mercredi 7 novembre 2018

Deux statues polynésiennes trouvées en Indonésie !

Deux statues polynésiennes trouvées en Indonésie !


Sitearcheologique mount srobu in the yotefa bay area indonesie

Une grotte en Papouasie

Une équipe de recherche du Centre d'archéologie de Papouasie a réussi à trouver deux statues mégalithiques de style polynésien sur le site du mont Srobu ou de la colline Srobu, à Jayapura, en Papouasie, Indonésie.

" Cette découverte est extraordinaire et unique car elle diffère des autres statues découvertes dans d'autres régions de la Papouasie ", a déclaré le chercheur du Centre d'archéologie de la Papouasie Erlin Novita Idje Djami à Jayapura, le mercredi 31 octobre.

Selon Erlin, les deux statues sont de style polynésien, mais elle préfère les appeler les statues mégalithiques de Papouasie Srobu. Les deux statues mesurent un mètre et pèsent environ 50 à 60 kilogrammes. YH : il n'y a pas de photos des deux statues pour l'instant de disponibles, elles sont toujours à l'étude.

Erlin a révélé que le site de Srobu Mountain est l’un des sites les plus importants de Jayapura. Ce site est situé dans la baie de Youtefa.

Voir aussi plus bas les étranges monolithes de l'île de Sarawasi, Indonésie :

dimanche 4 novembre 2018

Santorin Grèce : nouvelles découvertes à Akrotiri

Santorin Grèce : nouvelles découvertes à Akrotiri


Akrotiri excavations

photography by Manos Angelakis

Je n'en avais pas encore parlé, mais de nouvelles découvertes doublées d'une information qui reste à confirmer, donc à prendre avec des pincettes, m'y conduisent naturellement. Mettons d'abord en place les lieux et l'histoire de ce site archéologique extraordinaire :


Ilesantorin

Sur cette carte de Santorin, vous pouvez voir (points noirs) les sites archéologiques, dont celui d'Akrotiti

Historiquement, Akrotiri a été découverte en 1860, lors de l’ouverture d’une carrière à l’occasion des travaux du canal de Suez. En effet, les pierres ponces de l’île avaient été choisies par les ingénieurs de Ferdinand de Lesseps pour réaliser les parois du canal. Des fouilles partielles sont réalisées entre 1895 et 1903, par l’archéologue allemand Hiller von Gaertringen, qui a dirigé une étude remarquable de la ville de Théra. À l’écart de la ville, il exhuma le principal édifice pré-héllénique de la ville, le temple d’Apollon Karnéios, ainsi que la palestre et l’aire sacrée qui les relie, remontant au VIe siècle av. J.-C.. Les signes les plus anciens d’occupation humaine remontent pour l'instant au néolithique tardif (IVe millénaire av. J.-C. ou plus tôt), et vers 2000 – 1650 av. J.-C. Ces dernières datations semblent correspondre à l'abandon total de la ville (aucun corps n'y a été trouvé) suite à une série de séismes précurseurs d'une ou plusieurs éruptions volcaniques...


Linear a tablets akrotiri

Plusieurs tablettes écrites en linaire A ont été découvertes à Akrotiri (Wikipedia - CC BY-SA 3.0)


Les choses restèrent intouchées jusqu'en 1967, avec des fouilles sous la direction de l’archéologue grec Spyridon Marinatos. Il mit à jour l’une des plus grandes sociétés égéennes du IIe millénaire avant notre ère, société qui apparaît avoir été fortement influencée par la civilisation minoenne présente en Crète à la même époque. Akrotiri devint probablement l'un des ports égéens majeur de l’âge du bronze. Certains des objets archéologiques qui y furent retrouvés provenaient en effet non seulement de la Crète voisine, mais également d’Anatolie, de Chypre, de Syrie, d’Égypte, du Dodécanèse et de Grèce continentale. Il a environ 3 600 ans (la date est encore discutée mais la date de 1645 Av. JC est probable), une puissante éruption volcanique désintégra le centre de ce territoire jadis circulaire. Elle ensevelit sous des tonnes de cendres la cité cosmopolite d’Akrotiri et provoqua un raz de marée qui détruisit des villes crétoises, anéantissant la flotte de la civilisation minoenne, bien que cette dernière perdura encore après, mais affaiblie, avant d'être annexée par celle de Mycènes...


Fresque akrotiri

L'une des nombreuses fresques d'Akrotiri (Domaine public)

Les fouilles sont très régulières depuis, avec des découvertes extraordinaires : les Akrotiriens (nous ignorons toujours comment ils s'appelaient eux-mêmes, mais supposons qu'ils faisaient partie de la Civilisation des Cyclades) avaient bâti toute une ville de maisons à étages, selon des normes anti-sismiques élaborées. Une large couche d'argile surmontée d'une large couche de tuf volcanique, elle-même surmontée de fondations de larges pierres. Le tout également soutenu par de solides étais en bois. Toutes les maisons étaient équipées de salles de bains à l'étage, reliées à une fosse elle-même reliée à un égout, via une tuyauterie à l'intérieur des murs. Et un incroyable tracé de routes taillées dans le tuf (les plus anciennes d'Europe possiblement) desservaient la ville. Les habitants ont du ne prendre que leurs richesses (peu de bijoux ont été trouvés) car de nombreuses poteries, contenant encore des traces d'huile ou de vins, poissons ou victuailles, ont été découvertes. Beaucoup de fresques devaient décorer les maisons et temples. De nombreuses publications et photos sont accessibles sur de nombreux sites internet.
Mais parlons maintenant des dernières découvertes de 2018 :

vendredi 2 novembre 2018

Inde : Découverte d'un art préhistorique d'une culture inconnue de 12000 ans ?

Inde : Découverte d'un art préhistorique d'une culture inconnue de 12000 ans ?


Inde maharashtra7
SHARAD BADHE / BBC


C'est un nouvel article paru dans BBC news, le Sun et ailleurs qui attire aujourd'hui mon attention, et celle des chercheurs sur l'Histoire ancienne. Mais, en faisant des recherches, au niveau des journaux indiens et de traductions pas toujours faciles, j'ai découvert que ces régions abritent aussi des structures nettement mégalithiques, preuve que les chasseurs-cueilleurs locaux ont bel et bien développé une civilisation locale, influencée ou faisant partie d'une vaste culture mondiale liée au travail de la pierre, de l'élevage et de l'agriculture, et à une spiritualité commune et élargie. Parlons tout d'abord des récentes découvertes, mais d'autres ont été faites aussi il y a quelques mois, j'en parlerai plus bas...

La découverte de gravures rupestres dans le Maharashtra, dans l’ouest de l’Inde, a beaucoup enthousiasmé les archéologues qui croient détenir des indices sur une civilisation jusque-là inconnue, rapporte Mayuresh Konnur de BBC Marathi.

Les gravures rupestres - connues sous le nom de pétroglyphes - ont été découvertes par centaines au sommet d'une colline dans la région de Konkan, dans l'ouest du Maharashtra.

Principalement découvertes dans les régions de Ratnagiri et de Rajapur, la majorité des images gravées sur les sommets rocheux et plats sont demeurées inaperçues pendant des milliers d'années, sauf au niveau de la population de 5 villages aux alentours, qui n'en parlait pas.


Inde maharashtra5
SHARAD BADHE / BBC

La plupart d'entre eux étaient cachés sous des couches de sol et de boue. Mais quelques-uns étaient à l'air libre - ils étaient considérés comme saints et vénérés par les habitants de certaines régions :

jeudi 25 octobre 2018

Génétique et récentes découvertes : Homo Sapiens serait né en Eurasie !

Génétique et récentes découvertes : Homo Sapiens serait né en Eurasie !

Genetique

J'ai déjà parlé de ces récentes découvertes et de cette remise en question d'une naissance de Homo Sapiens (l'homme moderne) en un lieu unique en Afrique, qui était la théorie la plus admise encore très récemment. Cette théorie était basée sur les découvertes anciennes faites en Afrique ("Lucy", australopithèque dont la "branche" menant à l'Homme moderne a été annulée finalement, ainsi que les Paranthropes : on parle encore par convenance à leur sujet (le seul critère étant la bipédie partielle !) de lignée humaine, mais ceci est de plus en plus contesté). Et même "Toumaï", découvert en 2001 au Tchad (et qui a donné une nouvelle espèce de primate menant à l'Homme : Sahelanthropus tchadensis à l'époque) considéré pendant un temps comme le plus ancien représentant de la lignée humaine (7 millions d'années) n'a pas gardé son statut très longtemps avec d'autres découvertes plus récentes. Pareil pour Orrorin tugenensis et Ardipithecus ramidus : ces fossiles de primates "évolués" et les études génétiques de leurs vestiges ont permis de les situer à une date précédant environ un demi million d'années les australopithèques. Autrement dit, la divergence entre les pré-humains et des éventuels chimpanzés se serait produite bien plus tôt que l'on ne pensait, soit entre – 13 et – 7 millions d'années. Cette théorie d'un lieu unique en Afrique pour la naissance du genre Homo est actuellement en passe d'être annulée : la multiplication des découvertes en des lieux multiples de fossiles et d'espèces différentes contredit cette hypothèse. Les découvertes au Maroc d'Homo Sapiens archaïques, vieux de 300000 ans, en est un exemple flagrant. Et celles en Afrique du Sud n'arrangent pas les choses sur la multiplication en question. Tout récemment, les restes de deux types d'hominidés nommés respectivement Australopithecus sediba et Homo naledi découverts en Afrique du Sud, ont augmenté les incertitudes. Leurs squelettes sont très différents de l'un à l'autre. L'A. sediba comporte des mâchoires et des mains proches de celles de l'homme, mais des pieds proches de ceux du singe. Pour sa part, Homo naledi était doté d'un crane et de pieds proches de ceux de l'homme moderne. Il était âgé d'environ 300.000 ans... Ceci conduit beaucoup de paléoanthropologues à se demander aujourd'hui s'il ne conviendrait pas d'abandonner l'hypothèse d'une évolution quasi linéaire vers l'homme moderne...

La théorie de la sortie d'Afrique du genre Homo, affirmant que seuls des hominidés ayant un gros cerveau et de longues jambes (Comme Homo Habilis, Homo Ergaster, Homo Erectus) est quant à elle annulée par la découverte, en 2002, d'un crane daté de – 1,75 millions d'années, qui était trop petit pour contenir un gros cerveau (nommé Homo Georgicus). Il convenait à un cerveau de 600 cm3, soit la moitié du cerveau humain actuel. Or le fossile se trouvait, non en Afrique mais dans le Caucase, à Dmanisi. Ceci était la preuve que des hominidés à petits cerveaux avaient pu quitter l'Afrique... et tout aussi bien être aussi à l'origine d'espèces de lignée humaine !


Pire, la découverte récente d'un homininé plus ancien que Toumaï en... Grèce, l'année dernière, ainci que la découverte d'outils de pierre accompagnés de fossiles "travaillés" en Chine très anciens (2,12 millions d'années) mettent maintenant la naissance d'un ancêtre du genre Homo Sapiens possible ailleurs qu'en Afrique (le critère privilégiant l'Afrique étant bien jusqu'à présent les datations et la génétique). 7,2 millions d'années (Ma) : Graecopithecus freybergiDécouverte en 1944 à Pyrgos Vassilissis au nord-ouest d'Athènes, le fragment fossile de mandibule de ce primate a été passé en 2017 au crible des scanners, révélant une fusion des racines de deux prémolaires, caractère que l'on retrouve principalement chez les hominidés. Ce caractère s'ajoute à un autre, propre à notre lignée : la taille réduite des canines. On peut aussi parler de la découverte du crâne Dali Man en Chine, qui a été daté à 260 000 ans, qui remet d'une certaine façon une origine absolument certaine d'Homo Sapiens en Afrique, ou alors il faut admettre une sortie d'Afrique bien avant des premiers Homo Sapiens archaïques... Et on peut aussi compter l'Homme de Floreshttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-homo-sapiens-a-bien-un-nouveau-cousin.html


Et encore mieux, c'est maintenant la génétique qui remet en question la naissance d'Homo Sapiens en Afrique ! Mais voyons donc ces nouvelles études génétiques qui bouleversent tant de choses si elles sont confirmées par d'autres encore, et d'autres découvertes de fossiles :

dimanche 21 octobre 2018

Oman : une mystérieuse civilisation a bati des tours pour l'eau

Oman : une mystérieuse civilisation a bati des tours pour l'eau


Oman mystere

Ceci est une reconstitution possible de la structure découverte, avec un puit au sommet, qui n'a pas encore été trouvé (CNRS)


Au sultanat d’Oman, sur la péninsule arabique, une équipe de scientifiques français mène des fouilles d'envergure pour comprendre les origines et culture d'une mystérieuse civilisation qui s'y est développée il y a plus de 5000 ans. Plusieurs structures de puits entourées de canaux y ont été découvertes, mais les fouilles se concentrent sur une structure monumentale, constituée d'une tour de 30 mètres de diamètre, entourée d'au moins deux canaux circulaires et de ponts.

Le CNRS, en partenariat avec LeMonde.fr, propose une vidéo qui vous conduit sur la piste de ces bâtisseurs qui ont érigé des tours monumentales dont la fonction reste un mystère probablement lié à l'eau, denrée devenue rare et indispensable à cette époque charnière :

samedi 13 octobre 2018

Des super-Terres pas si loin de la Terre

Des super-Terres pas si loin de la Terre


Trappist 1 500

La multiplication de découvertes de planètes telluriques (solides comme la nôtre pour parler simplement) dans la banlieue de notre propre naine jaune (le Soleil est classifié comme étant une naine jaune) remet de plus en plus la notion de distances infranchissables, tout au moins (pour l'instant) pour notre technologie et inventivité actuelle, en ce qui concerne l'espace proche. On sait que les scientifiques de la NASA et d'autres envisagent déjà d'envoyer une sonde-robot vers le plus proche système stellaire du nôtre à l'aide de notre technologie actuelle, d'autant plus qu'au moins une de ces super-Terres y a déjà été trouvée.

En ce qui concerne les distances énormes considérées par la science par rapport à notre technologie actuelle (qui ne peuvent que diminuer avec nos progrès), je rappelle ici par un extrait de l'un de mes précédents articles (ne pas se fier au titre) certaines données établies et non démenties pour l'instant par Einstein lui-même : " (...) Un objet en mouvement « vieillit » moins vite qu'un objet immobile, son temps propre s'écoule plus lentement. Donc il suffit d'utiliser la dilata­tion du temps pour voyager dans le futur. Le principe est simple : si on s'éloigne de la Terre à très grande vitesse puis qu'on y retourne, on aura moins vieilli que ceux qui y sont restés. Nous aurons donc un aperçu du futur de notre pla­nète ! Subsiste toutefois un problème : pour atteindre cette vitesse élevée, il faut d'abord subir une longue phase d’accélération et ça, l'organisme humain ne le supporte pas très bien. Sauf si l'on s'en tient à une accélération de 9,81 m/s2, qui équivaut à la pesanteur terrestre que nous subissons tous les jours. Avec cette accé­lération, il est possible d'atteindre le centre de notre galaxie, distant de 30 000 années-lumière, en un peu plus de 39 ans. Le temps de freiner, de faire demi-tour et de revenir, près de 80 ans se seront écoulés dans le vaisseau... Alors que sur Terre, près de 60 000 années seront passées ! Reste un problème : pour effectuer un tel voyage, un vaisseau spatial consommera en un an l'équivalent de toute l'énergie produite sur Terre pour la même période... "

Le problème est donc principalement technique, mais la NASA estime déjà qu'il est possible, avec notre technologie actuelle, d'atteindre le système le plus proche (Proxima Centauri) en moins de 20 ans... Il est même possible d'utiliser en plus l'effet de "fronde gravitationnelle" autour de certaines planètes de notre système stellaire pour accélérer la vitesse, ce qui a déjà été fait par les sondes Pionner 10 et 11, ainsi que par Mariner 10...

Il est aussi important de souligner qu'au 20 septembre 2018, il y a 3845 exoplanètes confirmées à ce jour, situées dans 2866 système stellaires différents. Sur ce total, il y en a 200 dont la masse est inférieure à 8 masses terrestres et qui sont donc probablement telluriques avec peut-être une atmosphère. C'est sur ces planètes telluriques que l'on va rechercher les traces de vie, avec ce que l'on sait aujourd'hui de la vie...

Toutes ces nouvelles exoplanètes telluriques ont été découvertes à moins de 100 années-lumière, et le nombre commence sérieusement à augmenter, avec de plus certaines qui sont dans la zone d'habitabilité estimée par notre science actuelle, donc possédant très possiblement une atmosphère et de l'eau liquide. Faisons le point sur ces découvertes, dont certaines ne datent que de quelques jours :


Schema exoplanete fr web

Ce schéma montre la zone habitable de 3 étoiles : notre Soleil (en haut), celle de HD 85512 (autour de laquelle a été trouvée la super-Terre HD 85512 b) et celle de Gliese 581 qui comprend plusieurs exoplanètes. On remarque que HD 85512 b est en limite de la zone habitable de son étoile qui est légèrement plus petite que notre Soleil. Les distances indiquées en UA signifient Unité Astronomique, soit la distance Terre-Soleil (150 millions de km).
Crédit : ESO/Enjoy Space (traduction)

mardi 9 octobre 2018

Les tatouages de la momie de Otzi révèlent la médecine de l'âge du cuivre

Les tatouages de la momie de Ötzi révèlent la médecine de l'âge du cuivre


Otzi3

This bracelet-like tattoo adorns the wrist of the 5,300-year-old Iceman. (Photograph South Tyrol Museum of Archaeology/EURAC/Samadelli/Staschitz)

Selon une nouvelle étude, la communauté âgée de 5 300 ans de Ötzi, l'homme de l'âge du cuivre européen, découvert dans la glace des Alpes en 1991, pouvait se venter de techniques de soins de santé étonnamment avancées. Ses restes, trouvés par deux touristes allemands lors d'une randonnée de routine dans les Alpes en 1991, ont été ensevelis sous la glace peu après sa mort, et les conditions glaciaires ont involontairement préservé une grande partie de ses tissus, os et organes. Trois décennies de recherches ont fourni des détails intimes sur la vie d'Ötzi, sur son âge, sa taille et son poids à la mort, lorsqu'il a succombé à une flèche dans l'épaule gauche au début de l'été.

Otzi1

Les tatouages ​​de "Iceman" s'alignent avec les points d'acupuncture classiques et les plantes trouvées dans ses affaires ont des applications médicales bien connues (Crédit Musée d'archéologie du Tyrol du Sud / EURAC / Samadelli / Staschitz)

samedi 6 octobre 2018

Guatemala : découverte de l'autel d'un roi maya inconnu

Guatemala : découverte de l'autel d'un roi maya inconnu

Guatemala lacorona autel2

Musée d'archéologie et d'ethnologie de Guatemala city, crédit Johan Ordonez

Un autel maya vieux de 1500 ans découvert dans un petit site archéologique du nord du Guatemala décrit des stratégies politiques de la dynastie Kaanul, décrite aussi comme le Royaume du Serpent, visant à placer des villes entières sous son contrôle. Cet autel montre et nomme aussi le dirigeant de la ville de cette époque, inconnu jusqu'à présent...

L’autel, taillé dans du calcaire et pesant environ une tonne, a été retrouvé sur le site archéologique de La Corona, dans la jungle proche du Mexique et du Belize, a déclaré à la presse Tomas Barrientos, co-directeur des fouilles et enquêtes du site.

Barrientos a déclaré que l'autel a été trouvé dans un temple et montrait le roi Chak Took Ich'aak, le dirigeant de La Corona, "assis et tenant un sceptre d'où émergent deux dieux protecteurs de la ville".

Guatemala lacorona autel

Musée d'archéologie et d'ethnologie de Guatemala city, crédit Johan Ordonez

mardi 2 octobre 2018

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 3

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 3 - MAJ épisode 4

Odhtv 1


Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 3 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Rémy Fauchereau et Sylvain Matisse...

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astronome, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

samedi 29 septembre 2018

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2018

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2018
 MAJ 29-09-2018

Odhtv2018a










JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans ces vidéos sont (sauf mention contraire) des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche....).

mercredi 26 septembre 2018

Les mutilations et enlèvements étranges

Les mutilations et enlèvements étranges - MAJ 06-09-2018 en bas


45621773mutilations-animales-jpg.jpg


La plupart des articles parlant de ce sujet épineux titrent principalement "les mutilations animales", mais dans la mesure où les recherches des spécialistes ont prouvé des cas de telles mutilations sur des êtres humains, le sujet a traiter est plus vaste évidemment...

Je vais, par soucis de gagner du temps et de reconnaissance envers le travail déjà effectué depuis la fin des années 1960, commencer par l'historique connu et documenté sur ce sujet à l'aide d'articles cités, et donc partir des premiers cas avérés signalés en 1967 pour remonter jusqu'à nos jours pour confirmer ou non la constance du phénomène ainsi que son mode opératoire éventuel, et des hypothèses sur des motivations.

" Des têtes de bétail sont retrouvées mortes et mutilées principalement aux états unis. Le rapprochement avec le phénomène ovni peut étonner mais il est un fait que nous disposons de pas mal d'éléments et témoignages allant en ce sens. On peut très bien imaginer par exemple qu'une civilisation extraterrestre visitant notre planète cherche un jour à puiser dans nos ressources. C'est justement ce qui semble se passer ici. Les mutilations de bétails sont des "éléments annexes" au phénomène ovni qui méritent toute notre attention. Nous vous proposons de découvrir ces faits troublants dans ce dossier. De 10 à 20 000 têtes de bétail ont été retrouvées mortes et mutilées, essentiellement aux États-Unis, et ce depuis le premier cas signalé, c'était en 1967. Les animaux sont retrouvés dans les champs, certains de leurs organes ayant été prélevés après une découpe avec un instrument tranchant ou au laser, les parties mutilés parfaitement cicatrisés comme s'ils avaient été cautérisées avec une précision diabolique. Les nombreuses enquêtes effectuées par le FBI aux États-Unis, laissent à penser que ces prélèvements d'organes se produit après enlèvement de l’animal par voie aérienne : on ne trouve pas de traces de lutte ni de sang au sol, les animaux sont retrouvés parfois dans des lieux inaccessibles à pied.


53279399mutilations-animales-2-jpg.jpg


Devant l'inexplicable, plusieurs hypothèses ont été avancées : animaux prédateurs (qui demeure l'hypothèse officielle), agissements d’une secte satanique, enlèvements d’origine extraterrestre puisque des ovnis sont parfois repérés à proximité, ou encore opération secrète de l’armée du fait que des hélicoptères non immatriculés évoluent souvent sur les lieux des mutilations.

La difficulté à attribuer ce phénomène à une origine humaine réside dans son ampleur : quelle organisation pourrait en effet réussir à mutiler plus de 10.000 têtes de bétail sans être jamais découverte par un témoin ou par les enquêteurs de police ? Les médias ne proposent aucune solution et les autorités des pays touchés par ce phénomène cherchent très nettement, de part leur attitude ambiguë à étouffer l’affaire.

Des chèvres, des moutons, des chevaux, des vaches, des cerfs, des lapins et toutes sortes d'animaux domestiques sont pris pour cible par ces mutilations. Les bovins en général représente la plupart des animaux mutilés.

Enquête et compilation de données ci-dessous :

Grèce : L'antique ville de Kythnos sort de terre

Grèce : L'antique ville de Kythnos sort de terre


Vriokastro 2014


Kythnos, Vryokastro, le bâtiment 5 durant l'excavation. Source: Site Web du projet Vryocastro de l'Université de Thessalie


On sait finalement assez peu de chose de l'île de Kythnos, qui apparaît pourtant dans les écrits historiques comme faisant partie des Cyclades et ayant fournit deux navires lors de la bataille de Salamine (La bataille de Salamine oppose la flotte grecque menée par Eurybiade et Thémistocle à la flotte perse de Xerxès Ier, le 29 septembre 480 av. J.-C. Malgré leur infériorité numérique, les forces grecques sortent victorieuses de cette bataille navale car leurs généraux obligent les Perses à combattre dans un étroit détroit, ceux-ci ne peuvent donc déployer la pleine puissance de leur flotte...), avant de devenir membre de la Ligue de Délos, c'est à dire sous dominance athénienne...

En fait, son histoire est très mêlée de mythologie car même le nom de l'île fait référence à un roi mythique, leader du peuple des Dryopes, qui a donné son nom à l'île (aussi appelée Thermia) et au fait que l'île a été habitée depuis des temps immémoriaux, grâce notamment à ses mines de fer, que les nazis ont épuisé durant la seconde guerre mondiale...

Kythnos map 1


Une île des Cyclades occidentales, entre Kéa et Sérifos, située à 52 milles marins du Pirée. Elle a une superficie de 99 km² pour un littoral de 97 km.


C'est tardivement que les premières recherches d'habitations ont été effectuées, sous la forme d'une enquête entre 1990 et 1995 et d'une fouille systématique à partir de 2002, tant dans la zone terrestre du site que (à partir de 2005) dans la zone maritime - le port et la mer. La recherche est menée par l'Université de Thessalie en coopération avec la 21ème Ephorate des Antiquités Préhistoriques et Classiques et l'Ephorate des Antiquités Sous-Marines.

Ces fouilles revêtent une importance immense quand les faits indiquent un peuplement remontant à l'âge du mésolithique grec (8500-6500 av. J.-C.). La découverte de ruines importantes et même d'un probable palais ou temple monumental aux abords de la ville actuelle de Vryocastro​ revêt une importance archéologique particulière. Vryocastro occupe une position particulière en tant que principale agglomération de l'île pendant l'Antiquité. Se répartissant chronologiquement entre le 10ème siècle Av. JC et le 7ème siècle après JC, la ville antique (connue sous le nom de Kythnos dans l'antiquité) consistait en un quartier résidentiel et d'un acropole avec des bâtiments d'état, tous entourés par un mur de fortification et deux nécropoles, et avait accès à la mer, où des traces d'un ancien port subsistent encore. Le sanctuaire (bâtiment 3) a été fouillé de 2002 à 2006. Le temple jumeau était intact, avec tous les précieux tributs en place. Deux autels ont été excavés au sud du temple, ainsi qu'un vaste "déposant" qui contenait également des centaines d'hommages précieux...


Villekythnos


Vue aérienne de l'ancienne ville de Kythnos (Vryokastro). Photo: Kostas Xenikakis - S. Gesafidis, 2016.
Plus de détails ci-dessous :

mardi 25 septembre 2018

Egypte : L'embaumement existait déjà dans sa préhistoire

Egypte : La momification existait déjà dans la préhistoire de Nagada


Mummy naqada

 credit: Dr Stephen Buckley, University of York


Une étude et publication scientifique à la mi-août a repoussé de 1500 ans l'âge d'un rituel d'embaument sur une momie conservée à Turin (Italie) depuis 1901, ainsi que les ingrédients et récipients d'embaumement liés. On pensait jusqu'à présent que les rituels de momification étaient contemporains des premières dynasties "officielles" égyptiennes, bien qu'aucune datation n'avait pu jusqu'à présent accrocher une date de "première momification" ou une date de l'invention de telles pratiques en Egypte (en se rappelant que les plus anciennes momies découvertes au monde, jusqu'à présent, l'ont été en Amérique Latine, et non pas en Egypte...). Cette étude prouve sans aucun doute possible que cette momie a bien été embaumée, avec les mêmes doses d'ingrédients que sous les dynasties "classiques" égyptiennes, vers -3600 ans Avant J.C., c'est à dire pendant la phase préhistorique de l’Égypte appelée "culture Nagada" (de vers - 3900 à - 3300 ans AV. J.C). Mais notons qu'une précédente étude de 2014, sur des tombes préhistoriques égyptiennes, avait déjà ouvert de grands soupçons, qui viennent donc d'être confirmés...

C'est la première fois que des tests approfondis ont été effectués sur une momie préhistorique intacte, consolidant ainsi les conclusions antérieures des chercheurs selon lesquelles l'embaumement existait 1 500 ans plus tôt que prévu.

Datant de 3700 à 3500 av. J.-C., la momie est conservée au musée égyptien de Turin depuis 1901, mais contrairement à la plupart des momies préhistoriques des musées, elle n'a jamais subi de traitement de conservation, offrant une opportunité unique pour des analyses scientifiques précises. En effet, à l'instar de son homologue Gebelein Man A au British Museum, la momie de Turin était supposée avoir été naturellement momifiée par l'action desséchante du sable chaud et sec du désert.

Grâce à l’analyse chimique (voir le .pdf ci-dessous), l’équipe scientifique dirigée par les universités de York et Macquarie a découvert que la momie avait subi un processus d’embaumement avec une huile végétale, une résine de conifère chauffée, un extrait de plante aromatique et un mélange gomme / sucre végétal. utilisé pour imprégner les textiles funéraires dans lesquels le corps était enveloppé. (YH : notons que ce processus très ancien serait intéressant à comparer avec celui possiblement employé pour les mystérieuses momies de Nazca découvertes par des huaqueros (pilleurs de tombes) péruviens fin 2015 et révélées fin 2016, et qui ont été datées pour certaines de plusieurs millénaires...).


Tissulinegypte Tissulinegypte2

Le tissu en lin imprégné de produits d'embaumement. crédit: Dr Stephen Buckley, University of York

jeudi 20 septembre 2018

Chine : Retour à Shimao avec une pyramide à degrés de 70 m

Chine : Retour à Shimao avec une pyramide à degrés de 70 m de haut


Chine pyramideshimao mini


Un retour sur Shimao car j'ai déjà parlé de ce site étonnant en 2014/2015, l'un des plus anciens de Chine (et qui est encore probablement plus ancien que supposé, ses couches les plus profondes restant encore à être excavées), voir tout en bas de cet article, qui est une forme de Mise à Jour avec de nouvelles données...

" Une ville de 4300 ans, qui a une pyramide massive d’au moins 70 mètres de haut et qui s'étend sur 24 hectares à sa base ("230 feet (70 meters) high and spans 59 acres (24 hectares)"), a été fouillée en Chine, ont rapporté des archéologues dans le numéro d’août de la revue Antiquity.

La pyramide était décorée de symboles oculaires et de visages «anthropomorphes» ou partiellement humains (YH : notez qu'on retrouve exactement la même chose dans les Amériques centrales et du Sud ! - à Tiwanaku par exemple...). Ces figures " ont peut-être doté la pyramide à degrés d'un pouvoir religieux spécial et ont renforcé l'impression visuelle générale sur son large public ", ont écrit les archéologues dans l'article.

Pendant cinq siècles, une ville a prospéré autour de la pyramide . À une époque, la ville englobait une superficie de 400 hectares (988 acres), ce qui en fait l'une des plus grandes au monde, ont écrit les archéologues. Aujourd'hui, les ruines de la ville s'appellent "Shimao", mais son nom dans les temps anciens est inconnu.

Cette découverte a des conséquences historiques considérables car on a longtemps supposé que la civilisation chinoise s'était développée dans les plaines centrales vers le milieu du deuxième millénaire avant notre ère. Les découvertes archéologiques récentes sur le site de l'âge de bronze à Shimao remettent toutefois en cause la compréhension traditionnelle des «périphéries» et des «centres», ainsi que l'émergence de la civilisation chinoise. Cette recherche révèle que vers 2000 avant JC, les hautes terres de loess abritaient une société complexe représentant le cœur politique et économique de la Chine. De manière significative, il a été constaté que les symboles de base de l’Age du Bronze associés aux civilisations des Plaines centrales ont en fait été créés beaucoup plus tôt à Shimao. Cette étude fournit de nouvelles perspectives importantes sur les récits de la formation de l’état et l’émergence de la civilisation dans le monde.

Chine pyramideshimao

Cette figure montre des images de la pyramide à degrés. a) une partie des contreforts en pierre des deuxième et troisième degrés de la pyramide; b) des symboles oculaires qui décorent la pyramide c) une vue des contreforts sous excavation; d) une vue générale de la pyramide avant la fouille. Crédit: Zhouyong Sun et Jing Shao

lundi 17 septembre 2018

OVNIs : Etudes Géo-Ufologiques par ODHTV - Saison 7

OVNIs : Etudes Géo-Ufologiques par ODHTV - Saison 7


Asperatus nouveaunuage newzeeland

l'asperitas, un nouveau nuage admis par la science en 2017 : preuve formelle des changements climatiques, ou d'une adaptation de notre réalité, de notre conscience... ?

Créée en Septembre 2010l'étude géo'ufologique était au départ un nouveau thème pour les reportages d'odhtv (regroupé sur la saison 6)dont les buts étaient:

- Etudier les zones géographiques (lacs, montagnes, etc…) et la géologie des zones de RR2 et RR3.

- Vérifier des théories avec les failles géologiques, les centrales nucléaires, les industries, mégalithes, etc…

- Fournir  un  outil  de  recherche  pour  les  générations  futures.

- Établir des statistiques en fonction de l’année, la forme, les couleurs, les zones géographiques, etc…

Les petits reportages vidéos (regroupés sous la dénomination OEIL dans les archives d'ODHTV et ici), présentés par Gilles Thomas, sont des études géologiques liées au phénomène OVNI. Ces études font parties des recherches scientifiques du phénomène d'un point de vue géographique, géologique, hydrologique, tectonique, volcanique, karstique, etc... et sont tous filmés en France.

L’étude Géo’Ufo a mis en évidence des zones de recherches où seront implantées des caméras particulières.

(4 spots ont été choisis selon des paramètres précis)

Nous participons également à S.O.A.L.N (Station d'observation et d'analyse des lueurs nocturnes)

L'étude Géo'Ufologique phase 2 (Saison 7) traitera de la suite des recherches effectuées sur le terrain avec des ufologues participant à l'étude.


Voici le premier reportage de la Saison 7, celui-ci venant tout juste de sortir, vous y verrez l'intervention de plusieurs ufologues et aussi de témoins :

Saison 7: études géo'ufologiques

Chinaclouds seisme

Des nuages bas irisés (ce phénomène est décrit par les scientifiques comme des nuages de très haute atmosphère... ce qui est faux en ce qui concerne ceux-ci...) souvent décris juste avant un séisme, exemple en Chine, où des lueurs anormales ont été aussi rapportées... :