anglaise-2014 par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-networks-us/mardi/audiences-usa-killer-women-se-termine-dans-lindifference par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/ceremonies/2014/les-gagnants-des-lauriers-de-la-radio-et-de-la-television-2014 par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/renouvellements-et-annulations/house-of-lies-shameless-us-et-uncle-renouvelees par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-networks-us/lundi/audiences-usa-debut-correct-pour-star-crossed par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/videos/videos-game-of-thrones-continuum-et-once-upon-a-time par Delphine Herbo-Godron


http://www.serieviewer.com/news/sorties-dvd-blu-ray/sorties-dvd-du-17-au-23-fevrier-2014-game-of-thrones-le-trone-de-fer par M@tt

http://www.serieviewer.com/news/videos/videos-penny-dreadful-orange-is-the-new-black-et-silk par Delphine Herbo-Godron

 
http://www.serieviewer.com/news/renouvellements-et-annulations/ravenswood-est-annulee par Delphine Herbo-Godron

http://www.serieviewer.com/news/ceremonies/2014/resultats-des-ves-awards-2014 par Sandra Bellisardi


http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-francaises/audiences-francaises-du-1er-au-7-fevrier-2014 par Sandra Bellisardi

http://www.serieviewer.com/news/news-diffusion/francophones/diffusions-et-rediffs-francaises-du-15-au-21-02-14-merlin-the-big-c-suits-broadchurch-house-of-lies par Greadyfrog

http://www.serieviewer.com/news/audiences/audiences-networks-us/jeudi/audiences-usa-rake-stable-face-aux-jo par Delphine Herbo-Godron


ARTICLES : (voir les commentaires sur le site pour les MAJ des Projets Nouveaux)


http://www.serieviewer.com/articles/projets/2014-2015/projets-nouveaux-2014-2015-pour-cw par Yves Herbo

http://www.serieviewer.com/articles/projets/2014-2015/projets-nouveaux-2014-2015-pour-le-groupe-abc par Yves Herbo

http://www.serieviewer.com/articles/interviews/festival-tv-monte-carlo/interview-de-jill-hennessy-au-tv-fest-2013 par Delphine Herbo-Godron



http://www.serieviewer.com/podcast/les-seriespods/saison-4/seriespod-4-20-130-netflix-ange-gardien avec Nico, Céline, Delphine, Maxx et Yann

Yves Herbo-S-Fictions-Histoires-SerieViewer-02-2014

mercredi 26 février 2014

Madagascar : évolution des découvertes et de la réalité archéologique

Madagascar : évolution des découvertes et de la réalité archéologique

Cnrs grottemadagascar
vue générale de la salle d'où proviennent les ossements d'hippopotame dans la grotte d'Anjohibe.

" On a longtemps considéré – faute de trouvailles archéologiques significatives – que Madagascar n’avait pas été occupée avant la fin du premier millénaire après J.-C., c’est-à-dire à une époque très récente. Quand ils commencèrent à s’intéresser de manière scientifique aux populations et à l’histoire de l’île, les Européens constatèrent rapidement que les langues pratiquées dans la grande île appartenaient au rameau indonésien de la famille malayo-polynésienne, ce qui semblait signifier une origine orientale du peuplement, mais cette constatation apparaissait en contradiction avec les caractéristiques anthropologiques à dominante nettement africaine de la plupart des populations indigènes, les traits indonésiens s’étant en revanche maintenus très nettement chez les Mérina et les Betsileo du nord, notamment dans les castes aristocratiques. La reconstitution des périodes obscures de l’histoire malgache se révélait alors particulièrement difficile mais les découvertes archéologiques effectuées au cours des trois dernières décennies sur la côte orientale de l’Afrique, à Zanzibar, dans l’archipel des Comores et dans le nord de Madagascar ont permis d’élargir les horizons de la recherche ; la relecture des textes anciens tels que le célèbre Périple de la Mer Erythrée contemporain du Ier siècle après J.-C., la Géographie de Ptolémée qui date du IIe siècle ou les ouvrages des auteurs arabes – notamment Idrisi qui vécut au XIIe siècle – a permis, en l’absence de sources perses sassanides ou indiennes qui auraient pourtant été précieuses, de faire avancer notre connaissance de l’apparition des hommes dans la grande île de l’océan Indien. Les expéditions maritimes de Tim Severin et de Bill Mac Grath – qui ont respectivement suivi, à bord du Sohar et du Sarimanok, les deux itinéraires qu’ont pu emprunter les immigrants austronésiens, l’un par le nord de l’océan Indien, l’autre par la voie directe reliant Bali à Madagascar – ont permis de reconstituer les conditions des migrations maritimes qui semblent s’être poursuivies assez régulièrement jusque vers le XIIIe siècle, c’est-à-dire jusqu’à l’époque marquée par la fin de l’Empire indonésien de Srivijaya. Peut-être désignée sous le nom de Menouthias dans le Périple de la Mer Erythrée, ou faisant partie de l’ensemble Kmr d’Idrisi – qui comprenait également les Comores ainsi que Zanzibar et Pemba – Madagascar a dû accueillir ses premiers occupants au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne, les plateaux n’étant abordés que vers les Ve-VIIe siècles. C’est durant ces longues périodes que semble s’être opérée la prise de contact entre des populations africaines d’origine bantoue et les immigrants austronésiens venus de l’est. Les études réalisées dans les années soixante par Pierre Vérin dans le nord de Madagascar, sur les sites d’Irodo (IXe siècle) et de Mahilaka (XIIe siècle), les fouilles effectuées à Mayotte, l’île la plus orientale des Comores, notamment sur les sites de Bagamoyo et de Dembeni, et sur la côte africaine à hauteur de Kilwa conduisent à penser qu’une culture commune s’étendit du IXe au XIIIe siècle du sud de la Somalie au Mozambique en incluant les Comores et sans doute le nord de Madagascar dont les habitants trafiquaient avec ceux de l’archipel voisin où ils allaient peut-être, si l’on en croit les auteurs arabes, chercher d’importantes quantités d’esclaves. Réalisées sur une distance de 6 000 km (les langues malgaches sont très proches de celles du sud de Bornéo), les migrations maritimes en provenance de l’archipel indonésien ne purent s’effectuer qu’à bord de grands vaisseaux dont on sait maintenant que les gens de Sumatra savaient les construire à l’époque de l’empire de Srivijaya. Ces migrations et l’installation qui suivit à Madagascar demeurent encore très difficiles à reconstituer dans la mesure où les cultures austronésiennes étaient des civilisations du végétal – y compris pour la fabrication des récipients de bambou – et n’ont de ce fait laissé, pour ces périodes très anciennes, que très peu de traces identifiables susceptibles d’être exploitées par les archéologues, si l’on excepte les marmites de chloritoschite découvertes sur le site de Vohémar, sur la côte nord-est de Madagascar, qui sont très proches d’objets analogues découverts à Dembeni (aux Comores) et sur la côte africaine.

Madagascar map

La question des étapes du peuplement de Madagascar a fait l’objet de vifs débats dès la fin du XIXe siècle, au moment où Alfred Grandidier rassemblait les informations nécessaires à la réalisation des grands ouvrages qu’il consacra à l’histoire et à la géographie de l’île. Selon lui, les populations noires de l’île étaient d’origine mélanésienne et auraient vu arriver ensuite des Javanais, ancêtres des Mérina, les apports africains et musulmans étant plus tardifs. Gabriel Ferrand privilégiait à l’inverse la thèse de l’origine africaine des populations installées avant l’arrivée des ancêtres indonésiens des Mérina. Hubert Deschamps pensait qu’un métissage s’était produit vers le milieu du premier millénaire entre des Indonésiens venus par le nord de l’océan Indien et des populations est-africaines. Les populations proto-malgaches ainsi formées auraient été rejointes ultérieurement par de nouveaux immigrants indonésiens et par des Africains importés comme esclaves par le relais des Comores. Il faut ajouter à ces diverses hypothèses celle relative aux Vazimba, premiers occupants plus ou moins mythiques de l’île, que l’ethnologue Jean Poirier a supposé être parents des populations bushmanoïdes d’Afrique australe… Les premiers Paléoindonésiens – sans doute métissés d’éléments africains – pratiquaient la navigation et la pêche ainsi que la culture sur brûlis, selon des méthodes identifiées chez certaines populations de Bornéo. "

Extraits de http://www.clio.fr/CHRONOLOGIE/chronologie_madagascar_le_temps_des_origines_installation_et_formation_des_peuples_malgaches.asp

Xe siecle

" Les fouilles archéologiques dans le nord de Madagascar durant la première moitié du xxe siècle ont révélé la présence d’une civilisation ancienne prospère connue sous le nom de civilisation Rasikajy. On sait peu de choses sur leur origine, comment et quand ils sont arrivés à Madagascar. La preuve la plus évidente de la civilisation Rasikajy provient des fouilles de la nécropole de Vohéar, située le long de la côte nord-est, où plus de 600 tombes contenant des objets extraordinaires ont été découvertes dans les années 1940.

Les vestiges relevés dans ces tombes comprenaient, entre autres, des céramique chinoises, de l’argenterie et des bijous en or, des armes de fer, verrerie, miroirs en bronze et des objets en chloritoschiste. Des objets tardifs ont été fabriqués à partir de schiste à chlorite exploité dans les carrières dans le nord-est de Madagascar et il est prouvé que les bijoux et les objets en fer ont été également produits par les Rasikajy à partir des matières premières disponibles localement. Des objets en chloritoschiste ont non seulement été trouvés dans les sites côtiers de Madagascar mais aussi aux Comores et en Afrique orientale, suggérant une participation active des Rasikajy dans le commerce de l’océan Indien occidental.

Notre réévaluation de la littérature publiée sur les sites archéologiques dans le nord de Madagascar indique que la majorité des céramiques chinoises trouvées dans les tombes de Vohémar sont à dater du xve siècle et de la première moitié du xvie siècle, avec quelques objets datant du xive siècle ou encore plus tôt. Notre analyse comparative des objets de la sépulture de Vohémar montre que la production des marmites tripodes en chloritoschiste présente des ressemblances remarquables avec les anciennes vaisselles rituelles tripodes en bronze des Chinois. Les objets relevés dans les tombes et leurs positions par rapport au corps indiquent que les Rasikajy pratiquaient des rites funéraires semblables à ceux effectués dans le passé en Chine. Notre réévaluation de la littérature suggère que des communautés ayant des racines chinoises étaient présentes dans le nord de Madagascar avant l’arrivée des premiers Européens en 1500 et ont participé au réseau de commerce de l’océan Indien.

La disparition de la civilisation Rasikajy semble avoir eu lieu dans la seconde moitié du xvie siècle lorsque la production d’objets en chloritochiste a cessé. On ignore encore pourquoi cela s’est produit. "

Source : http://oceanindien.revues.org/1221

" En plus de ses études d'histoire, d'ethnographie et de l'environnement, Grandidier a également déterré des restes de fossiles d'animaux éteints. Des os, déterrés pour le Musée d'Histoire Naturelle à Paris, avaient des traces de découpes par des outils de fer sur eux, et ils ont récemment été confirmés et datés par des techniques d'accélération à l'approche du premier siècle. Malgré que d'occasionnelles annonces mentionnent des outils de pierre, il n'existe aucune étude d'industries de la pierre du Paléolithique comme ceux de l'Afrique toute proche. Le plus ancien site daté par radiocarbone (728-764 Après JC) est un abri sous roche, dans l'extrême nord de l'île, le niveau le plus bas qui contient des traces d'occupation humaine. De nouvelles méthodes de recherche, en particulier les études paléoécologiques des sédiments lacustres, indiquent que le premier impact approfondi de l'homme sur la végétation se trouve dans les sédiments datés d'environ 1.500 à 2.000 ans. " (confirmant l'hypothèse d'une première colonisation vers l'an 0 de notre ère).

Extrait : http://fr.questmachine.org/wiki/Madagascar

" Ces dernières années, d’importantes découvertes archéologiques obtenues au Nord de Madagascar par l’équipe du professeur Dewar (décédé cette année 2013) ont permis de faire remonter au deuxième, voire troisième millénaire avant notre ère l’occupation humaine à Madagascar. Ces découvertes qui aujourd’hui permettent d’entrevoir l’existence d’un mode de vie de chasseurs-cueilleurs ayant précédé pendant plusieurs millénaires les premières communautés agricoles posent en corolaire la question d’un peuplement de l’archipel des Comores à ces hautes époques, cet archipel étant la voie de passage privilégiée pour atteindre la Grande Île depuis la côte africaine.

L’abri sous roche de Lakaton’i Anja dans les gorges d’Andavakoera (région d’Antsiranana /Diego-Suarez) avait déjà permis dans les années 1980, de mettre en évidence des niveaux archéologiques datés du IIIe/VIe siècle après J-C, faisant de cet abri sous roche le plus ancien site archéologique de Madagascar. Une nouvelle campagne de fouille menée en 2011 par cette équipe (Dewar 2013) a mis en évidence sous les niveaux d’occupation médiévale (11e-14e siècles), un niveau archéologique présentant de l’outillage lithique daté de 1460/2370 avant J-C. par analyse RC14 de charbons associés. Sans que le hiatus dans la chronologie entre ces deux phases d’occupation soit expliqué, cette nouvelle datation repousse de plusieurs millénaires l’occupation humaine à Madagascar. Une autre campagne de fouille à Ambohiposa, également sur un abri-sous roche proche de Iharana (Vohémar) a également prouvé l’usage d’outils lithiques en obsidienne pour une occupation datée autour de l’An Mil.

Dewar 2013 stone tools 
Dewar: 2013, outillage lithique de Lakaton'i Anja

" Ces découvertes, qui complètent celles en 2010 faites par l’équipe de Gommery (Gommery et al. 2011) dans les grottes d’Anjohibé (Nord de Majunga) d’ossements d’hippopotames nains portant des traces de découpe et datés de 2500 avant J-C, confirment l’existence à Madagascar d’un mode de vie de chasseurs/cueilleurs qui se serait maintenu jusque vers l’An Mil au moment du développement des premières sociétés agricoles de l’âge du fer.

Cnrs madagascar decoupes

Un des ossements portant des traces de découpe.
Crédit photo: © D. Gommery- MAPPM & CNRS

Ces nouvelles données archéologiques modifient d’emblée l’interprétation traditionnelle qui était avancée jusque là et qui présentait Madagascar, autour de l’An Mil, comme un vaste jardin d’Éden, vierge de toute intervention humaine qui au moment du développement des premières communautés agricoles (culture du riz et déboisement pour le pâturage des zébus) aurait été suivi d’une extinction brutale de la faune endémique de Madagascar lors de la destruction des biotopes. Cette extinction, qui s’est déroulée principalement entre l’An Mil et 1600, aurait selon ces dernières découvertes débutées bien avant la fin du premier millénaire, et ne serait pas le seul fait des communautés agricoles. Loin d’être un phénomène brutal, celle-ci se serait échelonnée sur plusieurs millénaires. Parmi les espèces animales éteintes, les plus célèbres sont le grand ratite æpyornis, ou oiseau-éléphant (une variété d’autruche de 500 kg!), l’hippopotame nain de Madagascar ou les grands lémuriens (archeolémurs), ou plus généralement, toutes les espèces diurnes de plus de 10 kg.

Aepyornis

Ces découvertes appellent néanmoins à la prudence car hormis une culture matérielle qui se résume à des microlithes laissés par ces chasseurs-cueilleurs, on ne sait encore rien de l’origine de ces populations. Toutefois, de telles découvertes posent comme corollaire la question de l’origine de ces populations, capables d’atteindre Madagascar il y a plus de 4000 ans ! Si on laisse de côté l’hypothèse de naufragés Égyptiens au moment des explorations du pays de Punt, ou encore de Phéniciens réalisant la première circumnavigation africaine comme le conte Hérodote, une origine africaine de ces populations demeure assurément la plus probable. Il s’agirait alors de populations d’Afrique orientale pré-bantoues compte tenu de la chronologie de cette migration. Dans ce scénario, l’archipel des Comores, idéalement situé entre l’Afrique et Madagascar serait l’une des voies employées par ces populations pour atteindre le rivage malgache.

Il est donc envisageable d'émettre l'hypothèse de l'existence dans l'archipel des Comores de tels sites archéologiques, témoins de ces anciennes migrations vers Madagascar.

Mais aucune découverte de ce type aux Comores pour l'instant : " Le Professeur Chami, en Grande Comore, sur le site de Malé et à Anjouan dans la grotte de Bazimini a certes mis en évidence de l’outillage lithique mais trop tôt interprété comme appartenant à des époques très reculées (les dates de 2000, voire 4000 avant notre ère ayant été avancées à l’époque dans les médias!). Les datations RC14 obtenues s’avèrent dater pour les plus anciennes de l’époque médiévale (fin du premier millénaire). Toutefois, ces éléments confirment que là encore, en parallèle de la technologie du fer, l’outillage lithique était employé aux Comores (Chami 2011). Nous-même à Acoua, en 2011, dans des niveaux biens datés des XIIe-XIVe siècles, nous avons identifié de l’outillage lithique varié: lames de couteau, grattoirs, pierres à aiguiser... (Pauly 2012). "

" Ces données archéologiques, confirment, comme à Madagascar, que les sociétés comoriennes médiévales employaient également de l’outillage lithique en parallèle de l’outillage en fer. Il faudra garder ce fait culturel à l’esprit pour ne plus à l’avenir sur-interpréter la découverte d’outillage lithique comme étant la preuve d’une occupation préhistorique !

En conclusion, il n’est donc pas possible aujourd’hui de confirmer pour l’archipel des Comores une occupation humaine qui serait toute aussi ancienne que celle mise en évidence à Madagascar. "

Sources : http://archeologiemayotte.over-blog.com/article-une-presence-humaine-anterieure-a-la-fin-du-premier-millenaire-est-elle-possible-dans-l-archipel-des-120517784.html

Félix Chami 2010 « Archaeological research in Comores between 2007 to 2009 », Civilisations des mondes insulaires, volume d’hommage au professeur Claude Allibert, Inalco Paris, Karthala Éd., pp. 811-823.

Robert E. Dewar et al. « Stone tools and foraging in northern Madagascar challenge Holocene extinction models », Proceedings of Academy of Sciences, Université du Michigan.

Dominique Gommery et al., 2011 «Les plus anciennes traces d’activités anthropiques de Madagascar sur des ossements d’hippopotames subfossiles d’Anjohibe (Province de Mahajanga)», Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Palevol 10.

Martial Pauly 2012 Acoua, Agnala M’kiri, rapport de fouille archéologique, opération mai-décembre 2011. Rapport, SHAM. Mamoudzou, Préfecture de Mayotte / DAC. 76 p.

http://mada.forumactif.com/t2596-le-peuplement-de-madagascar-remonte-a-4000-ans + CNRS-INEE

Autre lien connexe : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/un-ancien-continent-prehistorique-enfoui-sous-l-ocean-indien.html

Yves Herbo, Sciences-F-Histoires, 25-02-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer du 08-02 au 14-02-2014

Articles, Podcasts et News SerieViewer semaine du 08-02 au 14-02-2014
logo-2.png
Vous trouverez ici les liens de toutes les News, Articles et Podcasts du Site de l'Association à but non lucratif (pas de transmissions de données personnelles ou non à des entreprises commerciales) SerieViewer, dont je suis membre-fondateur actif. Ces liens seront diffusés par semaine ou par pair de semaines et nous aideront, ainsi que les visiteurs ou chercheurs d'infos à retrouver une news ou autre, sur ce blog, qui vous amènera directement dans le bon article sur le site de l'association. Un petit ajout à la fonction Recherche du site SerieViewer (et de son Forum) qui fonctionne très bien de part ailleurs..
SerieViewer organise régulièrement des Jeux Concours gratuits pour permettre de gagner des coffrets DVD de séries TV. Pareillement, l'Association ne revend pas de liens à l'extérieur et n'enregistre pas vos adresses ou Emails et aucune inscription au site ou forum n'est obligatoire (mais je vous y incite : en plus la partie Fiches Séries a été ajoutée avec plein de données). Tous les Tests DVD se trouvent LA.
Note : Les liens sont classés par les plus récents en haut, par rubrique. Les liens menant à des articles mis à jour depuis ces dates ne sont plus valables (aller voir la mise à jour sur le site ci-dessus).


ARTICLES : (voir les commentaires sur le site pour les MAJ des Projets Nouveaux)


Yves Herbo-S-Fictions-Histoires-SerieViewer-02-2014