mardi 27 septembre 2016

OVNIs : les premiers enlèvements modernes - 2

OVNIs : les premiers enlèvements modernes - 2

Betty et barney hill soucoupe mini

L'OVNI dessiné par les Hill



Suite de la partie 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-les-premiers-enlevements-modernes-1.html



BARNEY ET BETTY HILL

Le deuxième cas chronologique d'abduction est devenu aussi l'un des plus célèbres, une véritable aventure qui a d'ailleurs été adaptée à la télévision et qui a aussi probablement servi de stéréotype pendant de nombreuses années sur d'autres cas, notamment ceux mettant en scène les fameux "gris"...

Betty et barney hill

Barney Hill, né en 1922 et donc 39 ans à l'époque, était employé des postes à Portsmouth, dans le New Hampshire, et il est aussi particulièrement impliqué dans la cause des Afro-américains puisqu'il siège à la commission des droits civiques du gouverneur du New Hampshire. Son épouse Betty, née en 1920 et âgée de 41 ans lors des événements, était superviseuse au département pour l'aide sociale à l'enfance de la même ville. Tous les deux en étaient à leur second mariage.

Dans la nuit du 19 septembre 1961, le couple, en revenant du Canada où il avait passé de courtes vacances d'une semaine, s'était arrêté pour dîner dans un restaurant d'autoroute, d'où ils repartirent peu après 22 heures. Betty raconte ce qui leur est arrivé ensuite dans la lettre qu'elle a adressée six jours plus tard à Donald Keyhoe, grand spécialiste des OVNI des années 1950-1960 :

" Mon mari et moi nous intéressons beaucoup au sujet, car nous avons récemment vécu une expérience effroyable, qui nous semble bien différente de toutes celles dont nous avons entendu parler. Aux alentours de minuit, le 20 septembre, nous faisions route à travers une forêt dans les montagnes Blanches. Il s'agit d'une région isolée, peu peuplée (YHsituée après la ville de Lancaster donc). Nous avons aperçu un objet brillant dans le ciel, qui paraissait se mouvoir rapidement. Nous avons arrêté la voiture et sommes sortis pour l'observer de plus près avec des jumelles. Soudain, il fit volte-face et se mit à voler de façon saccadée. Nous avons repris la route. Comme il se rapprochait de notre voiture, nous nous sommes arrêtés de nouveau. L'objet flottait dans l'air devant nous : il avait la forme d'une galette, encerclé d'une rangée de fenêtres par lesquelles on voyait de brillantes lumières blanc-bleu. Mon mari, debout au milieu de la chaussée, l'observait attentivement. Il vit des ailes de chaque côté, avec des lumières rouges aux extrémités. Comme l'objet s'était rapproché, il put voir à l'intérieur, mais pas nettement. Il distingua plusieurs silhouettes qui s'y agitaient : elles paraissaient se hâter de procéder à quelques, préparatifs. L'une d'entre elles nous regardait par les fenêtres. À ce moment, mon mari, soudain en état de choc, s'est réfugié dans la voiture ; hystérique, secoué d'un rire nerveux, il répétait qu'ils allaient nous capturer. À peine avions-nous démarré que nous entendîmes des sons qui semblaient frapper le capot de la voiture. " (YH : ici les récits parlent souvent de "bip bip" entendus, mais il semble que cela soient plus des sortes de crépitements sur la carrosserie de la voiture d'après Betty).

Betty et barney hill extraterrestres gris

Ils sont maintenant à Ashla, et voient un panneau indiquant Concord, 27 km. Ils ont parcouru 56 km sans en avoir conscience. Ils s'aperçoivent rapidement que leurs montres sont arrêtées, définitivement. L'humeur dans la voiture est calme. A l'aube, les Hills atteignent leur foyer. Ils éprouvent une sensation désagréable, étrangement visqueuse, vaseuse. Ils dorment tous les deux l'après-midi qui suit entièrement.

Lorsque Betty se réveille, elle appelle sa sœur Janet, et lui raconte ce qui est arrivé. Janet lui dit d'appeler la base de la Force Aérienne de Pease voisine, et de signaler ce qu'elle a vu (YH : en effet, les Hill habitent non loin d'une base militaire... et d'armes nucléaires...). Malgré l'opposition de Barney, c'est ce que fait Betty, parlant au major Paul W. Henderson, qui lui dit que " l'ovni a aussi été confirmé par notre radar ". (l'affaire sera dans le Project Blue Book qui conclura pour ce cas... à la vision de la planète Jupiter (rapport du 26-09-1961) !).

Par la suite, certaines tâches sur la voiture révéleront une intense magnétisation, la peinture est griffée à plusieurs endroits, laissant le métal à nu.

Barney est inquiet, ne pouvant expliquer les marques d'usure sur ses chaussures, comme s'il avait été rudement traîné sur le sol, et son dos lui fait extrêmement mal. Betty remarque une espèce de poudre rose sur sa robe froissée et la lanière des jumelles est déchirée.


Jusqu'à présent, l'histoire ressemble assez à une banale vision d'OVNI, mais elle est quand même plus spectaculaire et plus inquiétante, assez proche. Les choses se sont gâtées deux semaines plus tard. À partir du 30 septembre, durant cinq nuits consécutives, Betty fit des rêves troublants, dans lesquels leur rencontre avec l'OVNI ne se terminait pas lorsqu'ils réintégraient la voiture : elle se poursuivait par une séquence des plus dramatiques.

Dans ses rêves, le couple empruntait une route différente (YH : le passage de la Route 3 à la Route 175 ?). Ils se retrouvaient nez à nez avec un groupe de créatures au milieu de la chaussée. Barney ralentissait et la voiture finissait par caler. Les créatures encerclaient le véhicule, ouvraient les portières, prenaient Barney et Betty par le bras et les entraînaient le long d'un chemin à travers les bois, jusqu'à l'endroit où leur véhicule spatial s'était posé. Ils étaient conduits à l'intérieur et menés à des salles séparées, où ils étaient soumis à une sorte d'examen médical.

Les créatures n'étaient pas sympathiques et l'expérience plutôt déplaisante. Leur chef s'excusa tout de même auprès de Betty, puis le couple fut ramené à travers les bois jusqu'à sa voiture. Betty conversait en chemin avec le chef, lui disant qu'elle était heureuse de le rencontrer, et le priant de revenir bientôt. Ainsi se terminait l'expérience.

Le 21 octobre, Walter Webb - un enquêteur du NICAP, l'organisation ufologiste de Donald Keyhoe - rendit visite aux Hills ; il fut informé à l'époque de la rencontre avec l'OVNI, mais pas des rêves de Betty. Son rapport :

" Mon opinion en tant qu'enquêteur, après avoir interrogé ces personnes pendant plus de six heures et étudié leurs réactions et leur personnalité, est qu'elles disent la vérité, que l'incident s'est déroulé exactement comme elles l'ont décrit, excepté quelques incertitudes mineures. "

Le 25 novembre, lors d'une seconde rencontre avec les enquêteurs du NICAP, Barney Hill commença à prendre conscience d'une étrange anomalie :

" Les enquêteurs tentaient de reconstituer mentalement le voyage. L'un d'eux me demanda : « Pourquoi avez-vous mis si longtemps pour rentrer chez vous ? Vous avez couvert telle distance et cela vous a pris tant d'heures : où étiez-vous ? » Je pensais vraiment que j'allais craquer (...) Je réalisai pour la première fois qu'à la vitesse où je conduis habituellement, nous aurions dû être de retour à la maison au moins deux heures plus tôt. "

Des versions ultérieures de l'histoire laissent entendre que les Hills s'étaient rendus compte de ce « temps manquant » dès qu'ils étaient rentrés chez eux, mais ça n'était pas le cas. Un autre détail, souvent déformé pour rendre l'histoire plus palpitante, est qu'ils ont quitté la route principale pour un tout autre chemin « sans aucune raison », comme si les extraterrestres les avaient téléguidés jusqu'au point de rencontre. Mais la carte routière montre que l'itinéraire qu'ils ont pris - Route 175 - est pratiquement parallèle à celui qu'ils auraient dû suivre - Route 3. De nuit, il était facile de se tromper, erreur qui n'avait aucune incidence sur la durée de leur voyage(YH : mais les enquêtes sur les lieux prouvent que cela s'est bien produit, erreur ou non...).

À partir de février 1962, les Hills se rendirent souvent sur les lieux de leur aventure - des pèlerinages en quelque sorte. Puis, le 12 mars, le NICAP suggéra aux Hills de prendre part à des séances d'hypnose qui permettraient de révéler des détails de l'incident. Betty Hill, en particulier, était intéressée :

" Dès qu'ils ont suggéré l'hypnose, j'ai pensé à mes rêves et, pour la première fois, je me suis demandé si tout cela était bien autre chose que des rêves. Je me disais que si je me livrais à l'hypnose, je serai fixée, parce que je commençais à me demander si mes rêves ne pouvaient pas relever de la réalité. "

Durant l'été, Barney Hill commença à souffrir de symptômes physiques (un ulcère) et psychologiques qui le forcèrent à aller consulter un médecin (YH : d'ailleurs, Barney Hill meurt le 25 février 1969, un peu plus de sept ans après sa mystérieuse rencontre, d'un accident vasculaire cérébral). Leur médecin de famille les oriente vers un psychiatre (consultant pour la prestigieuse Académie de Exeter). Celui-ci diagnostique une anxiété traumatique issue de leur expérience et de leur amnésie, pour laquelle le seul traitement spécifique est une régression compétente par sodium amytal, pentothal ou hypnose pour dépasser le seuil empêchant les souvenir d'atteindre le conscient. Comme son état se détériorait rapidement, le couple décida de recourir à l'hypnose et entra en contact avec le docteur Benjamin Simon. Le 4 janvier 1964, ils commencèrent leurs sessions d'hypnose, qui s'étalèrent sur sept mois : il s'agissait de savoir si la vision de l'OVNI était responsable de la détérioration physique et mentale de Barney Hill. Barney et Betty Hill ont été hypnotisés séparément, en l'absence l'un de l'autre ; ils n'eurent pas la possibilité d'écouter les enregistrements du conjoint avant que l'expérience ne soit terminée.

Betty et Barney racontent ce que leur inconscient a malgré tout enregistré : ils avaient subi à l'intérieur d'un vaisseau spatial extraterrestre un examen médical complet dont le but était de " déterminer à quel degré d'évolution physique les Terriens étaient parvenus, plus de 10000 ans après le cataclysme qui les fit muter une nouvelle fois ". Ils ne se contredirent jamais (YH : mais quelques divergences tout de même) et exposèrent les faits, sans omettre un détail. Ils donnèrent même le portrait de leurs "ravisseurs" : très petite taille, crâne énorme, tête pointue vers le bas, yeux vastes et fendus sur le côté, bouche réduite à un trait, nez à peine apparent.

Hill david baker

Dessins par David Baker d'après les Hill

Sous hypnose, ils se rappelleront une longue série d'événements : la lumière, qui avait l'aspect d'une soucoupe, après avoir traversé les Cannon Moutains et que leur véhicule se soit immobilisé à Indian Head, et ensuite ils voient l'engin d'atterrir dans une clairière à 60 m d'eux. Barney stoppe la voiture, pensant avoir affaire à un hélicoptère, mais lorsqu'il voit, en s'approchant, une dizaine de créatures derrière les hublots, il s'enfuit, regagne le véhicule et repart... et ils entendent un bruit, comme des crépitements...

Betty racontera sous hypnose, d'après les enregistrements :

" Nous roulons - Barney appuie sur les freins, et ils crissent, et il tourne sur la gauche de manière très serrée. Je ne sais pas pourquoi il fait ça. Nous allons être perdus dans les bois. Nous allons le long de la courbe... Barney continue à essayer de la démarrer, mais elle ne démarre pas. Dans les bois maintenant ils viennent vers nous. Il y a quelque chose au sujet du 1er homme qui arrive. C'est là que je deviens effrayée et je veux sortir de la voiture et courir et me cacher dans les bois... "

Barney a donc dévié de la route, puis la voiture a calé. L'OVNI atterrit à une soixantaine de mètres de la voiture et une dizaine de créatures de petite taille en descendirent et se dirigèrent vers le couple. Les créatures firent monter le couple dans l'OVNI et séparèrent Betty et Barney. Après qu'ils soient entrés dans le vaisseau par une rampe, Betty est donc séparée de Barney par un des petits êtres, qu'elle décrit comme « le chef » (The leader). Un autre, qu'elle appelle « l'examinateur » (The examiner) la fait ensuite s'asseoir et lui fait subir une série d'examens médicaux : il lui coupe une mèche de cheveux, lui examine les yeux, les oreilles, la bouche, la gorge, les mains, les jambes et les pieds, récupère ses rognures d'ongles et prélève un échantillon de peau avec une lame. L'examinateur enlève ensuite la robe de Betty et la fait se coucher sur une table. Il promène alors une machine qu'elle décrit comme une sorte d'appareil d'électroencéphalographie sur son corps en lui expliquant qu'il examine son système nerveux.

Hypnose hill

Séance d'hypnose du couple Hill

Il lui insère ensuite une seringue d'une dizaine de centimètres dans le nombril et lui dit qu'il s'agit d'un « test de grossesse ». Elle pousse un cri de douleur, mais celle-ci disparaît lorsque l'examinateur lui passe la main sur le front. Les extraterrestres auraient également essayé d'arracher ses dents, selon elle, après avoir constaté avec surprise que Barney avait un dentier et pouvaient donc les retirer sans mal...

Dans sa description, le « leader » des extraterrestres, s'exprime dans un anglais imparfait, lui montre une carte stellaire et lui demande si elle était capable de situer la Terre sur cette carte. Comme elle répondit par la négative, la créature lui rétorqua que cela ne servait alors à rien qu'elle lui montre d'où elle venait. Betty aurait demandé à rapporter une preuve de son enlèvement, un livre rempli de symboles incompréhensibles, mais les extraterrestres le lui auraient repris au dernier moment, souhaitant apparemment qu'elle ne garde ni preuve ni souvenir de l'enlèvement. La créature raccompagna Betty hors de l'OVNI, où elle retrouva Barney déjà installé dans la voiture et lui promit qu'elle allait tout oublier de cette expérience...

Hill inside full content pm v8

Dessin de la carte spatiale par Betti Hill

Betty et Barney réalisèrent de nombreux dessins de l'OVNI, des créatures et des différentes cartes et symboles qu'ils purent apercevoir lors de cette expérience. En 1969, une institutrice américaine et astronome amateur, du nom de Marjorie Fish affirma qu'elle avait réussi à trouver une concordance entre les dessins de la carte stellaire réalisés par Betty Hill et un modèle tri-dimensionnel des constellations connues, et conclut que la carte que Betty prétendait avoir vue représentait le système de Zeta Reticuli.

A l'écoute de ces enregistrements, on constate que et Barney et Betty Hill ont raconté une histoire qui correspond aux rêves de la seconde, mais chacun suivant son propre point de vue. Nombre d'intéressés ont conclu que les Hills avaient vécu une expérience tellement traumatisante qu'ils en avaient inconsciemment effacé le souvenir, souvenir qui s'était manifesté dans les rêves de Betty et étaient à l'origine de troubles psychiques. L'hypnose avait levé leurs inhibitions et libéré leurs souvenirs.

Ce scénario est séduisant, mais il faut savoir que les souvenirs qui émergent lors de séances d'hypnose ne reflètent pas nécessairement la-réalité. Le docteur Benjamin Simon le souligne lui-même :

" Le prestige qui entoure l'hypnose a répandu la croyance qu'elle est la voie royale, magique, vers la vérité. C'est vrai dans un certain sens, mais il faut comprendre que si l'hypnose ouvre la voie à une vérité que le patient ressent et comprend comme telle (...) celle-ci n'est pas nécessairement synonyme de vérité objective, absolue. "

La trop grande similitude entre les rêves de Betty Hill et son aventure telle que la révèle l'hypnose pose un problème essentiel. En effet, les rêves sont rarement la reprise fidèle d'un événement passé. Lorsqu'il y a une telle « relecture », les faits sont généralement retravaillés, déformés et combinés avec d'autres éléments. Que l'hypnose dégage une reproduction fidèle du rêve de Betty suggère que c'est le rêve lui-même, et non une quelconque réalité, qui a été révélé. Comment se ferait-il, dans ce cas, que Barney raconte lui aussi sous hypnose le rêve de son épouse ? Tout simplement parce qu'il restituait les rêves qu'elle lui avait maintes fois racontés, et non une expérience personnelle ?

Mais, justement, une réécoute minutieuse (et sans parti-pris) des enregistrements vont prouver que les récits ne correspondent pas tout à fait, que Barney a aussi vécu des choses non perçues par son épouse... par exemple, les êtres n'émettent aucun son pour Barney : ils s'expriment par télépathie exclusivement... On ne peut donc pas parler de réelle "transmission" du rêve comme a tenté d'argumenter le Docteur Simon. D'ailleurs, le Docteur Simon, bien que pensant à un fantasme "partagé" (ce qui est aussi étrange en fait et non prouvable) retranscrit même par hypnose, admettra la parfaite sincérité du couple : il ne s'agit par d'invention et tout ceci est bien la conséquence d'un trauma vécu !

Lors de ses séances d'hypnose, Barney livre un récit très similaire aux rêves de sa femme, mais avec cependant d'autres ressentis personnels.

The leader barney hill

Le "leader" dessiné par Barney sous hypnose

Selon ce qu'il dit pendant ces séances, alors qu'il conduisait la voiture et cherchait à échapper à l'OVNI, il se serait senti contraint de quitter la route et de se garer dans les bois. Les extraterrestres seraient alors arrivés et les auraient emmenés dans leur vaisseau, où il aurait été séparé de Betty.

Trois d'entre eux l'accompagnent alors dans une salle et le déshabillent, puis le font se coucher sur une table. Il semble beaucoup plus traumatisé par l'examen médical que sa femme et dit avoir gardé les yeux fermés la plupart du temps. Il réagit parfois violemment lors des séances d'hypnose, criant, se débattant ou fondant en larmes.

Un appareil est placé sur ses parties génitales, vraisemblablement pour prélever un échantillon de sperme. Dans les mois qui ont suivi l'incident, un cercle formé de verrues est apparu à cet endroit sur la peau de Barney.


Le docteur Simon lui-même, bien qu'il fût assez sage pour ne pas imposer son avis, fait un constat étrange, reconnaissant en quelque sorte l'existence du phénomène, mais que cette expérience a été traumatisante :

" J'en vins à la conclusion que l'explication la plus crédible est que la série de rêves perçus par Mme Hill, conséquence de quelque expérience qu'elle a eue avec un OVNI ou un phénomène similaire, s'est transformée en fantasme. "

Mais l'interrogation sous hypnose, en particulier, devint le traitement favori des victimes d'abduction et de leurs médecins. Ce n'est qu'au cours des années quatre-vingt-dix que l'on prendrait conscience des lacunes et de certains dangers inhérents à cette méthode...


Image of hillmap with names inside full content pm v8



David Saunders, expert en statistiques à l’Industrial Relations Center de l’Université de Chicago, affirme que le dessin de Betty Hill désigne l’étoile binaire Zeta Reticuli, située à 39 années-lumière de la Terre. D’après lui, il est donc très fort probable que le couple ait été victime d’enlèvement extraterrestre. On peut noter aussi que le dessin sous hypnose était très sophistiqué pour l'époque, et que seule une reconstitution en 3D, (l'image montrée devait l'être probablement, peut-être sous forme d'hologramme), a permi de reconnaître le système Zeta Reticuli, jamais cité par les Hill...

Walter Mitchell, professeur d’astronomie à l’université d’État de l’Ohio à Columbus, a lui aussi validé la carte dessinée par Betty Hill. Selon lui, elle correspond effectivement au système de Zeta Reticuli.

Les versions de Betty et de Barney Hill ont toujours été concordantes, bien qu’ils aient été interrogés séparément pendant 7 mois. L’hypothèse d’un canular semble peu probable étant donné l’absence de toute motivation... D’autant plus que le couple a, jusqu’à la fin de leur vie, vécu dans l’anxiété, l’angoisse et la dépression. Barney est décédé d’une hémorragie cérébrale le 25 février 1969. Betty est, quant à elle, décédée le 17 octobre 2004 à la suite d’un cancer des poumons, sans jamais renier ce qu'elle dit avoir vécu...

Notons aussi que Robert Lazar, qui prétend être un scientifique de haut niveau ayant collaboré avec le gouvernement américain sur des projets secrets, apporte un nouvel élément qui pourrait laisser penser que certains extraterrestres viennent bien de Zeta Reticuli.

Ce dernier déclare en effet à qui veut l’entendre que des engins extraterrestres actuellement stationnés sur Terre dans quelque base secrète (dont la zone 51 à l'origine) seraient originaires du système Zeta Reticuli...



Captured extrait

Image extraite du film "Captured"




Ce téléfilm, réalisé en 1975 par Dick A. Colla, reconstitue avec précision un des cas majeurs de l’ufologie : l’enlèvement à bord d’un OVNI du couple Betty et Barney Hill, en 1961. 

Pour ce faire, les scénaristes se sont basés sur les notes de Benjamin Simon, le psychiatre ayant suivi les Hill, et l’ouvrage documentaire écrit par John G. Fuller, « Le voyage interrompu » (« The interrupted Journey »), sur cette affaire.

L’acteur James Earl Jones, qui interprète ici le rôle de Barney Hill, souhaitait à l’origine faire un film cinéma sur la mésaventure des Hill. Constatant le refus ou le désintérêt d’Hollywood, il concrétisa finalement ce projet à la télévision.

Pour la petite histoire, James Earl Jones deviendra mondialement célèbre deux ans après, en devenant la voix de Dark Vador dans la saga « Star Wars » de Georges Lucas.

En France, il n’a été diffusé qu’une seule et unique fois à la télévision :

le dimanche 2 août 1987, à 20 h 30, sur M6, sous le titre « La nuit des extra-terrestres » (à ne surtout pas confondre avec la soirée thématique de Canal + diffusée en juin 1997).





 





  

Une enquête canadienne et une entrevue avec Betty Hill peu de temps avant son décés (2004)...



Sources : http://www.histoires-paranormales.fr/ovnis/betty-et-barney-hill-enlevement-extraterrestre/

http://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/Hill/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Betty_et_Barney_Hill

http://www.parlons-ovni.fr/connaissez-vous-zeta-reticuli

http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Abduction_des_Hill

http://ovnis-direct.com/bettyetbarneyhill.html

http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/L-aventure-de-Betty-et-Barney-Hill-adaptee-au-cinema-833435



Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/, 25-09-2016

dimanche 25 septembre 2016

Je n'étais qu'un Androïde : réédition

Je n'étais qu'un Androïde : réédition



Jenetaisqu unandroide1 mini



Après avoir hésité un long moment entre une réédition en livre de poche chez un éditeur classique et une sortie en format A5 en conservant tous mes droits en tant qu'auteur-éditeur, j'ai choisi cette dernière option avec LULU.com comme imprimeur. Cette option me permet de pouvoir adapter cet écrit dans d'autres formats à volonté (ebook, audio, vidéo, etc...) et en toute liberté. Et aussi de choisir le prix de vente, ici moins élevé que la première édition chez un éditeur classique (alors que le prix des livres et du papier ont considérablement augmenté depuis sa première sortie (2011))...

Et comme j'ai toujours considéré (car c'est évident) l'écriture de ces deux premiers romans comme un véritable "miracle" provenu du ciel, après l'observation de cette sphère lumineuse blanche à l'âge de 9 ans environ (les originaux de ces livres ont été écrits à partir de 1969-1970), j'ai pu aussi choisir un "thème" à sa sortie, qui se rapproche plus du paranormal ou d'un contact ufologique pour moi d'après les origines, que de la pure anticipation/fiction...

Vous pouvez retrouver sur ce site mon témoignage sur cette observation étrange alors que j'étais enfant, et que je ne lisais pas à cet âge autre chose que des BD (Rahan et Pif, Tintin et Astérix !) et n'avait aucune notion de science-fiction et encore moins de "soucoupes volantes"... mais cette observation est aussi en droite ligne d'expériences étranges qui se sont produites tout au long de ma vie... ainsi que celle de ma famille dans le passé (tant maternelle que paternelle, je l'ai appris par la suite et encore assez récemment) : j'ai également commencé une sorte d'autobiographie de ces expériences étranges, inachevée toujours, par soucis de ne choquer personne (y compris dans la famille) sur certains aspects, mais où cette observation est aussi décrite précisément...

Voici donc l'ancienne couverture du livre et la nouvelle

couvertureandroide1avatar.jpg

Jenetaisqu unandroide1 mini

Et voici le nouveau "résumé" du livre et les liens vers la boutique de LULU.com où vous pouvez vous procurer mon livre sous format papier (une version ebook va également ressortir chez Amazon et ailleurs via LULU) : je vous rappelle que c'est le fruit de mon travail et que, bien que je considère l'argent et le commerce comme des outils qui nuisent au psychisme humain et le dégradent fortement, tirant la nature humaine de plus en plus vers le mal, l'égoïsme et sa propre destruction, il m'en faut bien pour pouvoir vivre dans cette société corrompue !

" Quelques mois après avoir été survolé par une sphère blanche silencieuse, l'auteur se met à écrire subitement deux livres. Il a moins de dix ans et lisait très peu et n'écrivait pas auparavant !

Cette histoire raconte, à la façon d'un roman d'aventures dans un monde du futur, que l'Humanité est née à l'autre bout de la galaxie et qu'elle a été chassée de sa planète natale par une Intelligence Artificielle qu'elle a elle-même créé...

En fait, l'Humanité bannie sur Terre, est retournée à la préhistoire, a tout oublié, et recommence...

Est-ce une vision du passé ou du futur de l'Humanité ? Ou un avertissement ?

L'autre livre, " Quatre éternités pour une Rose immortelle ", délivre un autre message tout aussi bouleversant, également à la manière d'un roman, qui explique peut-être les origines de l'Univers...

L'auteur, Yves Herbo, en dehors d'être une personne normale qui a travaillé toute sa vie comme cadre administratif, est aussi un chercheur de vérité suite à plusieurs expériences étranges au cours de sa vie. Passionné d'Histoire ancienne, d'archéologie mais aussi de sciences modernes, de philosophie et d'anticipation, il fait vivre un blog devenu célèbre et indispensable pour ses fans depuis plusieurs années de recherches et des centaines d'articles documentés:

www.Sciences-Fictions-Histoires.com

site miroir:

http://herboyves.blogspot.com/ "

Lien pour acheter le livre :

http://www.lulu.com/shop/yves-herbo/je-n%C3%A9tais-quun-andro%C3%AFde/paperback/product-22870850.html

Il y a aussi une "fiche auteur" chez LULU que vous pouvez consulter :


Et je vous rappelle que l'autre livre dont je parle, Quatre éternités pour une Rose immortelleécrit à la même époque, et dont voici la couverture,

4eternites1 mini

est toujours en vente chez son éditeur dont voici le portail :




Un tout nouveau livre devrait sortir pour Noël, un recueil de nouvelles, également aux éditions "Yves Herbo" et sera disponible chez LULU pour l'impression...

Et il devrait y avoir, si le projet se concrétise, un ouvrage en collaboration avec un explorateur français, traitant de l'archéologie mystérieuse mondiale. Projet dont je reparlerai quand les choses seront plus concrètes. Et je peux dire aussi qu'il y a apparemment une bonne progression de l'autre projet où je participe modestement via quelques articles et plus si possible plus tard dans la durée, avec des propositions de scénarios écrits par John Clevenger, à l'étude prochainement par Hollywood, sur une série (ou un film) mi-romancé mi-docu, sur les catastrophes du passé et les civilisations impliquées avant et après... :





vendredi 23 septembre 2016

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème semestre 2016

OVNIs : ODHtv - Actualités 2eme semestre 2016 - MAJ septembre 2016



Odhtv 1




La soirée de l'ufologie dans l'Yonne est animée par Rémy Fauchereau de l'A.E.P.A et Gilles.T d'ODH Tv et elle s'est déroulée le 09 juin 2016.

La soirée est consacrée aux Ovnis dans l'histoire de l'Yonne, à la recherche "Ovni et failles géologiques dans le département de l'yonne" et également à vous, auditeurs d'odhtv.






Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

Ainsi Matin Ovni dans le monde, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques dans le monde mais également un dossier sur l'ufologie dans une région ou un pays.


L'Edition du 13 juillet 2016 présentée par Gilles.T

- Interview de Gaëtan.B au sujet d'odhtv 2 et du 03 mai 2016

- Actualité ovni dans le monde 

- Dossier: Ovni en Vallée Hutoise 2









Créée en Octobre 2006, JT Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) en France.

Elle est réalisée par une équipe de reporters en France.

Ainsi JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.

L'édition du 21-07-2016 est présentées par Rémy Fauchereau et Gilles.T

- Veillée du 07 mai 2016 de l'AEPA avec Remy Fauchereau et un témoin

- Extrait du Reportage sur le Jubilé de l'affaire de Valensole

- Astuces du veilleur: Ballons à LED avec Gaetan B.

- Actu Ovni: Ovni au col de vence en mai 2016

- Dossier: Ovni dans le Loiret avec Remy Fauchereau







Matin Ovni dans le monde, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques dans le monde mais également un dossier sur l'ufologie dans une région ou un pays.

L'Edition de Matin OVNI dans le monde du 09 août 2016 présentée par Gaëtan.B et Gilles.T

- Question de l'édition avec Rémy Fauchereau

- Anecdotes du Reporter : avec Gaëtan.B

- Actu ovni dans le monde Juillet 2016

- Dossier: Ovni en Toscane






JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.


L'édition du 25-08-2016 est présentées par Gaëtan, Stéphane.M, Ghislain Sanchez et Gilles.T

- 3ème journée ufologique de Rennes le château du 14 août 2016

- 2ème édition du livre "Mystères du phénomène ovni" par Franck Maurin

- Astuces du veilleur: Méprises en montagne avec Gaëtan.B d'UFOwallonia

- Actu Ovni dans l'Yonne avec Rémy Fauchereau

- Dossier de l'édition: Ovni dans l'Aude 3





Matin Ovni dans le monde, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques dans le monde mais également un dossier sur l'ufologie dans une région ou un pays.

L'édition du mois de septembre 2016 présentée par Marilyne.H et Gilles.T

- Ovni sur Genève part.1 avec Fabrice Bonvin

- Anecdotes du Reporter: avec Rémy Fauchereau

- Actu ovni dans le monde en Août 2016

- Dossier: Ovni sur le Lac Léman






JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région.

L'édition du 20 septembre 2016 est présentées par Rémy Fauchereau et Gilles.T

- Le 22 octobre 2016, c'est la journée ufologique d'ovni Languedoc, annoncée par Thierry Gaulin

- Actualité d'Eric Zürcher

- Observations à Montpellier en août 2016

- Astuces du veilleur: Montgolfière avec Rémy Fauchereau

- Actu Ovni en France de juin à août 2016

- Dossier de l'édition: Ovni en Seine et Marne



Sources des cas cités dans l'épisode:

http://baseovnifrance.free.fr/listgen

http://www.cnes-geipan.fr/index.php?






L'émission est relayée par :




La page Facebook ODH Tv à liker et partager:





Yves Herbo Relai, Sciences et Fictions et Histoires.com, http://herboyves.blogspot.com/, 22-08-2016, 02-09-2016, 23-09-2016

mercredi 21 septembre 2016

Civilisations disparues - vidéos 2

Civilisations disparues - vidéos 2



catal-huyuk-stele-bateau-noe.jpg

étonnante stèle trouvée à Catal Hoyuk, - 9000 ans minimum... cette ville, l'une des plus anciennes du monde, située en Anatolie, détient les premiers mystères de l'Humanité, y compris cette stèle que je pourrai bien interpréter moi-même comme étant la représentation du fondateur de la ville... Noé lui-même, dans son Arche, le tout formant la toute première croix, qui sera reprise et déformée par divers cultes par la suite...



Voilà une série de vidéos en français ou en Version Originale sous-titrée en français qui concernent l'un de mes principaux sujets récurrent, et qui constituent déjà de nombreux articles parmi les 2000 présents sur ce site : les Civilisations disparues...

Les écrits sont nécessaires et même agréables pour mieux mémoriser, réfléchir et discuter de tels sujets, mais il faut bien dire que les photographies et les vidéos apportent un + non négligeable, la vision étant largement complémentaire aux images générées par nos cerveaux à travers les écrits...

Certains de ces documentaires appuient parfois des affirmations (pas toujours prouvées en fait ou encore largement discutées) sur certaines explications ou interprétations d'auteurs divers. Je n'appuie pas toujours ces affirmations, préférant encore le point d'interrogation et le questionnement aux fausses certitudes, mais ces documentaires ont tout de même l'avantage de montrer les paysages, les artefacts découverts et de proposer des idées alternatives à celles d'une science officielle trop facilement portée à se défausser sur des religions mal comprises, des poteries pas obligatoirement fabriquées sur les lieux (mais pillées ailleurs par exemple) ou elle-même à interpréter et affirmer des choses sans beaucoup de preuves !








 




Le roi Ramsès II était l'un des plus grands pharaons d'Egypte. Son règne a en effet été marqué par une grande stabilité et de vastes programmes de construction. Mais il n'a pas encore livré tous ses secrets. La ville de Pi-Ramsès, ou «Maison de Ramsès», fondée par le pharaon pour en faire le centre de son empire, était connue comme une cité riche et prospère. Mais les archéologues s'interrogent toujours sur la raison de sa disparition, 200 ans après la fin de son règne...

En lien avec cette vidéo :











Heinrich Schliemann, un Allemand richissime, commandite dans les années 1870 des fouilles gigantesques sur la colline d'Hissarlik située à égale distance de la mer Egée et des Dardanelles, persuadé qu'il s'agit du lieu de la cité de Troie, pourtant légendaire, car contée par l'ancien poète grec Homère. De 1871 à 1873, plus de cent ouvriers creusent dans le relief. Neuf villes superposées, dont la première date du IIIe millénaire avant J.-C., sont découvertes sur les hauteurs. Ce site a été inscrit sous le nom de site archéologique de Troie sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1998. Focus sur cette découverte archéologique majeure à travers le travail des scientifiques et des explorateurs.






 




Il y a près d'un millénaire, dans le centre de l'Inde, s'élevait Khajurâho, somptueuse capitale des rois hindous de la dynastie Chandelâ, riche de 85 temples. Seules les ruines de 20 d'entre eux sont désormais visibles. Ces temples sont connus pour leurs sculptures sensuelles et érotiques, qui représentent explicitement des scènes d'acte sexuel et offrent une déclinaison du Kâmasûtra, le traité sur la sexualité humaine de renommée mondiale...






 


Avec plusieurs chercheurs de renommées mondiales, un grand tour de plusieurs civilisations dont tous les mystéres n'ont pas été élucidés, de l'Egypte à la Mésopotamie aux Amériques, et qui semblent toutes avoir subi de grosses catastrophes (inondations énormes) il y a entre 10500 ans et 12000 ans...

En lien avec cette vidéo :










 


Jusqu'ici au moins 1000 corps momifiés ont été déterrés et d'innombrables sites sont encore à fouiller. Quelle que soit leur origine, les dépouilles trouvées montrent que l'Histoire est bien + riche et complexe qu'on ne l'avait imaginé.

Dolkun Kamberi, archéologue aux cheveux châtain et aux traits de blanc et né dans cette région, pense qu'il est un descendant direct des gens du bassin du Tarim. Il trouva un morceau de crâne humain datant d'1/2 million d'années, preuve que ces gens se trouvaient dans cette région il y a 500.000 ans. (YH : mais l'homme moderne ne daterait que de 200.000 ans maximum selon la science, donc (officiellement), 500.000 ans = homo erectus probable... ce qui ne remet rien en question donc ! - mais en ce qui concerne les pyramides, c'est autre chose...)

La découverte de ce peuple promettait de mettre sens dessus-dessous les notions des historiens orthodoxes et des historiens du gouvernement chinois, fort mécontents d'apprendre que des non-asiatiques s'étaient installés sur le sol chinois en des temps anciens, pré-dynastiques. Kamberi pense que l'Asie centrale deviendra le rêve des archéologues pour ce 1er siècle du nouveau millénaire." - par (Free) Hugues

En lien avec cette vidéo :












 


Découverte des traces et ruines antiques du monde perdu d'Alexandre le Grand en Asie Centrale et visite du lieu de la mystérieuse cité engloutie de Kanakana (?). Découverte des restes d'une cité millénaire à moitié emportée par une inondation subite du fleuve Oxus (maintenant Amou-Daria)...

Amou daria oxus khonakana

Le site vu d'avion

Amou daria oxus khonakana2

Reconstitution de la cité avant sa destruction par le tsunami fluvial

En lien avec cette vidéo :



FIN Civilisations disparues - vidéos 2



Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.fr/, 18-09, 20-09-2016

vendredi 16 septembre 2016

Des Romains en Amérique il y a 2000 ans ?

Des Romains en Amérique il y a 2000 ans ?



Oak island artifacts

Trois des artefacts romains trouvés à Oak Island, Nouvelle Ecosse


Depuis la redécouverte des Amériques par les Européens des 15ème et 16ème siècles, plusieurs traces et artefacts de diverses natures viendraient prouver que les hommes de "l'ancien monde" ont découvert ces continents bien avant dans la réalité. Mais il ne faut pas oublier que les indiens semblent bien avoir été présents avant tout le monde, en provenance de Sibérie et des îles polynésiennes/Australie très probablement, et que c'est donc bien eux qui ont découvert les Amériques historiquement et chronologiquement...


La présence des Vikings à partir de 800-1000 après J.C. a été prouvée de diverses manières, et il semble même que l'on ait trouvé dernièrement un autre campement de ces fiers guerriers, autre que l'Anse aux Meadows en tout cas.


Mais un nombre croissant d'artefacts beaucoup plus anciens, trouvés à l'est du Canada et en particulier du côté de la Nouvelle-Ecosse, semble indiquer que d'autres navigateurs auraient acosté en Amérique : des Romains de Carthage notamment, d'après certaines pièces de monnaies découvertes... Mais des affirmations récentes concernant une dague romaine repêchée près d'une plage de l'île au Chêne (Oak Island) en Nouvelle Ecosse, ainsi que mention d'une épave repérée au scanner relance les débats...

Oak island 580x454

Mais, avant de parler de ces dernières découvertes (dont on ne sait pas encore tout d'ailleurs car il va y avoir une conférence en octobre 2016 à leur sujet), voyons de quels artefacts il s'agit, tant sur l'île du Chêne qu'en Nouvelle Ecosse, avec cette dague en dernier.


En 1804, une pierre connue sous le nom de « la pierre de 90 pieds » (environ 27m de long) a été découverte sur Oak Island, et plus précisément donc à 90 pieds, dans le puits (la "Money-Pit") déblayé en partie par des chasseurs du fameux légendaire trésor de Oak Island. Là je suis dans l'obligation de vous indiquer l'histoire de cet étrange trésor qui n'a toujours pas été découvert à ce jour ! 


C'est durant l’été 1795 que Daniel Mc Ginnis, un adolescent de 16 ans, arrive sur l’île en barque pour y chasser la perdrix. À 150 m environ du rivage, il trouve une clairière où trône un énorme chêne. En se rapprochant de l’arbre, il aperçoit une poulie de navire rouillée suspendue à une branche coupée. À la verticale de cette poulie, il voit au sol une cuvette d’une trentaine de centimètres de profondeur, comme si quelqu’un avait creusé un trou et l’avait rebouché ensuite avec de la terre. Il revient le lendemain avec deux amis : John Smith et Anthony Vaughan et, équipés de pelles et de pioches, ils se mettent à creuser. Très vite, ils se rendent comptent que la terre est meuble, que le trou fait 3,50 m de diamètre et que les parois sont très solides. À 1,50 m de profondeur, ils rencontrent une couche de pierres qu’ils enlèvent : déception, il n’y a rien dessous. Cela ne les décourage pas et ils continuent de creuser le sol, fait d’un mélange d’argile et de cailloux : ils tombent alors sur trois épaisses plates-formes composées de poutres de chêne, solidement ancrées dans les parois du puits. Fait étonnant, ces trois plates-formes sont situées à des profondeurs équidistantes : 3 m, 6 m et 9 m. Cela prouve que cette construction n’est pas naturelle et que des hommes ont réalisé ces plates-formes afin d’empêcher que le poids de la terre n’écrase ce qui est enterré plus bas et qui, pour les trois jeunes, ne peut être qu’un trésor.

Shema puit

Après plusieurs semaines de travail, les trois jeunes gens sont épuisés et n’ont atteint que 9 m de profondeur ! Ils surnomment alors ce trou parfaitement circulaire le « Money Pit », le puits au trésor. En 1804, une société du nom de Lynds Syndicate se rend sur l’île et poursuit, de façon plus professionnelle, les excavations commencées en 1795. Au-delà des trois premières platesformes, ils rencontrent le même phénomène : une plate-forme tous les trois mètres à 12 m, 15 m, 18 m… Certaines contiennent même des fibres de cocotier, une matière très prisée des pirates. À la neuvième plate-forme, donc à 27 m de profondeur, les ouvriers n’en croient pas leurs yeux : ils découvrent une pierre rectangulaire de 1 m sur 30 cm. Quand ils la retournent, ils aperçoivent qu’elle est gravée de signes, hélas, incompréhensibles. Ce type de message codé était souvent laissé par des pirates. Il sera finalement déchiffré bien plus tard, en 1866, par James Leichti, professeur de langues à l’université de Dalhousie, ville de la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Leichti donnera, en anglais, la traduction suivante : « Forty feet below, two million pounds buried » (40 pieds plus bas sont enterrés 2 millions de livres). Un trésor serait donc caché 13 m plus bas soit à 40 m, au niveau de la treizième plate-forme ! Hélas, en 1804, personne ne comprenant le message codé, les ouvriers continuent de creuser : ils se trouvent à la onzième plateforme soit à 33 m de profondeur

Stone 90feets oakisland

Voici une réplique exacte de la pierre trouvée dans le puits de Oak Island



Le lendemain matin, catastrophe : le puits est presque entièrement inondé, de l’eau étant remontée jusqu’à 11 m de la surface. N’ayant pas de pompe, les chercheurs sont obligés de quitter l’île. Ils reviennent au printemps suivant et décident de creuser un second puits, parallèle et à quatre mètres de distance du premier. Tout se passe bien jusqu’à la profondeur de 37 m, soit 4 m plus bas que la profondeur à laquelle ils étaient parvenus dans le puits principal. Ils forent ensuite une galerie pour rejoindre obliquement le puits principal. Hélas, lors de la jonction entre les deux puits, une impressionnante quantité d’eau de mer pénètre dans les galeries, manquant de noyer tous les ouvriers. Le directeur des travaux finit par trouver la cause des inondations : en inspectant la plage la plus proche, il découvre que le fond du puits est relié à cinq conduits réalisés dans le sable et laissant entrer l’eau de mer. Un mois plus tard, la société Lynds Syndicate, en faillite, abandonne les recherches. Plus personne ne s’intéresse au puits au trésor jusqu’en 1849, année de la ruée vers l’or en Californie. La société Truro Company reprend alors les fouilles en appliquant une nouvelle stratégie : faire un forage dans le puits afin de remonter différents échantillons du sol traversé. À 30 m, la foreuse rapporte à la surface des traces de bois, puis trois maillons en or d’une chaîne de montre à gousset. Ces quelques petits objets précieux provenaient-ils d’un coffre en bois ? Devant l’impossibilité de pomper l’eau de mer qui noie le puits, Truro Company abandonne. En 1861, d’autres chercheurs forent trop énergiquement le puits, déclenchant un immense fracas qui laisse supposer que le trésor s’est affaissé plus bas.


En 1909, un certain Henry Bowdoin, ingénieur de formation, se rend sur place. Il compte, parmi ses associés, celui qui deviendra en 1932 le 32e président des États-Unis : Franklin Delano Roosevelt. Bowdoin a été, toute sa vie, un infatigable chercheur de trésors mais après deux ans de fouilles et une dépense de 250 000 dollars de l’époque (soit environ 1 million d’euros actuels), il arrête les frais, sans avoir rien trouvé. Les fouilles continuent cependant tout au long du 20e siècle. 

1936 bloc pierre


En 1936, Gilbert Hedden, un chercheur venu du New Jersey, découvre près de la plage de Joudrey’s Cove, à 200 m du puits, un bloc de pierre à la surface duquel sont gravés d’étranges signes : un H, une croix entourée de quatre points, un O avec un point au centre, un R… Personne n’a, à ce jour, déchiffré ce message. En inspectant le lieu, Hedden aperçoit aussi sur le sol une immense croix faite avec plusieurs grosses pierres. Dans le puits, il creusera jusqu’à 66 m de profondeur d’où il remontera, au moyen de sa foreuse, des morceaux de bois de chêne. Parfois, des drames surgissent : en 1965, quatre personnes meurent asphyxiées par du monoxyde de carbone, dégagé par le moteur de leur pompe.

En 1989, le nouveau propriétaire de l’île, Dan Blankenship parvient à atteindre la profondeur de 85 m. Surprise : sa foreuse remonte des morceaux de porcelaine ! Il décide alors de faire descendre une caméra vidéo dans l’eau trouble qui remplit le fond du puits et il parvient à filmer, à 76 m de profondeur, des images d’un crâne et de trois coffres ! Mais, après avoir englouti 10 millions de dollars à ce jour, Dan Blankenship n’a toujours pas remonté de trésor.


1989 puits filme

La société Triton dont fait partie Blankenship (et qui a connu des démêlées entre actionnaires depuis 1970) a introduit le Woods Hole Oceanographic Institute pour étudier l'île en 1995 et rendre un avis sur l'existence d'une chose précieuse au fond de la fosse. Bien que leur rapport soit confidentiel, les gens qui l'ont vu disent que ses conclusions ne sont "pas décourageantes". Actuellement peu de travail est en cours sur l'île alors que les différends entre les propriétaires de Triton sont pourtant réglés. Il y a eu en tout cas confirmation de l'existence d'une grotte naturelle sous l'île...


Ce pourrait-il que les découvertes remettent trop l'Histoire connue en question ?


Depuis 1795, date de la découverte du puits au trésor par le jeune Daniel Mc Ginnis, plus d’une centaine d’expéditions se sont succédé sur l’île. Sans résultat notable à ce jour. Sauf pour le paysage, qui a été totalement défiguré : en effet, en plus des nombreux forages effectués dans le puits au trésor lui-même, plus d’une vingtaine d’autres puits, parallèles au principal, ont été creusés… dont certains à l’aide de dynamite. Aujourd’hui, l’île aux chênes ne mérite plus tellement son nom : il reste, en effet, peu d’arbres encore debout dans le pitoyable gruyère gorgé de boue qu’ont laissé les chercheurs de trésors après leur passage. Cela n’empêche pas, chaque année, plus de 10 000 touristes de débarquer sur l’île afin d’aller voir le puits au trésor. Ce dernier n’a, pour l’instant, toujours pas révélé ses secrets : en effet, à ce jour, n’ont été officiellement retrouvés, à l’intérieur du puits et dans ses environs, que trois maillons en or d’une chaîne de montre à gousset, une paire de ciseaux d’origine espagnole vieille de 300 ans, des morceaux de parchemin, des débris de porcelaine et quelques monnaies en cuivre...


Une petite vidéo en français racontant rapidement l'histoire de cette île au trésor...


Étonnante histoire que celle de ce trésor non découvert alors qu'on connaît son emplacement ! Mais revenons aux artefacts découverts, à commencer par cette pierre trouvée à 27 mètres de profondeur dans ce puits...



Script 2 580x93

Sur la pierre, il y avait des inscriptions avec des symboles d’origine inconnue. Le Révérend A.T. Kempton, de Cambridge, Massachusetts, a déclaré avoir déchiffré aussi le script en 1949 et confirmé que le trésor déclaré était enterré 40 pieds dessous. Voici un aperçu des caractères sur la pierre de 90 pieds.


Alors que les dessins de la pierre ont été conservés, la pierre elle-même a été portée manquante en 1912.


Mais Hutton Pulitzerentrepreneur bien connu et inventeur prolifique, (beaucoup rappellent que le présentateur de l’émission TV « NetTalkLive », est un titan précoce de l’Internet IPO (Offre Publique Initiale) et l’inventeur de CueCat (une idée ayant attiré des investisseurs majeurs ; il implique un dispositif qui permettrait aux personnes de scanner des codes, similaires au codes QR actuels). Sa société s’est effondrée lors de l’éclatement de la bulle des dot-com (entreprises dépendant partiellement ou intégralement d’Internet), mais les brevets de Pulitzer vivent désormais dans 11,9 milliards d’appareil mobiles), a annoncé avoir découvert la pierre et son analyse a montré qu’elle pourrait avoir de fortes connections avec l’ancien Empire Romain.


La pierre lui a été présentée par une personne impliquée dans la chasse au trésor sur l’île ; Sa famille a récemment contacté Pulitzer, et a autorisé la pierre à être testée.


Pulitzer a déclaré que les caractères sur la pierre ont été mal interprétés en 1949 (et donc aussi en 1866 car c'est la même traduction en fait). Le Rev. Kempton avait rejeté certains des symboles comme étant des erreurs et les autres ont été incorrectement interprétés.


Le script a maintenant été analysé statistiquement en utilisant un programme d’ordinateur qui le compare à une base de données de langages. On est arrivé à une compatibilité de 100 % avec un script relié à l’ancien Empire romain. Le passé de Pulitzer en technologie et statistiques l’a aidé à réaliser l’analyse.


Selon son analyse, elle correspond à un script proto-cananéen, aussi connu sous le nom de proto-Sinaïtique. Il est un ancêtre de nombreux langages du Levant. L’écriture sur la pierre de 90 pieds est un dérivé du proto-cananéen d’un marin, utilisé comme langue commune pour communiquer dans le port où se côtoyaient des natifs de divers langages à l’époque de l’Empire romain. Il mélange le proto-cananéen avec le proto-berbère (ancêtre des langages berbères d’Afrique du Nord) et autres proto-langages.


L’inscription de la pierre a subi une analyse continue dans les universités du Moyen-Orient, par les principaux experts du monde sur les anciennes langues du Levant. Pulitzer a déclaré que son équipe a décodé l’inscription, mais il attend le rapport final avant d’annoncer ce que dit le script et l’endroit où l’analyse a été effectué.


Ce script a été perdu dans l’antiquité et seulement redécouvert au début du 20e siècle par Hilda et Flinders Petrie. Une traduction totale du script n’a été seulement possible qu’après la découverte en 1999 des prétendues inscriptions de Wadi el-Hol, découvertes en Égypte par John et Deborah Darnell.


D’après Pulitzer, il est impossible que la pierre de 90 pieds soit fausse, étant donné qu’elle a été découverte en 1804. Après une comparaison visuelle, Pulitzer a supposé qu’elle était fabriquée d’un type de pierre que l’on peut distinguer à l’œil nu, appelée porphyre impériale. Ce genre de pierre n’existe pas naturellement en Amérique du Nord. L’analyse continue de la pierre intégrera une vérification de sa composition minérale.


On rappelle que Pulitzer est arrivé la première fois sur l'île en 2005, huit ans avant que History Channel ne s'y intéresse à son tour et lance son émission « La malédiction d’Oak Island », auquel il a participé en tant que consultant pour les saisons 1 et deux.

Sarcophageenporhyreimperial constantin 

Détail d’un sarcophage du 4e Siècle de St. Hélène, mère de l’Empereur Romain Constantin, sculpté en porphyre Impérial. (Wendy Van Norden)


Le naturaliste romain Pline (23-79 ap. J.C) a documenté dans son « Histoire Naturelle » la découverte du porphyre impérial par le légionnaire romain Caius Cominius Leugas en 18 ap. J.C. La carrière de Mons Porphyre en Égypte est la seule source connue.

Porphyreimperial venise 

Partie de la sculpture, « Portrait des quatre tétrarques », fabriqué en porphyre impérial aux alentours de l’an 300 ap. J.C, montre quatre empereurs romains. Elle est actuellement située sur la façade de la basilique de Saint Marc de Venise, Italie. (Crisfotolux/iStock)


Celle ci est connue pour l’utilisation qui en est faites dans la construction des monuments romains. L’endroit précis de la carrière a été perdu dans les souvenirs au 4e siècle approximativement jusqu’en 1823, lorsqu’elle a été redécouverte par l’égyptologue John Gardner Wilkinson.

Des carreaux d’arbalète sur l'île au chêne


Au tournant du siècle, un chasseur de trésor a déterré une épaisse poutre de bois. Lorsque celle ci a été coupée, trois carreaux d’arbalète ont été découverts à l’intérieur. Ceci signifie que les carreaux ont été tirés depuis une arbalète dans l’arbre et que l’arbre a grandi autour d’eux

Carreauxarbalete arbre

Une représentation des carreaux d’arbalète découverts dans une poutre de bois sur Oak Island. La représentation à l’extrême droite est une photographie du véritable artefact, non un dessin. (Avec l’aimable courtoisie de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.org)


On estime que l’arbre était âgé de 1000 ans lorsqu’il a été abattu. Les carreaux sont enfoncés sur environ les trois quarts, suggérant qu’ils étaient présents dans l’arbre pendant des centaines d’années avant qu’il ne soit abattu, bien que l’on ne sache pas quand l’arbre a été coupé pour fabriquer la poutre de bois.


" Une datation plus précise des carreaux a été effectuée lorsqu’ils ont été analysés par un laboratoire de test des armes de l’Armée américaine ", a déclaré Pulitzer. Rick et Marty Lagina, les vedettes de « la malédiction de Oak Island » ont montré à Pulitzer les résultats du test. Le laboratoire a déclaré que les carreaux provenaient d’Ibérie (Carthage probablement) et qu’ils dataient de la période des diverses incursions de l’Empire Romain et probablement de celle du glaive.


Pulitzer a déclaré qu’il avait demandé une copie des résultats et qu’on lui en avait promis une, mais qu’il ne l’a pas reçue. La documentation est en possession d’Oak Island Tours (dans laquelle les frères Lagina détiennent une participation majoritaire) et ses partenaires. Pulitzer a vu les résultats, a-t-il affirmé, et il sait qu’ils ont été reçus grâce à un contact au Centre des Systèmes du Soldat de l’Armée des États-Unis, à Natick, dans le Massachusetts.


L’étendue de la controverse d’une telle découverte est démontrée dans une réponse que les Laginas auraient reçue, selon Pulitzer, lorsqu’ils ont contacté un expert d’une importante université américaine concernant les carreaux. : «  N’utilisez pas notre nom, ne nous impliquez pas dans cela, ne nommez pas l’université. Ne dites même à personne que vous me les avez envoyé. C’est dangereux, c’est dangereux pour ma profession, je ne veux pas être impliqué en aucune manière ». Soutenir une affirmation selon laquelle les Romains se seraient rendus dans le Nouveau Monde serait considérée comme un suicide professionnel...


Des anciens tumulus


Au large de la côte d’Oak Island, des tumulus sont maintenant submergés. James P. Scherz, expert en travaux de terrassement et professeur émérite d’ingénierie civile à l’université de Wisconsin-Madison, a déclaré qu’il pensait que les tumulus ne sont pas d’origine amérindienne.


« Je suis d’accord avec le fait que les monticules sous-marins proviennent d’un ancien style marin étranger et sont non originaires de Nouvelle Écosse ou des Nord-américains traditionnels », a déclaré Scherz dans un article suggérant que les Romains s’étaient rendus en Nouvelle Écosse. Le livre co-écrit par Pulitzer et plusieurs autres scientifiques doit être publié au printemps. « Ces monticules, en regardant les niveaux des océans connus dans la région à travers des rapports de montée de niveau des océans canadiens spécifiques, suggèrent qu’ils seraient apparus entre 1500 av. J.C et 180 ap. J.C, » a déclaré Schertz. La manière dont les monticules étaient conçus avec les pierres est conforme avec les tumulus funéraires des anciens d’Europe et du Levant.

Tumulus oakisland

Un des tumulus sous-marins ayant fait l’objet d’une enquête par l’équipe de J. Hutton Pulitzer, au large des côtes d’Oak Island. (Avec l’aimable autorisation de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.com)


Les natifs locaux de la culture Mi’kmaq n’avaient pas pour coutume de fabriquer des tumulus. Cependant, la manière dont les monticules étaient conçus, est conforme aux tumulus funéraires des anciens d’Europe et du Levant. Schertz a aussi noté que les tumulus étaient astrologiquement alignés.


L’équipe de Pulitzer a enquêté sur les tumulus sous-marins en utilisant des scans au dessus de l’eau et en plongeant pour regarder de plus près et prendre des photographies.


Une pierre comprenant des directions romaines ?

Roman mariner rock 580x432

Photo améliorée d’un rocher découvert sur Oak Island qui, selon J. Hutton Pulitzer, serait gravé de symboles Romains. (Avec l’aimable autorisation de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.com)


Plusieurs autres artefacts découverts sur l’île pourraient, avec une étude supplémentaire, soutenir la théorie que les Romains étaient là, a déclaré Pulitzer. Par exemple, une pierre sur laquelle est inscrite ce qui pourrait être des symboles romains.


L’équipe de Pulitzer travaille avec des experts des anciens langages, pour comparer les symboles avec les autres inscriptions romaines connues. D’après ce que nous connaissons aujourd’hui, il s’attend à ce que ce soit des directions de navigation romaine.

Micmac pictograph marching legion 580x328 1

Un pétroglyphe aborigène local découvert sur Oak Island, que J. Hutton Pulitzer pense décrire des légionnaires romains. (Avec l’aimable autorisation de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.org)


Des pétroglyphes en Nouvelle Écosse dépeignent ce que l’équipe de Pulitzer a interprété comme étant potentiellement d’anciens marins et soldats romains.


Des pièces de monnaie de Carthage


Un trésor de pièces carthaginoises a été découvert près d’Oak Island à la fin des années 1990 par un chercheur amateur de métaux. Elles ont été authentifiées par le Dr. Georges Burden, de la Société Géographique Royale Canadienne. Le Dr Burden a aussi confirmé l’authenticité de deux anciennes pièces carthaginoises de 2500 ans, découvertes de la même manière par un amateur près de l’océan à Darthmouth, Nouvelle Écosse.

Monnaiecarthage

Une pièce carthaginoise découverte au large de la côte d’Oak Island. (Avec l’aimable autorisation de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.org)


Les Romains auraient sollicité l’aide de marins dans leur empire afin d’entreprendre les voyages, puisque les Romains n’étaient pas connus pour être eux-mêmes de grands constructeurs de navires ou des marins. Les Carthaginois (les Tunisiens antiques) étaient connus pour leur construction navale et en tant que sujets romains, ils pourraient avoir emmenés les Romains dans leurs voyages, a déclaré Pulitzer.


Pulitzer a noté que si quelqu’un lui demandait s’ils avaient pu traverser l’Atlantique, il répondrait : « Oui. » Non parce qu’il peut le faire personnellement, mais parce qu’il est en mesure de commander un bateau pour l'emmener. C’est la même chose pour les Romains.


Le Dr. Myron Paine, ingénieur retraité qui enseignait à l’Université d’État d’Oklahoma, a déclaré dans son article qu’il pensait possible pour les marins antiques de « voyager en un clin d’œil », à une époque antérieure à Christophe Colomb. Ils auraient pris une route avec des escales au Royaume-Uni, en Islande, au Groenland, l’île de Baffin, Cap breton et finalement, Oak Island.

Voyageantique

Un carte montrant la route que les marins antiques pourraient avoir emprunté au départ du Détroit de Gibraltar, à l’endroit de deux promontoires connus par les anciens romains sous le nom de « Colonnes d’Hercule », et se terminant en Nouvelle Écosse, au Canada. (Kaan Tanman/iStock)


Oak Island aurait été choisi comme une escale, a affirmé Pulitzer, à cause de son eau fraiche et de sa visibilité depuis la mer. Les grands chênes, desquels l’île tire son nom, se dressent à l’horizon lorsque l’on vogue le long de la côte.


Ce qui semble être un ancien glaive ou une dague romaine a été découvert au large de la Côte Est du Canada

Dagueromaine

(Avec l’aimable autorisation de J. Hutton Pulitzer/InvestigatingHistory.org)



La découverte de la dague de Oak Island a été annoncée par Johnston Press et publiée dans The Boston Standard


Selon Pulitzer, l’authenticité de l’épée d’Oak Island a été vérifiée par les tests les plus fiables. L’épée seule n’est cependant pas une preuve que les Romains eux-mêmes se trouvaient sur Oak Island. Il est possible que quelqu’un, à peine quelques centaines d’années plus tôt, naviguait prés de l’île et avait dans ses possessions cette antiquité romaine. Cela pourrait être des explorateurs qui, plus tard, l’auraient laissé là, et non les Romains.


Mais d’après Pulitzer, les autres artefacts découverts sur site fournissent également un contexte difficile à rejeter. 


Un analyseur à rayons-X fluorescent (XRF) a confirmé que la composition du métal de l’épée correspond aux épées votives romaines. Les tests XRF utilisent le rayonnement pour exciter les atomes du métal pour voir comment ces derniers réagissent. Les chercheurs peuvent ainsi détecter les métaux présents dans la composition. Parmi les matériaux détectés dans l’épée se trouvent du zinc, du cuivre, du plomb, de l’étain, de l’arsenic, de l’or, de l’argent et du platine.


Ces découvertes sont en phase avec l’ancienne métallurgie Romaine. Le bronze moderne utilise le silicium comme principal élément d’alliage, mais selon Pulitzer, les analyses n’indiquent pas la présence de silicium dans l’épée.


Quelques épées similaires ont été découvertes en Europe. Ce modèle d’épée possède, sur la garde, une représentation d’Hercule. Elle est considérée comme une épée de cérémonie donnée par l’Empereur Commode aux gladiateurs et guerriers extraordinaires. Le Musée de Naples a fabriqué des répliques de l’une de ces épées dans sa collection, menant certains à se demander si l’arme d’Oak Island est une réplique. Bien que les répliques correspondent à l’épée d’Oak Island en apparence, Pulitzer a déclaré que les tests sur sa composition ont à 100 pour cent confirmés qu’il ne s’agissait pas d’une réplique en bronze. L’épée contient aussi un aimant orienté au nord qui pourrait ainsi aider à la navigation, et est absent des répliques.


Les producteurs d’History Channel ont obtenu l’épée par un résident local, qui a été transmise dans sa famille depuis les années 1940. Celle ci a été originellement découverte lors d’une pêche illégale au pétoncle et a été ramenée par le râteau. La famille n’a jamais parlé à personne de cette découverte jusqu’à la récente vague d’intérêt pour Oak Island parce qu’en plus de faire face à des pénalités pour avoir enfreint la loi, la pêche illégale au pétoncle est désapprouvée et considérée comme tabou au sein de la petite communauté.

Roman sword 2016

Pulitzer pense que le bronze utilisé dans l’épée pourrait provenir d’une mine de Breinigerberg, Allemagne. Deux épées romaines du même modèle ont été découvertes prés d’une ancienne colonie romaine à cet endroit, et cette mine contient naturellement du zinc dans ses minéraux. Il a déclaré que ceci pourrait expliquer la teneur en zinc, que le zinc n’a pas été ajouté comme c’est le cas dans le laiton moderne.


Le Dr Brosseau l’avait caractérisé comme du laiton. Le laiton et le bronze sont deux alliages de cuivre et tous deux ont été utilisés par les anciens Romains. Cependant, Pulitzer maintient qu’il devrait être catégorisé en tant que bronze parce que le zinc est un matériau naturellement présent, et non un ajout artificiel.


Il espère que des tests ultérieurs seront effectués par des scientifiques ayant l’expérience dans les antiquités romaines, en particulier depuis que d’autres artefacts présents sur l’île pourraient fournir un contexte de présence romaine.


Le collectionneur d'arts et antiquités et chercheur David Xavier Kenney, a largement étudié les caractéristiques et la symbologie de l'une des épées votives romaines appartenant au même ensemble, actuellement détenue par un collectionneur privé aux Pays-Bas et datée d'entre 190 à 192. Selon Kenney, la poignée de l'épée représente une statuette (Hercule) tenant un morceau de bois, un tronc d'arbre, une branche ou un pilier au-dessus de la tête, prêt à détruire un sanctuaire qui comprend une sorte de Irminsul du nord (pilier qui a joué un rôle important dans le paganisme germanique) associé avec le culte solaire.


Kenney soutient que le symbolisme de l'épée peut refléter une ancienne croyance qu'il y avait une île sacrée légendaire ou mythique à l'extrême nord à l'ouest, qui a été associée à une chute de météore, magnétique, à la boussole de l'eau, la navigation, et le culte solaire.

" Très probablement une grande partie de cette croyance était fondée sur l'ancienne tradition de la mer sur des visites à l'Islande et le Groenland - qui a voyagé entre les peuples qui ne disposait pas d'une langue écrite connue, ou acceptée ", écrit Kenney.


" Une étude plus poussée par rapport à cette épée a été initialement motivée par mes conclusions en 2008, qui ont suggéré que certains des symbols de l'épée semblent avoir été reliés à l'océan Atlantique Nord ", ajoute Kenney. " J'ai fait des études supplémentaires en Décembre 2012 sur un artefact votif métallique Romain trouvé en Virginie-Occidentale, puis un peu plus de recherches en Août 2014 sur un ancien outil de pierre amérindien ou artefact Romain votif de la Pennsylvanie. Le symbolisme contenu sur ces deux objets semblent indiquer au moins une connaissance romaine de la météorite Cape York au Groenland, et éventuellement avec un vif intérêt ".


Une épave a aussi été détectée prés de l’endroit où l’épée a été découverte. L’équipe de Pulitzer l’a détecté grâce à un sonar à large spectre et l’émission d’History Channel a aussi confirmé avec des cartes détaillées du terrain sous-marin qui montrent à cet endroit les caractéristiques d’une épave.


L’équipe de recherches de Pulitzer et les universitaires qui le soutiennent ont adressé au gouvernement une demande d’approbation pour plonger et récupérer les artefacts de l’épave.


Les autres preuves de visites romaines en Nouvelle Ecosse au Canada :


Dans une tentative de rejeter les sceptiques, qui peuvent suggérer que l'artefact était tout simplement tombé d'un bateau à une époque plus récente, Pultizer et son équipe ont déterré de nombreux autres éléments de preuve pour appuyer la théorie que les Romains ont visité le Nouvelle Monde plus de 1000 ans avant Christophe Colomb. Ceux-ci incluent :


- des Pétroglyphes sculptés sur les murs de grottes et des rochers en Nouvelle-Écosse par les autochtones Mi'kmaq, qui représentent ce que l'équipe de Pulitzer pensent être des soldats romains marchant avec leurs épées, et des navires romains.

- Les Mi'kmaqs portent un marqueur d'ADN rare, qui peut être attribué à la région méditerranéenne orientale.

- Cinquante mots dans la langue Mi'kmaq qui sont des termes nautiques utilisés par les marins de l'époque romaine.

- Une espèce invasive de la plante (Berberis vulgaris) trouvée sur Oak Island et à Halifax, qui était autrefois utilisée par les Romains pour assaisonner leur nourriture et prévenir le scorbut sur leurs voyages.

- Le sifflet d'un légionnaire romain trouvé sur Oak Island en 1901

- Un métal «patron» du centre d'un bouclier romain trouvé en Nouvelle-Écosse au milieu des années 1800

- des pièces de monnaie d'or romaine de Carthage trouvées sur le continent près de Oak Island

- Deux pierres sculptées sur Oak Island que Pulitzer dit afficher une langue de l'ancien Levant.

Roman shield

"Bosse" centrale d'un bouclier romain trouvée en Nouvelle Ecosse au 19eme siècle


Le Professeur Carl Johannessen, anciennement de l'Université de l'Oregon, qui est également impliqué dans la recherche, dit que les résultats remettent en question l'orthodoxie de 1492 comme la date à laquelle le Nouveau Monde a été «découvert»...


Découvertes similaires au Brésil


Oak Island n’est pas le premier endroit où les artefacts romains auraient été découverts dans le Nouveau Monde.


Dans les années 1980, l’archéologue Robert Marx a affirmé avoir découvert une grande collection d’amphores dans la Baie de Guanabara, à 15 kilomètres de Rio de Janeiro, au Brésil. Les amphores sont des récipients à deux anses, utilisées par les Romains pour transporter les marchandises.

Collezione delle anfore romane studiate da heinrich dressel 01 580x560

Une collection d'amphores romaines


Elisabeth Will, spécialiste des anciennes amphores romaines à l’université du Massachusetts a authentifié les amphores. Elle a expliqué à l’époque au New York Times : « Elles semblent être antiques et en raison du profil, du tissu aux parois minces et la forme des bords, je suggère qu’elle datent du 3e siècle après J.C. »


Le Dr Harold E. Edgerton de l’Institut de Technologie du Massachusetts, un pionnier dans la photographie sous-marine, soutient aussi les déclarations de Marx.


Le gouvernement brésilien a interdit à Marx d’explorer davantage les découvertes. Un riche homme d’affaires, Américo Sanyarelli, a déclaré que les amphores étaient des répliques qu’il avait fabriqué, mais il a déclaré n’en avoir fait que quatre. Marx a rapporté qu’il y en avait un grand nombre dans un seul endroit. Certaines se trouvaient en surface, mais d’autres étaient enterrées sur plusieurs pieds, suggérant qu’elles ont été déposées il y a longtemps.


Marx a aussi déclaré que la Marine brésilienne a couvert le site de limon pour empêcher une enquête approfondie. Selon l’article du New York Times, Marx a avancé qu’un fonctionnaire du gouvernement lui avait affirmé : « Les Brésiliens ne se préoccupent pas du passé. Et ils ne veulent pas que (le navigateur portugais du 16e siècle) Pedro Alvars Cabral soit supplanté comme découvreur. »


Pulitzer espère que ceci ne se produira pas en Nouvelle Écosse.


Le ministre de la Culture de Nouvelle Écosse, Tony Ince, est intéressé par le glaive et a suggéré qu’il soit envoyé aux antiquités romaines pour vérification. Elle n’est actuellement pas couverte par la Loi de Protection des Endroits Spéciaux de la province, puisque la loi a été passée après que l’épée ait été découverte. Cependant, la loi donnerait à la province le droit d’intervenir, concernant tous les artefacts retrouvés dans le futur.


Pulitzer espère que les artefacts découverts sur et près de l’île attireront l’intérêt des experts dans le monde, et que la zone sera déclarée site archéologique et, ainsi, protégée d’une enquête ultérieure.


Bon, il faut tout de même rester prudent car la présence de médias télévisés et de personnalités du spectacle n'engagent pas au sérieux de prime abord...

Sources : http://www.tresordupatrimoine.fr/content/143-lile_au_mysterieux_tresor

http://www.theepochtimes.com/n3/1946376-exclusive-new-evidence-ancient-romans-may-have-made-it-to-oak-island-canada/

http://investigatinghistory.org/#!leisure

http://unmuseum.mus.pa.us/oakisl.htm

http://www.ancient-origins.net/news-history-archaeology/roman-sword-discovered-oak-island-radically-suggests-ancient-mariners-020663?nopaging=1

http://www.aaapf.org/scripts/openExtra.asp?extra=1



Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.fr/, 14,16-09-2016